L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > CIZETA > V16T






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

COLLECTOR (01-12-2005)

CIZETA
V16T
(1988 - 1993)

+3 500 000 Francs (1990)
ND CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES CIZETA V16T
MOTEUR
Type: 16 cylindres en V, 64 soupapes, 4x2 arbre à cames en tête
Position: transversal central AR
Alimentation: Injection à gestion électronique intégrale Cizeta.
Cylindrée en cm3: 5 995
Alésage x course : 86 x 64,5
Puissance ch DIN à tr/mn: 520 à 7 000.
Puissance au litre en ch: 86,73
Couple maxi en mkg à tr/mn: 55 à 4 500
Couple au litre en mkg : 9,17
TRANSMISSION
AR + autobloquant à 40%.
Boîte de vitesses (rapports): Manuelle 5 rapports.
POIDS
Données constructeur en kg: 1 720
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 3,30
ROUES
Freins : 4 disques ventilés Brembo.
Pneus : AV 245/40 (ou 235/45 selon les exemplaires) ZR 17 et AR 335/35 ZR 17.
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: +300
400 m DA en secondes: ND
1 000 m DA en secondes: 20,2
0 à 100 km/h : 4,2
0 à 200 km/h : ND
Consommation moyenne : ND L/100 Km.

Avec ses phares superposés, la Cizeta-Moroder V16T offre un curieux visage qui dénature quelque peu la ligne magistrale de Marcello Gandini.


La Cizeta-Moroder V16T est certainement l'une des supercars les mieux finie. Cuir et aluminium parent l'habitacle. En revanche, le dessin est de facture très classique.


Le V16T est en réalité l'association de deux V8. Il y a donc 2 culasses séparées et deux vilebrequins séparés, mais un seul bloc et une seule gestion électronique pour 16 cylindres.


Tous capots déployés. Au moins, l'accessibilité mécanique ne devrait pas trop posé de problèmes...


Avec plus de 300 km/h en pointe et moins de 21 secondes au kilomètre DA, la Cizeta-Moroder V16T faisait alors parler la poudre...


On aura tous noté la reprise des feux arrière d'Alpine GTA !


C'est surtout de l'avant que la similitude avec la Lamborghini Diablo est évidente. Normal, c'est le même designer : Marcello Gandini.

BIEN :-)
Ligne signée Gandini
Moteur unique
Performances annoncées
Exclusivité et rareté
Equipement complet
Finition haut de gamme
PAS BIEN :-(
Quid de l'entretien ?
Prix d'achat
Où en trouver ?
Intérieur au style banal
Pas d'assistance de direction ni ABS

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (01/12/2005)

LE LOUP DANS LA BERGERIE !
Depuis la fin le début des années 50, Ferrari est devenue la marque étalon à battre, tant sur les circuits, que sur le marché des GT haut de gamme ultra-performantes. Jusqu'à ce jour, nombreux sont ceux qui ont relevé le défi, et il n'y a guère que Lamborghini qui ait réussi dans la durée, non sans mal, à tenir la dragée haute à la firme de Maranello. Tous les autres ont du cesser le combat, faute de clients, ou faute d'image. Cizeta-Moroder est de ceux-là, et pourtant dans la corbeille on pouvait trouver un design signé Marcello Gandini et un moteur V16 de 520 ch à la mélodie envoûtante...

Texte : Nicolas LISZEWSKI
Photos : D.R.

Claudio Zampolli débarque aux Etats-Unis en 1973. Sa mission est de réorganiser le réseau Lamborghini outre-Atlantique. Une fois sa mission acquittée, il a le secret projet de concevoir une supercar d'exception capable de faire oublier la Lamborghini Countach. Ses connaissances avec le personnel Lamborghini lui seront précieuses pour la réussite, ou tout du moins l'aboutissement de son projet. Son cahier des charges reprend en quelque sorte celui de la Countach mais en le magnifiant et l'actualisant. Dans son esprit, son futur modèle devra notamment profiter d'une finition très luxueuse, plus en rapport avec les prix pratiqués dans ce segment. Sa vision du segment du très haut de gamme lui vient de son expérience en tant que l'un des fournisseurs des stars du show-bizz en voitures de sport et de luxe. Son échoppe était alors sise sur Hollywood boulevard à Los Angeles. Il sait donc mieux que quiconque quelles sont les attentes de ses futurs clients. C'est durant cette période qu'il va vendre des voitures et se lier avec Giorgio Moroder. Ce dernier est un musicien célèbre qui a notamment réalisé la musique du film Midnight Express et a été parolier de Donna Summer. Leurs origines italiennes et leur passion commune pour les belles mécaniques vont entraîner les deux hommes dans le projet fou de Claudio Zampolli. D'autant plus fou, qu'en bon visionnaire original dans ses choix, c'est vers un V16 que Claudio Zampolli jette son dévolu pour animer sa supercar. Une chose est certaine, la Cizeta-Moroder V16T, sera unique, à commencer par son moteur…

DESIGN
Dès le premier coup d'œil on s'exclame : " mais c'est comme une Lamborghini Diablo !! ". C'est vrai qu'elle y ressemble fortement, mais après tout, rien d'étonnant à cela puisque le designer des deux autos est le même : Marcello Gandini. A l'époque, bon nombre de journalistes ont supposé que Marcello Gandini n'aurait pas supporté les retouches apportées par les designers de Chrysler ses dessins du projet de la Diablo et qu'il aurait ainsi réparé cet affront. D'autres affirment que Chrysler aurait refusé les dessins de Gandini jugés trop agressifs. Toutefois, il n'y a semble-t-il aucune déclaration de Marcello Gandini à l'époque qui affirmerait cette hypothèse. Simple imagination de journaliste ou réalité ? Nous n'avons pas réponse à apporter aujourd'hui sur ce sujet. Si Marcello Gandini ou Claudio Zampolli lisent ce dossier, nous serions très heureux qu'ils éclairent notre lanterne sur ce sujet. Le design de la Cizeta-Moroder V16T serait donc le dessin originel et original signé Marcello Gandini. Le calendrier a de plus avantagé le petit constructeur en création puisque la Cizeta-Moroder V16T a été présentée un an avant la Lamborghini Diablo. L'implantation de son moteur en position transversal (comme sur la Lamborghini Miura !) a dicté en grande partie la tâche du designer. Pour vous donner un ordre de grandeur, la Cizeta-Moroder V16T est 2 cm plus large et plus longue que la Lamborghini Diablo. Très basse avec seulement 1,11 mètres de hauteur, la Cizeta-Moroder V16T semble donc encore plus large et plate qu'en réalité. Malgré tout le talent de Marcello Gandini, on constate quelques lourdeurs de style comme les prises d'air latérales qui semblent rapportées (contrairement à celles d'une Ferrari Testarossa contemporaine) et la poupe est massive (avec des feux d'Alpine GTA). Chose rare, les échappement ressortent au-dessus du bouclier arrière. L'aileron n'est là que pour le look et n'apporte aucun gain significatif en aérodynamique. La proue de l'auto affiche fièrement le logo du loup (emblème de Cizeta-Moroder) et est garnie de quatre petits feux escamotables superposés l'un au-dessus de l'autre par paire. Une fois les phares en place, l'esthétique en prend un coup… La Cizeta-Moroder V16T est donc très basse, large de l'arrière avec un habitacle avancé au maximum. L'habitacle fait la part belle aux matériaux précieux : cuirs, aluminium… Comme sur bon nombre de supercars, l'accès à bord est difficile, et la planche de bord est finalement très classique dans son dessin. Surprenant surtout comparé à l'extérieur. L'équipement est très complet avec même la climatisation de série expliquant ainsi le côté cossu de l'intérieur de la Cizeta-Moroder V16T.

MOTEUR
Sous le capot arrière, c'est bien entendu l'une des surprises de la production mondiale que l'on retrouve sous la forme de ce moteur V16 en position transversale. C'est cette disposition qui explique le " T " dans le nom de la Cizeta-Moroder qui signifie " transversal " et non pas " turbo ". Bien que Cizeta-Moroder ne détient pas le record du premier V16 au monde (Cadillac avait déjà réalisé un tel moteur avant guerre !), on ne peut que saluer la prouesse technique de l'équipe de Claudio Zampolli. Pour être totalement honnête, ils ne sont pas partis d'une feuille blanche. Chez Tecnostile, le motoriste Oliviero Pedrazzi a en réalité assemblé deux V8 travaillant ensembles. Ce V16 est donc muni de culasses et vilebrequins séparés en deux groupes de huit cylindres. En revanche, son bloc est d'une seule pièce et l'ordre d'allumage celui d'un V16. Si côté allumage et gestion moteur, la Cizeta-Moroder V16T avait initialement bénéficié d'un système Bosch K-Jetronic d'origine Ferrari, c'est finalement un système totalement maison qui sera retenu. Avec 6 litres de cylindrée et 520 ch à 7000 tr/mn (décatalysé, le moteur ira jusqu'à 560 ch), la Cizeta-Moroder V16T possédait alors sur le papier des caractéristiques moteur pour tutoyer les sommets de la performance automobile. Claudio Zampolli annonçait alors plus de 300 km/h en vitesse maxi, 20,2 secondes au kilomètre départ arrêté et tout juste 4 secondes au 0 à 100 km/h. Pour diriger cette symphonie en 16 majeur, une boîte de vitesses mécanique ZF à 5 rapports permet de passer le couple appréciable de 55 mkg à 5000 tr/mn. Cette boîte vient s'ancrer au centre du moteur, perpendiculairement. Assurément, la Cizeta-Moroder V16T est une supercar exceptionnelle et décalée par son V16 unique en son genre dans la production mondiale. Il faudra attendre le démarrage de la production de la Bugatti Veyron pour qu'un nouveau V16 voit le jour sur nos routes… Le V16 de la Cizeta-Moroder se remarque également par une sonorité diabolique. Ceux qui l'ont déjà entendu ne s'en sont jamais remis.

CHASSIS
Pas question de cellule centrale en matériaux composites comme sur certaines de ses concurrentes directes. La Cizeta-Moroder V16T fait appel à une structure multitubulaire classique utilisant des tubes traités au molybdène. Sur cette structure viennent se greffer les suspensions à double triangles superposés. A l'arrière, les suspensions triangulées et les combinés ressorts/amortisseurs sont placés inboard (soit contre la boîte). Toute cette structure est recouverte d'une carrosserie en panneaux d'aluminium. Pour freiner cette lourde supecar (1720 kg !), quatre freins à disques ventilés Brembo sans ABS sont à l'office. La direction est à crémaillère mais sans assistance, laissant augurer des séances de musculation pour garer ou manœuvre la Cizeta-Moroder V16T. La largeur des voies avant et surtout arrière (1,66 mètres !) est impressionnante et dévoile à l'avant de larges jantes de 17 pouces chaussées en 245/40 ZR 17 et à l'arrière en 335/35 ZR 17. Il ne devrait pas avoir trop de problème pour passer la motricité, car en plus de ces dimensions pneumatiques généreuses, la Cizeta-Moroder est équipée d'un autobloquant à 40%. On imagine la bestialité de l'engin sur route et sur circuit. Toutefois, il faudra pouvoir trouver le bon circuit qui permette de profiter pleinement de la Cizeta-Moroder.

EVOLUTIONS
Inutile de préciser que la Cizeta-Moroder ne connaîtra que peu d'évolutions. Présentée en décembre 1988 au salon de Los Angeles, la Cizeta-Moroder évoluera lors de son développement jusqu'en septembre 1991 lorsque le premier client sera livré. Mais juste avant cette première livraison, Giorgio Moroder, certainement lassé de trop de fausses notes, quittera l'aventure. Les seules autos livrées porteront donc le nom de Cizeta. Le Sultant de Bruneï fera d'ailleurs parti des clients de Cizeta. Après quelques vicissitudes, Claudio Zampolli doit stopper son rêve et son projet en 1993 après seulement 8 exemplaires produits. Deux modèles non terminés seront enfermés des containers. En 2002, Claudio Zampolli achève un neuvième exemplaires sur demande spéciale qui est un roadster. Qui sait, peut être qu'en prenant contact avec lui, un nouvel exemplaire pourrait voire le jour ?…

CHRONOLOGIE

1973 : Arrivée de Claudio Zampolli aux USA pour réorganiser le réseau Lamborghini américain.
1988 : En décembre, au salon de Los Angeles, première présentation publique de la Cizeta-Moroder V16T : design de Marcello Gandini, moteur V16 transversal.
1991 : Giogio Moroder, le musicien, se retire de l'affaire. Les Cizeta-Moroder deviennent alors des Cizeta V16T. Le prototype blanc présenté initialement changera ainsi de nom.Le moteur V16 change de système d'injection et troque son système d'origine Bosch K-Jetronic d'origine Ferrari pour une gestion électronique intégrale Cizeta.En septembre, le premier client est livré.
1993 : L'aventure Cizeta s'interrompt faute d'argent, de rentabilité, des soucis de santé et des démêlés avec la justice.
2002 : Le premier spider Cizeta V16T est achevé par Claudio Zampolli.

ACHETER UNE CIZETA V16T
Voilà une question qui peut prêter à l'ironie. Acheter aujourd'hui une Cizeta-Moroder nécessite un carnet d'adresse bien rempli avec les bons contacts qui permettront d'en trouver une. De même, votre compte en banque doit être logiquement à l'abri du besoin. Car avec seulement 9 exemplaires produits en coupé et trois roadsters, la Cizeta-Moroder doit certainement s'échanger à prix d'or. Il comme pour beaucoup de supercars, il conviendra de prendre son mal en patience avant qu'un des heureux propriétaires accepte de s'en séparer. La Cizeta-Moroder restera une aventure sans lendemain de la même veine que les autres ayant tenté l'aventure à la fin des années 80 pendant l'âge d'or des supercars. Et avec le recul, malgré quelques fautes de style propre à son époque et sa conception artisanale, la Cizeta-Moroder V16T est certainement plus désirable qu'une Lamborghini Diablo car plus authentique dans son design, plus rare et motorisée par un V16… Magique ? Certainement !

PRODUCTION
Cizeta-Moroder V16T : 8 exemplaires
Cizeta-Moroder V16T roadster : 3 exemplaire
(Cizeta-Moroder V16T non terminées : 2 exemplaires)
TOTAL : 13 exemplaires.

:: CONCLUSION
La Cizeta-Moroder V16T possède une histoire et des caractéristiques propres aux GT d'exception, aux supercars réservée à une élite (financières certes !) de connaisseurs avertis. L'amateur fortuné optera pour une " classique " Lamborghini Diablo, alors que le vrai connaisseur remuera terre et ciel pour trouver enfin l'oiseau rare. Et si la bonne solution pour en trouver une serait de retrouver Claudio Zampolli et lui demander de re-fabriquer un exemplaire à la demande ? Chiche !...

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Bien sûr, l'implantation en position transversale de cet encombrant propulseur ne s'est pas faite sans mal. Elle a surtout sensiblement conditionné la silhouette de la voiture. D'où cette ligne complètement disproportionnée, avec une partie arrière franchement démesurée, un avant particulièrement court et un poste de conduite très en avant. C'est bien simple, la Cizeta est encore plus monstrueuse que la Diablo ! Ses dimensions extérieures le confirme : 2 cm de plus en longueur et en largeur, le tout sur des voies et un empattement encore plus généreux, et souligné par une monte pneumatique tout aussi impressionnante (245/40 ZR 17 à l'AV et 335/35 ZR 17 à l'AR) ! Elle n'en reste pas moins, elle aussi, très racée, très italienne en somme."
ACTION AUTO MOTO - HS juillet 1992 - Cizeta-Moroder V16T.


Devis d'assurance pour une CIZETA V16T

AVIS

Vous possédez une V16T ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets CIZETA sur le forum :
Forum
RECHERCHE