L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > SMART > FORTWO Brabus Cabriolet






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (12-04-2006)

SMART
FORTWO
Brabus Cabriolet
(2002 - 2006)

21 590 Euros (01/04/2006)
5 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES SMART FORTWO Brabus Cabriolet
MOTEUR
Type: 3 cylindres en ligne, 12 soupapes, 1 arbre à cames en tête
Position: transversal AR
Alimentation: Injection électronique + turbocompresseur (1,0 bar -overboost: 1,5-) et échangeur air-air.
Cylindrée en cm3: 698
Alésage x course : 66,5 x 67
Puissance ch DIN à tr/mn: 75 à 5 250.
Puissance au litre en ch DIN : 107,44
Couple maxi en Nm à tr/mn: 110 à 3 000
Couple au litre en Nm : 157,59
TRANSMISSION
AR + ESP + ASR.
Boîte de vitesses (rapports): Séquentielle 6 rapports + mode automatique Softouch + palettes au volant.
POIDS
Données constructeur en kg: 740
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 9,86
ROUES
Freins : Freins à disques à l'avant, freins à tambour à l'arrière+ ABS + EBV.
Pneus : AV 175/50 R 16 et AR 205/45 R 16.
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 150
400 m DA en secondes: ND
1 000 m DA en secondes: ND
0 à 100 km/h : 12,3
0 à 200 km/h : ND
Consommation moyenne : 5,3 L/100 Km.


Un peu partout des logos Brabus rappellent la finition de l'engin.


L'habitacle offre beaucoup d'espace pour les occupants et de nombreux détails de finition intéressants. En revanche que de plastiques durs hélas...


Avec ses 2,50 mètres de long et ses attributs Brabus, dont les très belles jantes de 17 pouces, la Smart Fortwo Brabus présente un look unique sur le marché.


Sous le capot, c'est le petit 0,7 litres de 75 ch qui ronronne gentillement...


Totalement décapoté et sans les arceaux, quel look ! Impossible de passer inaperçu…


La capoe coulisse électriquement et offre ainsi 3 positions.


La conduite de cette petite Fortwo Brabus s'avère pétillante et rigolote. En revanche ne cherchez pas du sport et de l'efficacité sauf en ville où elle se faufille avec aisance et vivacité !


>> Download Free Wallpapers of SMART FORTWO Brabus Cabriolet , clic here !

>> Pour télécharger gratuitement en fond d'écran les photos de SMART FORTWO Brabus Cabriolet cliquez ici !

BIEN :-)
Concept urbain !
Sensations procurées
Look
Détails de finitions
Poids
Cabriolet ingénieux
Puissance fiscale douce
Consommation
Mécanique pétillante et sonore
Image Brabus !
PAS BIEN :-(
Prix
Encore des options ?!
Lunette AR souple
Plastiques durs
ESP castrateur
Direction légère et démultipliée
Performances quelconques
Boite encore lente au rétrogradage

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (12/04/2006)

PLUS CHIC QUE SPORT !
En pleine tourmente, il nous paraissait intéressant après les annonces officielles de DaimlerChrysler sur sa marque Smart, de nous intéresser à la Smart Fortwo Brabus dans sa variante cabriolet. Avec son look aguicheur, sa présentation qui se veut exclusive et son concept unique sur le marché, la Smart Fortwo dans sa variante la plus puissante tient-elle toutes ses promesses ? Alors sportive avérée, ou plutôt urbaine pétillante? Réponse dans ce dossier...

Texte: Gabriel LESSARD - Photos: D.R.

Pas toujours facile pour un petit constructeur automobile de se faire une place au soleil. Smart l'a appris à ses dépends avec une multiplication des gammes qui n'ont pas rencontré le succès attendu par ses dirigeants. Nous ne nous étendrons pas ici sur les raisons de ce repli, mais force est de constater que la Smart qui a le vent en poupe est celle que tout le monde connaît et identifie immédiatement : la Smart Fortwo. Son lancement a lui aussi été compliqué et difficile. Compliqué car l'alliance des débuts entre Mercedes-Benz et Nicolas Hayek de Swatch n'ont pas duré longtemps en raison de divergences de vues. Qu'importe Mercedes-Benz et Smart vont innover dans tous les domaines et ont vont tout créer de toute pièce : réseau de distribution, système de vente, Smart City Coupé… Pas si facile avec le recul d'imposer au public, plutôt conservateur dans l'âme, un nouveau concept de mobilité. Les débuts sont timorés, mais après quelques efforts la Smart Fortwo (qui s'appelle alors encore City Coupé) trouve son public (surtout en zones urbaines) et se déveppe au point d'avoir dans sa gamme un coupé, un cabriolet et même exceptionnellement un Crossblade ! A partir de 2002, Smart, qui s'est trouvé un partenaire de choix avec Brabus, va décliner une variante sportive en coupé et en cabriolet. C'est cette dernière version que nous avons choisi d'essayer pour vérifier le bienfondé du concept et déterminer ou non une sportivité éventuelle...

DESIGN
Lors de la conception de la Smart City Coupé, désormais Fortwo, il fallait réussir à concilier une taille réduite tout en conservant une rigidité et des capacités en crashtests en phase avec les standards de plus grosses automobiles. C'est ainsi, que les ingénieurs ont élaboré la cellule de sécurité "Tridion" qui est la marque de reconnaissance de toutes les Smart de la Fortwo en passant par le roadster jusqu'à la Forfour. Cette cellule constituée de trois acier différents cnfère à la Smart Fortwo une rigidité suffusante, même en cabriolet. Avec 2,50 mètres, la Smart Fortwo offre un look unique dans le PAF (paysage automobile français) puisque très courte et assez haute "sur pattes". Par rapport à la variante coupé, le cabriolet offre des feux arrières monoblocs au dessin différent. Les deux double optiques en haricots de la face avant ont donné un sérieux coup de fun au design de la Fortwo par rapport aux anciennes City Coupé. Ce que le néophyte va remarquer au premier regard sur la Fortwo Brabus cabriolet ce sont ses jantes Brabus en... 16 pouces ! Fichtre, de sacrés rouleaux montés aux quatre coins de la petite Smart. Derrière, une double sortie d'échappement centrale siglée "Brabus" rappelle la vocation (finition ?) sportive de l'auto. Par rapport au reste de la gamme, les ailes arrière sont plus échancrées à la manière d'une Porsche 911 Turbo comparée à ses soeurs atmosphériques. Ici et là quelques petits logos Brabus rappelle une nouvelle fois que cette Fortwo n'est pas la Smart de monsieur et madame tout le monde. Pour mieux apprécier l'habitacle, nous découvrons l'auto. La capote est électrique et se manipule sans efforts particulier si ce n'est l'action de votre index sur le bouton sur la console centrale... Jusqu'au montant arrière latéral du Tridion, la capote coulisse électriquement. Arrivée en butée, il suffit alors de maintenir le bouton appuyé pendant quelques secondes et la capote se déverrouille pour laisser la Fortwo totalement découvrable. Reste plus alors, si l'envie vous en prend d'enlever les montants latéraux pour les ranger dans le hayon du coffre. Pour recouvrir de nouveau la Fortwo, il faudra bien évidemment remettre les montants latéraux et également reverrouiller la capot manuellement, sans forcer, au niveau des montants arrière. Plutôt pratique et facile d'utilisation ! L'intérieur est une vraie surprise tant la place et l'habitabilité sont grandes pour les deux occupants de ce petit cabriolet pétillant. La planche de bord est réduite à sa plus simple expression avec un compteur en demi-lune derrière le volant trois branches et une petite console centrale tournée vers le conducteur. Réduite à sa plus simple expression, cette console centrale regroupe l'autoradio, les commandes de chauffage plus quelques détails. Les aérateurs latéraux semblent comme rapportés à l'instar des petits manomètres additionnels montés sur la planche de bord. Quelques détails trahissent la vocation "sportive" de la Fortwo Brabus avec le pédalier en alu, le pommeau de levier de vitesses et le frein à main du même métal, ainsi que le cuir qui recouvre la planche de bord et les sièges. Très sympa à l'oeil, cet attirail exclusif ne peut masquer totalement des plastiques durs un peu partout dans l'habitacle. Le volant offre une très bonne préhension en main, et les petites palettes derrière permettent de changer de rapports en mode séquentiel. Les sièges sont bien dessinés mais manquent de maintient latéral ce qui est pénalisant dès que l'on brusque un peu cette petite Fortwo, car avec la hauteur du véhicule, la gite vous fait bouger latéralement. Le coffre est de taille réduite (il était prévu dans le cahier des charges initial de Nicolas Hayek de pouvoir mettre un caisse de bières !) et vous empêcher certainement d'aller faire le plein de courses chez Carrefour... Mais ce n'est pas non plus pour cet usage que les clients achètent une Smart Fortwo. L'équipement de série n'est pas très généreux, surtout rapporté au prix de vente coquet de la Smart Fortwo Brabus cabriolet affiché à 21 590 euros ! Prix auquel il faudra rajouter en option les rétroviseurs électriques, le régulateur de vitesse...

MOTEUR
Malgré le label prestigieux qui orne la Smart Fortwo un peu partout, ne vous attendez tout de même pas à trouver une mécanique gargantuesque comme Brabus les affectionne sur les Mercedes comme la Rocket par exemple. Brabus est donc reparti du petit trois cylindres Smart, conçu et développé sous l'égide de Mercedes-Benz, un gage de sérieux et fiabilité aux yeux des clients. Avec ses 698 cm3 et son turbocompresseur Suprex, il developpe après les bonnes grâces du préparateur de Bottrop 75 ch. Lorsque l'on sait que c'est le même moteur qui est dans le roadster Brabus avec ses 101 ch, on devine qu'il y a encore de la marge. D'ailleurs, Brabus ne s'est pas privé avec la version "101" en Fortwo de le proposer, mais à un tarif supersonique ! Mais pour revenir au moteur de la Fortwo Brabus, les 75 ch peuvent faire sourire, mais lorsque l'on regarde le rendement mécanique, on atteint les 107,44 ch/litre, ce qui devient une valeur très respectable. Avec son échappement Brabus il distille donc une sonorité bien sympathique. Et puis cette petite puce pèse moins de 750 kg, une vertue dont ne peuvent plus se prévaloir les sportives modernes. Alors évidemment, pas question d'atteindre des sommets en performances, d'autant moins que la transmission séquentielle robotisée n'est pas un modèle de rapidité. Pour résumer, les grosses jantes Brabus, les 75 (petits ?) chevaux et la boîte encore un poil lente ne permet d'atteindre les 100 km/h depuis arrêt qu'en 12,3 secondes. La vitesse de pointe est bridée volontairement à 150 km/h car il est vrai qu'à hautes vitesses, le faible empattement de la Smart et sa direction légère offre son lot de sensations, bien qu'ici avec la Brabus et sa monte pneumatique généreuse le phénomène soit très atténué. En revanche, la bonne nouvelle est la consommation de l'auto qui est très basse pour une sportive. Si le chrono est sévère avec la Fortwo Brabus cabriolet, les sensations offertes sont sans comparaison. Le moteur est pétillant, l'auto vivante et sonore, et, surtout en ville ou sur petites routes, on se prendrait au jeu de l'arsouille et de la vivacité.

CHASSIS
Avec son centre de gravité plutôt haut perché et son faible empattement, nous ne nous attendions pas à des exploits extraordinaires en matière de tenue de route. Finalement, dès les premiers tours de roue, la surprise est plutôt positive. La suspension Brabus (l'auto possède des réglages qui lui sont propres) est très ferme et mise en relief par la monte pneumatique à profil très bas (du 50 à l'avant et du 45 à l'arrière). Les freins semblent suffisants en usage normal mais on aurait souhaité une attaque de pédale plus franche. Dès que des virages approchent, premier handicap, une direction trop démultipliée, comme sur le roadster Smart d'ailleurs. Résultat, on mouline des bras pour placer le train avant. Heureusement que la direction assistée facilite la tâche. Mais bon, c'est pas très pratique. La stabilité de l'auto est améliorée grâce aux suspensions et pneumatiques par rapport aux Smart Fortwo standard (Passion, Pulse et Pure). Une petite enfilade de virages se profile à l'horizon avec une chaussée dégradée et bombée. Nous rentrons dedans pleins gaz (pas si vite en regardant le compteur, tout l'intérêt de ce compromis impressions/vitesse réelle qui fera plaisir à notre permis et à nos ministres !) et la déception se dessine vite sur notre visage. L'ESP castrateur s'active comme il le peut avec son copain l'ASR pour limiter la puissance et freiner une ou plusieurs roues. On doit alors attendre des reprises d'adhérence des roues arrière pour que l'on ai la puissance maximale à disposition sous la semelle droite. Rageant ! C'est d'autant plus rageant que sur des chaussées plutôt lisses, en plein traffic urbain, la Smart Fortwo retrouve toute sa superbe et efface le flot de voitures par sa vivacité, son gabarit et son comportement routier pétillant. Inutile après cet essai sur route de s'aventurer sur les pistes d'un circuit, qui ne risque pas d'être son terrain de jeu préféré. Un sentiment mitigé donc qui met en lumière un vrai concept pétillant, mais dont l'amateur de sport pur et dur ne trouvera pas son compte. En revanche, en zone urbaine, la Smart Fortwo Brabus étale tout son talent. Sur les petites routes de campagne également...

:: CONCLUSION
Sportive la Smart Fortwo Brabus ? Certainement pas au sens où les passionnés et amateurs de voitures performantes l'entendent. En revanche la Smart Fortwo Brabus cabriolet offre (au prix fort !) un comportement et moteur pétillant, une présentation exclusive et un concept encore unique et inexploré par les autres constructeurs. Plutôt évocatrice de sport, et également voiture chic, la Smart Fortwo Brabus est surtout faite pour faire du sport "politiquement correct" en ville laissant les circuits aux sportives plus aguerries...


Devis d'assurance pour une SMART FORTWO Brabus Cabriolet

AVIS

Vous possédez une FORTWO Brabus Cabriolet ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets SMART sur le forum :
Forum
RECHERCHE