L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > VOLKSWAGEN > SCIROCCO 2.0 Tsi






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (06-11-2008)

VOLKSWAGEN
SCIROCCO
2.0 Tsi
(2008 - )

27 700 Euros (01/11/2008)
12 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES VOLKSWAGEN SCIROCCO 2.0 Tsi
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes, 2 arbres à cames en tête + calage variable à l'admission
Position: transversal AV
Alimentation: Injection directe Bosch MED 9.1 + turbocompresseur Borg Warner K03 (Ø 0,9 bars) + échangeur air/air.
Cylindrée en cm3: 1 984
Alésage x course (en mm) : 82,5 x 92,8
Puissance ch DIN à tr/mn: 200 à 5 100
Puissance au litre en ch DIN :
Couple maxi en mkg à tr/mn: 28,5 de 1 700 à 5 000
Couple au litre en mkg :
TRANSMISSION
AV + EDS + ESP.
Boîte de vitesses (rapports): manuelle 6 rapports (DSG en option).
POIDS
Données constructeur en kg: 1 318
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 6,59
ROUES
Freins : 2 disques ventilés AV (Ø 312 mm) + étriers flottants avant monopiston et 2 disques ventilés AR (Ø 286 mm) + étriers flottants monopiston + ABS + EBV + AFU
Pneus : 225/40 R17 AV et 225/40 R17 AR (en option 235/40 R18 AV/AR).
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 235
400 m DA en secondes: ND
1 000 m DA en secondes: 27"4
0 à 100 km/h : 7"1
0 à 200 km/h : ND
Consommation moyenne : 7,6 L/100 Km (mixte).


Alors que la Golf 6 semble se perdre dans un lifting trop discret, le coupé Scirocco vient souffler un vent nouveau dans le design VW. Inspiré du concept Iroc (Mondial de Paris 2006), mais en s'adaptant à un usage plus consensuel et industrialisable, le look du Scirocco cru 2008 est jugé soit réussi et sexy par les uns, ou quelconque par les autres. Question de goût, certainement.


La position de conduite est excellente car malléable à souhait en fonction de votre morphologie, avec la possibilité d'adopter une assise très basse. Confortables, les sièges manquent de maintien dans les appuis très prononcés, même si la suspension pilotée vient en renfort.


A l'intérieur on se croirait dans une… Golf ! Pas de doute, le possesseur d'un modèle de la marque (Eos, Golf Plus, Tiguan, Golf…) ne sera pas dépaysé par la présentation et le design intérieur. C'est toujours aussi classique, triste mais bien présenté et d'une finition très correcte, surtout face à la concurrence française. Certes, on retrouve encore quelques plastiques (trop ?) durs dans la partie basse, mais avec un tarif d'entrée à 27 700 euros et doté d'un équipement de série classique mais déjà correct, le Scirocco est une bonne affaire.


Une mécanique désormais archi-connue des amateurs de VW sportive puisque c'est le 2 litres TFSI de la Golf GTI et ses 200 ch.


La plate-forme est archiconnue et partagée, puisque c'est celle de la Golf. Cependant, les voies avant et arrière sont plus larges avec respectivement +35 mm et +59 mm. Mais surtout la grande nouveauté sur le Scirocco est son amortissement piloté baptisé DCC.

BIEN :-)
Design VW " nouveau "
Finition intérieure
Position de conduite
Souplesse mécanique
Sonorité mécanique
Performances
Boîte DSG (en option)
Poids maintenu
Châssis équilibré
Amortissement piloté efficace
Tarif
PAS BIEN :-(
Freinage (étriers flottants !)
Pas de brin de folie ?
Accès aux places AR
Moteur trop linéaire ?
" Vrai-Faux " coupé
Manque de vivacité de comportement
ESP non déconnectable
Plus mini GT que vraie sportive

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (06/11/2008)

VENT NOUVEAU ?
Depuis 1995 et l'arrêt du coupé Corrado, VW avait semblé délaisser les coupés dans sa gamme. L'arrivée de l'Eos fut une première réponse, mais désormais, un vent chaud souffle de nouveau dans la gamme VW. Le Scirocco est de retour ! Mais ne vous attendez pas à un véritable coupé, mais plutôt à une version plus compacte et moderne de la Golf. En version TSI, forte de 200 ch, le coupé Scirocco se présente comme une alternative fort séduisante à la Golf 3 portes. Mais cela est-ce suffisant pour supplanter la GTI dans le cœur des passionnés ?...

Texte : Gabriel LESSARD
Photos : D.R.

Après les deux premières générations de coupés Scirocco (1974 et 1981), Volkswagen changea de nom en conservant toutefois la même recette en 1989. Le coupé Corrado, à la ligne carrée et ramassée à souhait, toujours basé sur la Golf, se distingua par une version de pointe motorisée par le VR6. Puis en 1995, il s'éteignit sans descendance. Depuis, Volkswagen très en forme, a décliné des dérivés et variantes dans ses gammes plus classiques. Après la Passat CC, l'Eos (sorte de CC sur base de Golf), le coupé Scirocco fait son grand retour au catalogue pour un troisième opus. Pour le moment, depuis son lancement et sa première mondiale au salon de Paris 2008, la version d'attaque (comprenez en performances !) est celle motorisée par le 2 litres TSI de 200 ch.

UN PEU D'HISTOIRE...
« Scirocco » est à l’origine le nom donné à un vent chaud soufflant du Sahara vers la côte méditerranéenne. Avec le coupé Scirocco, Volkswagen propose en 1974 un concept non moins exotique à sa clientèle.

A l’instar du concept Golf, il apporte à la gamme un souffle nouveau. Au début des années 70, Volkswagen s’engage sur de nouvelles voies technologiques en élargissant une production auparavant limitée aux moteurs à refroidissement par air. Inspiré par les lignes de la Golf, lancée en mars 1974, Giorgio Giugiaro dessine un modèle 2 corps sportif et élégant.

Avec ce nouveau coupé, le Scirocco TS 85 ch, Volkswagen démocratise la conduite sportive. Plus d’un demi million de Scirocco sont produits entre 1974 et 1981, avec un large choix d’équipements et de motorisations, du 1.1l 50 ch à la version 110 ch pour le modèle GTI. Imaginée cette fois par le Centre de Design de Wolfsburg, la seconde génération du Scirocco arrive en 1981. Le carrossier Karmann en assemble 291 000 à l’usine d’Osnabrück, jusqu’en 1992. Plus puissante, cette seconde version offre un choix de 10 motorisations, s’échelonant du 1.3l 60ch au bloc à 16 soupapes de 139ch.

DESIGN
Alors que la Golf 6 semble se perdre dans un lifting trop discret, le coupé Scirocco vient souffler un vent nouveau dans le design VW. Inspiré du concept Iroc (Mondial de Paris 2006), mais en s'adaptant à un usage plus consensuel et industrialisable, le look du Scirocco cru 2008 est jugé soit réussi et sexy par les uns, ou quelconque par les autres. Question de goût, certainement. Mais force est de constater que cette offre est une belle alternative aux versions trois portes de la Golf. Avec ses voies larges, ses hanches plus sensuelles et galbées et ses feux avant et arrière étirés, la Golf semble être une bonne dame à côté. Si en prime vous optez pour les jantes de 18 pouces (en option), on retrouve alors ce côté un peu ramassé qui était si séduisant sur le Corrado. Bien que portant l'appellation " coupé " ce nouveau Scirocco semble plus concurrent direct de sa cousine Audi A3, mais aussi en droite ligne des Volvo C30 et nouveau Mercedes CLC. Le design arrive parfois à bien gommer les réalités, car malgré les apparences, le Scirocco est tout sauf un petit coupé compact. Avec ses 4,2 mètres de long et ses 1,8 mètres de large, on est loin du gabarit fillette. A l'intérieur on se croirait dans une… Golf ! Pas de doute, le possesseur d'un modèle de la marque (Eos, Golf Plus, Tiguan, Golf…) ne sera pas dépaysé par la présentation et le design intérieur. C'est toujours aussi classique, triste mais bien présenté et d'une finition très correcte, surtout face à la concurrence française. Certes, on retrouve encore quelques plastiques (trop ?) durs dans la partie basse, mais avec un tarif d'entrée à 27 700 euros et doté d'un équipement de série classique mais déjà correct, le Scirocco est une bonne affaire. Si vous craquez en prime pour une version Carat, vous aurez alors en prime le cuir et d'autres équipements qui agrémenteront l'habitacle et votre vie à bord. La position de conduite est excellente car malléable à souhait en fonction de votre morphologie, avec la possibilité d'adopter une assise très basse. Confortables, les sièges manquent de maintien dans les appuis très prononcés, même si la suspension pilotée vient en renfort.

MOTEUR
Si l'offre essence démarre avec le 1.4 TSI déjà vu sous le capot de la Golf 5, c'est le deux litres désormais bien connu de la Golf 5 GTI qui vient dynamiser les performances du Scirocco par le haut. Cette brillante mécanique est toujours dotée des mêmes raffinements techniques qui lui confèrent un caractère très plein dès les plus bas régimes. Le mariage de l'injection directe et du turbocompresseur Borg Warner K03 soufflant à 0,9 bars autorise en effet un couple de 28,5 mkg disponible dès 1 700 tr/mn. Le hic, c'est que la courbe de couple est ensuite " plate " puisque les 28,5 mkg sont constants jusqu'à 5 000 tr/mn. Volant en main, cela se traduit par une vigueur dès le départ et une poussée ensuite qui semble constante. Forte, mais constante. La puissance maximale (200 ch) obtenue elle à 5 100 tr/mn démontre également le manque de brio dans les tours de ce bouilleur. Les performances sont bien là (environ 7 secondes pour le 0 à 100 km), mais elles semblent atteintes sans panache, sans forcer. Dans l'ensemble, on ne reste pas réellement surpris par cette motorisation (pourquoi n'avoir pas retenu la version 230 ch des Edition 30 et Pirelli !?) qui est orchestrée par une boîte mécanique à 6 rapports (boîte DSG en option) et doit mouvoir une masse équivalente à celle de la Golf 5 GTI. A noter une vitesse maximale de 235 km/h.

CHASSIS
La plate-forme est archiconnue et partagée, puisque c'est celle de la Golf. Cependant, les voies avant et arrière sont plus larges avec respectivement +35 mm et +59 mm. Mais surtout la grande nouveauté sur le Scirocco est son amortissement piloté baptisé DCC. Avec six capteurs analysant les mouvements de caisse, le régime moteur, la vitesse et la direction, le DCC se charge de prévoir le meilleur compromis possible selon les circonstances du moment. Un mode sport et confort sont au choix selon vos envies du moment. En mode sport, la suspension est raffermie, limitant ainsi la prise de roulis. La direction électromécanique est à assistance variable en fonction du programme DCC retenu. Le système de freinage à quatre disques ventilés est largement dimensionné mais en revanche toujours pincé par des étriers flottants monopiston ! Impensable sur une auto moderne qui aurait des prétentions sportives. Les aides à la conduite, comprenez les béquilles, sont toujours de la partie et non déconnectables intégralement : ABS, ESP, AFU, EBV, EDS. Bonne nouvelle, les constructeurs automobiles semblent enfin prendre conscience qu'il faut lutter réellement efficacement contre la prise de poids entre chaque génération de modèle. A défaut de perdre des kilos, le Scirocco TSI reste dans des valeurs proches de celle de la Golf GTI avec 1 318 kilos. L'amortissement piloté en mode confort permet de garantir un niveau de roulage très soft et faisant fi des irrégularités de la chaussée. Mais lorsque les virolos se présentent, le mode sport est plus adapté pour plus de dynamisme. Enfin, il faut le dire vite, car si le Scirocco est très efficace et sûr, il semble presque pataud et désespérément sous-vireur. Il faut vraiment lever le pied en courbe pour que le train arrière daigne se placer avec plus de panache et autoriser le train avant à mordre à la corde. Et encore, on a l'impression de forcer le Scirocco à aller contre nature. Un vent oui, mais pas si chaud…

Doublé gagnant pour le Scirocco GT24
Brillante entrée en piste pour le nouveau Scirocco GT24 aux très attendues 24 heures du Nürburgring. Devant une foule de 200 000 spectateurs, les deux coupés-sport de 325 ch pilotés par Jimmy Johansson, Florian Gruber, Thomas Mutsch, Hans-Joachim Stuck et Carlos Sainz, Giniel de Villiers, Dieter Depping et une nouvelle fois Hans-Joachim Stuck ont remporté les première et deuxième places dans la catégorie des modèles à moteurs 2.0 l turbo. Face à 219 voitures au total, parmi lesquelles de nombreux modèles de sport et de tourisme plus puissants, les deux équipes sont arrivées 11ème et 15ème au classement général. Le Dr. Ulrich Hackenberg , Bernd Ostmann, Matthias Malmedie et Altfrid Heger ont complété ce succès sportif à bord d’un troisième coupé, avec une 5ème position dans la catégorie et une 32ème place au classement général.

:: CONCLUSION
Le Scirocco TSI pourrait avoir tout pour lui ! Une gueule d'amour, une présentation sérieuse, un prix pas irréel et un châssis efficace et sûr. Seulement voilà, on lui cherche une âme sportive qu'il n'a pas. Sa ligne suggère l'exubérance, et ses solutions techniques (moteur et châssis) la performance, mais c'est avant tout du côté du " mini " Grand Tourisme que le Scirocco lorgne. Un choix plus consensuel de la part de Volkswagen, qui annonce, on l'espère, une variante R dérivée de la Golf 6 GTI, ou pourquoi pas de la R32 avec un caractère nettement moins guindé. Chiche !?...

CE QU'EN PENSENT NOS CONFRERES :
"Le nouveau Scirocco nous offre tous les avantages de ses inconvénients, à savoir une efficacité bluffante qui confine à l'ennui ! Il ne lui manque finalement qu'une pincée de fun, c'est-à-dire un châssis un peu plus joueur et une mécanique plus enivrante pour devenir une véritable référence."
Motorsport - Juillet-août 2008 - VW Scirocco TSI DSG - David Lamboley.

"Equilibré et rassurant, à défaut d'être incisif, le Scirocco 2.0 TFSI DSG est l'offre la plus intéressante de la gamme. La boîte DSG est agréable, à la fois douce et véloce. Quant au moteur, il ne rechigne jamais à la tâche mais manque de caractère. Reste un comportement qui mériterait d'être plus agile et un train avant qui ne raffole pas des enchaînements sinueux."
Sport Auto - Août 2008 - VW Scirocco TSI DSG - Sylvain Vétaux.


Devis d'assurance pour une VOLKSWAGEN SCIROCCO 2.0 Tsi

AVIS

Vous possédez une SCIROCCO 2.0 Tsi ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets VOLKSWAGEN sur le forum :
Forum
RECHERCHE