L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > TVR > SAGARIS 4.0






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

PRESENTATION (27-11-2006)

TVR
SAGARIS
4.0
(2004 - )

80 690 Euros (01/09/2005)
ND CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES TVR SAGARIS 4.0
MOTEUR
Type: 6 cylindres en ligne, 24 soupapes 2 arbres à cames en tête
Position: longitudinal central AV
Alimentation: Injection électronique
Cylindrée (cm3): 3 996
Alésage x course (mm): x
Puissance maxi (ch à tr/mn): 406 à 7 000
Puissance spécifique (ch/L): 101,60
Couple maxi (mkg à tr/mn): 42,8 à 5 250
Couple spécifique (mkg/L): 10,71
TRANSMISSION
AR + autobloquant Hydratrack
Boîte de vitesses (rapports): 5 manuelle
POIDS
Données constructeur (kg): 1 100
Rapport poids/puissance (kg/ch): 2,71
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm): Disques ventilés
Pneus Av-Ar: 255/40 ZR 18
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h): 314
400 m DA: ND
1 000 m DA: ND
0 à 100 km/h: 3,8
0 à 200 km/h: ND
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km): ND


>> Pour télécharger gratuitement en fond d'écran les photos de TVR SAGARIS 4.0 cliquez ici !


La TVR Sagaris offre un profil peu courant sur la marché de la voiture de sport. Et c'est tout à son honneur...


L'habitacle est traité très luxueusement et offre une présentation très riginale. La position de conduite est parfaite, en revanche, l'egonomie de certaines commandes fleure bon l'artisanat.


Le coeur de la Sagaris, son moteur SpeedSix. Une vraie mahine de course avec en prime la conservation de l'esprit anglais. Du couple pour une conduite coulée au quotiden en dessous de 4500 tr/mn et puis au-dessus c'est l'enfer dans vtre cerveau !!


Les freins qu'abritent les très belles jantes de 18 pouces semblent indestructibles et surdimensionnés pour la Sagaris.


La carrosserie de la Sagaris regorge de petits détails à l'image de ce becquet aérodynamique en plexi fixés par des supports aussi altiers qu'esthtiques.


>> Download Free Wallpapers of TVR SAGARIS 4.0 , clic here !


Por ouvrir la porte, il faut presser le bouton situé sous... le rétroviseur !


Un pédalier non suspendu comme sur les monoplaces.

BIEN :-)
Châssis de course
Freins indestructibles et puissants
Moteur SpeedSix envoûtant et à deux visages
Performances !
Design marquant
Charme si britannique
Rapport prix/performances exceptionnel

PAS BIEN :-(
Difficile de passer inaperçu
Pas encore homologuée ?
Ergonomie des commandes intérieures
Usage exclusif ?


© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (27/11/2006)

LA BATAILLE D'ANGLETERRE
Il est des marques automobiles aux destins compliqués et torturés. TVR appartient à cette catégorie de petits constructeurs qui joue le pile ou face à chaque nouveau modèle. Cette lutte incessante pour exister ou survivre accouche de modèles souvent charismatiques et charmeurs. La TVR Sagaris, que Romain Rousseaux, le dynamique importateur TVR, a bien voulu nous faire découvrir sur les routes de l'arrière pays niçois, possède cette trempe à faire chavirer les plus sceptiques...

Texte: Gabriel LESSARD - Photos: D.R.

Pour ceux qui auraient manqué un épisode de la saga récente de la gamme TVR, sachez qu'elle comporte actuellement quatre modèles : la Tuscan convertible et "standard", la T350, la Tamora, et la Sagaris. C'est cette dernière que Romain Rousseaux a bien voulu nous faire découvrir sur les routes de l'arrière-pays niçois, un terrain de jeux idéal pour mettre en valeur les qualités du châssis et du moteur. Si l'épisode du SpeedTwelve, ou du V8 maison sont de l'histoire ancienne, TVR mise désormais à fond sur ce six cylindres en ligne (SpeedSix) qui est non seulement fiabilisé mais dispose, on le verra dans le chapitre moteur d'un tempérament unique. Jusqu'à présent, le credo de TVR était un châssis inspiré de la course, une carrosserie en plastique et un gros moteur. La Sagaris ne déroge pas à cette philosophie tout en allant plus loin encore dans tous les domaines...

DESIGN
C'est évidemment par-là que tout commence avec la Sagaris. Impossible de passer inaperçu au volant d'une TVR Sagaris. Elle possède une ligne à nulle autre pareille et il faut reconnaître que la rétine doit s'acclimater à cette agression occulaire. C'est bien simple, aucune auto dans la production automobile actuelle ne permet de singer la Sagaris. Belle ou moche ? Question de goûts et de temps. Surprenante au départ, on s'attarde finalement avec délectation sur les moultes détails qui agrémentent le design de cette drôle de voiture : aileron arrière rapprté transparent, pots d'échappements qui pointent leurs extrémités sur les côtés de l'auto, dessus des ailes avant "crantées", capot en deux parties, feux avant au design agressif, aérations béantes avant... Les dimensions et proportions de la Sagaris participent aussi à semer le trouble dans votre esprit avec un arrière ramassé et un capot proéminent. On dirait une Viper GTS, mais en beaucoup plus petit et surtout semblant à l'oeil nu beaucoup moins lourde. Les larges jantes de 18 pouces laissent entrevoir de solides freins. Pas de doute possible, rien que visuellement parlant, cette Sagaris en impose et annonce la couleur : le sport, du sport et encore du sport. Mais une fois ce premier round d'observation terminé, on prend le temps de découvrir moultes détails ainsi que l'habitacle. C'est la deuxième facette de TVR qui apparaît. Pour ouvrir la porte et découvrir l'habitacle, il faut presser délicatement (le mieux en pleine rue avec du monde autour est d'adopter en même temps une petite moue singeant le flegme britannique !) un petit bouton situé... sous le rétroviseur extérieur ! L'accès à bord est aisé, mais l'auto est (très !) basse. La sortie sera plus rude pour les personnes peu souples et agiles. La position de conduite est excellente même si on aurait apprécié un maintien latéral plus rigoureux. La présentation marie habilement (comme de coutume chez TVR) du sport et du luxe. C'est le sport de Lotus mélangé au luxe d'Aston Martin. Et le dessin de la planche de bord est plus simple et harmonieux que celui de la Tuscan (question de goûts nous direz-vous). Si les commodos et commandes sont très design et agréables à l'oeil, leur ergonomie n'est pas optimale et il vous faudra être coutumier de l'auto pour mieux les deviner (pas de petits pictogrammes dessus comme sur votre clio dci...). Mais cela concourre au charme artisanal de ces autos encore fabriquées à la main. A noter le petit livier de vitesse en alu qui tombe idéalement sous la main, et le pédalier non suspendu comme sur une monoplace !

MOTEUR
Pour cette dernière décennie, l'abandon du V8 Rover au profit de mécaniques de conception maison ont fait couler beaucoup d'encre et également "embrouillé" les esprits. SpeedTwelve, V8, SpeedSix... beaucoup d'amateurs ont tout mis dans le même lot et pourtant les différences sont réelles et les caractères marqués. Sur la Sagaris, c'est donc le SpeedSix que l'on retrouve. Un six en ligne très traditionnel mais très orienté course. Tellement orienté course, qu'il est placé en position longitudinale central avant. Comme sur certaines autos de course comme les Panoz par exemple. Ce bloc de 4 litres tout alu est coiffé d'une culasse à 24 soupapes et alimenté par une injection électronique. Petit raffinement technique aussi utile que fleurant bon le parfum de la course, il est doté d'une lubrification avec carter sec pour éviter tout risque de déjauger en phases d'appui. Cette mécanique est déjà connue puisque utilisée par la TVR Tuscan S. Il développe 406 ch à 7000 tr/mn et 42,8 mkg à 5250 tr/mn. Sans même l'avoir démarré, rien que ces deux valeurs laissent entrevoir un visage très "course", et surtout des régimes de rotation pas toujours courant chez nos amis britanniques. Et puis une simple calculatrice vous donnera un des premiers ratios clé : 101,60 ch par litre, soit une valeur plaçant la Sagaris dans le peloton de tête des moteurs atmosphériques avec la Ferrari F430, la Honda Civic Type R et la BMW M3 E46, excusez du peu ! Une boîte de vitesse mécanique à cinq rapports complétée par un autobloquant Hydratrack a la lourde tâche d'organiser la cavalerie et le résultat est très convaincant. En raison de la conduite à droite du modèle essayé, et de pneumatiques plus tout jeunes, nous avons préféré laisser le volant à Romain Rousseauxx l'importateur TVR France, plus habitué que nous à rouler "du mauvais sens". Sur les routes vallonées de l'arrière-pays niçois, la SpeedSix, une fois en température commence à donner toute sa mesure. Un véritable récital dont pourraient s'inspirer nos motoristes français trop affairés à concevoir des diesels. Rappelant les anciennes TVR comme la série "M" (Cf. dossier : TVR 3000 M), il est possible d'enrouler un rythme soutenu sans forcer tout sur le couple. Même dans les montées. Ambiance "bombardier" avec un moteur qui gronde sourdement. Très sympa ! Puis une fois les manos en température et un objet roulant à chaudière au fioul identifié, il est temps de descendre un ou deux rapports. Arrivé à 4500 tr/mn, le SpeedSix sonne beaucoup plus clair et fort et surtout il pousse très, très fort. Quel coffre ! Ahurissant... Plus de 300 km/h en pointe annoncés par l'usine et un 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes. Pas de doute, à Blackpool on fanfaronne pas, car les sensations sont réelles et peu communes. Pour arriver à de telles sensations, vous devrez en général vous acquiter d'un chèque alourdi de 30 à 50 000 euros selon les marques.

CHASSIS
Décidemment, cette TVR Sagaris est étonnante. Look peu commun et agressif, dimensions d'une voitures de course (large mais courte avec empattement maxi), moteur utilisable au quotidien mais capable de se muer en véritable mécanique de course. Mais une telle cavalerie, cela tient le pavé ? Evidemment ! Le contraire aurait été étonnant, lorsque l'on s'attarde sur les dessous de la belle. Un châssis tubulaire et arceau-cage constituent ce que l'on peut véritablement appeler le châssis sans que cela soit un détournement d'appellation. Des trains triangulés comme sur les monoplaces se chargent de maintenir idéalement au sol les roues de 18 pouces chaussées de larges pneus de 255/40 ZR 18. Les freins semblent surdimensionnés, d'autant que, cerise sur le gâteau, la Sagaris ne pèse que 1100 kg pour ses 406 ch anonncés. Mais bon sang, c'est bien sûr ! La bonne vieille recette de Colin Chapman ("The Light is Right") de limiter le poids d'une auto au maximum permet ainsi à la Sagaris d'atteindre le rapport poids/puissance record de 2,71 kg/ch ! Il en résulte un comportement très agile et vif. Un véritable hymne au pilotage qui permet d'opter pour la trajectoire idéale avec des suspensions rigoureuses, un freinage indestructible et des reprises dantesques. Les dérobades éventuelles du train arrière sont contenues avec facilitée par le pilote qui peut compter sur un autobloquant pour mieux maitriser une dérive. Pendant ce baptême à rythme soutenu, Romain Rousseaux nous raconte son expérience en passager avec au volant un vrai pro du pilotage : "les capacités de la Sagaris sont étonnantes et permettent une vraie recherche de la trajectoire idéale. En plus malgré son gabarit contenu, elle s'autorise des réactions très saines et progressives." Et ce qui surprend tout de même dans cette véritable furie, c'est le confort de roulement qui reste très acceptable aux allures usuelles. Facile à conduire au quotidien, facile à mener vite (sur circuit !), la TVR Sagaris rappelle tout de même sa génétique de compétition avec des capacités exceptionnelles sur la piste, pour un peu que l'on possède le minimum de compétiences de pilotage...

A LA CROISEE DES CHEMINS...
TVR fleure bon l'Angleterre comme on l'aime. Du charme, des performances, un caractère affirmé, et une sportivité à fleur de peau caractérisent les produits de la firme de Blackpool. Après un moteur SpeedSix à la fiabilité aléatoire, une gestion peu cohérente de la firme et la vente au russe Nikolaï Smolenski, il était donc temps de faire le point avec l'importateur TVR en France…
> Lire la suite de ce reportage sur TVR !

:: CONCLUSION
Une fois le premier choc des images passé avec un design qui peut surprendre, la TVR Sagaris se dévoile en véritable voiture de course habillée pour la route. Très polyvalente pour une ultra-sportive, elle reste abordable au quotidien et facile à conduire, et se transforme en véritable barquette de compétition une fois passé les 4500 tr/mn. Des freins en acier, un châssis de rêve et un moteur SpeedSix envoûtant.... Que lui manque-t-il ? Plus que le droit de rouler en France...

L'Automobile Sportive tient à remercier chaleureusement Romain Rousseaux et John Brittain, les dynamiques importateurs de TVR pour la France, pour leur accueil, leur gentillesse et leur passion communicative sur les autos de Blackpool.

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Bien lotie en pneus, disques et pinces, la Sagaris freine comme elle accélère : très fort. Ici, pas de surassistance, pas d'antiblocage. Et ça marche. Construite comme une voiture de course avec ses suspensions à triangles superposées, son châssis tubulaire, son arceau-cage, sa carrosserie en plastique et son moteur à carter sec -c'est tout juste si l'on échappe à la boîte à crabots-, elle ronfle parce qu'elle s'étire en attendant l'orage. Mais quand ça pète, ça pète. Très à l'aise de 1000 à 4000 tr/mn, le six cylindres change de registre vers 4500 tr/mn et se met à hurler jusqu'après 8000 tr/mn. En 5e, il est censé dépasser largement les 300 km/h. Une brute !"
Sport Auto - Septembre 2005 - TVR Sagaris.


Devis d'assurance pour une TVR SAGARIS 4.0

AVIS

Vous possédez une SAGARIS 4.0 ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
videos
Forum
>Sujets TVR sur le forum :
Forum
RECHERCHE