L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > RENAULT > LAGUNA (3) Coupé V6 4RD






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (22-12-2008)

RENAULT
LAGUNA
(3) Coupé V6 4RD
(2008 - )

45 050 euros (01/11/2008)
16 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES RENAULT LAGUNA (3) Coupé V6 4RD
MOTEUR
Type: 6 cylindres en V à 60°, 24 soupapes, 2x2 arbres à cames en tête
Position: transversal AV
Alimentation: Gestion intégrale Hitachi EWR21.
Cylindrée en cm3: 3 498
Alésage x course (en mm) : 96,5 x 81,4
Puissance ch DIN à tr/mn: 240 à 6 000.
Puissance au litre en ch DIN : 68,61
Couple maxi en mkg à tr/mn: 33,6 à 4 400
Couple au litre en mkg : 9,60
TRANSMISSION
AV + ASR + ESC non déconectables.
Boîte de vitesses (rapports): automatique 6 rapports.
POIDS
Données constructeur en kg: 1 522
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 6,34.
ROUES
Freins : 2 disques ventilés AV (Ø 320 mm) et 2 disques pleins AR (Ø 300 mm) + ABS + EBV + AFU.
Pneus : Continental ContiSport Contact 3 215/50 R17 AV et 215/50 R17 AR (en option 225/45 ZR18 AV/AR).
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 243
400 m DA en secondes: 16"0
1 000 m DA en secondes: 28"9
0 à 100 km/h : 8"1
0 à 200 km/h : 42"8
Consommation moyenne : 12 L/100 Km (enregistrée au cours de l'essai).


>> Pour télécharger gratuitement en fond d'écran les photos de RENAULT LAGUNA (3) Coupé V6 4RD cliquez ici !


Si Renault argue les concepts cars du passé en guise d'inspiration, le grand public y voit là une interprétation du style Aston Martin. Et c'est tant mieux !


L'habitacle a fait d'énorme progrès avec une présentation et ergonomie d ebon aloi. L'équipement de série est très complet, notamment en équipements télématiques. Seule la position de conduite reste à parfaire.


Un combiné d'instrument comme de coutume chez Renault en ce moment : bien pauvre en informations et triste en présentation.


Renault a soigné de nombreux détails de style et de finition sur son coupé. La qualité est annoncée comme au centre des débats avec en prime une garantie 3 ans ou 150 000 km de série.


C'est Nissan qui fourni le coeur qui anime ce coupé français. Une "alliance" réussie et qui se prête à merveille au caractère de la Laguna Coupé. Performance et onctuosité sont au rendez-vous. Dommage qu'une boîte auto le bride quelque peu...


Un profil qui est l'un des points fort de ce coupé 4 places.


Avec près de 250 km/h en pointe et un kilomètre départ arrêté en moins de 29 secondes, les perfoirmances de la Laguna Coupé V6 son suffisantes à défaut d'être étincelantes.


Le système de freinage est en phase avec l'auto même si l'AFU se déclenche trop rapidement pour un usage sportif.


Le système 4RD fait des merveilles sur routes sinueuses parvenant même à faire oublier au volant les 1,6 tonnes de l'auto.


>> Download Free Wallpapers of RENAULT LAGUNA (3) Coupé V6 4RD , clic here !

BIEN :-)
Poupe style "Aston" magnifique !
Finition en progrès
Présentation intérieure qualitative
Comportement routier souverain
Freinage
Direction
V6 mélodieux et dans l'esprit de l'auto
Retour gagnant du made in France !
Performances "suffisantes"
Equipement télématique performant
Equipement de série

PAS BIEN :-(
Position de conduite à parfaire
Motricité !!
Accès aux places arrière et habitabilité
Boîte auto imposée et sans mode "sport" ni palettes au volant
Poids
Système 4RD en option sur l'Initiale !!!
Prix coquet
Coffre petit
A quand une version RS ?...


© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (22/12/2008)

LUXE A LA FRANCAISE ?
Avec un marché en berne, une industrie automobile frappée de plein fouet par la crise mondiale et certaines gammes en difficultés, Renault n'hésite pas à renouer avec sa tradition du coupé qui s'était éteinte sur les cendres de la Fuego en 1985. Seuls les amateurs de voitures sportives avec le label Renault Sport étaient satisfaits aujourd'hui, alors que pour ceux amateurs de luxe à la française, il fallait changer d'air. Depuis 2008, Renault vient de compléter sa gamme d'un coupé Laguna très convaincant surtout en V6 3,5 litres de 240 ch marié avec les 4 roues directrices...

Texte: Gabriel LESSARD - Photos: D.R.

Quel amateur de voitures à caractère sportif ne se rappelle pas avec bienveillance du coupé Fuego dans le catalogue de la firme au losange ? Nous étions alors au début des années 80, et la commercialisation de ce coupé à la ligne assez moderne, et dont la base technique était tirée de la berline Renault 18, allait déclencher auprès des clients un vif intérêt. Vif, mais court, car rapidement les ventes vont décliner, la vague GTI entraînant de nombreux segments de marchés dans l'ombre. Malgré une version Turbo essence, et même un turbo diesel en se targuant ainsi d'être le premier coupé à moteur diesel (beurk !), rien n'y changera et cela sera l'arrêt des coupés chez Renault en 1985. Les amateurs de lignes coupés et tendues made in France (Peugeot 406 coupé et 407 coupé exceptés) devront donc attendre 2008 pour constater un retour de Renault sur ce segment de marché. Et comme pour la Fuego, le nouveau coupé Laguna est basé sur la berline du même nom. Si le turbo est toujours à l'honneur avec le 2 litres turbo de 204 ch (le même que celui de la Laguna GT), un V6 3,5 litres d'origine Nissan (merci "l'alliance") anime la version de pointe. Exclusivement associé avec une boîte auto à 6 rapports, et avec les quatre roues directrices (en option sur l'Initiale !), le coupé Laguna V6 vous propose de déguster l'asphalte dans l'esprit GT. Samedi 24 mai 2008 lors du 61ième Festival International du Film de Cannes, Carlos Ghosn, Président de Renault, est arrivé au bas des marches au volant d'une Laguna Coupé. Pour la première fois, les lignes définitives ont été officiellement présentées, pour illustrer le 25ième anniversaire de ce partenariat exclusif. Durant ce week-end, la Renault Laguna Coupé s’est illustré sur le circuit du 66ème Grand Prix de Monaco. Confiés aux deux pilotes d’essai d’ING-Renault F1 Team Lucas di Grassi et Romain Grosjean, deux Laguna Coupé ont parcouru plusieurs fois le tracé du circuit mythique de Monaco, offrant aux milliers de spectateurs présents un événement unique et inattendu...

DESIGN
Le coupé Laguna puise son inspiration dans différents concept cars présentés par Renault (Talisman, Wind, Nepta et Fluence) au cours de ces dernières années. Le coupé Laguna Concept préfigurait quant à lui le style presque définitif (Cf. Photo à gauche). Toutefois, le résultat final est tout de même plus sérialisé et devient du coup un peu moins sexy que le concept. Le verdict dans la rue est sans appel, tant le coupé Laguna plaît ! Sa poupe notamment, qui fait penser à une Aston-Martin est une pure merveille que chacun se doit de souligner lors du passage de la belle française. Elle se caractérise par un porte-à-faux court de 927 mm qui semble donner de l’élan à la voiture. La lunette arrière se rétrécit et souligne par contraste la carrure puissante de Renault Laguna Coupé. Le dynamisme est également évoqué par un diffuseur aérodynamique intégré au bouclier arrière et une sortie à doubles canules chromées. Nous restons plus dubitatifs sur la face avant qui semble un peu maladroite et lourde. Si elle participe à finir une ligne équilibrée de profil, elle casse un peu cette élégance folle suscitée par la poupe et ses petits feux. Avec l'option jantes de 18 pouces, et ses surfaces vitrées tendues, le coupé Laguna peaufine son élégance. Tout au plus pourra-t-on lui reprocher une ceinture de caisse un peu haute et un gabarit assez gros puisque faisant 4,64 mètres de long. La basse raccourcie (empattement réduit) de la berline Laguna expliquant cela. Les ingénieurs de Renault ont travaillé l'aéro avec soin pour permettre des consommations et rejets de CO2 les plus bas possibles. Avec un Cx de 0,307, le résultat est probant. L'habitacle est traité "Lounge" dixit Renault ! Sans tomber dans le lyrisme des marqueteurs, il faut admettre que la présentation et l'ambiance sont très agréables à bord de ce coupé. Certes, il subsiste bien quelques plastiques durs dans la partie basse de la planche de bord, mais pour le reste les plastiques moussés et les assemblages soignés renvoient les idées reçues sur les voitures françaises aux orties. L'équipement de série est soigné et complet, et dans la version Initiale on pourra avoir la totale, cuir compris. La Laguna Coupé propose évidemment le nec plus ultra de la technologie embarquée : Bose® Sound System, navigation Carminat Bluetooth® DVD, carte mains-libres… La position de conduite reste en revanche un point d'amélioration en raison d'une assise trop courte et trop haute. L'accès aux places arrière n'est pas très aisé, sans compter que le volume du coffre arrive difficilement à faire croire à une vocation familiale de ce coupé. Renault insiste sur la qualité de son produit, au point qu'il n'hésite pas à proposer de série une garantie 3 ans ou 150 000 km. Un effort de la part d'un constructeur français qu'il est bon de souligner.

MOTEUR
Le V6 essence développe une puissance de 240 ch (175 kW) et délivre un couple maximal de 330 Nm à 4400 tr/min. Cette nouvelle génération du V6 de l’Alliance Renault-Nissan respecte d’ores et déjà les niveaux d’émissions de la norme Euro 5. Par rapport aux autres déclinaisons équipant déjà le haut de gamme Renault, ce moteur bénéficie d’une roue libre sur la poulie d’alternateur et d’une face accessoire optimisée compatible avec l’architecture du véhicule. La forme du collecteur d’air, associé à un enjoliveur monté sur plots élastiques, permet de dégager un espace sous capot plus important, nécessaire à une meilleure protection en cas de choc piéton. Ce moteur 3.5 V6 atmosphérique est associé pour la première fois à la boîte de vitesses automatique à six rapports (AJ0) qu’il partage avec le moteur V6 diesel. Alors que le 1000 mètres départ arrêté est franchi en 27,6 secondes, la Renault Laguna Coupé 3.5 V6 promet une consommation contenue de 10 litres/100 km en cycle mixte (238 g de CO2/km). Une fois pressé le bouton "Start" (démarrage sans clé) le V6 s'ébroue dans une sonorité, certes étouffée par les insonorisants, très sympathique. Tiens ? Renault s'est-il trompé et nous aurait prêté une Nissan 350Z ?! C'est pas loin de ça puisque le coeur de ce moteur est partagé, avec une priorité à la Nissan pour les performances puisque désormais le coupé japonais peut compter sur 313 ch dans sa dernière évolution. Boite sur "D" et c'est parti ! Le temps de laisser chauffer toutes les entrailles de ce coupé français, les premiers enseignements sont positifs. Pas de secousses, une souplesse très salvatrice, et toujours ce petit grognement émis par ce V6 qui nous réconcilie enfin les mélomanes avec les moteurs français. En revanche, le temps de faire le tour du propriétaire, on ne trouve pas de mode "sport" sur la boîte, ni même de palettes au volant pour passer les rapports (pardon on dit "verrouiller" sur une boite auto !). C'est de l'auto-adaptatif à 100% cher aux français. Pas de bonne augure pour une conduite plus musclée. Certes on peut verrouiller en séquentiel chaque rapport avec le levier, mais en réalité rien n'est réellement verrouillé et le rapport supérieur passe tout seul avant même d'avoir atteint le rupteur ! Frustrant. Du coup, mieux vaut laisser en "D" le levier et tout diriger à l'accélérateur à coup de kick-down. L'eau est enfin chaude (l'huile on risque pas de le savoir...) et place aux coups de gaz ! Le V6 monte dans les tours avec une belle vigueur vous faisant apprécier cette force tranquille qui vous plaque dans le siège et ne semble jamais perdre son souffle. On se retrouve très rapidement à des vitesses prohibées sans trop s'en rendre compte. Les relances sont réelles, même si la boite auto fausse les données (kick-down). Mais surtout c'est lors des phases d'accélération que l'on apprécie pleinement le son du V6. Pas de doute, un six pattes, c'est autrement plus mélodieux et noble qu'un quatre Alors évidemment, le mauvais côté de l'adaptatif pour la boîte, c'est qu'après une conduite très dynamique, lorsque vous redevenez un citoyen modèle, la boîte continue de gérer ses rapports en "sport". Du coup la conduite cool que vous convoitiez devient un peu chaotique dans les premières minutes. Agaçant à ce niveau de prix, surtout que la concurrence (allemande) fait mieux. Là où la Laguna Coupé V6 s'exprime le mieux, c'est dans la conduite "coulée-dynamique", comme pour une mini-GT en quelque sorte. L'agrément de son V6 fait alors étalage de tout son talent et la boîte automatique trouve alors pleinement sa justification. Pour le sport en revanche...

CHASSIS
La grande force affichée de la Laguna Coupé V6 4RD, c'est évidemment son système à quatre roues directrices développé par Renault Sport Technologies. Si une telle technique n'est pas nouvelle, puisque déjà vu notamment sur les Honda Prelude dès les années 80, elle est toujours aussi probante volant en main. Puisque l'essieu arrière vient aider le pouvoir directionnel, les roues avant peuvent être non seulement moins braquées et revenir plus vite droites. L'intérêt pour le conducteur est de pouvoir réaccélérer plus tôt et plus fort ce qui est toujours le défaut des tractions. L'agilité de ce coupé semble du coup celui d'une petite GTI (suspensions souples en plus !) et la conduite peut devenir très dynamique arrivant même à faire oublier le poids conséquent de l'engin. La seule déception provient des manoeuvres où le diamètre de braquage est toujours insuffisant à notre avis et nécessite toujours trop de manoeuvres (comparées à des propulsions). Le système 4RD ne fait que mettre plus en lumière encore le caractère trop placide des suspensions typées confort (un choix délibéré de Renault, cohérent avec l'ensemble de la voiture) qui font prendre trop de roulis à l'auto dans les phase d'appuis dans les courbes serrées. Autre impact, ce sont les pneus qui sont les premiers à crier leur détresse. A noter que la motricité est réellement mise à mal lors des phases de démarrage par le couple du V6. Le combiné d'instrument devient vite tout rouge pour vous expliquer que l'électronique (non déconnectable !) vous bride. Le freinage est suffisamment efficace pour garantir de belles décélérations, même si du coup, l'AFU se déclenche très (trop ?) rapidement en faisant en prime clignoter les warnings... En usage courant, le confort est royal, et l'amortissement idéal entre fermeté de la tenue de la caisse et absorption des inégalités de la chaussée. A l'instar de son V6 et de sa boite auto, c'est en conduite coulée que la Laguna Coupé V6 4RD se révèle sous son plus beau jour. Homogène, et sereine, elle distille alors un agrément de conduite réel. Certes si vous êtes un accroc du temps au tour et de l'arsouille sur un tourniquet, c'est plutôt dans la Clio RS ou la Mégane RS que vous trouverez votre bonheur. Mais pour les autres, dans la "dynamique-sportive" attitude, vous serez pleinement comblés !

TRANSMISSION 4RD RENAULT
Dédié au plaisir automobile, Renault Laguna Coupé dispose du meilleur de la technologie. Le châssis 4Control à 4 Roues Directrices Actives autorise des trajectoires précises, toujours idéales et sécurisantes quelles que soient les conditions d’adhérence et de circulation. Maniabilité, dynamisme et précision de conduite sont au programme de Renault Laguna Coupé...
>Lire notre dossier technique sur la transmission Renault 4RD

:: CONCLUSION
Etonnante Laguna Coupé V6 ! On l'attendait au tournant, et on a pas été déçus. Certes, les amateurs de sport devront se tourner vers d'autres modèles, car son credo c'est plutôt l'esprit GT que celui de la GTI. D'ailleurs tout est prévu à son bord pour vous faire apprécier les voyages au long cours. Reste que si l'auto est des plus convaincantes et avec des arguments frappants (système 4RD, V6 de 3,5 litres, finition/équipement...), son tarif affiché à plus de 45 000 euros peut faire réfléchir les clients qui du coup pourraient se laisser séduire par des modèles au blason d'outre-Rhin plus établis. Accepterez-vous le plan de relance made in France ? L'auto mérite au moins sa chance...

CE QU'EN PENSENT NOS CONFRERES :
"Agréable. La Laguna Coupé V6 est une auto très agréable grâce à ses quatre roues directrices définitivement obligatoires, mais en aucun cas une sportive. Si tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes, car Renault se préserve d'avoir conçu un engin radical, un étendard performant, avec un moteur brillant et avec une vraie boîte de vitesses, ce serait quand même mieux…."
Echappement - Novembre 2008 - Renault Laguna Coupé V6 4RD - Louis Philippe Da Fonseca.


Devis d'assurance pour une RENAULT LAGUNA (3) Coupé V6 4RD

AVIS

Vous possédez une LAGUNA (3) Coupé V6 4RD ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
videos
Forum
>Sujets RENAULT sur le forum :
Forum
RECHERCHE