L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > PORSCHE > BOXSTER Spyder (987)






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

PORSCHE BOXSTER Spyder (987) (2010 - )

porsche boxster spyder
© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (20/05/2011)

PURETE REBELLE

Moteur central, conception allégée, agilité hors pair, comportement irréprochable, plaisir de conduire sans compromis… Jusque-là, rien de nouveau pour une Porsche. Sauf qu'avec un rapport poids/puissance plus agressif, le petit Boxster vient s'émanciper de mère 911, quitte à la bousculer au passage...

Texte : Sébastien DUPUIS
Photos : Étienne ROVILLÉ

Pour ceux qui ne s'en souviennent pas, rappelons qu'historiquement la première Porsche, le prototype de la 356 dont avait rêvé des nuits durant Ferry Porsche, était un roadster à moteur central arrière. Mais pour de cruelles raisons financières, on lui préféra un châssis de coccinelle en série, imposant le moteur en porte-à-faux. Une tare génétique dont hérita la 911, construisant sur cette différence une carrière des plus enviables. Cependant, Porsche revint rapidement à son idée de départ, par le biais de la compétition.

Ce sont précisément ces caractéristiques qui ont permis au roadster 718 RS 60 Spyder, né aux débuts des années 60, de marquer l’histoire du sport automobile et y inscrire le nom de Porsche. Héritier également du légendaire 550 Spyder qui s’est illustré autant par ses nombreuses victoires en compétition que par la mort tristement célèbre de James Dean, le nom Spyder reste synonyme de roadster sportif. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Porsche a dévoilé son Boxster Spyder au salon de Los Angeles, patrie du célèbre Little Bastard. Avec ce nouveau Boxster, l'objectif est donc clair : développer une voiture de sport décapotable biplace dans sa forme pure, loin des séries spéciales purement marketing qu'étaient les Boxster 550 et RS 60.

PRESENTATION

boxster 987boxster 987

Renoncer à l’excès de confort en faveur de la sportivité, voilà une démarche bien à l'encontre de la tendance automobile. Une approche fondamentalement marginale qui laissait toute latitude aux stylistes pour réinterpréter le concept global et nous offrir ainsi le plus surprenant des Boxster. La poupe dynamique marquée par deux puissants bossages façon Carrera GT en est l’incontestable signature. Relevé par des détails comme les bandes latérales Porsche, faisant écho au passé sportif de la marque, le Boxster Spyder nous touche en plein cœur. Dédié à tous ceux qui s’identifient à cette histoire, la Porsche Boxster Spyder interprète la notion de roadster authentique par un design dynamique autant qu'aéro, en témoigne son excellent Cx de 0,30.

Pour autant, tout dans le Boxster Spyder fait référence au passé, à commencer par le choix des teintes de série. Le Blanc Carrara, une teinte très pure, évoque l’histoire du sport automobile. Tout comme le Gris Arctique, proposé en option, ou la signature Porsche sur les flancs – un clin d’œil aux années 60 et au passé glorieux de Porsche en compétition. Autre hommage au passé : l’aileron fixe. Si les effets sont esthétiques, ils sont aussi palpables : portance réduite et contact encore plus direct avec la route. Les prises d’air avant, accentuées par un cerclage couleur titane, intègrent les feux de position à diodes. Les lamelles des entrées d’air latérales sont remplacées par une grille ouverte.

Le choix des portières en aluminium, empruntées aux 911 GT3, bien qu'invisible à l'oeil, est une victoire de 15 kg sur la balance. Il s'accompagne d'un dessin des vitres latérales plus bas qui accentue le profil allongé du Boxster Spyder. Parenthèse sur la sécurité passive : avec ses protections anti-encastrement latérales dans les portières, d’arceaux de sécurité et d’un système d’airbag complet, Porsche prouve qu’un concept volontairement puriste peut aussi garantir un haut niveau de sécurité.

HABITACLE

interieur porsche boxster spyderinterieur porsche boxster spyder

Porsche attache aussi une grande importance à la conception de l’habitacle, ce qui conduit de nombreux modèles dans le secteur du luxe plus encore que de la sportivité. Sur le Boxster Spyder, l’objectif premier était de garantir un niveau de performances élevé, quitte à sacrifier certains éléments de confort. Faire la distinction entre tous ceux qui n’ont jamais connu – ou oublié depuis longtemps – les sensations de conduite à l’état pur, et ceux qui refusent que trop de confort ne vienne gâcher leur plaisir. Tout est à portée de main, fonctionnel et intuitif.

Le tableau de bord se caractérise par un design épuré jusqu'à se débarrasser de la casquette des compteurs. A l'inverse, le pilote devra enfiler la sienne pour profiter pleinement du décor, bien calé dans son baquet en carbone. Point de vide-poche de portière ni de porte-gobelet, pas de poignées de porte mais des sangles, pas plus que de climatisation ou d'autoradio. C'est encore une quinzaine de kilos gagnés sur le Boxster S standard, même si les acheteurs les plus douillets peuvent toujours taper gratuitement dans le catalogue d'options pour récupérer les équipements ainsi "dérobés" en usine. Mais franchement, cela ne fait-il pas justement tout le charme de cette version ?

Bon, il faut bien dire que retrouver un habitacle (mal)équipé comme une voiture française des années 80, ça déroute un peu, au début. Même les dernières GT3 RS 3.8 se montrent plus luxueuses ! Mais ici, c’est le plaisir de conduire qui prime et c'est bien l'essentiel. Monter à bord, attacher sa ceinture, démarrer – à gauche, cela va de soi - et prendre la route, voilà les principaux gestes dont devra s’acquitter le conducteur, de préférence cheveux au vent. Inutile pour ça de chercher un bouton, le système a été disons... "simplifié".

En contrepartie d'un gain de poids de 21 kg, une capote inédite composée de 2 éléments, l’un protégeant contre le soleil et l’autre contre le mauvais temps, vous isole des éléments comme un K-Way sur un cycliste. Pas de panique, pour la séance UV, elle se loge dans la partie avant du coffre arrière (sans en diminuer l’espace). Donc tout va bien... ou presque. En effet, que ce soit au démontage ou au remontage, si on est seul l'opération demande une certaine maîtrise du mode d'emploi. L'autre option consiste à s'imaginer en Californie et laisser sa Porsche Boxster Spyder ouverte toute l'année. A vous de voir... Sachez quand même que capoté, le Boxster Spyder est techniquement limité à 200 km/h.

CARACTERISTIQUES


PORSCHE BOXSTER Spyder (987)
jantes boxster spyder
MOTEUR
Type : 6 cylindres à plat, 24 soupapes
Position : longitudinal centralAR
Alimentation : Gestion électronique intégrale + injection directe
Cylindrée (cm3) : 3436
Alésage x course (mm) : 97 x 77,5
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 320 à 7200
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 370 à 4750
TRANSMISSION
AR
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (6) ou PDK (7)
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm) : Disques Ventilés (318) étriers 4 pistons - DV (299) 4P
Pneus Av-Ar : 235/35 - 265/35 ZR 19
POIDS
Données constructeur (kg) : 1275
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 3,9
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 267
400 m DA : 13"6
1000 m DA : 24"2
0 à 100 km/h : 5"1
0 à 160 km/h : 10"8
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km) : 9,4
PRIX NEUF (05/2011) : 65.459 €
PUISSANCE FISCALE : 22 CV
- Offre partenaire -

MOTEUR

A l'occasion du dernier restylage, les Boxster et Cayman ont gagné l'injection directe du 3.8 de la 911 Carrera S type 997/2. Le rendement du moteur a encore fait un bond en avant, abaissant sa consommation tout en augmentant sa puissance et c'est donc sans surprise dans cette voie que les motoristes ont continué leurs efforts. Les angles du jet et du cône d’injection ont été optimisés et pour la forme, 10 ch et 10 Nm sont donc offerts en bonus sur le Boxster Spyder comparé au dernier Boxster S. Associée au VarioCam Plus, l'injection directe assure au Boxster Spyder un couple élevé dès les bas régimes et une puissance accrue dans la plage de régimes supérieurs.

Une plage que le nouveau flat 6 pratique avec entrain, jusqu'à son régime de coupure fixé à 7500 tr/mn. Les montées en régime s'accompagnent de celles de l'adrénaline sous l'effet des G et des décibels produits par la ligne d’échappement dotée d’une puissante sortie stéréo. Dommage que sur cette version l’échappement sport soit optionnel...

courbe puissance flat 3.4

On n'en dira pas autant de la boîte PDK. Bien que permettant une efficacité encore plus remarquable face au chronomètre lorsqu'elle s'accompagne du Pack Sport Chrono (une autre option discutable...), son fonctionnement lisse les sensations et se montre en contradiction, au moins philosophique, avec l'esprit sportif pur et dur de ce Boxster Spyder. La boîte manuelle est en outre tellement réussie qu'on imagine encore assez mal s'en passer si Porsche ne nous donnait plus le choix !

Avec un poids en baisse de 80 Kg, le rapport poids/puissance de la Porsche Boxster Spyder passe donc sous la barre symbolique des 4 kg/ch. Un chiffre qui permet en toute logique de s'attendre à des performances de haut niveau. Et le chronomètre parle de lui même, sans pour autant traduire le plaisir qui accompagne ce potentiel dynamique capable d'en remontrer à la grande soeur 911. Mesurée par nos confrères de Motorsport Magazine sur la piste de Magny-Cours, la petite porsche Boxster a en effet signé un chrono très proche de celui de la 997 Carrera S, autrement dit supérieur à bien des 911 plus ou moins anciennes !

Autre gagnante de l'allègement, la consommation se montre capable de passer sous la barre des 10L/100 en usage normal. Quand les vertus sportives et écologiques se rejoignent pour la bonne cause on apprécie évidemment.

SUR LA ROUTE

essai porsche boxster spyder

La Porsche Boxster S bénéficie d’origine d’un châssis sportif accompli, rigide et rigoureux dans son comportement autant que plaisant à mener. Mais avec des ressorts plus rigides et courts, des barres stabilisatrices transversales à l’avant et à l’arrière et un réglage plus ferme des quatre amortisseurs, le Boxster Spyder ne perd pas seulement 20 mm de garde au sol en plus de ses 80 Kg de délestage. Il perd également tout ce qu'on pouvait encore reprocher au Boxster S standard...

Pour le conducteur, cela se traduit par une dynamique d'une incroyable pureté et une agilité hors pair apportant le surcroît de caractère qui faisait jusqu'ici défaut au Boxster. Le Spyder devient un véritable jouet à enchaîner les courbes et les lignes droites avec effet euphorisant garanti ! Les effets de tangage et de roulis sont minimisés et le différentiel arrière à glissement limité, une dotation d’origine c'est à signaler (!), procure des sensations encore plus fortes. Il renforce la motricité des roues arrière sur revêtements irréguliers ou en forte accélération en sortie de courbes serrées, par exemple. Il réduit également les réactions dues aux changements d’appui. Imperturbable, le Spyder garde son cap comme aucun autre Porsche Boxster, réduisant les interventions du système PSM aux cas les plus extrêmes Bref, le plaisir est au rendez-vous et pas qu'un peu !

Il faut dire que l'athlète chausse des pointes à la mesure de ses ambitions en s'accordant des jantes 19 pouces spécifiques. À vrai dire les plus légères jamais proposées par Porsche dans cette dimension, au grand bénéfice des masses non suspendues. On pourra éventuellement leur préférer l'esthétique des jantes bicolore de type 997 Turbo. Enfin, ce serait étonnant de devoir dire du mal des freins avec une masse en forte baisse. Le système à disques en acier donne donc entière satisfaction et l'option Porsche Ceramic Composite Brake (PCCB) s'avère dispensable de notre point de vue, surtout que le tarif reste prohibitif. Bien sûr, les psychopathes de la perte de poids auront raison de dire que ces disques sont plus légers que les disques de freins en fonte malgré un diamètre supérieur. Mais il faudra une utilisation intensive sur circuit pour apprécier l'intérêt d'un tel investissement.

CONCLUSION

:-)
La plus passionnante des Boxster !
Moteur
Tenue de route
Freinage
Plaisir de conduite
:-(
Echappement sport en option
Prix des options
Capote dissuasive...

Plus de puissance, moins de poids ! La recette est tellement simple et efficace qu'on se demande pourquoi elle n'est pas plus souvent appliquée. En conséquence, la Porsche Boxster Spyder devient la plus excitante à conduire de la famille et conteste même la suprématie de la 911 d'un point de vue purement émotionnel. En contrepartie de ce plaisir de tous les instants, elle impose des sacrifices sur le confort qui pourront ne pas être au goût de tous. C'est précisément ce qui fait son intérêt...

Nous remercions notre charmant lecteur qui nous a présenté sa Porsche Boxster Spyder présente dans nos petites annonces.



Devis d'assurance pour une PORSCHE BOXSTER Spyder (987)

AVIS

Vous possédez une BOXSTER Spyder (987) ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets PORSCHE sur le forum :
Forum
RECHERCHE