L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > ASTON-MARTIN > DB5






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

COLLECTOR (17-07-2009)

ASTON-MARTIN
DB5
(1963 - 1965)

env. 200 000 Euros (2009)
NC CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES ASTON-MARTIN DB5
MOTEUR
Type: 6 cylindres en ligne, 12 soupapes 2 arbre à cames en tête
Position: Longitudinal AV
Alimentation: 3 carburateurs SU HD 8.
Cylindrée en cm3: 3 995
Alésage x course : 96 x 92
Puissance ch DIN à tr/mn: 282 à 5 500.
Puissance au litre en ch: 70,58
Couple maxi en Mkg à tr/mn: 39,6 à 4 500
TRANSMISSION
AR
Boîte de vitesses (rapports): 5 manuelle.
POIDS
Données constructeur en kg: 1 468
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 5,20
ROUES
Freins : Disques Girling sur les 4 roues avec deux circuits séparés et deux servos.
Pneus : AV et AR 6.70 15.
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 240
400 m DA en secondes: 16
1 000 m DA en secondes: ND
0 à 100 km/h : 7,5
0 à 200 km/h : ND
Consommation moyenne : ND

L'Aston Martin DB5 se distingue de la DB4 par quelques détails : catadiptres intégrés dans les extrémités du pare-chocs arrière, éclairage de plaque de police peint ton caisse, logo "DB5" sur la droite de la malle arrière...


L'habitacle des Aston Martin DB5 est sportif mais très bien fini, à l'inverse des réalisations italiennes contemporaines. Le cuir Connolly notamment, utilisait les même peaux que celles réservées aux Rolls-Royce !


La version cabriolet présentait alors une ligne d'une très grande puretée.


Produits à seulement 123 exemplaires, les cabriolets sont de véritables collectors. Ils ne s'appelaient pas encore Volante. C'est la DB6 qui inaugurera cette appellation.


L'Aston Martin possède une ligne intemporelle et très élégante signée Touring.


Comme toutes les GT des années 60, Aston Martin a équipé son modèle phare de roues à rayons Rudge en 15 pouces.

L'Aston Martin DB5 bénéficiait de solution avancées : carrosserie Superleggera, quatre freins à disques et surtout un 6 cylindres en ligne à 2 arbres à cames en tête tout en alu de 282 ch.


La DB6 se distingue par des cotes plus généreuse et surtout une poupe différente.

BIEN :-)
Ligne
Image
Performances
Finition
Moteur
PAS BIEN :-(
Budget
Coût d'une restauration
Peu de spécialistes en France
Freins d'époques


© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (17/07/2009)

JAMES BOND CAR !
Après la carrière plutôt discrète mais réelle et efficace de l'Aston Martin DB4, David Brown et son équipe dévoile une nouvelle voiture, qui est surtout une évolution réactualisée de la DB4, avec des inspirations de DB4 GT. Mais, cette fois-ci, le marketing et la publicité allaient être utilisés par la magie du 7e art. La DB5 en devenant la voiture du plus célèbre agent secret du MI6, va obtenir une renommée internationale reconnue…

Texte: Nicolas LISZEWSKI - Photos: D.R.

Créé en 1914 par Lionel Martin qui s'est illustrée en tant que pilote à la course de côte d'Aston, Aston Martin va construire une cinquantaine de voitures sportives de 1500 cm3 qui s'illustrèront dans diverses compétitions. La plus célèbre de toutes fut celle que l'on appela "Green Pea" (poids vert). Mais dès 1925, la société est en faillite et MM. Renwick et Bertelli reprennent l'affaire moribonde. Ils fabriqueront les fameuses Ulster, International jusqu'en 1936. Mais là encore, les affaires tournent mal. Puis Gordon Sutherland, aidé de l'ingénieur Claude Hill, rachètent la firme et fabriquent des 2 litres (c'est donc l'abandon du moteur 1,5 litres) jusqu'en 1940. Mais à chaque reprise, l'histoire se répète : mauvaise gestion, prix de vente dissuasif et dépenses faramineuses conduisent à la faillite. C'est alors que David Brown, fabricant d'engrenages fortuné, va s'ériger en énième sauveur de la marque, et va dans le même temps racheter Lagonda. Le constructeur Aston Martin - Lagonda est donc créé en 1940. La période de la guerre n'est évidemment pas très propice au développement de nouveaux modèles, et surtout à la vente de modèles sportifs et luxueux. Après la guerre, David Brown va développer des modèles qui correspondront à son image : sportives et bourgeoises. Jusqu'en 1958, différents modèles de la DB2 à la DB4 inaugurant les dénominations portant ses initiales (DB : Davis Brown) vont donc être produites en petites quantités, bénéficiant d'une image exceptionnelle, mais seulement auprès des amateurs avertis fortunés. Ensuite, l'engagement en compétition d'Aston Martin, notamment avec des victoires aux 24H du Mans, alors une des épreuves phares dans le monde entier avec le GP de Monaco et les 500 Miles d'Indianapolis, et la commercialisation de l'Aston Martin DB4 vont inverser la tendance. Aston Martin sera toujours performant et luxueux, mais sa notoriété et ses volumes de production vont croître sensiblement. Alors pour sa grosse évolution, baptisée Aston Martin DB5, David Brown va lancer son modèle dans une carrière au retentissement international, avec la voiture de James Bond dans le film de Goldfinger. Un véritable succès, et jamais Aston Martin n'aura vendu alors autant de voitures, notamment en France.

DESIGN
Pour réussir là où les autres avaient échoué, David Brown a su s'entourer d'hommes compétents et motivés. Ainsi, John Wyer viendra apporter son concours, avant de devenir l'homme clé des succès de la Ford GT40 (!), Tadek Marek, un ingénieur d'origine polonaise, s'occupera des conceptions des moteurs 6 cylindres, puis du V8, et le carrossier Touring qui s'occupera de la partie design et conception. Justement, Touring a mis au point une technique appelée " Superleggera ". L'Aston Martin DB5 va en profiter. Le principe est relativement simple et pour but d'alléger au maximum les carrosseries : une structure tubulaire, reçoit des feuilles d'aluminium qui composent les panneaux de carrosserie. C'est donc un gage de légèreté, sans perdre la rigidité nécessaire à une bonne tenue de route, surtout sur les voitures de sport. Ce principe sera déployé à la compétition pendant des années. La ligne dessinée par Touring était dans la continuité de celle de la DB4, fortement inspirée de la variante DB4 GT. Les phares avant sont donc sous globe, des catadioptres intègrent les deux extrémités du pare-chocs arrière et l'éclairage de plaque de police arrière est désormais peint. Bien entendu, un sigle " DB5 " sera apposé sur la droite de la malle arrière. La ligne de l'Aston Martin DB5 est bien dans le ton des GT de l'époque, à l'image des Ferrari 250 GT notamment. Il est à noter que chaque panneau de carrosserie était formé entièrement à la main, au marteau !! Le carrossier partait d'une tôle d'aluminium plane, et la formait au marteau… Nous étions alors très loin du taylorisme ou du fordisme. L'habitacle est traité dans un style sportif mais luxueux. Ainsi, une batterie de cadrans rappelait la vocation sportive de l'Aston Martin DB5, mais la finition, à l'inverse de certaines italiennes, ne supportait pas la critique. Le cuir, en provenance de Connolly off course !, était issu des même peaux que celles prévues pour les Rolls-Royce.

MOTEUR
C'est Tadek Marek, l'ingénieur motoriste d'Aston Martin - Lagonda qui va concevoir le six en ligne qui anime l'Aston Martin DB5. Tout en aluminium coulé, ce magnifique six en ligne, à 2 arbres à cames en tête, aura été initialement testé sur le prototype DBR2 en course. Sur l'Aston Martin DB4, la première version de ce moteur sera monté et il se distinguera par une puissance et un couple disponibles suffisants allié à une fiabilité étonnante. Avec l'embourgeoisement de l'Aston Martin DB5 et la prise de 150 kg d'excédent, il convient d'augmenter la puissance du moteur pour que les performances n'en pâtissent pas, surtout comparées à la DB4. La cylindrée évolue donc pour passer de 3,6 litres à 4 litres. La puissance gagne 42 ch pour passer à 282 ch à 5 500 tr/mn tandis que le couple moteur se porte à une valeur très respectable de 38,6 mkg à 4 500 tr/mn. Pour y parvenir, en plus de l'augmentation de la cylindrée, une batterie de 3 carburateurs SU HD8 sont montés. Le réglage du moteur ne peut donc qu'être confié à un spécialiste qui connaît. Chaque moteur était assemblé à l'usine d'Aston Martin par un seul et même compagnon. Mais l'augmentation de ces valeurs ne permettent plus de conserver une marge de sécurité suffisante pour la boîte de vitesses à 4 rapports avec overdrive fabriquée chez David Brown. Aston Martin - Lagonda devra se tourner vers ZF pour la fourniture d'une boîte à 5 rapports synchronisés. Avec une telle mécanique, l'Aston Martin DB5 n'amusait pas la galerie et, en fonction de la longueur du pont pouvait autoriser 240 km/h en vitesse maximum. Le 0 à 100 km/h était abattu en moins de 8 secondes, valeur encore actuelle que peu de voitures peuvent revendiquer. Grâce à sa distribution évoluée, ce moteur peut aller dans les hautes rotations sans sourciller. Pour le son, la batterie de carburateur se charge du tempo, et si vous souhaiter entendre son grondement sourd, regardez donc le film " Goldeneye " avec Pierce Brosnan lorsqu'il fait une course avec une Ferrari F355 Berlinetta sur la Corniche. Magique !…

CHASSIS
Le châssis est caissonné en acier, sur lequel est soudé la structure tubulaire " Superleggera ". L'essieu avant est composé de triangles superposés avec ressorts hélicoïdaux , une barre antiroulis et une barre stabilisatrice latérale. L'essieu arrière utilise une technique plus conventionnelle avec un pont arrière rigide, des jambes de poussée, une timonerie de Watt et un amortisseur à levier. La direction est à crémaillère, gage de précision, et les quatre freins sont assistés composés de disques. Les roues Rudge en 15 pouces sont à rayons, comme à la belle époque, et sont chaussées de pneus 6.70 15. Comme toute Aston Martin qui se respecte, la DB5 conserve la philosophie chère à David Brown. La DB5 est donc efficace tout en restant confortable. Un commutateur à quatre positions au tableau de bord permet même de régler le tarage des amortisseurs ! En forçant le rythme, la DB5 conserve sa précision de conduite et le pont arrière ne se fait pas trop sentir. Mais c'est surtout en vraie GT des temps moderne qu'elle est le plus à l'aise. Seul le freinage d'époque, malgré ses quatre disques, incite à l'anticipation…

ACHETER UNE ASTON-MARTIN DB5
Pour acheter une Aston Martin DB5 aujourd'hui, il faut compter au minimum 250.000 euros pour des beaux exemplaires. Toutefois, les DB5 à vendre ne sont pas légion, et il y a fort à parier que ces modèles ne cesseront de voir leur cote grimper dans les décennies à venir, tant leur histoire, leur aura et leur pouvoir de séduction est fort. Vendue dans les années 60 le prix d'une Ferrari, en collection l'équité n'est plus de mise, tant les Ferrari symbolisent le sport automobile par-dessus tout. L'entretien à l'époque était proche en terme de coût des Rolls-Royce, ce qui n'a malheureusement pas changé ! Si vous optez pour une Aston Martin DB5 à restaurer, prévoyez l'artillerie lourde. En effet, il faut déjà bien inspecter la structure tubulaire qui a peut être rouillé, sans que l'on puisse le voir avec les panneaux en aluminium. En cas de choc, les panneaux doivent être reformés à la main, car il n'existe pas de pièces carrosserie toutes faites. L'usine de Newport-Pagnell a d'ailleurs été transformée en centre d'entretien et restauration des anciennes Aston Martin. Côté moteur, la fiabilité est de mise, même si l'entretien reste très cher, notamment en raison du coût des pièces spécifiques Aston Martin. Sans parler des réglages fréquents des carburateurs qui supportent mal les utilisations urbaines d'aujourd'hui. Il faut donc rester malheureusement conscient que si le prix d'achat d'une Aston Martin DB5 peut encore être accessible (le prix d'un 4x4 ou d'une berline haut de gamme neufs), comparé à une Ferrari contemporaine, l'entretien nécessite un budget pas moins conséquent et éloigne ainsi les petites bourses de la belle. Mais c'est aussi ainsi que l'on forge une légende. L'exclusivité à un prix à payer…

db5 bondAM DB5 JAMES BOND
C'est le film Goldfinger qui va faire connaître la marque auprès du public. Cette Aston Martin DB5 est équipée de divers accessoires bienvenus : plaques minéralogiques interchangeables, mitraillettes intégrées dans les sabots de pare-chocs avant, blindage pare-balles, rétractable, protégeant la lunette arrière, écran de fumée, snaps libérant de l'huile sur la route, coupe-essieux latéraux, interdisant aux poursuivants toute tentative de dépassement, radar et siège éjectable pour l'éventuel passager encombrant. Avec tous ces gadgets, l'Aston Martin DB5 devait permettre à James Bond de se défaire des adversaires les plus coriaces...

 

:: CONCLUSION
L'Aston Martin DB5, c'est un concentré de ce que représente le Royaume Uni : de la classe, de l'humour (James Bond), un amour des GT (technologie, raffinement technique), et une ligne intemporelle. Adulée par les néophytes et les amateurs, elle mérite amplement son succès, car elle est également une des dernières réalisations phare sous l'égide de David Brown. La DBS suivante, avec seulement 6 cylindres au départ, était devenue plus bourgeoise que sportive. L'Aston Martin DB5 ? Un mythe à acheter et à conserver, avec hélas un budget conséquent pour l'entretenir…

PRODUCTION ASTON MARTIN DB5
Coupés : 886 exemplaires (1963-65).
Cabriolets : 123 exemplaires (1963-65)
Breaks : 12 exemplaires (1963-65).
TOTAL : 1 021 exemplaires.

CHRONOLOGIE
1958 : Lancement de l'Aston Martin DB4 avec châssis Touring Superleggera.
1963 : En juillet, commercialisation de l'Aston Martin DB5 avec 6 en ligne de 4 litres de 282 ch.Egalement version Vantage de 314 ch.
1964 : Utilisation par James Bond dans " Goldfinger " d'une Aston Martin DB5 très spéciale. Commercialisation de la version convertible.Fabrication à l'unité d'un break sur base d'Aston Martin DB5 chez Harold Radford.
1965 : Arrêt de la fabrication des Aston Martin DB5.Commercialisation de l'Aston Martin DB6 qui gagne en empattement et en confort.


Devis d'assurance pour une ASTON-MARTIN DB5

AVIS

Vous possédez une DB5 ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
videos
Forum
>Sujets ASTON-MARTIN sur le forum :
Forum
RECHERCHE