L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > MERCEDES-BENZ > 190 E 2.5-16






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

GUIDE OCCASION (27-10-2005)

MERCEDES-BENZ
190
E 2.5-16
(1988 - 1993)

306 000 FF (01/01/1989)
13 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MERCEDES-BENZ 190 E 2.5-16
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Position: longitudinal AV
Alimentation: Injection Bosch KE-Jetronic
Cylindrée (cm3): 2 498
Alésage x course (mm): 95,5 x 87,2
Puissance maxi (ch à tr/mn): 195 à 6 750 (cata.)
Puissance spécifique (ch/L): 78
Couple maxi (Nm à tr/mn): 230 de 5 000 à 5 500 (cata.)
Couple spécifique (Nm/L): 92
TRANSMISSION
AR, autobloquant ASD
Boîte de vitesses (rapports): 5 manuelle
POIDS
Données constructeur (kg): 1 300
Rapport poids/puissance (kg/ch): 6,6
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm): Disques ventilés + ABS
Pneus Av-Ar: 205/55 VR 15
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h): 232
1 000 m DA: 28"
0 à 100 km/h: 7"6
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km): 12


Sobre et élégante, cette Mercedes arbore une tenue de sport relativement discrète.


On redécouvre finalement aujourd'hui le charme de ces formes d'une autre époque et la 190 E 2.5-16 s'inscrit pleinement dans les Youngtimers de référence.


Le volant, trop grand, semble tout droit tiré d'un utilitaire de la marque tandis que les sièges facilement réglables, manquent cependant de maintien latéral. Les matériaux sont de qualité et le viellissement des W201 remarquable !


Plus docile à bas et moyen régime, le 4 cylindres 2.5Lréussit le doublé en affichant toujours une belle volonté dans les tours.


Les éléments aérodynamiques de la Mercedes 190 16s et le correcteur d'assiette n'ont rien de décoratifs. Contrairement aux apparences, la 190e un bon Cx (0,32) et Scx (0,61), faisant figure de référence dans la catégorie à l'époque.


Toujours très équilibrée, la Mercedes se montre impériale en conduite sportive mais elle aurait mérité une monte pneumatique plus généreuse.

BIEN :-)
Moteur aussi sportif et plus souple !
Performances
Equipement complet (version française)
Compromis sport / confort
Cote attractive
PAS BIEN :-(
Reprises un peu molles
Position de conduite
Manque d'image
Habitacle austère
Coût de l'entretien et certaines pièces


© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (27/10/2005)

EVOLUTION
Il n'est pas évident de distinguer la Mercedes 2.5-16 de sa devancière, la 2.3-16. En effet, elles sont strictement identiques à l'exception du logo de la malle arrière ! En revanche, sous le capot, c'est le début d'une course à l'armement...

Texte: Sébastien DUPUIS - Photos: D.R.

Suite au coup d'éclat provoqué par la Mercedes 190 E 2.3-16, Mercedes va procéder à une suite de modifications, ou plus exactement "d'évolutions", pour augmenter sans cesse le niveau de performances de celle qui se trouve désormais confrontée à de plus en plus de rivales. Avec la sortie de la version 2.5-16 en 1988, la guerre est ouvertement déclarée à la BMW M3, celle qui la première a eu l'audace de venir contester la suprématie de l'étoile de Stuttgart. Produite à seulement 5743 exemplaires, de Juillet 1988 à Juin 1993, la 190E 2.5-16 ne connaîtra pas le succès de la 2.3-16, mais devrait conserver un intérêt certain pour les collectionneurs de pièces rares.

DESIGN
Visuellement, vous aurez bien du mal à distinguer la nouvelle de l'ancienne. En effet, seul le logo de coffre permet d'identifier l'évolution mécanique qui se cache sous le capot. Nous ne reviendrons donc pas en détail sur le design de la Mercedes 190E 2.5-16, vous invitant plutôt à relire l'article consacré à la 190 E 2.3-16. Sobre et élégante, cette Mercedes arbore une tenue de sport relativement discrète, bien que faisant appel à tous les clichés du genre. Le style qui a traversé la décennie 80 a fort vieilli, très vite "ringuardisé" par la vogue biodesign des années 90. Il a aussi beaucoup souffert du tuning bon marché ayant tenté de s'en inspirer. La 2.5-16 se distingue également par ses laves-phares montés de série (en France) et deux nouvelles teintes "almandine red" et "astral silver" qui s'ajoutent au gris métalisé (rauchsilber) et au noir (blauschwartz). Mais voilà, on redécouvre finalement aujourd'hui ces formes d'une autre époque et la 190 E 2.5-16 est toujours imprégnée de cette classe innée qui caractérise chaque Mercedes-Benz. Et en tout cas, aux yeux de ses premiers admirateurs, elle n'a pas changé. C'est ce qu'on appelle l'amour... A l'intérieur, pas d'évolution notable non plus, on retrouve toujours une instrumentation complète mais pas très lisible, les différents manomètres étant éparpillés en vrac entre la console et le combiné des compteurs. Le volant, trop grand, semble tout droit tiré d'un utilitaire de la marque tandis que les sièges facilement réglables, manquent franchement de maintien latéral. L'équipement de série est assez complet mais le cuir, la clim et le toit ouvrant sont toujours en option.

MOTEUR
Mais venons-en au vif du sujet, le moteur ! Contrairement aux habitudes maison consistant à chercher la performance par la cylindrée et le couple, le moteur de la Mercedes 190 E 2.3-16 faisait appel à des solutions inhabituelles. Et pour cause, le spécialiste Anglais Cosworth fut chargé du développement d'un moteur 4 cylindres à 16 soupapes issu du bloc en fonte 2,3 Litres de la E230. Conservant cette excellente base mécanique, les motoristes de Mercedes vont en faire évoluer dans un premier temps la cylindrée, essentiellement pour compenser le creux à bas régime du moteur 16s et ainsi améliorer les capacités de reprise. De 2299 cm3, la cylindrée passe donc à 2498 cm3 par augmentation de la course des pistons (87,2 mm contre 80,2 mm), ce qui a impliqué une modification du carter-cylindres, des bielles et du vilebrequin. Pour compenser le côté moins "carré" du moteur 16s, les ingénieurs ont ausi monté des pistons plus légers et modifié les arbres à cames ainsi que le collecteur d'admission et la boîte à air, tout ceci étant destiné à faire entrer plus d'air dans les cylindres de cette Mercedes de sport. On note également un volant moteur allégé, allant dans le sens d'une recherche de spontanéité et de vivacité de la mécanique. La transmission est quant à elle strictement identique à celle de la 2.3-16, avec sa boîte inversée Getrag à 5 rapports. De fait, les chiffres confirment les faits. Si les valeurs de rendement spécifique sont en baisse, la puissance grimpe de à 195 ch (204 ch à 6800 tr/mn sans catalyseur), obtenus à 6750 tr/mn contre 185 à 6200 sur la Mercedes 2.3-16 (non catalysée). Le couple progresse différemment puisqu'on atteint désormais 230 Nm entre 5000 et 5500 tr/mn contre 235 à 4500 tr/mn. Il semble donc clair que le 2L5 possède encore les gènes sportifs du 2.3, mais avec une plus grande répartition sur la plage de régimes. Les reprises sont parfois un peu décevantes eu égard à la cylindrée et il convient de tomber le bon rapport pour relancer énergiquement la mécanique. Effectivement plus souple à bas et moyen régime, le 4 cylindres montre toujours une volonté inépuisable dans les tours. Bravo !

COMPORTEMENT
Le chronomètre vient un peu relativiser nos impressions et un rapport poids/puissance plus flatteur sur le papier (6,3 Kg/ch). Avec des valeurs aérodynamiques identiques mais un poids augmentant de presque 80 Kg, les performances n'évoluent que très peu, à l'image du couple désormais plus haut perché. La vitesse maximale progresse de 2 km/h, mais c'est logique puisque la transmission est strictement identique à la 2.3-16, ferme et précise. En accélérations pures, le gain est sensible, un peu moins d'une seconde de moins au 1000m DA et une bonne demi-seconde pour le 0 à 100. Bien sûr, dans l'absolu c'est peu, mais le plaisir accru d'entendre rugir la Mercedes 190 E 2.5 quelques tours plus haut est, lui, plus sensible. En ce qui concerne les trains roulants, l'intégralité des choix de suspensions et de réglages de trains roulants ont été conservés entre la 2.3 16s et la 2.5 16s. Le train arrière est ainsi doté d'un correcteur d'assiette avec des sphères de pression, système qui peut en option être étendu aux quatres roues avec une commande de réglage au tableau de bord. On déplore une monte pneumatique en 15" qui préserve assez bien le confort ainsi qu'un freinage qui arrive assez vite à saturation, de surcroît mal ventilé derrière des jantes au dessin peu sportif. L'ASD est également monté en série, comme sur les dernières 2.3-16. Il s'agit d'un contrôle électronique de différentiel autobloquant qui permet de varier de 0 à 100% le blocage de la roue qui patine jusqu'à 30 km/h, ensuite le pont se comporte comme un autobloquant classique à 35%. Toujours confortable et très équilibrée, la Mercedes se montre impériale en conduite sportive mais en pilotage réel, on sent qu'elle aurait mérité des choix faisant moins de compromis au confort de la part des ingénieurs ainsi qu'une monte pneumatique plus généreuse. Plus rigide et plus accrocheuse, la M3 se montre globalement plus agréable et plus efficace à piloter sur un circuit. C'est certainement ce qui conduira Mercedes à proposer rapidement la fameuse 190 Evolution, puis l'exubérante 190 2.5-16 Evolution 2. Mais ceci est une autre histoire...

:: CONCLUSION
Véritable sportive accomplie, à l'image de sa devancière, la Mercedes 190 E 2.5-16 concilie toutes les valeurs traditionnelles de la marque en y ajoutant un plaisir de conduite et un tempérament exacerbé. Une très bonne alternative dans la mesure où les prix sont aujourd'hui très comparables et le gain en agrément moteur réellement sensible. En outre, grande rivale des BMW M3 e30, la 190 16s s'offre à vous à un tarif bradé en comparaison...

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"A la question "sport ou confort, faut-il choisir ?", la 190 E 2.5 16 répond catégoriquement non. Elle n'est pas la seule, mais elle le fait avec une certaine classe. Avec son nouveau moteur, elle offre à la fois un confort de conduite accru grâce à une meilleure disponibilité dans les rotations lentes et un caractère sportif plus affirmé, le progrès en performances pures étant tout de même sensible."
LE MONITEUR AUTOMOBILE - Janvier 1989 - ESSAI MERCEDES 190 E 2.5-16


Devis d'assurance pour une MERCEDES-BENZ 190 E 2.5-16

AVIS

Une vrai voiture mythique. Anciennement propriétaire d'un C36 AMG, et travaillant dans la marque à l'étoile d'argent, j'ai pu essayer beaucoup de modèles. Un vrai régal dans les routes de l'arrière pays de notre région PACA. Mais cette voiture agée de plus de 20 ans n'a rien à envié aux nouvelle, une vrai sportive, avec un agréable et surprenant confort lorsqu'on choisit une conduite coulée. Un interrupteur on/off, qui permet de la sportivité, ou de la tranquilité....
Lire tous les avis sur la MERCEDES-BENZ 190 E 2.5-16

Vous possédez une 190 E 2.5-16 ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
videos
Forum
>Sujets MERCEDES-BENZ sur le forum :
Forum
RECHERCHE