L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > VOLKSWAGEN > GOLF (5) GTI Pirelli






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (05-05-2008)

VOLKSWAGEN
GOLF
(5) GTI Pirelli
(2007 - )

31 150 Euros (01/05/2008)
14 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES VOLKSWAGEN GOLF (5) GTI Pirelli
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes, 2 arbres à cames en tête + admission à calage variable
Position: transversal AV
Alimentation: Gestion intégrale injection directe Bosch MED 9.1 + turbocompresseur Borg Warner K04 (Ø 0,9 bars) + échangeur air/air.
Cylindrée en cm3: 1984
Alésage x course : 82,5 x 92,8
Puissance ch DIN à tr/mn: 230 à 5500
Puissance au litre en ch DIN : 115,92
Couple maxi en mkg à tr/mn: 30,6 de 2200 à 5200
Couple au litre en mkg : 15,42
TRANSMISSION
AV + ESP (semi-déconnectable) + ASR/EDS
Boîte de vitesses (rapports): 6 manuelle ou DSG 6 rapports.
POIDS
Données constructeur en kg: 1 450
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 6,30
ROUES
Freins : 2 disques ventilés AV (Ø 312 mm) et 2 disques pleins AR (Ø 286 mm) + ABS + EBV.
Pneus : AV et AR Pirelli PZero 225/40 R18
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 240
400 m DA en secondes: 14,9
1 000 m DA en secondes: 26,6
0 à 100 km/h : 6,7
0 à 200 km/h : 25,4
Consommation moyenne : 11 L/100 Km


Si la sellerie de la Pirelli a de quoi surprendre et étonner au premier abord, elle est très agréable à l'usage et son look est très réussi en vrai, nettement plus valorisant qu'en photo !


Un poste de conduite que l'on connait désormais bien. Notez les coutures jaunes du volant assorties à la teinte de la carrosserie.


C'est net et bien fini, même si quelques plastiques durs subsistent sur la partie basse de la planche de bord. Mais dans l'ensemble, cela reste très au-dessus du lot de ses rivales directes à prix équivalent.


De vraies chaussures italiennes roues + pneus. Les dimensions restent les mêmes sauf pour la marque des pneus : des Pirelli PZero.


Le deux litres TFSI reprend les réglages de l'Edition 30 et ses 230 ch. Attention, ça envoie !


Une teinte peu courante, qu'il faut assumer, mais le résultat est très flatteur avec des variations de couleur en fonction de la lumière.


On retrouve la polyvalence qui sied tant à la Golf 5 GTI. Sportive, mais conciliante au quotidien, on regrette juste une motricité limite et un ESP non déconnectable totalement qui rappelle à l'ordre tout conducteur qui se prend pour un pilote. A quand un châssis "sport" pour les amateurs de sorties circuit ?

BIEN :-)
Présentation personnalisée
Finition intérieure
Aspects pratiques
Equipement de série
Monte pneumatique
Moteur exceptionnel !
Très bonne position de conduite
Performances en progrès
Châssis sain et efficace
PAS BIEN :-(
Poids
Tarif coquet et proche d'une R32 !
Freins peu endurants
ESP semi-déconnectable
Motricité
Vivacité dans les enchaînements lents
Pas d'options d'améliorations techniques (châssis)

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (05/05/2008)

CHAUSSURES ITALIENNES !
Volkswagen affiche un dynamisme autour de ses GTI qui fait plaisir à voir. Si certains projets comme la GTI W12 concept ne verra certainement pas le jour, les séries spéciales qui fleurissent autour de la gamme GTI sont le meilleur exemple de dynamisme marketing et commercial. Les GTI ne sont pas mortes, bien au contraire, et VW entend bien le rappeler à tous. Dernière série spéciale en date disponible pour le marché français, la série Pirelli. Tiens ? Mais cela nous rappelle une série spéciale du même nom basée sur une… Golf GTI 1800 cm3 pardi ! Nostalgie quand tu nous tiens…

Texte : Gabriel LESSARD
Photos : D.R.

Rappelez-vous en mai 1983, avant la Golf 2 GTI… La Golf GTI après avoir troqué son 1600 cm3 contre un 1800 cm3 plus confortable que sportif s'est offert une série spéciale Pirelli. Parmi les éléments visibles de l'extérieur réellement différenciant, on notait alors les jantes alu Pirelli avec le " P " stylisé du manufacturier italien sur le voile des jantes. Les pneus étaient évidemment à l'unisson des jantes, c'est-à-dire transalpin. Cette série spéciale a tout de même été vendue et fabriquée pendant une demi année à 10 500 exemplaires. Depuis on avait craint pour la saga Golf GTI avec une Golf 3 et 4 GTI qui laissaient la part belle en performance et sport aux versions 6 cylindres (VR6 puis R32). Avec la Golf 5 GTI, le retour aux affaires sportives s'est avéré payant et réel, et malgré une concurrence très active et acharnée (Mégane RS, Seat Leon Cupra, Audi S3, Mazda 3 MPS, Ford Focus ST), la Golf réussi à rester dans le peloton de tête en raison de sa polyvalence et de ses nombreuses qualités globales, finition et qualité perçue comprise. Après la célébration des 30 ans de la Golf GTI en 2006 avec la version spéciale Edition 30 à la définition figée pour la France (5 portes et boîte DSG imposée), la Pirelli vient à son tour un an après faire parler de la Golf GTI avec un clin d'œil à ses aînées qui avaient alors imposé le mythe et label GTI. Avec sa présentation spéciale et ses 230 ch, la Pirelli enfile ses baskets italiennes pour mieux coller au peloton de tête des GTI et compactes sportives…

DESIGN
La Pirelli, c'est avant tout un look et une présentation spécifique. Tapageur ? Voyante ? Peut être, après tout les goûts et les couleurs, mais il est vrai que cette teinte jaune pale est splendide et semble jouer avec la lumière pour faire varier sa teinte. La couleur attire tellement le regard qu'elle occulterait presque de notre attention le kit carrosserie repris de la version Edition 30 qui accroît quelque peu l'agressivité visuelle de la Golf, et qui surtout a peint ton caisse les plastiques noirs de bas de caisse et de boucliers. Evidemment on notera les jantes spéciales Pirelli en 18 pouces chaussées de pneus Pirelli PZero au look très réussi, mais qui sont en revanche très fragiles et sujettes aux blessures des trottoirs. Un petit logo discret et très classique " Pirelli " est apposé sur la malle arrière. Dans l'habitacle, la surprise est de taille : qui a roulé sur les sièges ?! Le centre des sièges avant et arrière est en effet revêtu d'un tissu imitant des traces de pneus au sol. Si sur les photos cela pouvait sembler très kitsch, une fois en vrai l'effet est très réussi et original. Et la position de conduite reste toujours aussi excellente. Tout tombe parfaitement sous la main, du pommeau au volant, le pédalier alu est du plus bel effet, tandis que l'instrumentation joue toujours le registre ascète. Même sur cette série spéciale, point d'instruments de bord supplémentaires. C'est bien dommage. L'équipement de série est très complet avec le minimum vital d'aujourd'hui (climatisation, vitres et rétros électriques, fermeture centralisée, radio…) avec la possibilité d'adopter quelques options. De part son gabarit et sa définition, la Golf GTI Pirelli reste un " daily driver " pratique et polyvalent qui a juste cédé aux sirènes du sport.

MOTEUR
Avec ses cousines qui ont pris les devants en puissance pure (265 ch pour l'Audi S3 Mk2, 240 ch pour la Seat Léon Cupra), il était après tout logique que la Golf GTI puisse elle aussi prendre quelques canassons supplémentaires. De quelques chevaux, il faut plutôt parler de dizaines dans le cas présent puisque de 200 ch, la Golf GTI Pirelli passe à 230 ch à 5500 tr/mn. Ce deux litres à injection directe et turbocompresseur, mis à toutes les sauces désormais dans la gamme VAG en remplacement progressivement de l'ancien 1,8 litres turbo essence, reprend ici la plupart des éléments vus sur la Seat Léon et l'Audi S3 Mk2. La Golf GTI Pirelli conserve l'évolution mécanique de la Golf GTi Edition 30 avec un turbo K04 dont la pression de suralimentation est de 0,9 bars. Ajoutez à cela une injection directe d'essence et avec cette mécanique dont le brio n'est plus à démontrer, la Golf GTI Pirelli fait parler les chronos : 240 km/h en vitesse maxi (soit +12 km/h par rapport à la GTI " standard "), la borne kilométrique est franchie en 26,2 secondes (-1 sec. par rapport à la GTI) et le 0 à 100 km/h en 6,7 secondes. Heureusement, et malgré les nombreuses qualités de la boîte DSG, il est possible d'opter pour la boîte mécanique à 6 rapports. On retrouve toujours cette sensation parfois un peu floue de guidage, mais dans l'ensemble on peut profiter pleinement de la mécanique en la dirigeant de la main droite. Bien calé dans le siège, on ne peut que louer la disponibilité de cette mécanique ! Quelque soit le régime moteur, le deux litres pousse à chaque instant et surtout n'offre aucun temps de réponse. Et pour un "simple" quatre cylindres, le son est très grisant avec un grognement qui vous prend aux tripes. Certainement un des tous meilleurs du moment avec celui de la Mazda 3 MPS.

CHASSIS
En résumé et pour faire simple, il suffit de prendre une édition 30 avec des pneus Pirelli et vous avez la description du châssis de la GTI Pirelli. A l'adhérence et la typologie propre aux pneus italien près. On retrouve donc toujours cet équilibre et facilité de conduite qui caractérise les Golf GTI, et qui lui permet ainsi d'être conduite rapidement par tous en toute sécurité. D'autant plus que l'ESP est toujours semi-déconnectable et qu'il intervient en situation qu'il juge d'urgence. En clair sur circuit, chaque freinage et transfert de masse sera jugé comme une urgence, du coup, l'urgence est alors de conduire très proprement faute d'être rappelé à l'ordre par la machine. La première limite de ce châssis est la motricité qui est vite mise à mal. C'est déjà le cas sur la GTI 200 ch, mais évidemment, avec 30 chevaux de plus et un couple supérieur, il ne fallait pas s'attendre à des miracles. Autant à allure soutenue et " sport " la Golf GTI Pirelli fait étalage de ses qualités, autant lorsque l'on décide de passer à la grosse attaque, elle perd de sa superbe. Pas piégeuse, non, mais son efficacité et homogénéité se dégradent, avec en prime des freins moins endurants que ses rivales directes. Il est même regrettable que Volkswagen ne se décide pas à déployer des options plus " techniques " dédiées aux châssis et au moteur, comme un kit gros freins et/ou un châssis "sport" comme peut le faire Renault Sport sur ses Clio RS, Mégane RS et même bientôt Twingo RS. D'ailleurs, même la Léon Cupra dispose d'une option freins Brembo… le jour où ils arriveront à la vendre faute de disponibilité pour l'instant.

:: CONCLUSION
La Pirelli est une énième variation sur le thème de la Golf 5 GTI, mais présente cependant quelques atouts qui méritent le détour. Outre un coloris unique qu'il faudra assumer, elle dispose de jantes Pirelli spécifique et d'un habitacle à la sellerie tellement originale qu'elle en est extra. L'autre atout et pas des moindres, c'est de pouvoir disposer à la fois du moteur 230 ch de l'Edition 30, mais aussi de profiter de la boîte mécanique à 6 rapports, qui faisait défaut sur les Edition 30 françaises. Cette série limitée est aussi l'occasion pour Volkswagen de rappeler que dans le segment des compactes sportives, la Golf GTI reste certainement un des meilleurs compromis pour celui qui aime les GTI rapides, belles et bien présentées, dotée d'une finition de bon ton et qui n'est pas un accroc des sorties circuits. Une sorte d'épicurien de la route, amoureux des voitures mais qui ne se sent pas l'âme d'un pilote et pour qui une Golf GTI doit pouvoir servir à tout faire sans contraintes… Pour eux, la Golf GTI semble incontournable dans la catégorie....


Devis d'assurance pour une VOLKSWAGEN GOLF (5) GTI Pirelli

AVIS

golf pirelli 230cv boite dsg je suis l’heureux propriétaire depuis le 19 janvier et depuis c’est que du bonheur au bout de 11000 kms à son volant. la boite dsg est un vrai régal avec des passages éclairs en mode séquenciel ( avec les palettes au volant) et une douceur extraordinaire en ville en mode auto. cette voiture tient la route même sur le mouillé avec ses gommes pirelli mais n’espérait pas faire plus de 15000 avec, c’est ça les gommes qui accrochent donc attention l’usure. le moteur est sensas avec un sonorité des plus envoutantes, il est plein de 2000 à 6500 tr/mn, vous êtes collés au siège à chaque accélération. la consommation de le béte est consèquente car même sur autoroute vous faites 9.2l/100. à 130km/h au gps. sur route en roulant avec un œuf sous le pied c’est 8.2l mini ! question confort j’ai été très agréablement surpris avec un niveau sonore contenu et des bruit de roulement pas trop marqué, la finition est très bonne et vous disposez de tous les équipements de confort comme changer 6 cd, sièges chauffant, retros int et ext avec anti ébouiissement etc… c’est le top. il faut ajouter que cette voiture a un coffre et vous pouvez partir à 4 personnes sans soucis. le seul reproche que j’ai trouvé ce sont les appuis tête avant non inclinable vers l’avant et les roues neiges en tôle car il ne se fait pas de jantes alu avec le bon déport c’est dommage car ça gache la voiture pour partir aux skis cette voiture est géniale vous avez une vrai sportive rappelant la 309 gti16 que j’ai eu en 1992 et pendant 7ans et 75000kms. pour les passionnés uniquement 27 juillet 2008 ...
Lire tous les avis sur la VOLKSWAGEN GOLF (5) GTI Pirelli

Vous possédez une GOLF (5) GTI Pirelli ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets VOLKSWAGEN sur le forum :
Forum
RECHERCHE