L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > RENAULT > TWINGO (2) GT






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (20-08-2007)

RENAULT
TWINGO
(2) GT
(2007 - )

14 000 Euros (01/07/2007)
6 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES RENAULT TWINGO (2) GT
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes + turbo
Position: Transversal AV
Alimentation: Gestion Siemens + turbo (0,6 bars) avec overboost (0,7 bars) + échangeur air/air
Cylindrée (cm3): 1149
Alésage x course (mm): 69 x 76,8
Puissance maxi (ch à tr/mn): 100 à 5500
Puissance spécifique (ch/L): 87
Couple maxi (Nm à tr/mn): 145 à 3000
Couple spécifique (Nm/L): 126,2
TRANSMISSION
AV + ESP déconnectable + ASR
Boîte de vitesses (rapports): 5 manuelle
POIDS
Données constructeur (kg): 1055
Rapport poids/puissance (kg/ch): 10,6
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm): Disques ventilés AV (259) - tambours AR (238) + ABS + AFU
Pneus Av-Ar: 185/55 R 15
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h): 189
400 m DA: 17"2
1 000 m DA: 31"7
0 à 100 km/h: 9"8
90 à 120 km/h (5ème): 10"1
CONSOMMATION
Ville/route/mixte (L/100 Km): 7,8/4,9/5,9


Renault a sorti le kit complet du petit "tuneur" qui semble tout droit sorti d'un centre auto : aileron de coffre couleur alu, rétros façon alu, jantes de 15 pouces, canule d'échappement chromée et enjoliveurs d'antibrouillards façon alu aussi avec un petit logo "GT" moulé dans la masse.


Le haut du tableau de bord reçoit un habillage "moussé" qui fait plus cossu. Comme dans l'ancienne Twingo, le compteur de vitesse numérique trône au milieu de la planche de bord mais sous une casquette double désormais et orientée vers le conducteur.


Face au pilote, un petit compte-tour séparé, façon smart ou Mini, se charge de la seule touche "sport" de l'habitacle...


Le miracle du moteur "downsizé" de la Renault Twingo GT est d'afficher la consommation d’un 1.2 atmosphérique avec le puissance d’un 1.4 et le couple d’un 1.6 !


La Twingo GT étant relativement légère (1055 Kg, norme CEE), elle s'autorise des performances intéressantes.


Basée sur des trains roulants de Renault Clio 2, la Twingo GT conserve toutes les qualités de cette dernière tout en apportant un dynamisme accru.

BIEN :-)
Habitabilité/encombrement
Equipement de série
Moteur vivant et et bien plein
Comportement sûr et dynamique
PAS BIEN :-(
Design et intérieur quelconques
Position de conduite peu sportive
Freins à tambours


© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (20/08/2007)

LA TWINGO GT TURBO...
Une Twingo dans le guide de L'Automobile Sportive ? Vous devez vous dire que le soleil estival a un peu trop frappé nos crânes ! Et pourtant, entre la Bugatti Veyron et cette nouvelle Renault Twingo GT, rarement notre souhait de vous offrir des essais hétéroclites aurait été aussi bien illustré ! Avec 100 chevaux pour 1000 Kg, la Twingo 2 s'offre un ticket pour la catégorie des mini-GTI, avec plus d'un atout dans son jeu...

Texte: Sébastien DUPUIS - Photos: D.R.

Remplacer une icône moderne de l'automobile comme la Twingo, avec ses 14 ans de carrière, n'était pas tâche aisée. La nouvelle venue devait aussi et surtout s'imposer hors de France, pour conquérir de nouveaux marchés et parts de marchés, quitte à avoir un design plus consensuel, pour ne pas dire "déjà-vu". Au terme d'une gestation à rebondissements, Carlos Goshn a finalement donné son feu pour cette voiture qui, posée là dans la rue devant nous, paraît bien plus fade que la première génération avec son regard de grenouille malicieuse. Pourtant, lors du dernier Mondial de Paris, Renault nous avait fait saliver avec le concept car préfigurant la nouvelle Twingo, habillé à la sauce "Renault Sport" avec des formes généreuses et rebondies, de grosses jantes et une allure très sportive. Déjà l'idée d'une petite bombinette légère et agile nous excitait l'esprit. Finalement, il semble bien qu'une version RS soit au programme, mais en attendant, il faudrait se contenter de cette Twingo 1.2 turbo GT aux lignes moins bodybuildées que celles du concept car. "GT", "Turbo", voilà deux noms qui autrefois sonnaient dans nos esprits comme le symbole d'une sportivité exacerbée. Mais qu'en est-il aujourd'hui ? A la simple lecture de la fiche technique, on se doute que notre petite citadine n'a plus les élans sauvages de sa glorieuses aînée, la Supercinq. Dans l'esprit, la Twingo GT est plus proche de la Clio 2 16v, à savoir à mi-chemin entre la citadine délurée et la petite GTI. Mais qu'importe, la catégorie des mini sportives à moins de 15000 euros compte encore trop peu de prétendantes pour que nous boudions les rares candidates qui s'y présentent !

DESIGN
La cible de la nouvelle Twingo est le segment très disputé des citadines, et plus précisément "à tendance sportive" dans le cas de cette version GT sur lequel on trouve déjà en haut du podium la Citroën C2 VTR 1.4 et la Fiat Panda 100 HP. Une citadine qui n'est d'ailleurs plus si mini que ça puisque la nouvelle venue mesure 17 cm de plus que la précédente et pèse une bonne centaine de kilos supplémentaires aussi. D'ailleurs, ce n'est pas vraiment un hasard quand on sait que la "Twingo 2" hérite techniquement bien plus des gènes de Clio 2 que ce que son patronyme pourrait laisser penser. Reposant à 80% sur le processus industriel de la Clio 2, elle en reprend donc logiquement le châssis dont l'empattement a été sensiblement raccourci (-10 cm). Pour faire simple, la Twingo 2 est une Clio 2 plus haute et plus courte ! La ligne générale ne joue pas la carte de l'originalité, mais plutôt celle de la praticité et du consensus visuel. A l'image de la Citroën C2, la Twingo est une stricte 3 portes, avec un "cul" carré et un avant arrondi. Plus haute que la précédente Twingo de 5 cm, la petite Renault prend des airs de micro-space, ce qui va plutôt à l'encontre d'une quelconque sportivité, comme le confirme le Cx de 0,34 et le Scx de 0,71... Pour compenser ce handicap - de taille - Renault a sorti le kit complet du petit "tuneur" qui semble tout droit sorti d'un centre auto : aileron de coffre couleur alu, rétros façon alu, jantes de 15 pouces, canule d'échappement chromée et enjoliveurs d'antibrouillards façon alu aussi avec un petit logo "GT" moulé dans la masse. Pour "parfaire" le tout, on peut aussi choisir divers stickers décoratifs à poser sur la carrosserie... Bref, au premier coup d'oeil, on ne peux s'empêcher de penser que cette "Tuning touch" frôle la "Jacky touch" !

HABITACLE
Dans l'habitacle, Twingo a tout changé. Les fabuleux plastiques premier prix et la tôle apparente ont laissé la place à... des plastiques durs et des tissus premier prix. Le haut du tableau de bord reçoit toutefois un habillage "moussé" qui fait plus cossu, la couleur noire de la partie haute aidant. Comme dans l'ancienne, le compteur de vitesse numérique trône au milieu de la planche de bord mais sous une casquette double désormais et orientée vers le conducteur. Face au pilote, un petit compte-tour séparé, façon smart ou Mini, se charge de la seule touche "sport" de l'habitacle qui fait globalement assez "pauvre" et ne colle pas vraiment avec le rang de "haut de gamme" ni de "sportive" qu'occupe cette version GT. Derrière le volant 3 branches gainé de cuir, Renault a installé un petit vide-poches qui ne nous semble pas au meilleur endroit mais qu'importe, ce n'est pas nous les "ergonomistes"... Comme dans la Clio, la petite Renault sait recevoir nos postérieurs douillets avec des sièges très confortables, bien que manquant légèrement de maintien latéral. L'habitabilité demeure très bonne pour une voiture de 3m60, avec une banquette arrière coulissante très pratique qui permet au choix de privilégier les places arrières (pour 2 personnes toujours) ou le coffre qui passe alors de petit (161 L) à... pas trop mal (285L). Comme dans la Clio 2, on retrouve une position de conduite un peu "camionette", avec un volant trop horizontal qui ne se règle qu'en hauteur et un siège un peu haut. A ce niveau, la Panda ne fait guère mieux et cela confirme bien que l'esprit monospace est difficilement compatible avec une position de conduite sportive... La Twingo se rattrape avec un très bon confort général, une qualité de fabrication et d'assemblage dans la bonne moyenne de la catégorie et un équipement plutôt complet puisque tout ce qui semble indispensable à l'homme moderne est offert en série (clim, radio cd, rétros électriques dégivrants, capteur de pluie). Pour les plus branchés, Bluetooth et Mp3 sont en option.

MOTEUR
La première vraie bonne surprise vient du moteur, un nouveau quatre cylindres turbo essence baptisé TCE 100 ch (pour TurboCharged Efficiency), disponible exclusivement sur la version GT et partagé avec ses soeurs Clio III et Modus. Sur le papier, le miracle de ce moulin "downsizé" est d'afficher la consommation d’un douze-cent atmosphérique avec la puissance d’un quatorze-cent et le couple d’un seize-cent ! Le TCE 100 ch est développé sur la base du bloc de 1149 cm3 à culasse 16 soupapes de 75 ch, dont il partage 70 % de pièces communes, avec une lubrification et des pièces mobiles renforcées. Il dispose d’un petit turbo à faible inertie soufflant à 0,6 bar et dont le temps de réponse est réduit au minimum, grâce à la turbine et au compresseur de faible diamètre. La puissance de 100 ch (74 kW) et le couple maximum de 145 Nm sont obtenus aux régimes respectifs de 5500 tr/mn et 3000 tr/mn. L’association d’une petite cylindrée avec un turbo à faible inertie procure une grande vivacité dès les bas régimes. Le couple maximum est utilisable très tôt et sur une large plage d’utilisation. Le 1L2 turbo dispose également d’une fonction « overpower » qui permet d’obtenir un surcroît de puissance temporaire sur les 2e, 3e et 4e rapports au-delà de 4500 tr/mn, soit une puissance de 5 ch et un couple 6 Nm supplémentaires. La Twingo restant relativement légère (1055 Kg, norme CEE), elle s'autorise ainsi des performances très intéressantes pour sa cylindrée. Le 1000 m DA, valeur très parlante, est abattu en 31"7 tandis que le 0 à 100 effectué en 9"8 reflète la bonne nervosité de ce moteur. L'autre qualité, et non des moindres, de ce petit 1.2L turbo est de faire preuve d'une belle allonge et de ne pas rechigner à prendre encore quelques tours une fois passé son régime de puissance maxi avec une sonorité plutôt sympathique. Jusqu'à 6000 tr/mn, il communique une certaine joie de vivre à cette Twingo deuxième du nom qui s'offre ainsi un passeport pour la catégorie des mini-GTI, devançant sur chaque exercice la Panda 100 HP. La boîte à 5 rapports été parfaitement étagée en fonction de cette nouvelle motorisation, ce qui se traduit par des rapports assez courts sur le TCE 100 ch, contribuant également beaucoup aux accélérations et aux reprises. Le revers de la médaille, c'est un bruit assez vite présent sur autoroute, mais ce ne sera certainement pas le terrain de jeu le plus fréquent de ce type de voiture. On pourra toutefois regretter l'absence de sixième rapport dans ce cas. Les rapports passent avec précision mais la commande est un peu accrocheuse. La vitesse maxi n'est pas non plus exceptionnelle, mais à l'heure actuelle c'est presque superflu... Sa technologie, sa cylindrée réduite et son poids permettent à la Twingo GT d’afficher la plus faible consommation des 100 ch essence, soit 5.9 l/100 km en moyenne normalisée, ce qui représente seulement 140 g/km de CO2 en cycle mixte, de quoi rouler "sport" tout en se la jouant "écologiquement correct". Les 40L du réservoir autorisent une autonomie correcte, même à bon rythme.

CHASSIS
Basée sur des trains roulants de Renault Clio 2, la Twingo GT conserve toutes les qualités de cette dernière tout en apportant un dynamisme accru. Disposant d'une suspension plus ferme que le reste de la gamme, la GT fait bonne impression. Avec son empattement court, elle possède une bonne agilité, aidée en cela par une direction plutôt directe (2,8 tours de butée à butée) et dont l'assistance électrique surprend positivement par sa bonne consistance. Le train arrière suit la cadence sans broncher et sans jamais donner l'impression de vouloir passer devant tandis que l'avant se montre assez incisif et précis, progressivement sous-vireur quand on dépasse les limités d'adhérence. Avec ses pneus Continental Premium Contact2 la Twingo GT ne souffre pas de pertes de motricité et passe sans souci tout le couple disponible aux roues avant. Bien sûr, on regrette une nouvelle fois de ne pas avoir une position de conduite plus sportive, mais dans l'ensemble la GT offre un plaisir de conduite presque inattendu. Les freins composés de disques ventilés à l'avant et de tambours à l'arrière semblent obsolètes dans une voiture de 2007 mais leur puissance et leur mordant sont conformes à une utilisation sportive. Seule l'endurance des tambours pourra souffrir en usage vraiment intensif. L'ABS et l'AFU sont livrés en série, ce qui accroît le niveau de sécurité active même si l'ESP n'est pas prévu pour l'instant. Globalement, le châssis se montre à la hauteur du caractère du petit 1.2 et sur ce point Renault reste au niveau de sa réputation. La Twingo GT se positionne comme une petite citadine dynamique et polyvalente, capable d'affronter sereinement l'autoroute et même de donner du plaisir sur petites routes ou sur circuit, et ça c'est vraiment nouveau !

:: CONCLUSION
Renault reste un fervent défenseur des petites sportives et rien que pour cela il mérite une fois de plus nos encouragements. Petite citadine dynamique et polyvalente, pratique et bien équipée, la Twingo GT offre de réelles aptitudes sportives et des performances étonnantes vu sa faible cylindrée. Son châssis réussi compense le centre de gravité haut perché et son moteur pétillant en fait une belle représentante de downsizing réussi. La GT se positionne en excellente place dans la catégorie des "100 chevaux", pour 14000 euros en tarif de base, il serait difficile de lui en demander plus... mais vivement la RS !


Devis d'assurance pour une RENAULT TWINGO (2) GT

AVIS

Vous possédez une TWINGO (2) GT ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
videos
Forum
>Sujets RENAULT sur le forum :
Forum
RECHERCHE