L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > RENAULT > FUEGO Turbo






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

GUIDE OCCASION (06-02-2006)

RENAULT
FUEGO
Turbo
(1983 - 1985)

89 500 Francs (15/09/1983)
7 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES RENAULT FUEGO Turbo
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 8 soupapes 1 arbre à cames latéral
Position: Transversal AV
Alimentation: 1 carburateur simple corps Solex 32 " soufflé " + 1 turbocompresseur (0,75 bars) avec échangeur air/air
Cylindrée en cm3: 1565
Alésage x course : 77 x 84
Puissance ch DIN à tr/mn: 132 à 5500
Puissance au litre en ch: 84,34
Couple maxi en Mkg à tr/mn: 20,4 à 3000
Couple au litre en Mkg/litre : 13,03
TRANSMISSION
AV
Boîte de vitesses (rapports): 5 manuelle.
POIDS
Données constructeur en kg: 1165
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 8,82
ROUES
Freins : 2 disques ventilés AV (Æ 259 mm) et 2 disques pleins AR (Æ 254 mm).
Pneus : Pirelli ou Good Year 185/65 HR 14
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 200
400 m DA en secondes: 16,8
1 000 m DA en secondes: 30,9
0 à 100 km/h : ND
0 à 200 km/h : ND
Consommation moyenne : 9 l/100 km


Un nom de feu pour une auto dont la carrière n'aura été, hélas qu'un feu de paille !


La Renault Fuego Turbo était dotée d'une ligne élégante. Mais c'est la vague des GTI et une motorisation un peu juste comparé à son prix qui eut raison de la carrière de la Fuego.


Cliquez ici pour accéder gratuitement à la galerie de fonds d'écran consacrée à la Renault Fuego Turbo !!!

BIEN :-)
Ligne
Performances
Châssis
Fiabilité
Prix d'achat
Polyvalence
Confort
PAS BIEN :-(
Image ?
Rare en bon état
Finition
Souvent victime du tuning
Poids élevé


©L'AUTOMOBILE SPORTIVE / 06-02-2006

FEU... DE PAILLE
Renault tient absolument à assurer une descendance pour ses coupés Renault 15 et Renault 17. C'est la Renault Fuego qui va endosser de ce rôle. Un rôle qu'elle tiendra avec un succès mitigé en raison d'une curieuse chronologie d'apparition des modèles. Souhaitant trop ancrer son coupé Fuego sur le marché des coupés populaires, en pleine vague des GTI, le lancement du coupé Renault Fuego Turbo Essence interviendra trop tard pour pérenniser et dynamiser les ventes. Finalement, Renault avait eut raison trop tôt avec sa stratégie Fuego puisque tous les constructeurs ou presque proposent des coupés déclinés en véritable gamme, motorisations diesel comprises...

Texte: Nicolas LISZEWSKI - Photos: D.R.

C'est Robert Opron, le directeur du Centre Style Renault (ex-designer de Citroën) qui a lancé le premier l'idée d'un coupé haut de gamme pour remplacer les Renault 15 et 17. Son idée au départ était de partir sur la base de la Renault 30 et de le motoriser avec le V6 PRV. Mais, la direction de la Régie ne l'entendait pas ainsi et souhaitait au contraire prolonger le même concept des Renault 15 et 17 : des coupés populaires ratissant le plus large possible. Cela sera peut être une des rares erreurs de Renault sur la Fuego, puisque lorsque le futur coupé de Renault sera commercialisé, la mode des GTI et des performances sera prépondérante sur le marché. Difficile alors de construire une image pour un coupé avec un moteur 1,4 litres de 64 ch seulement (pour les versions TL et GTL). C'est donc la berline Renault 18 avec ses mécaniques et sa plateforme qui servira de base à la Fuego. Cela explique en partie des délais de conception et développement relativement courts de 48 mois. Présentée initialement dès février 1980, la Renault Fuego sera donc commercialisée uniquement avec trois moteurs et trois finitions. D'ordinaire, on dévoile souvent les modèles les plus puissants et prestigieux pour bâtir l'image, puis ensuite on élargit vers le bas. Avec la Fuego, la Régie fait l'inverse. Il faudra donc attendre septembre 1983 pour voir enfin apparaître au catalogue une version performante : la Renault Fuego Turbo essence. Avec ses 132 ch et ses performances, elle remettait les pendules à l'heure. Mais il est bien tard et les ventes de Renault Fuego, tous modèles confondus, sont en chute libre. La gamme sera retirée du catalogue Renault en France deux ans plus tard en 1985…

DESIGN
C'est sur les propositions de Michel Jardin dès 1976 à la demande de Robert Opron que la Renault Fuego verra ses lignes couchées sur le papier. Toutefois, les premières propositions sont jugées trop futuristes et seront remaniées en conservant l'esprit original. Le résultat, surtout à l'époque, est jugé très flatteur. La ligne est alors très moderne et aérodynamique. Son Cx est de 0,34, une belle performance qui à l'époque avait un réel impact dans l'esprit du public. De nombreux détails sont novateurs sur le design de la Renault Fuego à commencer par l'intégration particulière des pare-chocs. Cette solution d'avoir le pare-choc qui part du dessous de la caisse jusqu'à la base des feux, sera d'ailleurs reprise par la Renault 25. Des phares additionnels sont ajoutés dans le bouclier avant. Son hayon bulle, également un aspect innovant, peut être mis en parallèle avec l'option retenue par Porsche 5 ans plus tôt sur sa Porsche 924. La ligne générale de la Fuego est très dynamique et a séduit très rapidement le public sur les premières années avant de tomber en désuétude. Peut être l'impact négatif des petites motorisations ? La Renault Fuego dans sa variante la plus sportive et performante, la Turbo essence, diffère du reste de la gamme par quelques détails : jantes alu de 14 pouces BBS en nid d'abeille, logos " Turbo " sur la calandre, lettrages en gros " TURBO " sur les flancs et sur la lunette arrière. L'habitacle de la Renault Fuego est d'un dessin très classique et est très lumineux par les larges surfaces vitrées. En revanche, la finition est de piètre qualité, quoi que bien dans le ton de l'époque chez Renault. Les planches de bord des versions Turbo Essence diffèrent de celles des premiers modèles de 1980 (les planches de bord ont été redessinées en juillet 1983) avec une console centrale qui rejoint le combiné d'instruments. Toute la présentation de la Renault Fuego Turbo essence est spécifique et sportive : volant sport en cuir, sellerie velours grise avec liserés rouges, équipement amélioré… A noter que les Fuego Turbo pouvaient recevoir en option la fameuse chaîne hi-fi Renault si prisée à l'époque.

MOTEUR
C'est le moteur déjà vu sous le capot de la Renault 18 Turbo, le type 807 de 1565 cm3, qui est installé dans la Renault Fuego Turbo essence. Si sur la Renault 18 après avoir développé 110 ch, il développe 125 ch à partir de 1982, Renault souhaitait que sa Fuego soit plus sportive et affirmée que la berline dont elle dérive. La pression du turbo est donc portée à 0,75 bars (contre 0,6 bars sur la Renault 18 Turbo) et un petit ventilateur équipe l'échangeur air-air pour en améliorer l'efficacité. Le résultat est là avec 132 ch à 5500 tr/mn et 20,4 mkg à 3000 tr/mn. Mais plus que les simples chiffres, c'est également le caractère du moteur qui est transfiguré. Si la Renault 18 Turbo 125 ch offre un moteur avec un turbo très lisse (comprenez peu d'inertie à bas régime), la Fuego est plus agressive. Puisque la pression du turbo a été augmentée, que le rapport volumétrique est en baisse le moteur de la Renault Fuego Turbo essence est plus pêchu dans les tours et offre plus d'inertie à bas régime. Le fameux effet turbo est de retour ! Les performances s'en ressentent avec une vitesse de pointe de 200 km/h (aidée en cela par une boîte de vitesse 5 rapports dont la 5e vitesse a été allongée comparée à la Renault 18 Turbo 110 ch) et un kilomètre départ arrêté en moins de 31 secondes. Cela est certes flatteur pour l'époque, mais une Peugeot 205 GTI 1.6 ou même par la suite une Renault Supercinq GT Turbo sont autant si ce n'est plus performantes. Dur à accepter…

CHASSIS
Quelques innovations ont également marqué la partie châssis sur la Fuego, notamment sur le train avant à déport négatif. Ce système, déjà inauguré sur les Renault 20 Diesel permet de diminuer les réactions parasites dans la direction ainsi que la longévité des portes-fusées. La compacité de ce principe permet également de diminuer le poids des masses non suspendues. En revanche, côté innovation, il ne faut pas se tourner vers l'arrière. Le train arrière est en effet repris intégralement à la Renault 18, lui-même repris des Renault 12. C'est donc bien un essieu arrière rigide que Renault a monté sur sa Fuego Turbo essence ! L'un des rares avantages d'un tel système est un poids encore contenu de l'ensemble. Mais globalement, la Fuego la plus véloce sera louée pour sa tenue de route et fera vite oublier ce train arrière anti-diluvien sauf pour les pilotes en herbe. Mais ces derniers roulaient-ils seulement en coupé Renault turbocompressé ?... Un système de freinage à circuit en X (inauguré chez Renault également sur la Renault 20 Diesel) avec quatre freins à disques (dont ceux avant ventilés) autorisaient alors des bonnes décélérations.

DES AUTOS PAS COMME LES AUTRES...
La FUEGO GTA ! Renault ira assez loin dans la durée avec son coupé Fuego. Les chiffres de vente ayant été très en deça des objectifs, les stocks devaient être écoulés. C'est donc l'Amérique du sud qui va offrir une seconde carrière à la Renault Fuego avec la GTA. De nombreux détails de présentation la distingue de ses soeurs européennes.

ACHETER UNE RENAULT FUEGO Turbo
Les Renault 15 et 17 commencent tout juste à sortir de leur période ingrate. Leur physique très typé seventies commencent à leur donner un look rétro assez sympa avec le recul. Mais il aura fallut plus de 30 ans de traversée du désert, de moqueries et de saccages pour qu'elles réapparaissent. La Renault Fuego Turbo essence est également concernée par ce phénomène. Toujours pas sortie de cette période ingrate pour les autos qui ne sont plus vraiment des occasions et par encore des autos de collection, les Renault Fuego Turbo essence commencent à jouir cependant d'une petite estime auprès des amateurs de Renault sportives. Il faut donc compter environ 3500 euros pour un exemplaire en bel état. Mais ils sont hélas peu nombreux à être entretenus avec un historique connu et un état d'origine. Trop souvent, les Fuego Turbo essence ne sont pas entretenues, dans un état lamentable ou alors "kustomisées" avec des kits carrosserie larges souvent montés dans les années 80-90. Les kilométrages affichés sont souvent conséquents, les Renault Fuego Turbo essence ayant souvent été achetées neuves pour être utilisées au quotidien comme voiture principale. Leur polyvalence le permettait en effet. La finition intérieure vieillit souvent mal avec le temps, tandis que la mécanique est réputée solide, tant que l'entretien requis est respecté. L'état moyen des autos à vendre ne participe malheureusement pas à redorer l'image de ce coupé performant et attachant. Attachant, il l'est car il permet aujourd'hui de rouler en auto passion pour un budget modique, et ses performances restent encore suffisantes pour se faire plaisir. La tenue de route est saine et efficace à défaut d'être sportive, mais on imagine mal aller sur circuit avec une Fuego Turbo. Signe que la Renault Fuego Turbo essence revient sur le marché de la collection, quelques rares exemplaires commencent à être restaurés. L'interchangeabilité des pièces avec le reste de la gamme favorise des coûts de réfections bas. Seules les garnitures intérieures sont, comme souvent, dures à trouver. Si l'aventure vous tente, il est donc temps de raviver le feu sacré qui sommeille en vous !...

A LIRE :
Antoine Grégoire a déjà réalisé pour ETAI quelques ouvrages sur l'automobile : dans la collection De mon père l'Estafette Renault de mon père et le Saviem SG2 SG3 et hors collection, Mercedes 300 SL/SLR. Il se passionne aussi pour les camions et a publié dans la collection TopModel Citroën Type H. Ce livre vous conte donc l'histoire de la Fuego, par le détail...

:: CONCLUSION
Véritable incomprise, la Renault Fuego Turbo essence est certainement arrivée après la bataille pour défendre les couleurs des coupés sur un marché focalisé par le phénomène GTI et pour dynamiser les ventes de la gamme Renault Fuego en chute libre. Reste aujourd'hui une auto à la ligne toujours agréable et novatrice, des performances encore actuelles et une polyvalence que peu de sportives peuvent se targuer. Ses prix sont actuellement très bas, et il est peut être temps d'en profiter… à condition d'en trouver une en bel état...

PRODUCTION
TOTAL Renault Fuego tous modèles confondus : 265 257 exemplaires.

CHRONOLOGIE
1976 : Le projet Renault Fuego démarre.
1979 : En juin, Renault arrête la commercialisation des Renault 15 et 17.
1980 : En février, lancement du coupé Renault Fuego, basé sur la plateforme et les mécaniques de la berline Renault 18. 3 versions au catalogue avec Fuego TL (64 ch DIN et 158 km/h), Fuego GTL (64 ch DIN et 158 km/h) et Fuego GTS (96 ch DIN et 180 km/h).En juillet, deux autres versions viennent augmenter l'offre de Renault : Fuego TX (110 ch DIN et 190 km/h) et Fuego GTX (110 ch DIN et 190 km/h).
1981 : De nombreux aménagements et améliorations d'équipements sur toute la gamme Renault Fuego.
1982 : En juillet, la Renault Fuego TX est supprimée du catalogue Renault.En octobre, Renault innove avec la Renault Fuego Turbo Diesel (88 ch DIN et 177 km/h). C'est le premier coupé à mécanique diesel.
1983 : En juillet, les Renault Fuego GTX et GTX Automatique disparaissent.En septembre, Renault commercialise (enfin !) la Fuego Turbo essence (132 ch DIN et 200 km/h).
1984 : En juillet, la Renault Fuego Turbo Diesel est retirée du catalogue.
1985 : En juin, la production des Renault Fuego est arrêtée.
1992 : La diffusion des Renault Fuego à l'export est définitivement arrêtée.


Devis d'assurance pour une RENAULT FUEGO Turbo

AVIS

ca fait 15 ans que je conduit une fuego turbo elle est tres fiable niveaux moteur mais il est bon de faire quelque modif pour quel se conporte mieux sur la route car trop puissante pour la tenue de route autrement la mienne je l ai porter a 175cv elle as de tres bonne perf je concurence beaucoup de vehicule moderne je prepare un autre moteur pour arriver a 230cv je fait regulièrement des sortie club avec des alpines et d autre sportive ils sont tres surpris de voir une fuego pété le feu ....
Lire les avis sur la RENAULT FUEGO Turbo

Vous possédez une FUEGO Turbo ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
Forum
>Sujets RENAULT sur le forum :
Newsletter
Forum
RECHERCHE