L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > BMW > SÉRIE-3 (E90) 320si






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

PRESENTATION (23-10-2006)

BMW
SÉRIE-3
(E90) 320si
(2006 - )

32 150 euros (15/10/2006)
11 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES BMW SÉRIE-3 (E90) 320si
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes, 2 arbres à cames en tête
Position: longitudinal AV
Alimentation: Injection électronique.
Cylindrée (cm3) : 1997
Alésage x course (mm) : 85 x 88
Puissance ch DIN à tr/mn: 173 à 7000
Couple maxi en Nm à tr/mn: 200 à 4250
TRANSMISSION
AR + DSC
Boîte de vitesses (rapports): manuelle (6)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1350
Rapport poids/puissance (kg/ch DIN) : 7,08
ROUES
Freins Av-Ar (Ø mm): disques ventilés (300)
Pneus Av-Ar : 225/40 ZR 18 et AR 255/35 ZR 18 Michelin Pilot Sport ZP
PERFORMANCES
Vitesse maxi ( km/h) : 225
400 m DA : 16",5
1 000 m DA : 30"
0 à 100 km/h : 8"1
0 à 200 km/h : ND
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km) : 11


>> Pour télécharger gratuitement en fond d'écran les photos de BMW SÉRIE-3 (E90) 320si cliquez ici !


Un intérieur agrémenté de touches sportives "M".


"si"... deux petites lettres qui changent tout.


Une mécanique sur mesure prévue pour la compétition. Pour amateurs de mécaniques abouties.


Des performances quelconques mais un un châssis exceptionnel !


>> Download Free Wallpapers of BMW SÉRIE-3 (E90) 320si , clic here !


C'est pour que la version blanche puisse courir que la bleue est commercialisée à 2600 exemplaires.

BIEN :-)
Mécanique conçue pour la compétition !
Commande de boîte BMW
Châssis très sportif
Finition intérieure avec touches sportives
Etat d'esprit devenu rare
Freins
PAS BIEN :-(
Performances décevantes
Rapport prix/performances
Trop discrète ?
Coût de l'entretien en vieillissant ?
Poids…

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (23/10/2006)

A CONTRE-COURANT
La compétition est toujours un bon prétexte pour concocter une voiture de sport pour tous les jours. Les règles d'homologation dans certaines catégories imposent en effet aux constructeurs de produire en séries limitées des autos atypiques afin de pouvoir concourir avec l'arme idéale dans leur catégorie. C'est le cas de cette BMW 320si, limitée à 2600 exemplaires seulement et qui possède une personnalité qu'on ne trouve hélas désormais que trop rarement...

Texte : Gabriel LESSARD
Photos : D.R.

Sans remonter jusqu'aux années 60 avec la mythique Ferrari GTO, les constructeurs automobile ont souvent été obligés par les règlements sportifs de produire en série limitée des voitures de sport afin de pouvoir courir dans la catégorie désirée. Un des paroxysme de l'hypocrisie fut atteint avec les groupe B dont les parcs des constructeurs étaient garnis d'autos à vendre dont peu de gens voulaient comme les BX 4 TC ou les MG Metro Turbo par exemple. BMW, désirant pouvoir être plus compétitifs dans le Championnat du Monde de Tourisme de la FIA (World Touring Car Championship - WTCC) ils ont développé un modèle spécialement pour l'occasion sur la base de la berline 320i. Rééditant ainsi la belle aventure des Mercedes 190 2.3-16 ou des BMW M3 E30 pour le DTM, la production de la BMW 320si sera limitée à 2600 exemplaires. Le prix de base de cette version sera de 32 150 euros. Les premières voitures sont assemblées dès le printemps 2006 avec une présentation en première mondiale au Salon de l'Automobile de Genève en mars mais une prise de commande possible en concession BMW depuis décembre 2005.

DESIGN
La nouvelle berline série 3 type e90, dessinée sous la houlette de Chris Bangle, conserve l'air de famille désormais commun à toutes les BMW. Elle exhibe des arêtes marquées et des arches sur ses flancs qui dynamisent sa ligne. La patte de Chris Bangle passe de mieux en mieux en raison à la fois d'un style mieux maîtrisé mais également d'une meilleure acceptation collective de cette mouvance stylistique. Outre ses suspensions sport, le Package M Sports monté de série sur ce modèle exclusif comprend le Package Aérodynamique BMW avec boucliers et bas de caisse modifiés, des sièges avant sport, un volant en cuir et un repose-pied signé " M ", des antibrouillards avant et une finition intérieure aluminium. Cette version est également équipée de jantes de 18 pouces spécifiques. Signées de l'emblème BMW Motorsport elles proviennent directement de la version engagée par BMW dans le WTCC ! Les amateurs avertis reconnaîtront la BMW 320si à ses rétroviseurs recouverts de chrome satiné et à sa sortie d'échappement chromée. Autre élément de différenciation : la zone rouge du compte-tours commence à 7300 t/min et s'arrête à 8000 t/min. En plus des six coloris normalement disponibles pour la berline Série 3 équipée du Package M Sport, la 320si peut également recevoir une couleur exclusive, le Noir Carbone métallisé. L'habitacle offre une finition discrète mais sportive qui sied à merveille aux modèles de la firme bavaroise.

MOTEUR
Le capot de la 320si cache un quatre cylindres de deux litres. Par rapport à la motorisation de série de la 320i, il faut observer que les cotes du bloc sont sensiblement différentes. Et pour cause, puisque ce 2.0 inédit baptisé N45B20S est dérivé du 1.6 type N45B16 et non du N46B20 de la 320i e90 ! Il en résulte un alésage supérieur de 1 mm tandis que la course est inférieure de 2 mm. De même, les chemises en fonte grise ont été remplacées par des chemises spéciales en aluminium. Autres signes de noblesse de ce moteur : les bielles plus rigides et une structure de carter renforcée. Le moteur de la BMW 320si se passe en revanche du système de contrôle continu de la levée des soupapes d'admission Valvetronic apparu sur le N46. Les ingénieurs ont préféré une solution plus conventionnelle avec deux arbres à cames en tête, culbuteurs et quatre soupapes par cylindre, sans doute mieux adaptée à son dérivé de compétition. Limitant ainsi le nombre de pièces en mouvement, cette distribution se montre beaucoup plus rigide et précise même aux régimes très élevés atteints par la version routière tout comme par la version de compétition. La culasse est entièrement nouvelle, les pièces brutes de finition provenant de la fonderie F1 de l'usine BMW de Landshut. Les collecteurs d'admission et d'échappement ainsi que les chambres de combustion font l'objet d'un usinage et d'un surfaçage très précis grâce à des machines-outils pilotées par ordinateur. Avec les soupapes plus grandes et les contours de joint modifiés côté admission et côté échappement, cet usinage assure une formation optimale du mélange air/carburant. Enfin, les bougies spéciales sont pilotées par des bobines d'allumage individuelles. Le taux de compression passant de 10,5 à 11,0:1 n'est pas étranger non plus à l'augmentation de puissance de 17 kW (23 ch) par rapport au modèle " standard ". Le moteur se contente malgré tout d'essence sans plomb 95 RON, exactement comme le moteur de série. La technologie issue de la F1 est également visible dans d'autres composants du moteur comme les culbuteurs traités au moyen d'un procédé mis au point pour les moteurs des monoplaces bavaroises. Le quatre cylindres développe une puissance maxi de 127 kW (173 ch) à 7 000 t/min, le rupteur se déclenchant à 7 300 t/min. Grâce à des conduits d'admission de longueur variable (DISA) et au contrôle continu de la variation de l'angle de came (double VANOS), le couple culmine à 200 Nm au régime de 4 250 t/min. Afin de prendre en compte les très hautes températures rencontrées en compétition, les ingénieurs BMW se sont penchés tout spécialement sur l'optimisation de la circulation de liquide de refroidissement dans la culasse. De même, le radiateur des modèles six cylindres assure un excellent équilibre des températures en toute circonstance. Non content de soigner son look, la chasse aux kilos est également de la partie avec un couvre-culasse en fibres de carbone. Cet accessoire réduit le poids de la voiture d'une dizaine de kilos par rapport à la BMW 320i. Très esthétique, il permet également d'abaisser le centre de gravité du moteur en réduisant le poids d'une pièce placée en son point le plus haut. Les moteurs sont assemblés en grande partie à la main par les spécialistes de l'usine de moteurs de Hams Hall. Ils partent ensuite vers l'usine BMW de Munich. La boîte de vitesses manuelle à six rapports de la BMW 320si lui permet d'atteindre 225 km/h en sixième. Le 0 à 100 km/h est franchi en 8,1 secondes. Le kilomètre départ arrêté n'est franchi qu'après 30 longues secondes. Des résultats décevants, d'autant plus que les ancêtres ayant le même concept et objet (M3 E30, 190 2.3-16) sont toujours plus performantes 20 ans après ! Sans vouloir réclamer les performances d'une Porsche ou d'une M3 CSL, même une GTI moderne (Clio RS, Renault Mégane RS, VW Golf 5 GTI) fait nettement mieux...

CHASSIS
Conjuguant rapport final court (4,10) et suspensions sport M avec roues de 18 pouces, pneumatiques larges à l'avant et encore plus larges à l'arrière (AV 225/40 ZR 18 et AR 255/35 ZR 18), la BMW 320is permet à son conducteur d'adopter un style de conduite sportif sans devenir totalement inconfortable pour autant. Enfin, pour un conducteur féru d'autos sportives... car pour le quidam, elle se révèlera vite trop ferme et ses larges pneus très directeurs vont l'exaspérer sur chaussée dégradée où il faudra corriger sans cesse la trajectoire avec le volant. Grâce à une répartition des masses très équilibrée, cette berline sportive exclusive offre un comportement neutre et une étonnante tenue de route. Selon BMW, un conducteur expérimenté au volant de la 320is sera capable de parcourir la Boucle Nord du célèbre Nürburgring en moins de neuf minutes. Pour la ralentir, BMW a doté sa 320si d'un système de freinage encore plus performant avec des disques avant et arrière à ventilation interne de 16 pouces (et un diamètre de 300 mm) qui doit assurer une décélération optimale en toute circonstance. De plus, ce modèle est équipé de porte-moyeux extra-larges, signe qui ne trompe pas sur la vocation de " pistarde ". Si les performances de cette BMW série 3 pas comme les autres ne sont pas étonnantes, c'est avec son châssis mitonné aux petits oignons qu'elle fait son show ! Précision, efficacité et sportivité... Du coup on aimerait bien plus de puissance pour pouvoir mieux jouer avec.

LA BMW 320 E90 EN COMPETITION
Sur la base de la BMW 320si routière, BMW Motorsport n'a pas manqué de développer une version compétition offrant 275 ch. Cette version course de la BMW 320is sera engagée dans le Championnat du Monde des Voitures de Tourisme FIA 2006 (WTCC) ainsi que dans d'autres compétitions répondant au règlement Super 2000. BMW n'a pas renoncé à sa longue et fructueuse tradition de la compétition-client ! La catégorie Tourisme est en effet celle où BMW a toujours excellé, récoltant plus de victoires que n'importe quel constructeur : vingt-quatre Championnats d'Europe FIA ainsi que le seul Championnat du Monde attribué jusqu'ici (en 1987) ainsi que le nouveau Championnat en 2005, tel est le palmarès de BMW ! Avec la 320i engagée dans le Championnat d'Europe des Voitures de Tourisme, BMW a remporté en 2003 et 2004 le titre constructeur et en 2004, le titre pilote. Enfin, en 2005, BMW a remporté à la fois le titre pilote (avec Andy Priaulx) et le titre constructeur. Désormais, la version compétition de la BMW 320is est prête à reprendre le flambeau.

:: CONCLUSION
Une auto qui nous rappelle quelques bons souvenirs dans les années 80 avec quelques autos sportives "prétextes" qui font plaisir à voir et surtout à conduire ! On regrettera cependant qu'à ce niveau de prix les performances soient si maigres. Mais peu importe les chiffres bruts car ce qui compte c'est la manière, et là, cette nouvelle BMW 320si excelle ! Une vraie fille de course qui contient des solutions très sophistiquées dérivées de la compétition pour le moteur mais aussi le châssis. "Gentlemen, Start your engine"...

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Avec un peu de bonne volonté, on pourrait voir dans cette 320si une sorte de junior M3 contemporaine. Il est bien dommage que BMW ne décide pas de proposer ce modèle en série autre que limitée. Tout le monde n'a pas nécessairement les moyens d'investir dans une M3. Et ce n'est pas la nouvelle de génération à moteur V8 qui risque d'arranger les choses ! Or la 320si, si elle est moins ambitieuse, permet néanmoins de se faire plaisir : la cavalerie n'est pas la même, bien sûr, mas le prix non plus… En fait, cette 320si est une voiture à l'image du championnat WTCC pour lequel elle a été créée : ce ne sont pas les accélérations démoniaques qui y apporteront la différence, mais un pilotage fait de précision et de technique bien assimilée…"
Le Moniteur Automobile - 13 juillet 2006 - BMW 320si.


Devis d'assurance pour une BMW SÉRIE-3 (E90) 320si

AVIS

c'est une voiture très plaisante a conduire.elle est très confortable !!les freins sont exellent.moteur rageur,qui monte bien dans les tours..je trouve que la consommation est correct, a part en ville c'est du 11 litres...
Lire tous les avis sur la BMW SÉRIE-3 (E90) 320si

Vous possédez une SÉRIE-3 (E90) 320si ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets BMW sur le forum :
Forum
RECHERCHE