L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > MAZDA > RX-7 FD biturbo






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

MAZDA RX-7 FD biturbo (1992 - 2002)

mazda rx7 fd
© L'AUTOMOBILE SPORTIVE 26-03-2012

TRACER SA VOIE

Très appréciée des drifteurs, la Mazda RX-7 FD biturbo possède pourtant des qualités bien plus intéressantes que de pouvoir faire fumer des pneus. Rare dans nos contrées, il aura fallu de la patience avant de pouvoir vous parler de cette GT incontournable pour toute une génération de passionnés...

Texte: Sébastien DUPUIS - Photos: Étienne ROVILLÉ

Le début des années 90 est un véritable âge d'or pour les GT japonaises. En une décennie seulement vont apparaître ses plus beaux joyaux, Honda NSX, Toyota Supra Mk4, Nissan 300 ZX et Mitsubishi 3000 GT. Chassant sur les terres des coupés européens lui aussi, Mazda poursuit sa montée en gamme grâce à la RX-7 FD qui apparaît en 1992. Cette troisième et dernière génération de Mazda RX-7 va s'établir en référence et figure encore aujourd'hui parmi les modèles les plus prisés chez les passionnés de sportives japonaises. Le Japon comptera 6 variantes majeures de FD3S et de nombreuses versions spéciales, mais seules les premières furent importées en Europe jusqu'en 1996. A partir de 1999, la RX-7 restera confinée à son marché local. Relativement peu diffusée en France, à cause d'un prix élevé notamment face à la BMW M3 e36, il nous aura été difficile de dénicher un exemplaire en configuration d'origine. L'occasion de vérifier ses talents de drifteuse... sur la neige !

mazda rx7 fd arinterieur mazda rx7 fd

CARACTERISTIQUES


MAZDA RX-7 FD biturbo
moteur rx7 fd
MOTEUR
Type : piston rotatif, birotor
Position : AV
Alimentation : Gestion électronique EGI-HS + 2 turbos Hitachi (0,7 bars) avec échangeur air/air
Cylindrée (cm3) : 2 x 654 (1308)
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 249 à 6500
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 294 à 5000
TRANSMISSION
AR + Torsen
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (5)
ROUES
Freins (mm) Av-Ar : disques ventilés (294), étriers 4 pistons (AV) + ABS
Pneus Av-Ar : 225/50 ZR 16
POIDS
Données constructeur (kg) : 1310
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 5,5
PERFORMANCES MESUREES
Vitesse maxi (km/h) : 253
400 m DA : 14"
1000 m DA : 25"6
0 à 100 km/h : 5"6
0 à 200 km/h : 22"3
CONSOMMATION
Moyenne constructeur (L/100 km) : 11,1
Moyenne de l'essai (L/100 km) : 21,5
PRIX NEUF (1992) : 329.000 FF
COTE (2012): 15.000 €
PUISSANCE FISCALE : 15 CV

PRESENTATION

La Mazda RX-7 a suivi les modes stylistiques à ses débuts comme un reflet de son époque. Après les lignes très seventies de la RX-7 SA/FB, puis les traits tirés au cordeau de la RX-7 FC, la RX-7 FD d'inaugurait avec beaucoup plus d'originalité une interprétation personnelle du biodesign naissant. Avec ses formes douces et arrondies, si caractéristiques du début des années 90, elle joue d'une sensualité rassurante. Basse et bien équilibrée, la RX-7 FD ne manque pas d'allure mais sans agressivité. Plus large de 6 cm et plus basse de 3,5 que la RX-7 FC, elle semble avoir été polie par le vent. Impression confirmée par un très bon Cx de 0,31. Seul son aileron de coffre vient interrompre une ceinture de caisse fluide et élégante. Notez la poignée de porte subtilement intégrée dans l'encadrement de vitre.
Bien entendu, comme pour la MX-5 NB, tout ceci a beaucoup vieilli mais à n'en pas douter, on redécouvrira ce design comme un mouvement majeur d'ici quelques années. Par ailleurs, avec ce troisième modèle, Mazda inscrit son identité propre, en évitant de puiser son inspiration une nouvelle fois chez Porsche dont la 968 est sortie quelques années auparavant. Très ancrée dans la culture japonaise, la Mazda RX-7 FD offre un dessin plus moderne et futuriste à l'époque. Preuve d'un certain pouvoir de séduction, la RX-7 FD restera au catalogue pas loin de 10 ans, les derniers exemplaires datant de 2002 !
Côté technique, on note l'apparition d'un capot en alu et d'un radiateur d'eau plus petit car mieux refroidi, d'écopes latérales dans les ailes avant pour les radiateurs d'huile, de vitrages plus fins et de sièges allégés. Tout ceci principalement afin de chasser quelques kilos superflus, un principe toujours très d'actualité chez Mazda.

HABITACLE

L’intérieur de la Mazda RX-7 FD a beaucoup évolué mais ses matériaux ne sont toujours pas des plus flatteurs. Dommage, car par ailleurs la position de conduite est excellente et le poste de pilotage tourné vers le conducteur est particulièrement bien pensé. On apprécie même le tunnel central capitonné, où l'on pourra laisser traîner son bras lors des étapes de liaison, ainsi qu'un équipement de série qui comprend l'essentiel (clim auto, sellerie cuir). Avec le compte-tours au centre, on dispose d'une batterie de manos appréciable et le volant parvient à rester agréable en mains malgré son airbag intégré. Le petit pédalier en alu ajouré semble parfait pour pratiquer le talon-pointe, la commande d'embrayage est douce, alors il n'y a pas une minute à perdre pour découvrir le petit coeur qui tourne là-dessous !

MOTEUR

Dernier rotatif en activité dans le monde, le Wankel de Mazda poursuit seul au monde son développement au sein de la RX-7 FD. L'architecte de cette nouvelle mise en scène dans la RX-7 FD n'est autre que Takaharu Kobayakawa, chef ingénieur ayant conduit la 787B sur la plus haute marche du podium des 24H du Mans. Le petit nom de cette nouvelle variante est 13B-REW. Sa cylindrée en équivalent 4 temps est de 2.6L et il fournit dorénavant 239 ch à 6500 tr/mn, soit un bond de 20% sur la précédente RX-7 ! On se souvient également que la première RX-7 développait 165 ch, indiquant le chemin parcouru par Mazda sur ce type de motorisation.
Sur la version turbo, seule distribuée en France, Mazda a en effet introduit un nouveau système suralimentation, de type séquentielle (ou à double étage) reprenant un principe introduit par la Porsche 959. Deux petits turbos soufflant à 0.7 bars entrent ainsi en action distinctement selon le régime moteur. Le premier est activé dès les bas régimes, vers 1800 tr/mn, puis le second se réveille au-delà de 4000 tr/mn pour lui apporter du renfort à pleine accélération. La transition intervient à 4500 tr/mn, permettant d'obtenir une accélération presque linéaire et continue jusqu'au régime maxi. A 7000 tr/mn la fin des réjouissances approche lorsque retentit le buzzer vous invitant à passer le rapport supérieur, avant de toucher le limiteur. La nouvelle gestion moteur sous licence Bosch D-Jetronic, la ligne d'échappement et les catalyseurs sport ont également permis d'optimiser le rendement du moteur rotatif dont la principale faiblesse demeure son appétit marqué pour le carburant.
A ce niveau, des progrès notables ont été accomplis mais à cause d'un réservoir qui se vide bien trop vite (76 litres !), l'autonomie reste souvent ridicule. Même en essayant de conduire sagement, il est difficile de descendre sous les 14L/100. Un dernier mot enfin sur la boîte manuelle à 5 rapports qui, une fois n'est pas coutume sur la RX-7, est toujours un régal de précision, doublée d'un étagement parfait (vitesse maxi atteinte au régime de puissance maxi).

SUR LA ROUTE

essai mazda rx7 fd

La maniabilité de la Mazda RX-7 est rapidement devenue légendaire et devait beaucoup à la légèreté du premier opus. Malgré une forte hausse de sa masse, la seconde génération avait réussi a conserver ce trait de caractère. L'agilité conjuguée à la souplesse du moteur fait des merveilles à bord de la RX-7 FD et permet d'adopter tout type de conduite avec un égal plaisir. Comme sur la RX-7 Turbo II, l'ABS est livré d'office en complément de freins à disques ventilés au diamètre majoré (avec étriers 4 pistons à l'avant). La direction à assistance variable est aussi de la partie, avec un ratio toujours très direct (2,9 tours entre butées). Douce et légère, elle n'oublie pourtant pas d'être précise et communicative avec un très bon rappel en sortie de courbe. Toute la philosophie Mazda de souhaiter proposer une voiture de sport aussi pure que possible se retrouve donc volant en mains, où l'on savoure l'absence de systèmes électroniques qui ont fini par prendre la place du pilote. Ici tout est au bon endroit, et c'est donc principalement entre le siège et le volant que ça se joue...
Mais pas seulement, car les ingénieurs n'ont pas oublié de perfectionner l'efficacité de leur outil, principalement par de nouveaux bras de suspension triangulaires en aluminium dont la géométrie se corrige d'elle-même en pincement au freinage ou en appui. Sa répartition de poids est toujours quasi-parfaite, 48/52 entre l'avant et l'arrière, avec un centre de gravité très bas. Sur les routes sinueuses, elle se montre souveraine avec son train avant incisif et ses dérives prévenantes. Tout l'art de la Mazda RX-7 est donc de vous laisser penser que vous êtes un excellent pilote ou, et c'est encore mieux, de vous permettre d'exploiter pleinement vos compétences grâce à une redoutable efficacité.
Avec cette troisième génération de RX-7, Mazda a donc réussi à rester proche des fondamentaux de la voiture de sport en évitant de tomber dans les pièges de l'embourgeoisement, comme la plupart de ses rivales japonaises et européennes. Ainsi, avec seulement 1310 kg en ordre de marche, la Mazda RX-7 FD est encore moins lourde qu'une Honda NSX. De ce fait, la RX-7 fait sans complexe jeu égal avec les références du segment au niveau des performances. La contrepartie, c'est qu'il faut se satisfaire d'un niveau sonore élevé et d'une suspension parfois très inconfortable. Une voiture de puriste en somme.

ACHETER UNE MAZDA RX-7 FD

Acheter une Mazda RX-7 FD Biturbo à l'heure actuelle relève d'une démarche doublement audacieuse. Premièrement, trouver un bel exemplaire n'est pas l'affaire de quelques jours. Deuxièmement, son appétit immodéré pour un carburant dont le prix ne cesse de crever le plafond a de quoi en décourager plus d'un.
Mais si malgré ça, vous persistez dans cette voie, sachez enfin que la RX-7 FD est une voiture difficile à entretenir, faute d'ateliers compétents et de pièces bon marché. Sa mécanique n'est pas à la portée du premier bricoleur venu et, bien que sa fiabilité n'ait rien de particulièrement effrayante, les entretiens courants demandent un suivi scrupuleux (vidange tous les 10.000 km et révision tous les 20.000). Dernier piège, le tuning douteux qui peut abréger considérablement sa durée de vie. Attention donc aux véhicules à l'historique flou, notamment en provenance de l'étranger...

PRODUCTION MAZDA RX-7 FD (1992-2002) : 68.589 exemplaires

CONCLUSION

:-)
Moteur vif et coupleux
Position de conduite
Boîte rapide et précise
Performances canon
Comportement équilibré et efficace
Collector
:-(
Finition moyenne
Consommation délirante
Suspension dure sur mauvaise route
Bruits d'air et de roulement
Trop rare

Dans sa troisième vie, la Mazda RX-7 a réussi à faire n'unanimité en s'imposant comme un coupé sportif de référence. Par ses performances et son comportement de premier plan, la RX-7 FD biturbo constitue encore un achat très pertinent tout en valorisant l'anticonformisme qui la caractérise. Convoitée par de vrais connaisseurs, elle monnaie toutefois cher ses qualités, d'autant qu'il devient difficile de l'apprécier comme au premier jour.

mazda_rx7_fd_01.jpg
mazda_rx7_fd_02.jpg
mazda_rx7_fd_03.jpg
mazda_rx7_fd_04.jpg
mazda_rx7_fd_05.jpg
mazda_rx7_fd_06.jpg

>Voir la galerie photos MAZDA RX-7 FD



Devis d'assurance pour une MAZDA RX-7 FD biturbo

AVIS

Vous possédez une RX-7 FD biturbo ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
vendez votre voiture
Forum
>Sujets MAZDA sur le forum :
Newsletter
Forum
RECHERCHE