L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > RENAULT > SUPER-5 BACCARA / GTX






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

GUIDE OCCASION (12-12-2003)
RENAULT
SUPER-5
BACCARA / GTX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES RENAULT R5 Baccara & GTX / Baccara BVA
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 8 soupapes 1 arbre à cames en tête / 1 arbre à cames latéral
Position: transversal AV
Alimentation: 1 carburateur
Cylindrée en cm3: 1 721 / 1 397
Alésage x course en mm: 81 x 83,5 / 76 x 77
Puissance ch DIN à tr/mn: 90 à 5 500 / 68 à 5 200
Puissance au litre en ch: 52,29 / 48,67
Couple maxi en Nmà tr/mn: 135 à 5 500 / 104 à 3 000
TRANSMISSION
Aux roues AV
Boîte de vitesses (rapports): 5 manuelle / 4 auto
POIDS
Données constructeur en kg: 825 / 800
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 9,16 / 1176
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 184 / 154
400 m DA en secondes: ND / ND
1 000 m DA en secondes: 32,3 / 38,1
0 à 100 km/h : ND / ND


Avouez que de gros efforts ont été faits pour habiller cette planche de bord dont les plastiques seraient plus dignes de figuer dans un Renault Express. Ne boudons pas notre plaisir puisque le cuir est le même que celui de certaines anglaises huppées et l'équipement de série est copieux sur les Baccara...


Tous les petits détails avaient été soigneusement pensés, et si la banquette arrière était fractionnable 1/3-2/3 (pratique !), elle cachait derrière elle une housse de protection pour vêtements. La classe non ?!...


La Supercinq GTX se voulait en quelque sorte la Baccara en tenue de sport. L'équipement était moins riche de série, et en renvanche, on pouvait opter pour une carrosserie 5 portes, ce qui n'était pas possible avec la Supercinq Baccara...

BIEN :-)
Prix d'achat
Look jeune
Tenue de route
Performances (sauf BA)
Equipement
PAS BIEN :-(
Finition
Rares en bon état
Fiabilité du carburateur
Intérieur intéresse les voleurs

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (12/12/2003)

PETITE CAISSE ET GROS MOTEUR
Il faut patienter jusqu'au restyling de la gamme Renault Supercinq pour que la bête à succès (commerciaux) de Billancourt soit réhaussée et montée en gamme. En piochant dans la banque d'organes Renault et en équipant ses petites Supercinq du gros 1,7 L de 90 ch, les techniciens de Renault ont en outre choisi deux tenues : le sport avec la GTX et le luxe avec la Baccara…

Texte : Nicolas LISZEWSKI
Photos : D.R.

En 1972, c'est le choc sur le marché automobile français. Renault innove surtout dans le design et le concept avec la Renault 5. Pour mieux s'en rendre compte aujourd'hui, il suffit de comparer la Renault 5 du début des années 70 avec la Peugeot 104 quatre portes de la même époque. Initialement commercialisée en 3 portes, la Renault 5 sera par la suite complétée par une variante 5 portes. Mais sous les capots, Renault n'ira jamais au-delà du 1,3 litres, et la finition sera toujours limitée. En octobre 1984, Renault dévoile celle qui a la lourde tâche à la reine déchue, qui a laissé son trône à la Peugeot 205 commercialisée depuis 1982. Pas facile de remplacer un succès ! Alors les designers de Renault avec la participation de Marcello Gandini (réalisateur des Countach, Diablo…) n'ont pas réellement innové et ont plutôt ont modernisé la Renault 5. Elle s'appellera donc Supercinq, bien que ses monogrammes arrières indiquent " Renault 5 ". Première phase de 85 à 88 où les moteurs utilisés sont encore les vieux quatre cylindres avec arbre à cames latéral. Les versions les plus " luxueuses " sont les TSE, tandis que la TS se charge du sport populaire.

SUPERCINQ PHASE 2.
Les critiques des premières Supercinq étaient connues, puisque c'est surtout la finition intérieur et le manque d'aspect cossu qui ressortaient le plus. Renault a préféré prendre de l'avance et même innover sur le plan marketing et concept. Techniquement, les Supercinq phase 2 évoluent peu, sauf sous les capots. En effet, Renault décide de faire monter sa Supercinq en gamme, et de contrer ainsi Peugeot et sa 205 dont les plus gros moteurs (en dehors des versions GTI…) étaient des 1,3 litres avec la 205 XS et GT. Pour y parvenir, Renault utilise une recette bien connue mais qui marche presque toujours avec la recherche dans la banque d'organes existante (pour faire du neuf à moindre frais…) d'une mécanique plus grosse et plus puissante à glisser sous le capot d'une auto compacte ou de gamme inférieure, en gabarit tout du moins. C'est donc le quatre cylindres de 1721 cm3 de 90 ch, alimenté par un carburateur qui est monté sous le capot des Supercinq. Et pour cette motorisation, Renault prévoit deux modèles différents : les GTX et les Baccara. La première nommée, est plus accessible en prix et se veut un peu un modèle " grand tourisme ". La Baccara en revanche vient défricher un nouveau segment, celui de la petite urbaine de luxe. Il semble bien loin le temps des Renault 4 Parisienne avec leur faux cannage peint sur les flancs qui jouaient alors les autos des dames bourgeoises parisiennes.

BACCARA : CHIC ET CHOC !
Les Renault Supercinq GTX, et les Baccara à fortiori, bénéficiaient d'une présentation plus soignée. Renault prenait en fait pour base celle de la GTS et l'avait agrémenté de nombreux équipements en série, et le velours des sièges sur la GTX se voulait plus cossu. La Baccara se démarquait en revanche avec une présentation spécifique et plus haut de gamme. En fait, toute la sellerie était recouverte de cuir beige Conolly (comme dans les Jaguar et les Rolls !), les plastiques intérieurs étaient coordonnés avec le beige de la sellerie cuir. Et le détail qui tue, comme sur les Renault 25 du même nom, sous la plage arrière était fixée une housse en simili imitant le cuir beige pour ranger ses affaires ou sa veste. La banquette arrière était rabattable, et en option les plus exigeants pouvaient alors opter pour une sono Pioneer digne des plus grandes. La direction assistée était en série, de même que les vitres électriques, la fermeture centralisée… La GTX avait en moins les jantes alu en option, et quelques broutilles. Les deux modèles ne connurent pas d'évolutions particulières sur seulement deux années millésimes. La GTX pouvait être choisie avec 3 ou 5 portes, tandis que la Baccara n'était au catalogue qu'en version 3 portes.

MOTEURS !
La Supercinq Baccara était livrable en boîte mécanique 5 rapports ou boîte automatique à 3 rapports. Aussi curieux que cela puisse paraître, sur les Baccara il y a deux moteurs différents. La version à boîte mécanique est heureusement équipée du même moteur 1,7 litres de 90 ch que la GTX, tandis que la version automatique est équipée de l'antique moteur à arbre à cames latéral 1,4 litres de 68 ch. Certes, la boîte auto est très souple et agréable, mais la puissance très juste de ce moteur antique ne parvient pas réellement à convaincre, sauf pour les usages exclusivement urbains. Les mécaniques ne vont pas évoluer sur les quelques millésimes de production. Il y a juste la carburation des moteur 1,7 litres qui sera modifiée par la suite en après-vente en raison de différents problèmes de démarrage et de surconsommation d'essence.

SUR LA ROUTE….
Nous passerons sous silence l'essai de la version automatique qui nous paraît peu appropriée à l'Automobile Sportive en raison des faibles performances et caractéristiques annoncées. C'est donc la version 1,7 litres des Supercinq Baccara et GTX qui nous intéresse. Avec son gros moteur, le train avant est certes plus lourd, mais la direction assistée de la Baccara permet d'oublier ce désagrément. Dotées d'un châssis sain et équilibré, les Supercinq GTX et Baccara se permettent ainsi de venir taquiner les routières contemporaines de leur commercialisation. Si les 90 ch semblent suffisants, ils ne procurent toutefois pas le même tempérament explosif de la Supercinq GT Turbo. Leur terrain de prédilection est plutôt la souplesse de fonctionnement et l'onctuosité procurée par ce gros moteur dans une si petite caisse. Vive mais pas trop, agile tout en gardant un certain confort, les Supercinq GTX et Baccara semblent être un bon compromis pour qui veut un esprit luxe et/ou sport sans en subir trop les contraintes. L'équipement de série est complet, mais le dessin de la planche de bord est toujours aussi critiquable. Nous passerons sous silence la qualité des plastiques intérieurs que le velours cossu des GTX ou le cuir Conolly des Baccara ne parvient pas à compenser. Et en conduite tranquille, la consommation est même raisonnable…

ACHETER UNE SUPERCINQ BACCARA/GTX…
Lors de la commercialisation des Supercinq Baccara et GTX, la première nommée était affichée alors au même prix que la Supercinq GT Turbo. Pourtant les chiffres des ventes étaient alors nettement en faveur des GT Turbo. La Renault Supercinq GTX fut en revanche plus diffusée que la Baccara. Aujourd'hui il faut donc espérer environ 2 000 euros pour une belle GTX, et 3 000 euros pour une belle Supercinq Baccara. Quant aux Baccara automatiques et leur petit moteur 1,4 litres, elles manquent sérieusement de notoriété et s'échangent aujourd'hui autour des 1 500 euros. Mais quoiqu'il arrive, sachez que pour les trois modèles énoncés précédemment, les kilométrages commencent à être chargés, les historiques flous ou inconnus et l'entretien quasi absent. Dommage, car contrairement aux apparences, ces petites mignonnes des années 80 révèlent quelques faiblesses d'usage. Le moteur 1,8 litres de 90 ch présente notamment quelques anomalies chroniques de carburation qui se manifestent sous la forme de trous à l'accélération et/ou de surconsommation d'essence. C'est en fait la semelle du carburateur et la cale sur le collecteur qui se déforment. Depuis mai 1991, il existe en pièce de rechange un nouveau carburateur plus fiable. A partir de 90 000 km il n'est pas surprenant ni anormal de constater quelques fuites d'huile. Sur les boîtes mécaniques à 5 rapports équipant les Supercinq Baccara et GTX, on notera la faiblesse du synchro de seconde. Les cardans sont souvent très sollicités et la faiblesse des soufflets (souvent ils se déchirent à partir de 60 à 80 000 km) laisse partir la graisse nécessaires à la bonne longévité des cardans. Enfin, bien que les GTX et encore plus la Baccara jouent la carte du haut de gamme, il faut tout de même déplorer la piètre qualité des matériaux employés et de l'assemblage. Les cigales et criquets sont nombreux dans les habitacles ayant déjà vécu, tandis que les équipements électriques présentent une longévité d'époque. Enfin, il n'est pas à oublier que les intérieurs cuir des Supercinq Baccara intéressent fortement les malfaisants de bas étages qui les réemploient ensuite dans leurs propres Supercinq ou celles de leur copains pour profiter d'un intérieur cuir. Un seul conseil sur votre recherche pour acheter une Supercinq Baccara ou GTX : patience et recherches minutieuses seront les meilleurs garants pour votre tranquillité et bonheur de demain au volant de ses deux autos identiques mais à la présentation différente…

:: CONCLUSION
Lorsque nous étions adolescents, les Supercinq Baccara et GTX représentaient alors des autos très sympa et aguicheuses. Aujourd'hui le temps a passé, et comme avec vos idoles de jeunesse, vos goûts ont évolué et votre rêve d'alors a perdu de son éclat. Mais, au fond de vous il subsiste toujours cette petite lueur, ce respect pour celle qui vous attirait alors. Les Renault Supercinq GTX et Baccara sont à la bonne période pour être achetée afin de concrétiser finalement cette fascination d'adolescent alors en pleine quête de soi, surtout aux prix affichés aujourd'hui… A condition de trouver la bonne !

CHRONOLOGIE
1972 : Commercialisation de la Renault 5.
1984 : En octobre, présentation de la Renault Supercinq.
1988 : Restyling de la gamme Renault Supercinq.
Commercialisation de la Supercinq GTX qui remplace la TSE et de la Baccara.
1989 : En juillet, Renault Supercinq Saga à la présentation spécifique.
1990 : Arrêt de la commercialisation des Supercinq Baccara et GTX.
Lancement de la Renault Clio Baccara et 1.8 RT.
1997 : Arrêt définitif des Renault Supercinq avec les dernières Supercinq Five.

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Dans la catégorie des petites musclées, la Renault 5 GTX est une redoutable cliente. Il y a peut être peu de domaines dans lesquels on ne trouve pas une de ses concurrentes qui fasse mieux, mais elle ne présente pas de véritable lacune. Elle est rapide mais pas trop vorace. Elle est à la fois souple et relativement nerveuse. Elle tient bien la route mais demeure confortable. Elle bénéficie d'une présentation de bon aloi mais pas provocante. C'est sans doute le modèle le plus homogène de la gamme Renault 5, apte à tous les types d'utilisation, à condition de ne pas rechercher l'habitabilité d'une berline."
AUTO PLUS - HS 400 ESSAIS 1990 - Renault Supercinq GTX.

"Proposée au même prix en version boîte mécanique ou transmission automatique, la R5 dispose dans cette première version d'un 1700 cm3 développant 90 ch reliés à une boîte à cinq rapports, et dans le second cas d'un 1,4 litres délivrant 68 ch, accouplé à une transmission automatique à 3 rapports. Notre voiture d'essai disposait d'une boîte mécanique et pourvue du moteur 1,7 litres, la R5 offre des performances très satisfaisantes, avec notamment une vitesse maxi de l'ordre de 180 km/h, des reprises suffisantes pour une utilisation nerveuse en ville et à la clé une consommation plus raisonnable, qui n'excédera pas les 10 litres aux 100 même en démarrant fort aux feux verts."
AUTO REFERENCES - 1990 - Renault Supercinq Baccara.


Devis d'assurance pour une RENAULT SUPER-5 BACCARA / GTX

AVIS

je possède une r5 gtx millésime 1991 une des dernières sorties achetées en septembre 1990. c'est une super voiture quoique les rapports de boite sont trops longs à mon gout.suspensions trop molles aussi. pour palier ce pb de suspension j'ai fait monter un train 4 barres à l'arrière + amort.bilstein de gt turbo et à l'avt amort.de carbon de gt turbo phase 1. ...
Lire tous les avis sur la RENAULT SUPER-5 BACCARA / GTX

Vous possédez une SUPER-5 BACCARA / GTX ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets RENAULT sur le forum :
Forum
RECHERCHE