L'AUTOMOBILE SPORTIVE, le portail des voitures de sport
GUIDE






Assurland.com

Nos Stages de pilotage :
Stage Porsche
Stage Ferrari
Stage Lamborghini
Stage Subaru
Stage Aston Martin
Stage 4 voitures
Stage Rallye
Cours pilotage
Stage Drift
Essais routiers
Journées circuit
Stage incentive
L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > GUIDE OCCASION > ALPINA > B10 Biturbo e34
::
GUIDE OCCASION (27-02-2010)

ALPINA
B10
Biturbo e34
(1989 - 1994)

PRIX NEUF (1989) : 595.000 FF
COTE (2009) : env. 18.000 €

PUISSANCE FISCALE : 20 CV
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES ALPINA B10 Biturbo e34
MOTEUR
Type: 6 cylindres en ligne, 12 soupapes
Position: longitudinal AV
Alimentation: Injection électronique + 2 turbos Garrett T25 + intercooler
Cylindrée (cm3): 3430
Alésage x course (mm): 92 x 86
Puissance maxi (ch à tr/mn): 360 à 6000
Puissance spécifique (ch/L): 104,9
Couple maxi (Nm à tr/mn): 521 à 4000
Couple spécifique (Nm/L): 151,9
TRANSMISSION
AR
Boîte de vitesses (rapports): manuelle (5)
POIDS
Données constructeur (kg): 1695
Rapport poids/puissance (kg/ch): 4,7
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm): Disques ventilés (332/300)
Pneus Av-Ar: 235/45 - 265/40 ZR17
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h): 289
400 m DA: ND
1000 m DA: 24"7
0 à 100 km/h: 5"6
0 à 200 km/h: 19"7
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km): 11,2
b10 biturbo

b10 biturbo

b10 biturbo

alpina b10

alpina b10

alpina b10

b10 biturbo

b10 jante alpina

alpina b10

BIEN :-)
Performances !
Moteur époustouflant
Technologie poussée
Tous les avantages d’une berline
Confort
Look
Collector
PAS BIEN :-(
Poids élevé
Consommation
Autoroutière avant tout
Trop insonorisée
Coûts d’entretien
Difficile à trouver


©L'AUTOMOBILE SPORTIVE / 27-02-2010

AUTOROUTE RACER
Proclamée berline la plus puissante du monde lors de sa sortie, l’Alpina B10 Biturbo e34 est un véritable avion de chasse. La philosophie de ce monstre de puissance est de combiner des performances de supercar avec l’habilité d’une familiale. Cette série 5 e34 badgée Alpina entra rapidement dans l’histoire automobile, confirmant si besoin en était, tout le savoir-faire de la firme de Buchloe...

Texte: Maxime JOLY - Photos: D.R.

Après avoir à son actif une certaine expérience de la compétition, Alpina, pensé et fondé par Burkard Bovensiepen, faisait des préparations des modèles de BMW. La première d’entre elles fut la version CSL basée sur la 3.0 CS puis ce fut au tour de la B6 2.8 e21 de voir le jour en 1978. La reconnaissance institutionnelle arriva en 1983 lorsque le gouvernement allemand reconnut officiellement Alpina comme constructeur. Depuis ce jour, Alpina a acquis une place particulière dans le cœur des amateurs de voitures de sport, même si les dernières productions ne font pas l’unanimité. L’Alpina B10 Biturbo fut présentée au Salon de Genêve en mars 1989, soit un an après la M5 e34 et l’Alpina B10 3.5 (atmo) avec qui elle partage pour base commune, la 535i e34. Elle fit l’effet d’une bombe car non contente d’être l’Alpina la plus rapide jamais commercialisée, elle devenait par la même occasion la berline la plus rapide du monde grâce à sa vitesse de pointe frôlant les 300 km/h. Ce titre qui la place (entre autres) aux basques des Ferrari Testarossa, Lamborghini Countach et Honda NSX, même la fabuleuse Opel Lotus Omega ne réussira pas à lui reprendre. La B10 Biturbo illustre parfaitement la différence entre un simple préparateur et un constructeur à part entière, ce qu’est Alpina. Aujourd’hui encore, ce moteur turbo est considéré comme étant l’un des tous meilleurs jamais conçus. La production des 507 exemplaires, dont chacun d’entre eux valait presque 600 000 francs à l’époque (il fallait bien ça pour espérer rentabiliser le coût de développement qui s’éleva à 3,2 millions de dollars), s’échelonna entre août 1989 et mars 1994. Le dernier exemplaire est toujours la propriété d’Alpina.

DESIGN
Esthétiquement, peu de choses différencient cette Alpina B10 Biturbo des classiques BMW Série 5 e34. A l'avant, on peut relever un nouveau pare-choc et un spoiler plongeant bas, cachant habilement l'énorme radiateur supplémentaire d'échange air/air nécessité par la présence des deux turbos. A l'arrière, Alpina se contente d'ajouter un becquet de coffre (testé en soufflerie chez BMW), sensé réduire la portance de la voiture à -très- haute vitesse. Sur demande, la voiture pouvait être livrée sans ce becquet, ce qui est le cas sur ce superbe exemplaire bleu que nous a amicalement présenté Christophe, son propriétaire. L'échappement Boysen en inox à double sortie et les jantes en alliage 17 pouces, sont elles aussi spécifiques à Alpina. Nous retrouvons aussi, en option, les classiques bandeaux Alpina sur la carrosserie et le logo Biturbo sur la calandre.

HABITACLE
A l’intérieur, l’acheteur avait la possibilité d’avoir des sièges avant produits par Recaro recouverts soit d’un tissu anthracite Alpina soit d'un cuir de Buffle à toute épreuve; ou bien ceux de BMW. Le tableau se complète d'un volant quatre branches conçu par Momo et les portières égayées d'inserts en noyer ciré. Le système d’air conditionné et lecteur radio/cassette sont standards à la 535i. Preuve que nous ne sommes pas en présence d’une berline comme les autres, le compteur de la B10 Biturbo est gradué jusqu’à 320 km/h. Alpina a très habilement complété l'instrumentation par une console électronique parfaitement intégrée dans l'ensemble d'origine. L'on peut y lire: la température d'huile moteur, la pression d'huile moteur, la pression de suralimentation et la température d'huile de refroidissement. Les 50 derniers exemplaires eurent droit à quelques modifications telles que les nouveaux rétroviseurs dits aérodynamiques, apparus en 1992 sur la M5, le volant gagne , avec l'Airbag, en sécurité ce qu'il perd en élégance, et enfin, le spoiler arrière fait peau neuve.

MOTEUR
De base, la 535i développait 211 chevaux. Pour passer de cette puissance aux 360 ch (soit plus de 100 chevaux du litre !) finalement obtenus dans la B10 Biturbo, Alpina fit un travail en profondeur sur ce bloc puisqu’il est totalement démonté à son arrivée à Buchloe. Les nouveaux pistons forgés Mahle ont pour rôle de réduire la compression à 7.2:1 et les chambres de combustion furent modifiées. Le constructeur allemand employa également de nouvelles soupapes, refroidies au sodium, un nouvel arbre à came et des systèmes d’admission et d’échappement qui lui étaient propres. Au bloc furent greffés deux petits turbos Garrett T25 qui sont dotés d’un clapet intégré et contrôlé électroniquement, procédé plus connu sous le terme de wastegate. Particulièrement utile pour les moteurs turbos, il permet à l’aide d’un volet d’évacuer le trop plein hors de la turbine. Le moteur est alimenté via un large échangeur air-air. Quant au système d’injection, il en a été confié la conception à Bosch. Le choix de s’orienter vers deux petits turbos ne fut pas anodin et eut pour but d’éliminer tout turbo lag, phénomène qui correspond au temps d’inertie du déclenchement du turbo, comme sur la Porsche 959. Afin de garantir leur longévité, les turbos sont modifiés par Alpina, et sont refroidis par huile ainsi que par un circuit d'eau secondaire, entraîné par une pompe électrique qui se met en marche lors de l'arrêt du moteur. L’ensemble du système d’échappement signé Boysen est fait d’acier inoxydable et comporte pas moins de 6 catalyseurs avec sondes Lambda. Le couple de 520 Nm est plus que ce que la boîte de vitesse de la 535i ne pouvait supporter. A la place, une excellente boîte 5, spécialement développée par Getrag (autorisant des déboîtements courts et rapides) et épaulée par un embrayage Fichtel & Sachs renforcé, transmet la puissance à l’essieu arrière, lequel inclus un différentiel autobloquant limité à 25%. Le couple, déjà colossal à 3000 trs/min, atteint son pic à 4000 tours et reste stable à cette valeur jusqu’à l’approche des 5000 rotations. De plus, le régime maximal passe de 6250 à 7000 trs/min. Les reprises sont impressionnantes et ce quelque soit le rapport enclenché et la poussée semble inépuisable, mais malheureusement tout ceci se fait dans un trop grand silence pour que le plaisir pris derrière le volant soit de la même intensité que l’efficacité de cette Alpina. Tout se fait sans se que l’on ne se rende compte de quoi que ce soit, dans un esprit Grand tourisme typique des Alpina.

CHASSIS
Concevoir un moteur exceptionnel c’est bien, mais pouvoir en tirer parti, c’est encore mieux ! Telle fut la problématique rencontrée par Alpina qui fit les choses en grand pour la solutionner. Des ressorts latéraux sont utilisés, accouplés aux barres anti-roulis et aux montants frontaux Bilstein. A l’arrière, les suspensions Fichtel & Sachs qui limitent le déport à 2° contrôlent également la hauteur de caisse qui est régulée par un ingénieux système de régulation de pression d'huile, au travers de sphères de pression, utilisant le même circuit que les freins et l'embrayage. Cette prouesse technique permet de ne pas subir le contre-coup du poids élevé de la B10 (1695 kilos) et épargne, un peu, par la même occasion les pneumatiques. Les nouvelles jantes alliage 17 pouces offrent plusieurs avantages : un gain de poids et la possibilité de remplacer les habituels disques de frein Girling par des Lucas, à quatre pistons ayant pour dimensions 332x30 mm à l'avant et 300x28 à l'arrière, épaulés par l’ABS offert en série. L’antipatinage ASC qui évite l’instabilité causée par un excès de couple aux roues arrières sur chaussée mouillée peut être entièrement désactivé. Le résultat sur route est que la B10 fait l’effet d’une catapulte collée au bitume grâce à une excellente répartition du poids entre l’avant et l’arrière. Un véritable TGV 1ère classe sur quatre roues, les désagréments causés par les autres passagers en moins. Les sensations sont néanmoins relativement aseptisées, le filtrage sonore étant très bien étudié pour assurer un confort d’une qualité remarquable, malgré une suspension assez ferme. Le choix des pneus s’est ainsi tourné vers Michelin, et plus particulièrement les MXX2. Peu d’automobiles, voire peut-être aucune, ne peut se targuer d’un tel compromis confort/performances. Cette "BMW" décidément très particulière qu'est l'Alpina B10 Biturbo, fait en définitive moins penser à une BMW dans ses manières, qu'à une... Bentley ! Un sentiment de grande sécurité prédomine, toutefois le freinage à grande vitesse, tout en étant efficace, reste en dessous des standards actuels. Pas de miracle non plus sur routes sinueuses où la B10 souffre de son excédent pondéral et ne peut prétendre à des velléités de petite sportive. N’a pas l’agilité de BMW d’antan, telles que les e21 et e30 qui veut...

ALPINA B10 3.5
Un an auparavant la démoniaque B10 biturbo, Alpina s’était déjà « fait les crocs » sur la 535i e34 avec une version beaucoup plus sage, appelée B10 3.5 et quis era commercialisée de 1988 à 1992. La mécanique reste atmosphérique mais le gain de puissance est conséquent avec la puissance qui grimpe à 254 chevaux pour 325 Nm. Elle affiche alors un 0 à 100 km/h en 6.4s. Le châssis revu par Alpina, qui semblait sous-exploité par ce L6 atmo, laissait déjà envisagé de la possibilité de greffer une mécanique nettement plus trempée... comme celle de la B10 Biturbo !

 

ACHETER UNE ALPINA B10 Biturbo e34
Trop peu répandue chez nous, il ne faudra pas hésiter à traverser le Rhin pour acquérir une Alpina B10 Biturbo. Les prix varient selon le kilométrage et l’entretien réalisé mais il est possible d’en trouver aux alentours de 15.000 €, ce qui reste bon marché au vu des performances ahurissantes de la voiture. L’entretien normal reste dans la moyenne habituelle en terme de tarifs, mais dès qu’il s’agira des pièces spécifiques à Alpina, votre porte-monnaie risque d’en prendre un coup. Voici quelques exemples des prix pratiqués, hors main d’œuvre : disques avant : 400 € les deux, amortisseurs avant : 588 € et arrières hydrauliques (les deux) : 1285 €, pont arrière (identique à celui de la 750iL) : 2200 €, démarreur : 393 €, boîtier de direction (faiblesse sur la e34) : 1605 €, pompe de direction assistée : 777 €, silencieux arrière Boysen : 2055 €, pneus avant : 280 € et arrière 405 € pièce. Même le logo Biturbo se négocie à 109 €… Une berline qui offre des performances de Ferrari, ce n’est pas anodin et par conséquent ces coûts d’entretien restent largement compréhensibles. Il faut juste prévoir un budget plus conséquent que le simple prix d’achat. Paul Frère, grand adepte et connaisseur des Alpina, décrit la B10 Biturbo comme étant un véritable chef d’œuvre. Selon lui, elle fut à sa sortie la meilleure Alpina jamais construite.

:: CONCLUSION
Ultra performante mais pas réellement sportive, cette Alpina B10 Biturbo offre des reprises canons dans un confort royal qui font d’elle une formidable dévoreuse de kilomètres. Son terrain de prédilection est l’autoroute, allemande de préférence pour ne pas perdre ses points de permis. Le plaisir à bord de cette automobile prend une saveur particulièrement subtile, celle de l'absence totale d'ostentation par rapport aux performances réalisées. Les personnes à la recherche de performances pures seront aux anges, ceux à la recherche de sensations fortes resteront cependant sur leur faim.

L'Automobile Sportive.com remercie chaleureusement Christophe pour son aide à la réalisation de cet article.

PRODUCTION :
Alpina B10 e34  : 572 B10 atmo et 507 B10 biturbo

CHRONOLOGIE ALPINA B10 e34 ALPINA B10 Biturbo e34
1988 : en avril, commercialisation de l’Alpina B10 3.5 e34
1989 : en mars, présentation à Genève de l’Alpina B10 Biturbo e34 et commercialisation en août
1992 : arrêt de l’Alpina B10 3.5 e34 en décembre
1994 : arrêt de l’Alpina B10 Biturbo e34 en mars



Comparez les tarifs d'assurance pour une ALPINA B10 Biturbo e34

AVIS
AVIS > AVIS ALPINA > AVIS B10 Biturbo e34
Vous possédez une ALPINA B10 Biturbo e34 ? Ajoutez votre avis !
Forum
Vous voulez parler des ALPINA B10 Biturbo e34 ou de leurs concurrentes ? Besoin d'avis, de conseils d'achat, consultez le Forum : cliquez ici !

>Sujets récents sur ALPINA :


Actualites


Newsletter
Newsletter
> INSCRIVEZ-VOUS !


Annonces


Actualites


Liens
Newsletter


RECHERCHE

Comparatif
Maserati

> Les V8 Maserati