stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

L'AUTOMOBILE SPORTIVE > COMPARATIFS > MATCH CLIO 4 RS VS CLIO 3 RS

MATCH RENAULT CLIO 4 RS / CLIO 3 RS

comparatif clio 4 rs clio3 rs
© L'AUTOMOBILE SPORTIVE

C’ETAIT MIEUX AVANT ?

Qui dit sortie d’une nouvelle Renault Clio RS dit inévitablement comparaison avec le précédent modèle. C’est encore plus vrai avec la Clio 4 RS qui ne se prive pas de bousculer les habitudes. Cinq portes, un nouveau moteur, une nouvelle boîte, le tout pour de nouvelles sensations. Et l’ancienne "CRS" dans tout ça, a-t-elle réellement dit son dernier mot ?

Texte : Maxime JOLY - Photos : Cédric AUGUSTO

La petite communauté du forum de L'Automobile Sportive évolue au fil des ans et chaque nouveau membre inscrit est l'occasion de découvrir la (ou les) sportive(s) qui font son bonheur. Ces découvertes nous amènent régulièrement à vous présenter des modèles parfois très rares, à travers notre Guide des sportives. Lors de la présentation de la Clio 4 RS nous avons donc immédiatement eu l'idée de proposer l'équivalent moderne du match opposant la Clio 3 RS à la Clio 2 RS. Nous avions déjà "sous la main" une charmante propriétaire d'une Clio RS série limitée 20th de 2010 (voir encadré) qui était impatiente de pouvoir découvrir la Clio 4 RS. Pour l’occasion, elle est venue avec son compagnon Ted, un inconditionnel de Renault Sport… C'est dire si leur attente était vive.

PRESENTATION

logo renaultinterieur clio 3 rs

Nous n'avions pas repris le volant d'une Clio 3 RS depuis notre essai de la version restylée équipée du châssis Cup en 2009. Autrement dit, une éternité. Nous ne nous sommes donc pas fait priés pour redécouvrir celle qui resta la référence des petites sportives durant toute sa carrière... De l’extérieur, la Clio 3 RS, ou "C3RS" de son petit nom dans le milieu, se démarque instantanément d’une Clio 3 de base grâce à ses galbes, son bouclier avant incorporant des aérations béantes et ses bas de caisse. Avec la RS 200, il va falloir être plus fin observateur pour la reprérer au loin. A moins de la reconnaître à son jaune Sirius spécifique, facturé au prix fort, les éléments distinctifs ont été restreints : diffuseur arrière, double sortie d’échappement séparée et bouclier avant avec la désormais bien connue "lame F1".

L’habitacle de la Clio 4 ne nous a guère plus enchantés que le paquet cadeau. La présentation globale et les matériaux utilisés font cheap et ramènent davantage la Clio 4 vers les modèles low-cost de la marque que vers les citadines branchées qui font fureur actuellement. Pour faire illusion, on a collé une console centrale laquée qui a au moins un mérite, celui de faire l’unanimité contre elle ! Mais ne tirons pas sur l’ambulance, il y a aussi quelques progrès à relever. Le premier est une meilleure accessibilité aux places arrière grâce aux deux portes supplémentaires. Idéal pour les pères et mères de famille. Ensuite, le rajout d’une cinquième place sur la carte grise devrait dépanner. Mais le progrès le plus significatif vient de la position de conduite, une bonne surprise.

clio rs 20thUN 20EME ANNIVERSAIRE EN R.S.
En 2010 la Clio Renault Sport a également droit à sa déclinaison « 20th ». La carrosserie arbore une harmonie biton exclusive. Le toit, la partie haute du hayon et le becquet s’habillent de noir, en contraste avec la carrosserie qui inaugure la nouvelle teinte Givre Nacré. Le bandeau noir brillant et la lame F1 Anthracite Verni renforcent le contraste du bouclier avant. Le diffuseur arrière reçoit également une peinture Noir Brillant et les rétroviseurs anthracite sont assortis à la lame aérodynamique. Renault Clio R.S. « 20th » est dotée de Jantes alliage 17 pouces Be Bop diamantées. Le badge « 20th » signe les montants de porte. La planche de bord surpiquée et les aérateurs chrome satinés viennent souligner une ambiance intérieure cossue. Renault Clio R.S. « 20th » reçoit une sellerie spécifique tissu gris argenté et des surtapis à l’avant.

MOTEUR

moteur clio 3 rsLa rage ou le couple ? Tel est le dilemme au moment d’opter pour telle ou telle génération de Clio RS. Les 203 chevaux du F4RS de la C3RS phase 2 ne se libèrent qu’à l’approche de la zone rouge et sous 4.000 tr/min, il ne se passe pas grand-chose. Avec le MR16DDT d’origine Nissan, c’est l’exact opposé. Le couple maximal est disponible dès 1.750 tr/min et le moteur nippon prend quasiment 1.000 tours de moins que son ancêtre français. Le match des performances est donc remporté par le bloc japonais bien que bridé (sans mauvais jeu de mots…) sur le couple par la boîte EDC à double embrayage. Cette transmission est d’ailleurs un élément non négligeable dans la hausse des performances revendiquées par la C4RS. Les temps de passage sont impossibles à reproduire avec une boîte mécanique et le Launch Control est l’arme fatale pour booster les chiffres.

Mais tout ceci est l’arbre qui cache la forêt du plaisir de conduite. Les poussées sont certes franches mais se font sans frisson là où la Clio 3 vous donne l’impression de gravir des montagnes et vous hérisse le poil avec la bande-son du 2 litres qui raisonne dans vos oreilles. Voilà un autre point qui plaide en faveur de la Clio 3, sa « grosse » cylindrée. Bien que gorgé de couple, le downsizing du 1.6L est perceptible à la conduite… Mais à la consommation aussi. Alors ne soyons pas trop durs avec lui. Nous avons suffisamment reproché à la C3RS son appétit démesuré. Psychologiquement, l’effet sera limité car vous ne gagnerez pas d’arrêts aux stands du fait de la réduction de la capacité du réservoir. Les autres bonnes nouvelles sont une conduite autoroutière enfin silencieuse et une distribution par chaîne qui devrait faire baisser les coûts d’entretien. En espérant ne pas avoir à mettre les mains dans le cambouis vu le joyeux bordel sous le capot…

SUR LA ROUTE

essai clio 4 rs ou clio 3 rs

Ce paragraphe est dans la lignée des précédents. Le changement, c’est maintenant. Cela commence par un châssis Cup confortable. Oui, vous avez bien lu. Notre essai de l’époque de la C3RS Cup relevait de la séance de torture sur mauvaise route. Cette fois, tout en préservant un gain en rigidité, le confort n’a pas été sacrifié. Les butées hydrauliques, innovation héritée de la course et montée en première mondiale sur une voiture de série, font des miracles. De plus, l’option Cup est facturée 600 € contre 1.200 auparavant. Toutefois, ces tarifs comprenaient les excellents Recaro ! Il ne s'agit donc pas d'un véritable cadeau de Renault... Les nouveaux sièges de la C4RS arborent un dessin inédit et sont plutôt jolis. Dommage que le maintien latéral ne suive pas totalement. Autre changement : la Clio 4 RS aime beaucoup faire glisser son popotin ! Sur la piste humide du circuit Bugatti où nous avons pu faire un essai complet, les dérives se produisaient sans même avoir besoin d’enclencher le mode Race, c’est-à-dire avec les assistances connectées. Une fois la piste sèche, la Clio reprenait un comportement plus sain, y compris avec l’ESC OFF, mais nous a confirmé sa tendance au survirage. Les amateurs de traction à l’arrière-train baladeur seront comblés. La C3RS était pas mal non plus dans son genre mais le manque de couple demande plus de volonté pour une mise en travers. Sur le train avant, les coupes budgétaires ont abouti à la disparition des pivots découplés. Conjugués à l’avalanche de couple qu’il se prend dans les mâchoires, l’avant a parfois du mal à tout digérer sans que cela ne ressente dans le volant. Que l’on s’entende bien, cela n’atteint pas le côté dramatique constaté sur la Corsa OPC… Pour seul différentiel, RST a jugé bon de suivre le mouvement initié par Volkswagen et Fiat avec une béquille électronique qui ne sait pas faire autre chose que freiner la roue perdant en motricité. Rien de bien sportif dans l’âme mais les vendeurs de plaquettes apprécieront le coup de pouce qui leur est fait. Regrettable car l’endurance à proprement parler des freins n’est pas à remettre en question ni leur puissance. Pour faire aussi bien, la Clio 3 avait recours à un partenariat avec Brembo, non renouvelé.

L'AVIS DU PROPRIETAIRE

C'est avec plaisir que nous avons pu proposer un échange de volant à Emeline, entre sa Clio 3 RS 20TH de 2010 et la nouvelle Clio 4 RS, pour notre match de générations :

C'est avec une certaine appréhension que je vois arriver cette Clio RS 200 EDC. En effet, elle ressemble quand même de près à la Clio de "Mr tout le monde". Fini le bodybuilding et les hanches de Beyoncé qui faisaient se retourner les amateurs de belles carrosseries... Elle est rondouillarde à l'avant, beaucoup plus carrée à l'arrière, pas de quoi rivaliser avec l'agressivité et l'homogénéité des lignes de ma Clio 3 RS. Et ce ne sont pas les 5 portes, plutôt bien intégrées, qui donnent cette impression ! Mais après tout, ce qui compte c'est la "beauté intérieure"!
Je m'installe donc à son volant pour découvrir le confort des sièges baquets en cuir et le poste de conduite. Je me retrouve assise beaucoup plus bas et légèrement plus allongée que dans la mienne. Premier bon point ! Cependant, mon enthousiasme redescend lorsque je prête attention en détail à la planche de bord : le design des compteurs est relativement réussi mais où est donc passé le fond de compte-tours spécifique ? Mon regard se pose alors sur cette large tablette qui semble avoir été greffée sur la planche de bord et bien sûr, sur ces plastiques d'un autre âge... Là où l'habitacle de ma Clio 3 RS (série limitée 20ème anniversaire) arbore avec fierté une planche de bord agréablement moussée avec des surpiqures grises, celui de cette nouvelle RS semble avoir été victime d'une réduction des coûts massive...
Pour être conquise par cette RS 200 EDC, tous mes espoirs se portent donc désormais sur ce qui fait le charme de ma voiture : moteur rageur et châssis à toute épreuve ! Mes mains se posent sur le volant et prennent leurs marques sur les palettes ; un réel gage de sportivité ! Je mets le mode "Sport" via le bouton "R.S. Drive", et la boite directement en mode manuel. C'est parti ! En douceur pour commencer et appréhender la boîte ; le passage des vitesses se fait sans mauvaises surprises, sans accrocs et en douceur. Le premier point qui m'interpelle sont les suspensions ! Le confort sur route de ce châssis Cup est bien réel alors que, sur ce terrain de jeu, son ainée en châssis Sport est beaucoup plus raide ! L'amélioration est bluffante ! C'est dans ce petit cocon que je commence à adopter une conduite un peu plus "virile" et que je décide de tout donner de mon pied droit... A fond de cale en première, je veux voir ce qu'elle a dans le ventre ! Ça pousse, ça bippe, deuxième, ça pousse, ça bippe, troisième, ça pousse encore... Mais je ne ressens rien... Ce moteur est d'une linéarité ennuyante ! Quel manque de charme, quel manque de vie !
Quelques virages, le châssis semble être à la hauteur d'un châssis de RS et le freinage est mordant et précis ! Le son est quelque peu décevant également : un râle essoufflé... Sur le papier, les performances sont en hausses et ça, ça se ressent bien mais il semble que cette 200 EDC fait tout toute seule, là où le charme de ma voiture est justement le fait qu'il faille donner de soi et la cravacher pour aller chercher le plaisir !
Il est clair que Renault Sport a travaillé sur tout ce qui était reproché à la précédente version : son poids, son appétit, son manque de confort, le fait qu'elle soit (trop?) rivée au sol en faisant un train arrière plus joueur mais fallait-il réellement passé de maxi-GTI à mini-GT ? La bombinette n'est plus... et que cette nouvelle venue veut rentrer dans la "cour des grands", se rapprocher de sa grande soeur la Mégane RS au risque de laisser une place vacante dans le catalogue Renault Sport. J'espère donc la sortie d'une Clio plus radicale...

FACE A FACE

clio 3 rs

> RENAULT Clio 3 RS "20th Anniversaire"
PRIX NEUF (2010) : 24.700 €
12 CV FISCAUX
1998 cm3
203 ch à 7100 tr/mn
215 Nm à 5400 tr/mn
Disques ventilés (312-300)
Pneus : 215/45 R 17
1240 kg
0 à 100 km/h : 6"9
  > RENAULT Clio 4 RS 200 EDC Cup
PRIX NEUF (2013) : 24.990 €
11 CV
1618 cm3
200 ch à 6000 tr/mn
240 Nm de 1750 à 5600 tr/mn
Disques ventilés (320) - Disques pleins (260)
Pneus : 205/40 R 18
1204 kg
0 à 100 km/h : 6"7

saga clio rsLA SAGA CLIO RS
Fin Août, la 30.000 ème Renault Clio III R.S. est sortie de l'usine de Dieppe ! Alors que la Clio IV R.S. a fait son apparition, retour sur deux décennies d'histoire des Clio Renault Sport, les différentes versions et les séries limitées...
>Lire notre dossier 20 ans de Clio RS

CONCLUSION

L'esprit GTI "à l'ancienne" est un lointain souvenir pour la Renault Clio RS. Avec la "C4RS", les performances priment sur les sensations. L’orientation GT est notable et on se rapproche de la Mégane 3 RS. Cependant, en termes de plaisir, on en est encore très loin. Du coup, difficile de savoir si la RS 200 EDC trouvera sa place dans la gamme Renault Sport. On l’espère pour les salariés de Dieppe. Seules les ventes nous le diront. Notre souhait est que la Twingo reprenne la place laissée vacante par la Clio en proposant une version plus musclée. Mais rien n’est moins sûr…

Nous remercions chaleureusement Emeline pour sa passion et le prêt de sa Clio 3 RS, ainsi que Cédric pour ses photos.