L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > ASTON-MARTIN > DB9






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

PRESENTATION (24-05-2004)

ASTON-MARTIN
DB9
(2004 - )

148 600 Euros (01/05/2004)
ND CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES ASTON-MARTIN DB9
Type: 12 cylindres en V, 48 soupapes
Cylindrée : 5 935 cm3
Puissance maxi CEE: 450 ch DIN à 6000 tr/mn
Rapport ch DIN/litre : 75,8
Couple maxi CEE: Nm 570 à 5000 tr/mn
Transmission: AR, boîte de vitesses automatique 6 rapports
Pneumatiques: 235/40 AV et 275/35 ZR 19
Poids en ordre de marche DIN (kg): 1.760
Rapport poids/puissance en ch DIN : 3,9
Performances
Vitesse maximum (km/h): 300
0 à 100 km/h (s) : 5,1


L'habitacle de l'Aston Martin DB9 est particulièrement cosy et bien fini. Notez les palettes pour changer les rapports de la boîte auto....


Le V12 est toujours le 6 litres Aston Martin qui équipait les DB7 Vantage. Il a été retravaillé pour offrir plus de puissance, de disponibilité et surtout de musicalité !


Véritable GT au long cours, cette Aston Martin DB9 efface les irrégularités de la route malgré ses grosses jantes de 19 pouces.


Si la DB7 partageait bon nombre d'éléments de son châssis avec la Jaguar XK8, la DB9 inaugure des trains totalement inédits qui lui sont propres.


Prochainement une version DB0 Volante sera proposée. Superbe !

BIEN :-)
Ligne somptueuse
Châssis efficace
V12 démoniaque
Finition
Image !!
PAS BIEN :-(
Réseau éparse
Poids élevé
Pas de boîte robotisée
Pas pour toutes les bourses !

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (24/05/2004)

LA BEAUTE DU DIABLE !
Avec une situation stable depuis plus de 15 ans maintenant, sous la houlette de Ford, Aston Martin poursuit son développement de gamme. C'est au tour de la DB7 d'être remplacée. Avec sa nouvelle DB9, Aston Martin revisite le style Aston et place sous son long capot un somptueux V12 ! Power, Beauty and Soul sont les maîtres mots avancés par Newport-Pagnell pour présenter sa nouvelle DB9. Une réussite ?…

Texte : Gabriel LESSARD
Photos : D.R.

Depuis le rachat d'Aston Martin-Lagonda par la Ford Motor Company en 1989 et son intégration dans la structure PAG (Premium Automotive Group), l'avenir et la pérennité d'Aston Martin semblent enfin assurés. Après avoir remisé au placard les antiques Aston AM V8, dérivées elles-même des DBS des années 70 (celle de Brett Sinclair dans la série Amicalement vôtre), Ford avait développé la DB7 qui reprenait ainsi les initiales de David Brown, longtemps propriétaire de la marque. Il fut notamment l'artisan du développement à l'échelon international d'Aston Martin avec en point d'orgue les DB5 si charismatiques et montures du plus célèbre agent secret britannique, James Bond. La DB7 partageait alors son châssis avec sa cousine la Jaguar XK8 tandis que sa plate-forme était dérivée de la Jaguar XJS. Le six en ligne, en provenance de Jaguar, était doté d'un compresseur. Sa ligne effilée, renouait avec bonheur avec les modèles à succès des années 60. Si sur le papier, la DB7 pouvait passer pour une GT hybride, la production est passée à 700 exemplaires dès la première année de production pleine en 1995. C'est à comparer aux 42 Aston Martin produites en 1992 ! L'Aston Martin Vanquish s'est chargé de la montée en gamme et entre-temps la DB7 a troqué son 6 en ligne " étranger " contre un V12 100% Aston dès 1999. Pour remplacer l'Aston Martin DB7, les hommes de Newport-Pagnell vont partir d'une feuille presque blanche pour une GT de conception 100% Aston Martin. La DB9 arrive, et ses rivales peuvent trembler tant sur le papier elle est exceptionnelle. Et preuve des ambitions d'Aston Martin pour sa DB9, une nouvelle usine high-tech ultra-moderne a été construite à Gaydon, tandis que les actuels locaux de Newport-Pagnell vont devenir à terme un centre de restauration pour les vieilles Aston-Martin...

DESIGN
C'est le designer Henrik Fisker et son équipe qui sont les heureux responsables du design de la DB9. Quelle ligne ! Quelle harmonie ! Alors que la Porsche 911 type 997 semble chercher sa voie pour se renouveler sans changer, et que les Ferrari explorent de nouvelles voies, les designers de Newport-Pagnell ont réussi le tour de force de dessiner une Aston Martin rapidement identifiable. La calandre typique des Aston est bien entendu présente et annonce le long capot avec ses prises d'air sur les flancs. Les blocs optiques avant oblongs et étirés s'inspirent de ceux des DB7 et Vanquish, mais en y ajoutant une touche d'élégance et de distinction qui font défauts aux deux autres. De profil, le dessin dynamique des custodes sont reprises de celui de la Vanquish ce qui dynamise le profil de la DB9. Enfin, la partie la plus réussie à nos yeux est sans conteste cette poupe magistrale. D'une finesse et gracilité sans faille, les feux sont totalement intégrés dans la ligne générale et il n'y a aucun décrochement dû au pare-chocs. Joli coup de crayon ! L'habitacle n'est pas en reste avec une présentation très luxueuse et hig-tech. La qualité des assemblages force l'admiration, et sur les premières DB9 présentées, les matériaux employés sont de très haut niveau. Aston Martin a mis à profit son intégration dans Premium Automotive Group en sollicitant les spécialistes de Volvo pour toutes les techniques de sécurité passive mais également pour le traitement de l'habitacle. Les hommes d'Aston Martin ont donc utilisé du bois massif, non verni pour le laisser vieillir, coupé au laser pour plus de précision ! Le cuir est bien entendu très présent, tant sur la sellerie, que sur la planche de bord et les contreforts de portes. Produit en Ecosse, il est fournit par Bridge of Weir Leather Company, également fournisseur attitré du Queen Elizabeth II, de l'Hôtel Burj al Arab de Dubaï ou encore de la British House of Parliament.

TECHNIQUE
Pour tenter de limiter la prise de poids et conserver une rigidité conséquente, gage d'un bon comportement routier, les techniciens anglais ont eu recours à une structure en alu extrudé de type Space Frame. C'est le spécialiste suédois Hydro qui est l'artisan de cette structure en alu, déjà concepteur du châssis de la Lotus Elise, une sacrée référence ! La structure de la DB9 ne pèse donc que 275 kg. Les trains roulants sont constitués de doubles triangles superposés en alu forgés aux quatre roues. Une biellette transversale est montée sur l'essieu arrière pour améliorer la tenue de route. Les amortisseurs restent de facture classique, et ne sont pas pilotés. La DB9 repose sur de très belles jantes multi-branches de 19 pouces chaussées en copieux 235/40 devant et 275/35 derrière. Les techniciens de Newport-Pagnell ont décidé de faire battre le cœur de la DB9 au rythme du V12 Aston Martin. C'est le V12 6 litres de cylindrée de la DB7 Vantage qui est intégralement repris pour la DB9. Il est pour l'instant toujours assemblée chez Cosworth, propriété de VAG ! Sa fabrication sera prochainement transférée dans une nouvelle usine à Cologne où seront également produits les futurs V8 de la prochaine Aston Martin AMV8. Par rapport à la DB7 Vantage, sa gestion électronique a été revue et ses collecteurs et arbres à cames retravaillés lui autorisent de nouvelles performances : 450 ch à 6 000 tr/mn et 570 Nm de couple à 5 000 tr/mn dont 80% disponible dès 1 500 tr/mn ! A la différence des V12 Ferrari par exemple, privilégiant les régimes de rotation élevée avec une puissance maximale à 7 500 tr/mn, le V12 Aston se contente de 6 000 tr/mn. Un choix plutôt délibéré sur les reprises et le couple plus que la puissance spécifique. Si la puissance est transmise fort logiquement aux roues arrière, c'est pour l'instant à une boîte automatique ZF à 6 rapports qui se charge d'animer le V12 de l'Aston Martin DB9. Il est possible de commander la boîte via des palettes situées derrière le volant. A terme, une boîte mécanique Graziano à 6 rapports sera proposée, mais pas de boîte robotisée au programme.

CHASSIS
Nous n'avons pas pu encore essayer cette noble anglaise. Toutefois, les nombreux essais dans la presse invitée à tester cette nouvelle Aston Martin DB9 nous permettent de mieux la cerner. Si tous sont unanimes sur la ligne de la DB9 et sur son habitacle au charme si particulier et bien fini, le premier frisson vient des premières vocalises du V12 Aston. Le démarrage se fait via un bouton au tableau de bord appelé " engine start " dont la texture fait penser à du diamant. Dès les premiers tours de roue, l'Aston Martin DB9 se montre fidèle à l'esprit Grand Tourisme de la marque. Malgré ses grosses roues, elle gomme les aspérités de la chaussée et sait rester confortable. Il n'est ainsi pas toujours nécessaire d'avoir recours des suspensions pilotées ultra-sophistiquées pour obtenir un bon compromis confort/efficacité. Pour maîtriser le couple gargantuesque un ESP Conti Teves intégrant l'aide au freinage d'urgence, , la répartition électronique et l'antipatinage a été monté. Bonne nouvelle pour les amateurs de sport et de travers, l'ESP de la DB9 peut être déconnecté à partir d'un bouton au tableau de bord. Si vous décidez de le laisser actif, il se déclenche très discrètement de manière opportune tout en ménageant la susceptibilité du conducteur. Le maniement de la boîte via des palettes est très efficace et rappelle le principe de la boîte auto Speedshift de la Mercedes SL 55 AMG Kompresseur. Attendons donc la future boîte mécanique à 6 rapports, même si dans la définition de départ des hommes d'Aston Martin, l'esprit GT au long cours est clairement privilégié par rapport au sport. Un choix, plus même une philosophie qu'Aston Martin défend et revendique pour se faire une place entre les très sportives Ferrari 575 Maranello et Porsche 911 Turbo (996) et les " confortables " Bentley Continental GT et Mercedes SL 55 AMG

:: CONCLUSION
David Brown peut reposer en paix. L'Aston Martin DB9 est bien la digne héritière de la longue lignée des DB (de 1 à 6). Un design d'une beauté fatale, un châssis classique mais bien conçu, et un V12 démoniaque sont là pour vous rappeler que la magie Aston Martin opère toujours. Sans parler de l'habitacle à l'ambiance cosy si britannique et dont la finition ferait pâlir d'envie certaines italiennes prestigieuses. La DB9 est assurément une réussite qui va fixer de nouveaux standards chez Aston Martin...

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"La fantastique mélodie du V12 nous arrache à nos réflexions. Le système d'échappement by-pass permet une sonorité plus explosive à hauts régimes, lorsque le flux de gaz se libère de façon plus directe. Ce moteur est un véritable orchestre philharmonique ! Le large répertoire musical n'est pas son unique atout. Cette noble mécanique, qui convient parfaitement à une GT britannique de grande classe comme la DB9, se montre également douée pour changer de caractère à la demande. Sa disponibilité remarquable permet de jouer sur du velours dans les grandes courbes autoroutières, avec l'assurance d'être catapulté en un clin d'œil si le besoin s'en fait sentir…"
SPORT AUTO - mai 2004.

"Ce qui ne les empêche pas de se montrer en accord parfait avec ce coupé dont le cahier des charges mettait sur un pied d'égalité le maintien du confort et de celui des mouvements de caisse. Le confort est acquis grâce à une faculté de filtrage étonnante des petites aspérités, qui sont proprement gommées alors que, dans le même temps, les bruits de roulement apparaissent étonnement bas compte tenu de la générosité des pneus de 19 pouces."
LE MONITEUR AUTOMOBILE - 8 avril 2004.


Devis d'assurance pour une ASTON-MARTIN DB9

AVIS

elle est superbe, elle allie somptuosité et férocité. dommage qu' aston martin ne l'actualise pas avec le nouveau v12....
Lire tous les avis sur la ASTON-MARTIN DB9

Vous possédez une DB9 ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets ASTON-MARTIN sur le forum :
Forum
RECHERCHE