L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > SMART > ROADSTER Brabus Biturbo






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

COLLECTOR (14-12-2004)
SMART
ROADSTER
Brabus Biturbo
(2003)

env. 50 000 Euros (01/07/2003)
ND CV FISCAUX
Non importée et non homologuée

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES SMART ROADSTER Brabus Biturbo
MOTEUR
Type: 6 cylindres en V à 60°, 12 soupapes, 1 arbre à cames en tête
Position: transversal AR
Alimentation: Injection électronique multipoints + 2 turbocompresseur + intercooler de Mercedes S600.
Cylindrée en cm3: 1 396
Alésage x course : 66,5 x 67
Puissance ch DIN à tr/mn: 170 à 5 500.
Puissance au litre en ch: 121,77
Couple maxi en Nm à tr/mn: 220 de 2 250 à 4 500
Couple au litre en Nm : 157,59
TRANSMISSION
AR
Boîte de vitesses (rapports): Robotisée 6 rapports.
POIDS
Données constructeur en kg: 840
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 4,94
ROUES
Freins : 4 disques Alcon ventilés, rainurés et percés + ABS.
Pneus : Michelin Pilot Sport AV 205/40 ZR 17 et AR 225/35 ZR 17.
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 220
400 m DA en secondes: ND
1 000 m DA en secondes: ND
0 à 100 km/h : 6
0 à 200 km/h : ND
Consommation moyenne : ND L/100 Km


On retrouve l'habitacle du roadster mais agrémenté d'une présentation spécifique et de très beaux sièges baquets avec haranis 6 points.


Ca déménage sous le capot arrière avec ce petit V6 biturbo de 170 ch. Il ne cube pourtant que 1,4 litres !!


On reconnaît la silhouette typique des smart avec la cellule Tridion gris clair.


Généreusement chaussé, le roadster smart Brabus V6 Biturbo tient sacrément le pavé.


Avec son rapport poids/puissance très favorable, elle vient taquiner des GT bien plus prestigieuses. A quand en série ?...

BIEN :-)
Look sublimé
Performances
Idée du concept
Châssis
Exclusivité…
PAS BIEN :-(
…mais limitée à 10 exemplaires
Boîte toujours lente
Pas homologuée en France
Tarif exorbitant
Quelques détails de finition

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (14/12/2004)

ARTILLERIE LOURDE !
Afin de célébrer son partenariat avec DaimlerChrysler, à travers sa marque Smart, Brabus, le préparateur allemand bien connu a mis au point un roadster Smart de son cru avec sous le capot arrière un moteur… V6 ! Au programme 170 ch pour un poids de 840 kg. Et comme toujours avec Brabus, le look de l'auto a été particulièrement soigné. Mais ne vous précipitez pas chez votre concessionnaire Smart le plus proche de chez vous, seulement 10 exemplaires ont été fabriqués et sont déjà tous vendus...

Texte : Gabriel LESSARD
Photos : D.R.

Dès sa sortie, le roadster Smart a égayé nos rubans d'asphalte par sa bouille sympathique et surtout son châssis très accrocheur. Avec le roadster Smart, c'est toute l'ambiance des roadsters des sixties qui refaisait surface. Une aubaine pour les passionnés que nous sommes. Mais voilà, avec 82 ch seulement et une boîte de vitesses robotisée un peu lente, nous espérions plus. Brabus, préparateur allemand bien connu des amateurs de Mercedes-Benz, avait senti le filon à l'époque des prémisses de Smart, et il a subtilement œuvrer pour devenir, à l'instar d'AMG pour Mercedes-Benz, le partenaire privilégié de Smart. Une version Brabus de 100 ch était planifiée, mais malgré tout nous restions sur notre faim. Alors à l'occasion du centième anniversaire de la course de la Solitude, Smart-Brabus Gmbh a décidé de célébrer son partenariat avec Smart et Mercedes-Benz. Un beau cadeau était alors présenté à DaimlerChrysler avec la réalisation d'une dizaine d'exemplaires d'un roadster Smart très particulier. Puisque les amateurs auraient aimé plus de puissance, Brabus a donc accolé deux 3 cylindres Smart turbocompressé. Le résultat : 170 ch et 840 kg. Attention les sensations fortes…

DESIGN
Le point fort du roadster Smart est avant tout sa ligne, puisque c'est le premier contact avec le public. Pour la Brabus V6 biturbo, le préparateur-constructeur de Bottrop a opté pour la carrosserie du roadster-coupé, avec sa bulle arrière. Cela s'explique notamment par les modifications moteur qui nécessitent plus de place et également plus de refroidissement. D'ailleurs, à cet effet, des ouies latérales sur la bulle ont été percées, faisant ainsi penser quelque peu au capot arrière d'une Ferrari F40. La cellule Tridion (composée de 3 aciers différents) est toujours visible comme une véritable marque de fabrique des Smart. Cet élément est repris sur les ForTwo et les Forfour. Pour mémoire, c'est la cellule Tridion qui constitue en partie la rigidité du châssis. Croire que le roadster Smart Brabus V6 Biturbo est identique extérieurement à un roadster Smart Brabus standard serait erroné. C'est en effet plutôt au jeu des sept erreurs qu'il faut jouer. L'exemplaire présenté est revêtu d'une teinte écarlate. Même les plastiques encadrant les blocs optiques avant et la calandre sont peints ton caisse. Le kit carrosserie Brabus standard a été monté, mais en sus, on retrouve comme en compétition des petites dérives latérales sur le bouclier avant. Outre l'esthétique, c'est évidemment un souci d'ordre aérodynamique qui a dicté ce montage. Cela fait penser ainsi au prototype Lamborghini Miura Jota. Ainsi conçue à l'avant, le roadster Smart Brabus V6 Biturbo devrait être à l'abri du délestage du train avant (phénomène constaté notamment sur revêtements gras avec les versions 82 ch). Le bouclier arrière est rebondi à souhait et laisse sortir au centre des sorties d'échappement rondes fabrication maison. Enfin, un petit aileron, toujours de couleur rouge, est fixé sur l'arête du hayon arrière qui reprend le principe de transparence de la Honda CRX des années 80 ou du Coupé Sport chez Mercedes-Benz. Les très belles jantes Brabus en étoile à bord poli de 17 pouces sont les même que celles montées sur les roadster Blue Wave, les Brabus et également les Fortwo Brabus. Si les roadsters Smart enchantent le public avec leur ligne craquante, dans le cas du roadster Brabus V6 Biturbo, elle devient carrément envoûtante. Une vraie diablesse qui invite à la tentation. D'ailleurs, la tentation de s'asseoir dans les très beaux baquets cuirt/Alcantara vient vite. Les harnais rouges 6 points vous rappelle que cette fois-ci, fini les petites puissances. Le Brabus V6 de 170 ch doit pousser fort et le reste doit être à l'avenant. On retrouve la planche de bord typique du petit roadster allemand. De nombreux éléments sont peints couleur ton caisse. Enfin, le volant et le levier de vitesses sont inédits. Mais malgré cette présentation sportive et flatteuse, cela ne peut masquer totalement la qualité des plastiques encore durs et des assemblages parfois approximatifs. La position de conduite est toujours excellente et ne souffre pas la critique. Toutes les commandes majeures tombent bien sous la main. Le seul reproche concerne les commandes d'ouverture de coffre et celle de la capote qui sont l'une à côté de l'autre avec des boutons de même taille. Bon nombre de " Smartiens " ont ouvert leur coffre en essayant de déployer leur capote !

MOTEUR
Dans le compartiment moteur qui est situé à l'arrière de l'auto, la place est désormais plus que comptée. Les motoristes de Bottrop ont donc pris deux moteurs trois cylindres de Smart qu'ils ont accolé pour en faire un V6 à 60°. Si cela est très simple à écrire, la réalisation a demandé évidemment plus de temps qu'un simple jet de plume. Dans un bloc en alu, les deux rangs de trois cylindres sont donc reliés par un seul et même vilebrequin. Ainsi monté, ce nouveau bloc cube 1,4 litres et développe 170 ch à 5 500 tr/mn. Les deux turbocompresseurs qui soufflent dans les bronches de ce petit V6 sont secondés par un intercooler de … Mercedes-Benz S600 ! Toute la partie admission et échappement est copieusement revue et adaptée pour supporter ces nouvelles contraintes techniques. Pour une petite puce de 840 kg, le couple de 220 Nm dès 2 250 tr/mn jusqu'à 4 500 tr/mn permet des relances très franches, à condition d'être toujours sur le même rapport. Pour la transmission, Brabus a repris la boîte de vitesse robotisée de la Smart Forfour avec le 6ème rapport à verrouillage électrique. A la différence du roadster de série, le Brabus V6 Biturbo hérite donc d'une vraie boîte 6 et non d'une boîte 3 rapports avec overdrive sur chaque rapport (c'est un raccourci technique, mais grosso modo, cela correspond à cela). Si la vitesse de passage est toujours en progrès chez Smart de génération en génération sur les boîte robotisées, il subsiste toujours un léger trou lors du passage de rapport qui vient pénaliser les accélérations pures. Il faut alors délester légèrement l'accélérateur pour diminuer ce trou. Sinon, vous commandez les rapports toujours avec les palettes magiques derrière le volant. Evidemment, avec un rapport poids/puissance de 4,94 kg/ch, le roadster Smart Brabus V6 Biturbo n'a plus rien d'une voiture de fillette. Ses accélérations, dont le 0 à 100 km/h donné pour moins de 6 secondes par l'usine, sont très franches et vous plaquent très fermement dans les sièges bacquets. Le son du moteur conserve sa sonorité typique de Smart, mais en plus velu. Pour l'anecdote, les bagages devront être laissés de côté, car en raison de la place nécessaire au moteur, le réservoir d'essence a migré sous le capot avant. Cela explique également les raisons d'absence d'homologation, car désormais les réservoirs d'essence à l'avant sont proscrits. Le plus drôle avec ce roadster Smart survitaminé, c'est d'aller titiller les Porsche en accélération…

CHASSIS
Le châssis était déjà le point fort du roadster Smart 82 ch. Même si les pilotes les plus avertis pouvaient lui reprocher un léger effet de dandinement du train arrière à très haute vitesse dans les grandes courbes. Sans danger réel, mais présent. La nouvelle implantation des différents organes mécaniques et accessoires permet d'optimiser la répartition des masses qui passe à 50/50 contre 44/56 sur le roadster de série. Joli ! Le train avant est composé d'éléments McPherson avec des combinés Bilstein/Eibach rigidifiés par une barre anti-roulis. L'arrière se contente d'un train De Dion, classique mais efficace et suffisant dans le cas de notre roadster du jour. Chaque essieu se termine par des jantes alu de 17 pouces de largeurs différentes entre l'avant et l'arrière. Brabus est allé puiser dans le catalogue Michelin en optant pour les très performants Michelin Pilot Sport dans des dimensions généreuses : 205/40 ZR 17 à l'avant et 225/35 ZR 17 à l'arrière. La direction à crémaillère est sans assistance et permet finalement de mieux ressentir le train avant dans son placement. Ni trop ferme, ni trop douce, le compromis idéal semble avoir été trouvé. Pour ralentir la bête, quatre freins à disques Alcon rainurés, percés et ventilés sont pincés par les étriers de série. Avec seulement 840 kg, le roadster Smart Brabus V6 Biturbo freine fort et longtemps. Cela permet ainsi de pousser le petit roadster dans ses derniers retranchements en toute sécurité. Avec son châssis ainsi préparé, ou plutôt affûté, le roadster Smart vire totalement à plat et affiche une rigidité sans faille, même décapoté. Certes, le compromis confort-efficacité qui caractérisait jusqu'alors le roadster Smart 82 ch est ici évaporé. Mais on ne peut pas tout avoir, et devant l'homogénéité totale entre le nouveau niveau de performances et les qualités du châssis, le roadster Smart Brabus V6 Biturbo peut donner de nombreuses leçons à beaucoup de sportives. Finalement, ce cocktail explosif, réussi est efficace certainement parce que les préceptes de feu Colin Chapman (" light is right " - la légèreté c'est bien) ont été appliqués au roadster Smart. Alors pourquoi le public ne pourrait-il pas l'acheter ?

PRODUCTION SMART BRABUS BITURBO (2003) : 10 exemplaires

:: CONCLUSION
Notre chagrin ne sera jamais assez grand. Nous avons tant aimé le roadster Smart de 82 ch, que nous attendions dans notre fort intérieur une version plus musclée pour aller taper de la GT. Las, l'auto existe belle et bien sous la forme de ce roadster Smart Brabus V6 Biturbo, mais elle restera à l'état de prototype limité à 10 exemplaires non homologué pour un usage routier. C'est ainsi que l'a voulu Brabus et Smart. Après tout, la priorité pour Hambach n'est pas trop de développer le roadster Smart qui n'est pas appelé à faire du volume mais plutôt la Forfour. La logique industrielle n'est pas toujours compatible avec celle des amateurs de voitures de sport que nous sommes. Dommage, nous sommes certains qu'avec un prix placé, ce roadster Smart Brabus V6 Biturbo aurait toutes ses chances...

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Les premiers tours de roue sont prometteurs. La direction non assistée guide un train avant précis et rigide. Grâce à une répartition optimales des masses (50/50 au lieu de 44/56 sur le modèle d'origine, l'auto se place au millimètre et fait preuve d'une homogénéité exemplaire. Le V6, dont les vocalises empruntent certaines intonations au flat-six Porsche, ne marche réellement que dans les tours. Les deux turbines témoignent de leur bonheur en procurant de réelles sensations de poussée. Le train arrière mord le bitume à la moindre accélération. Moins confortable que la version 82 ch, la Brabus dispose d'un châssis dont nombre de modèles sportifs devraient s'inspirer. Dénuée de roulis, l'auto vire à plat et enchaîne les virages comme d'autres les kilomètres sur autoroute. Si le couple, dans l'absolu, s'avère modeste, il engendre néanmoins des déhanchements du train arrière. Tant et si bien que l'on se surprend à vouloir entretenir une glisse pour accentuer le plaisir. Qui aurait parié qu'une Smart deviendrait une machine à travers ?"
OPTION AUTO - octobre/novembre 2003 - Smart Roadster Brabus V6 Biturbo.


Devis d'assurance pour une SMART ROADSTER Brabus Biturbo

AVIS

Vous possédez une ROADSTER Brabus Biturbo ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets SMART sur le forum :
Forum
RECHERCHE