L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > RENAULT > R12 GORDINI






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

RETRO (12-08-2011)
RENAULT
R12
GORDINI
(1970 - 1974)
PRIX NEUF (1970) : 16.000 FF
COTE (2011) : 10.000 €

PUISSANCE FISCALE : 8 CV
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES RENAULT R12 GORDINI
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 8 soupapes arbre à cames latéral
Position: Longitudinal AV
Alimentation: 2 carbus horizontaux double corps Weber 45 DCOE
Cylindrée en cm3: 1565
Alésage x course : 77 x 84
Puissance ch DIN à tr/mn: 113 à 6250
Puissance au litre (ch/L): 72,2
Couple maxi en Nm à tr/mn: 147 à 4 500
Couple au litre (Nm/L) : 93,9
TRANSMISSION
AV
Boîte de vitesses (rapports): manuelle (5)
POIDS
Données constructeur (kg): 980
Rapport poids/puissance (kg/ch DIN) : 7,84
ROUES
Freins : Disques ventilés sur les roues AV et disques AR
Pneus AV - AR: 155 HR 13
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 185
400 m DA en secondes: 17"8
1 000 m DA en secondes: 32"8
0 à 100 km/h : 9"5
0 à 200 km/h : ND
Consommation moyenne : 15 L/100 km

r12 gordini

r12 gordini

essai r12 gordini

coupe gordini

renault 12 g

renault 12 g

BIEN :-)
Une vraie Gordini !
Comportement
Facile à conduire
Efficace
Moteur pêchu !
Budget encore accessible
PAS BIEN :-(
Rancune des Gordinistes tenace !
Disponibilité de certaines pièces
Image ?
Consommation élevée
Réglages carbus délicat


renault 12 gordini

©L'AUTOMOBILE SPORTIVE / 12-08-2011

AVOIR RAISON TROP TÔT…
Si à priori la Renault 12 peu faire sourire aujourd'hui, il ne faut pas oublier qu'elle fut un modèle phare de la Régie Renault. Elle appartient à ces modèles, qui, après la Renault 4, ont imposé avec la Renault 16 la traction avant chez Renault. Alors pour son modèle de sport, la Renault 12 Gordini, ce type de propulsion sera évidemment conservé. A tort ? Pas si sûr, car aujourd'hui, hormis quelques allemandes, toutes les berlines sportives sont passées au roues avant...

Texte: Sébastien DUPUIS - Photos: D.R.

Inutile de reprendre pour l'énième fois l'historique de la Renault 8 Gordini. Il convient juste de rappeler pour les jeunes néophytes que la Renault 8 Gordini, élevée au rang de mythe des automobiles sportives, est une sorte de point de départ des GTI contemporaines, avec des arguments techniques de l'époque : propulsion, moteur arrière en porte-à-faux… Son comportement routier très particulier (très survireur en fait) et sa présentation sportive ont vite fait de lui forger une légende initialement acquise sur les circuits et pistes de l'Europe entière. La Coupe Gordini, est également un des facteurs déterminants du succès de la Renault 8 Gordini. Alors qu'il n'existait presque aucune structure pour les jeunes amateurs de compétition automobile, Renault et Elf organisent une formule monotype avec des véhicules de série. De nombreux champions en herbe vont être propulsés par la suite dans de nombreuses disciplines avec certains succès (René Arnoux, Jean-Pierre Jabouille,…). La Renault 8 Gordini et la Coupe Gordini sont indissociables. Assurément, succéder à une telle auto au charisme si imposant n'est pas chose facile, surtout lorsque la remplaçante doit être intégrée dans la politique produit de Renault. La R12 Gordini (R1173) sera donc présentée à l'été 1970 sur le circuit du Castellet à l'occasion du Jour G. Renault organise une vraie fête et a même des invités de marque comme Amédée Gordini en personne ! Un quart des Renault 8 Gordini ont fait le déplacement. Mais à la lecture de la fiche technique de la nouvelle venue, les aficionados de la Renault 8 Gordini et ses glissades sans fin, feront la moue et bouderont injustement cette Renault 12 Gordini qui a passé tout à l'avant...

DESIGN
Avec sa gamme Renault 12, le constructeur de Billancourt passe au tout à l'avant. Ce n'est certes pas une nouveauté pour la Régie, qui avait déjà passé à la traction avant sur ses Renault 4, 6 et 16. Mais la Renault 12 vient remplacer la Renault 8 dont la conception était la continuité de la Renault 4 CV avec son architecture tout à l'arrière. Plus grande, plus spacieuse, plus confortable et surtout plus accessible en conduite, la Renault 12 est une berline visionnaire. Après elle, toutes les berlines sportives Renault qui se sont succédés auront la même architecture (18 turbo, 21 turbo, Safrane biturbo, Megane RS, etc.). C'est donc une structure monocoque sur laquelle vient se greffer le moteur et la boîte à l'avant. La Renault 12 opte pour une carrosserie trois volumes avec une malle arrière classique. Sa ligne est très dynamique et bien dans le ton des années 70. Son pavillon relevé sur la partie arrière évoque en effet la vitesse, et de larges surfaces vitrées permettent un bon champ de vision. Sur la R12 Gordini, la présentation est spécifique. Le patrimoine génétique est donc conservé avec 11 coloris disponibles (dont le bleu 418) et les fameuses bandes blanches, signature des préparations d'Amédée Gordini sur les Renault. Pour faire plus sport et alléger la caisse, les pare-chocs ont été supprimés et des longues portées additionnelles ont été montées. A l'intérieur, le traitement de l'habitacle est également traité sport et allégé. Pour les 126 premiers exemplaires qui sont réservés aux concurrents de la Coupe, des sièges basiques de Renault 12 L seront montés et les contre-portes sont très dépouillés (pas d'accoudoirs). Les Renault 12 Gordini " normales " étaient dotées des sièges des Renault 12 TL et TS. Sous les yeux du conducteur, un tableau de bord digne des Renault des seventies (plastique et rembourrages en skaï) avec une belle batterie de cadrans. Le volant est à trois branches tulipé dans le plus pur esprit compétition.

MOTEUR
Pour motoriser sa nouvelle R12 Gordini, la Régie Renault va utiliser le bloc 807-20 issu de la grande série : le 1,6 litres de la Renault 16 TS. Ce moteur sera d'ailleurs monté avec des caractéristiques diverses dans différentes autos sportives (R15, R16, R17, Alpine A110, Lotus Europe). Ce moteur quatre cylindres en ligne possède un bloc et culasse en alu et les soupapes en V sont actionnées par un simple arbre à cames latéral. Malgré cela, ce 1,6 litres profite d'une culasse hémisphérique particulièrement bien dessinée qui permet un excellent remplissage. Animé par ses deux carburateurs horizontaux Weber double corps 45 DCOE, il développe 113 ch DIN (soit 125 ch SAE) à 6250 tr/mn et 14,3 mkg de couple à 4500 tr/mn. Il délivre une sonorité très forte en partie grâce à ses carburateurs. Il rappelle ainsi le son de certaines Alpine A110. Mélodieux, performant et volontaire, le seul reproche que l'on peut adresser à ce moteur est sa consommation qui est élevée. Comptez 10 à 15 litres/100 km en conduite tranquille et plus de 20 litres en conduite sportive ! Il est à noter que dès le mois d'octobre 1970, Renault commercialisera via son réseau un kit de modification pour donner plus de puissance à la R 12 Gordini. Baptisé moteur 807 G, ce kit consistait aux modifications suivantes : pistons, segments, bielles, chemise, arbre à cames, ressorts de soupapes, bougies et gicleurs. Les trompettes remplacent le filtre à air et le cache-culbuteurs est différent. L'alésage est légèrement augmenté. La cylindrée passe donc à 1596 cm3. Le régime maximum de ce moteur passait à 7200 tr/mn et sa puissance et son couple s'affichaient respectivement à 160 ch SAE et 17 mkg. Pour manier ce quatre cylindres, c'est une boîte de vitesses à 5 rapports qui est monté de série. La commande de boîte, imprécise, sera d'ailleurs modifiée pour le dernier millésime.

CHASSIS
L'architecture de la Renault 12 Gordini fait un virage à 180° par rapport à sa devancière. Non content de passer la puissance aux roues avant, le moteur qui a migré lui aussi à l'avant se retrouve en… porte-à-faux avant ! Lorsque l'on connaissait les faibles qualités du train avant de la berline Renault 12 " standard ", on pouvait alors craindre le passage de puissances nettement plus élevées sur les roues avant. Pour le train avant, les hommes de Renault ont donc monté des roues indépendantes par ressorts hélicoïdaux et amortisseurs hydrauliques télescopiques assurant une flexibilité à l'essieu de 33%. Le train avant comporte une barre antiroulis de 24 mm de diamètre. L'arrière consiste en un axe tiré par un triangle supérieur et deux bras inférieurs, suspendus par des combinés ressorts/amortisseurs assurant une flexibilité à l'essieu de 30%. Là aussi, une barre antiroulis de 24,5 mm de diamètre est installée. La caisse repose sur des jantes en tôle, en acier embouti, de 13 pouces de diamètre chaussées en 155. Pour ralentir la bête, quatre freins à disque ont été installés, dont les deux avant sont ventilés. Alors ? Sur circuit est-ce suffisant. Si on oublie tous ses (mauvais ?) réflexes acquis avec les propulsions, la R12 Gordini se montre étonnante de facilité et d'efficacité. Certes, en bonne traction avant, elle sous-vire allègrement. Pour le combattre, rien de plus simple : en entrée de virage, lever le pied pour faire partir l'arrière puis ré-accélérer et doser pour la contrôler. Mais pour en arriver là, il faut passer très vite ! Pilotes chevronnés requis… Comme quoi, même une traction peut être sportive et efficace. La Renault 12 Gordini l'a prouvé. Depuis, de nombreux constructeurs ont opté pour la même démarche avec succès avec des niveaux de puissance aujourd'hui impressionnants.

EVOLUTIONS
Après avoir livré les 126 premiers exemplaires dépouillés pour les participants de la Coupe portant son nom dès 1970, la Renault 12 Gordini ne va pas connaître de changements majeurs jusqu'en 1972. Dès ce millésime, un ventilateur électrique débrayable est monté pour optimiser le refroidissement moteur. Une prise d'admission fait son apparition sur le capot moteur avec tubulure induisant une surpression. La capacité d'huile est accrue. Enfin, le nuancier des teintes est réduit à 4 coloris : bleu France 418, blanc 355, rouge 733 et jaune 386. Le millésime suivant, Renault poursuit les améliorations de son modèle sportif en installant le radiateur d'huile derrière le radiateur d'eau. Les portières héritent de nouvelles poignées avec la serrure intégrée dans le bouton poussoir. Les répétiteurs de clignotants latéraux sont supprimés. Dans l'optique d'un meilleur confort offert par la R12 Gordini, une option est désormais au catalogue : l'intérieur de la Renault 12 TS avec sièges intégraux et pare-chocs. En outre, la caisse reçoit à l'arrière des points d'ancrage pour ceintures de sécurité arrière de série. Pour son dernier millésime, la "Gorde" reprend la présentation du prototype de 1965 avec la suppression de son monogramme " Renault 12 Gordini " sur l'aile avant droite. Les ceintures de sécurité à l'avant à enrouleur et les sièges intégraux sont montés de série. La commande de boîte, sujette à quelques critiques sur sa précision, est modifiée tandis qu'un échappement souple est monté entre le collecteur et le pot de détente. En juillet 1974, la production de la Renault 12 Gordini est arrêtée. Le modèle sera commercialisée jusqu'en octobre mais seuls 271 exemplaires millésime 1974 seront vendus. C'est la dernière vraie Gordini qui s'éteint ainsi sans avoir jamais pu remplacer la R8 Gordini dans le cœur des fans. C'est que justement, la plus grosse erreur a été de vouloir remplacer la 8 par la 12. La Renault 12 Gordini n'est pas une sportive au rabais, ou un simple coup marketing comme pouvaient l'être par la suite la Renault 17 Gordini, les Gordini en Angleterre ou plus près de nous les Twingo RS et Clio 3 RS "griffées" Gordini. La Renault 12 Gordini commence à être enfin prise au sérieux dans le milieu de la voiture ancienne et son cercle d'admirateurs ne cesse de croître.

ACHETER UNE RENAULT R12 GORDINI
Il n'est pas évident de trouver une belle Renault 12 Gordini, car sur les 5188 exemplaires produits, beaucoup ont rendu leur dernier soupir en compétition, tandis qu'une autre partie ne s'est pas remise du passage dans sa période de disgrâce. Dans les années 80, beaucoup ont été peu entretenues et furent laissées à l'abandon. Depuis quelques années, suivant la tendance de sa grande soeur la R8, la 12 Gordini a connu quelques restaurations coûteuses et a donc vu sa cote remonter très nettement. Lorsque des modèles propres et sains se présentent, il ne faut donc plus espérer en trouver en dessous de 10000 euros. Lorsque vous en cherchez une, il convient de contrôler différents points avant de signer le chèque. La corrosion doit donc être scrupuleusement détectée avant tout achat. Les zones les plus sensibles sont celles habituelles : coffre, bas de caisse, bas d'ailes, bas de portes, arches de roues… Détecter également toute trace de passage au marbre ou de " choucroutage ", car bon nombre de Renault 12 Gordini ont tapé. Sous le capot, il convient de s'assurer que c'est bien un moteur de Renault 12 Gordini qui s'y trouve. Le moteur 807-20 a en effet été monté dans d'autres modèles, mais avec des caractéristiques et des performances différentes (carbus plus petits…). Les culbuteurs doivent être réglés tous les 50 000 km, tandis qu'une vidange moteur doit intervenir tous les 3 à 5000 km (4,3 litres d'huile de synthèse). La consommation d'essence est importante, et il convient de surveiller régulièrement les niveaux, car il n'est pas rare de constater une consommation d'huile. Le calage de l'avance à l'allumage doit être effectué au moins une fois par an, tandis que le réglage des carburateurs (qui n'apprécient guère les parcours urbains) est une affaire de spécialiste. Les trains roulants ne doivent pas avoir subit de mauvais traitement. Les Renault 12 Gordini doivent présenter une tenue de route saine et sous-vireuse. Si ce n'est pas le cas, contrôler le train avant et les pneus. Certains en effet n'hésitent pas à modifier les réglages du train avant ou changer la pression des pneus pour atténuer le sous-virage. Il conviendra de surveiller que tous les accessoires sont bien présents dans l'habitacle et que rien ne manque. Ils sont aujourd'hui difficiles à trouver. Le grand volant Quillery d'origine notamment a parfois été remplacé par un modèle plus petit. Globalement, même avec une petite restauration à la clé, la Renault 12 Gordini est une auto raisonnable financièrement. Elle ne demande que quelques égards pour son entretien, afin d'être toujours la fidèle compagne des amateurs de conduite sportive. Et bien qu'aujourd'hui encore, la Renault 8 Gordini lui fasse un peu d'ombre, les changements de générations de collectionneurs et le retour à la mode des seventies, pourrait bien redonner un second souffle à la bombe de Billancourt. Dépêchez-vous, car avec le peu d'exemplaires restant en état, il n'y en aura pas pour tout le monde !

:: CONCLUSION
Un prix de vente plus élevé, une auto plus performante et surtout beaucoup plus efficace (n'en déplaise à ses détracteurs !) ont participé à détourner les acheteurs de la Renault 12 Gordini. C'est bien dommage. Performante, fiable, un brin décalée et kitsch et facile à vivre, elle commence à sortir de l'ombre et le récent détournement du nom Gordini vers une finition huppée ne fait que redonner toute leur saveur à ces sportives authentiques. Elle s'offre aux passionnés à des sommes encore raisonnables comparées à celle de la 8, mais pour combien de temps encore ?

PRODUCTION RENAULT 12 GORDINI
1970 : 65 exemplaires
1971 : 2225 exemplaires
1972 : 1743 exemplaires
1973 : 884 exemplaires
1974 : 271 exemplaires
TOTAL : 5188 exemplaires

CHRONOLOGIE RENAULT 12 GORDINI
1969 : Commercialisation de la Renault 12, qui remplace les Renault 8 et 10.
1970 : Les 18 et 19 juillet, présentation officielle de la Renault 12 Gordini au jour G. En octobre, commercialisation du moteur 807 G : vendu en kit dans le réseau Renault, le moteur développait alors 160 ch SAE à 7200 tr/mn et 17 mkg.
1971 : Plusieurs modifications interviennent : ventilateur de refroidissement à moteur électrique à fonctionnement intermittent, nouvelle prise d'admission d'air sur le capot devant le conducteur, la capacité d'huile passe à 4 litres, nouvelles teintes disponibles…
1972 : Le bouton poussoir accueille la serrure de porte, l'enjoliveur arrière d'extracteur est en plastique noir, l'éclairage de la plaque de police repose sur la jupe, des points d'ancrage permettent le montage des ceintures de sécurité aux places arrière.
1973 : Suppression du monogramme sur l'aile avant droite, kit de montage de feux de recul, option vitres teintées, ceintures de sécurité deuxième génération, commande de la boîte de vitesses par biellettes, échappement souple entre le collecteur et le pot de détente.
1974 : Arrêt de production des R12 Gordini après seulement 5188 exemplaires.
1980 : Arrêt de la commercialisation en France des berlines et breaks Renault 12.

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Je n'hésiterai pas à qualifier son comportement sur route de remarquable. Dès la première prise en main, on éprouve un sentiment de confiance. Le caractère est sain, sous-vireur comme c'est le cas pour toutes les tractions avant, mais sans excès. Le patinage de roues avant en démarrage brutal se corrige facilement et les grandes courbes sont absorbées en toute quiétude. Dans les épingles, on perçoit un délestage du train arrière et particulièrement de la roue intérieure, sans que la conduite devienne dangereuse."
EUROPE AUTO - Octobre 1970 - Essai Renault 12 Gordini.


Devis d'assurance pour une RENAULT R12 GORDINI

AVIS

j'ai acheté en 1971 (ma première voiture !) pour 13000ff une 12 gorde occase kitée 158 ch (et oui : 17.5 kg de pression par cylindre), avec une culasse "chromée" et désépaissie de 0,6, un régal, sauf côté freinage oû ça suivait moins, mais pour le reste, quelle pêche ! je la regrette (calendre av peinte en rouge jusqu'aux bandes, pas de pare chocs et 2 gros projos cibié av), alors si vous en avez une en état à vendre, je suis intéressé !...
Lire les avis sur la RENAULT R12 GORDINI

Vous possédez une R12 GORDINI ? Ajoutez votre avis !

Suggestions

Forum
>Sujets RENAULT sur le forum :
Newsletter
Forum
RECHERCHE