L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > TOYOTA > MR GT-i16






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

TOYOTA MR GT-i16 (1990 - 1999)

toyota mr2 gt-i16
© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (22/08/2011)

RETOUR EN GRACE

Après une première mouture sortie en 1984, la Toyota MR change de peau cinq ans plus tard. Cette métamorphose aboutit en 94 à la version la plus puissante du MR GT-i16 qui retrouve toute sa légitimité auprès de ses admirateurs. Toujours importé au compte-goutte, le petit coupé Toyota offrait enfin aux français l'exotisme de sa propulsion à moteur arrière pour un prix abordable.

Texte: Maxime JOLY - Photos: Julien DEMAIN

C’est en 1984 que la MR vit le jour. Née du souhait de Toyota de proposer un modèle de sport ludique tout en restant accessible, à l'image du coupé Fiat X1-9, elle propose une architecture, d’ordinaire réservée aux supercars, avec un moteur central arrière. Un simple 1.6 16s emprunté à la Corolla GTI, mais offrant déjà des performances convaincantes et de bonnes sensations. Privés de cette première génération du MR2, il nous faudra attendre 1990 pour goûter aux joies du coupé populaire à moteur central japonais. La seconde génération (châssis type SW20), dont l’appellation MR2 fut tronquée de son chiffre en France à cause d’une phonétique douteuse, connut elle aussi de multiples versions et évolutions, souvent réservées aux autres continents. Une seule variante du coupé MR(2) était commercialisée par Toyota en France à son lancement en avril 1990 : le 2.0 16 soupapes, avec pour seul choix de couleur le rouge !

gti16 mr2interieur toyota mr2

CARACTERISTIQUES


TOYOTA MR GT-i16
moteur gti16
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Position : transversal central AR
Alimentation : Injection électronique Bosch D-Jetronic
Cylindrée (cm3) : 1998
Alésage x course (mm) : 86 x 86
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 175 à 7000
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 186 à 4800
TRANSMISSION
AR
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (5)
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm) : Disques ventilés (275-281) + ABS
Pneus Av-Ar : 195/55 - 225/50 ZR 15
POIDS
Données constructeur (kg) : 1190
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 6,8
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 224
400 m DA : 15"6
1000 m DA : 28"5
0 à 100 km/h : 7"9
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km) : 9
PRIX NEUF (1994) : 204.450 FF
COTE (2011) : 7.000€
PUISSANCE FISCALE : 10 CV

PRESENTATION

Présentée à Tokyo à la fin de l’année 89, le coupé Toyota MR SW20 n’a esthétiquement plus grand-chose à voir avec la MR première du nom (AW10). Plus longue (+22 cm d'empattement) et plus lourde de presque 200 kg, elle perd un peu de ce qui faisait son charme, tout en restant une stricte deux places. Le tarif de 163.950 Francs au lancement et l'aérodynamique améliorée (Cx 0,31, SCx 0,55) aident à faire passer la pilule. Disponible à la fois en coupé et en targa, la MR mkII se traduit par un nouveau design, plus en rondeur, qui n'est pas sans évoquer un peu celui de la Ferrari 348. L’avant conserve ses paupières rétractables tandis qu’à l’arrière, un gros aileron fait son apparition. Les feux sont redessinés, abandonnant les deux blocs carrés pour des optiques qui gagnent en surface. Deux sorties d’échappement et de nouvelles baguettes latérales complètent la transformation, au même titre que les nouveaux coloris proposés à la vente. En 1992, les premières modifications sont mises en place, la plus marquante étant le passage de 14 à 15 pouces pour les jantes. Celles qui nous intéressent le plus interviennent à la fin de l’année suivante et concernent la révision 3 qui regroupe un aileron remodelé en une seule pièce et un nouveau bouclier avant. C’est à ce moment que sort notre version 2.0 GT-I16, destinée à réconcilier les amoureux de la première heure avec la MR telle qu’elle est devenue.

HABITACLE

La déclinaison Targa du coupé MR (T-bar roof) a son toit qui s’escamote en deux parties distinctes et indépendantes qui se logent derrière les sièges. La climatisation est offerte en série et le volant à trois branches cède sa place à un nouveau plus design, recouvert de cuir. La finition de la Toyota est plutôt bonne même si l’on peut reprocher un côté tristounet à l’intérieur noir et certains compteurs qui devraient avoir leur place dans toute sportive qui se respecte sont aux abonnés absents, telle la température d’huile. Mais la marque japonaise avait sans doute pleine confiance dans la solidité de sa mécanique. On se console avec un coffre aux dimensions généreuses pour la catégorie. C’est à peine installé que l’on comprend que le meilleur est à venir, de par une assise très basse et une position de conduite excellente. On n’a plus qu’une envie, tourner la clé de contact…

MOTEUR

Le bloc de la Toyota MR mk2 est issu de la famille des moteurs S. Son nom exact est le 3S-GE et il a été développé en collaboration avec Yamaha. Si le bloc est en acier, la culasse est elle en alliage léger, au même titre que les pistons, le tout dans un souci d’économie de poids. Les bougies sont placées au centre des chambres de combustion et le vilebrequin est situé dans le carter. Avant d’être catalysé en 1992, le 2.0 twin cam 16 de Toyota développait 160 chevaux pour 191 Nm de couple. Il faisait alors jeu égal avec la bouillante Peugeot 309 GTI16, plus légère de 200 kg ! A cause de ce souci « écologique », le Toyota MR se retrouva amputé de 4 ch et 5 Nm. Raisonnable sur le papier, cette baisse de puissance lui fit perdre beaucoup en caractère. Déjà qu’il n’en avait pas tant que ça… Pour compenser tout ça, une nouvelle version du 2 litres, déjà aperçue sur la Celica, au taux de compression de 10.3:1 s’ajoute au catalogue de la MR en 1994. Elle dispose d’une botte secrète : l’ACIS, ou débit variable à l’admission. Ce procédé utilise une soupape de contrôle d’entrée d’air afin d’optimiser la puissance et le couple. Le pavillon est démontable en deux parties, les collecteurs d’admission et d’échappement sont plus grands et la levée des soupapes passe de 8,5 à 8,9 mm. Cette upgrade du MR (Révision 3) aboutit à une puissance de 175 ch sans que malheureusement le couple ne profite de ce regain de vitalité puisqu'on perd 5 Nm par rapport à la première version. Avec 87,5 ch/l pour 93 Nm/l et un rupteur placé à 7200 tours/min, on imagine un moteur au caractère pointu et difficilement utilisable en bas du compte-tours. Ce n'est pas tout à fait la réalité. Le collecteur d’admission a quatre ports indépendants bénéficie de l’inertie créée pour favoriser le couple à bas et mi-régime. La souplesse de ce 2 litres est étonnante et n’a rien à envier à celle de certains six cylindres. Avec 9 litres annoncés en mixte, la consommation bénéfice de cette technologie qui rappelle le VRIS de Mazda sur la MX-3 V6. Dans cette configuration, avec le coupé MR Rev3 on a le beurre et l’argent du beurre. Mais n’espérez pas séduire la crémière avec les envolées lyriques de votre monture. Elle a peut-être l’architecture des italiennes mais elle n’en a malheureusement pas la voix. C’est là le seul vrai défaut de cette motorisation Toyota. La boîte de vitesses profite elle aussi d’améliorations notables effectuées sur les synchros. Parfaitement guidée, cette boîte à débattements courts est une réussite totale et ne nécessite pas la moindre décomposition. Le premier rapport est court avec un rupteur qui intervient dès 60 km/h. Les performances du coupé Toyota MR 175 ch sont un peu décevantes comme en attestent le kilomètre départ-arrêté chronométré en 28,5 secondes et un ensemble de mesures à peine meilleures que celles de la première version 160 ch du 2.0L. La faute au caractère plus pointu du moteur ACIS qui exige d'être vigoureusement cravaché pour donner le meilleur de lui-même. Le progrès est enre vanche notable face à la version ctaalysée de 156 ch (rev 2). D’autres marchés ont récupéré une inédite déclinaison du 3S-GE porté à 198 ch via la greffe du calage variable VVT-i. Il fut même commercialisé le 3S-GTE, qui comme son nom l’indique pas, disposait d’un turbo comme la Celica 4 WD afin de dépasser les 200 chevaux !

SUR LA ROUTE

essai toyota mr2

Une configuration à moteur central arrière avec 58% du poids sur l'essieu arrière change la donne de la conduite, ou plus exactement du pilotage. Pour ce qui de la conduite de tous les jours, pas de bouleversement au volant du coupé Toyota MR par rapport à une propulsion à architecture classique. Les règles de base sont les mêmes. La différence se fait lorsque le conducteur va chercher les limites de la voiture, chercher ne signifiant pas trouver. Etant davantage destinée aux débutants qu’aux énervés du guidon - à qui le RPP risque de sembler un peu juste et le moteur sans grande saveur - l’apprentissage des réactions doit se faire de manière progressive. Car une fois que le cul part, il est déjà presque trop tard... Sur le sec, le comportement est sain et l’arrière ne se dérobe pas au premier coup de gaz. L’augmentation de la taille des pneumatiques a permis de corriger le défaut des premiers millésimes de la MR(2) mk2, jugés un peu trop vive en survirage. Sur le mouillé par contre, la vigilance reste de mise, comme avec beaucoup de propulsions anciennes. L’autobloquant à viscocoupleur remplit bien son rôle et évite que l’on ait l’impression de risquer sa vie à chaque instant. Le passage aux pneus 15 pouces n'a toutefois pas donné lieu à l'installation de disques de freins de plus grandes dimensions par rapport à la Rev2, ceux-ci restant à 275 mm à l’avant, et 281 à l’arrière. Le résultat est probant, avec l’ABS livré de série et recalibré sur la MR Rev 3 puisque celui-ci fût à juste titre critiqué sur les premiers modèles. Sur la GT-i16, les barres anti-roulis ont été agrandies et les suspensions avant et arrière à roues indépendantes ont été raffermies. Pas de quoi en faire une auto inconfortable cependant même si cela faisait l'objet de critiques à l'époque. Conçu pour faire face aux 230 ch de la version suralimentée japonaise, le châssis de la Toyota MR GT-i16 apparaît donc plus homogène et plaisant à partir de cette version 175 ch (Rev 3).

EVOLUTION

Comme nous l'avons déjà abordé, la vie de la deuxième génération du coupé Toyota MR se subdivise en 5 épisodes identifiés comme suit : Révision 1 (160 ch de 1989 à 1991), Révision 2 (156 ch de 1992 - 1993), Révision 3 (175 ch de 1994 à 1995) accompagnée d'un léger facelift et update technique, Révision 4 (170 ch de 1996 à 1997) et Révision 5 (165 ch de 1998 à 1999). Esthétiquement, à partir de la Rev 3, présentée ici, la face arrière est plus lisse avec de nouveaux optiques plus ronds et le spoiler avant, plus plongeant à partir de la rev. 2, est peint couleur carrosserie. L'aileron est en une seule partie et fixé sur le coffre. Pour la révision 4 on note les les clignotants blancs au lieu du orange et les jantes polies, puis en 1998 sur la MR2 Rev5, l'aileron est une nouvelle fois redessiné et devient plus imposant. Le dessin des jantes est modifié mais reste en 15".

ACHETER UNE TOYOTA MR GT-i16

Bien que finalement assez peu répandue, on trouve des coupés Toyota MR à tous les prix et dans tous les états. Pour un bel exemplaire de GTI-16 pas trop kilométré, à partir de 7.000 € le choix offert à vous est intéressant. La version Rev 3 de 175 ch est évidemment la plus intéressante sur le papier mais n'hésitez pas à considérer le cas des autres si leur état en vaut la peine. Car il faudra trier les annonces de Toyota MR parmi bon nombre de modèles dénaturés... Le MR2 étant une victime privilégiée du phénomène "tuning", on assiste à des métamorphoses plus que douteuses qui peuvent aller jusqu'aux répliques de Ferrari 348 ou F355 ! Peu de choses à savoir question entretien, s’agissant d’un modèle qui jouit de la bonne fiabilité du constructeur nippon. Le remplacement des liquides de frein et refroidissement doit s’effectuer tous les 40.000 km et la distribution devra être faite tous les 5 ans. Précision importante, sachez qu’il s’agit d’un moteur non interférentiel. Autrement dit, la casse de la courroie n’entraîne pas la casse du moteur. Bon à savoir, mais ne négligez pas pour autant son état ! Avant de finaliser votre achat, n'hésitez pas à vous rapprocher du Club MR2 pour des conseils plus spécifiques.

CONCLUSION

:-)
Design valorisant
Moteur central arrière
Souplesse d’utilisation
Consommation raisonnable
Boîte précise
Fiabilité
Cote
:-(
Motricité sur le mouillé
Performances moyennes
Rares en état d’origine...

Disposant d’une robe aguicheuse et d’un vrai tempérament sportif, la Toyota MR2 GT-i16 aurait de quoi rendre jalouse quelques sportives plus huppées. En résumé, cette Toyota permet de se familiariser avec un autre style de conduite avant, peut-être, de passer à des véhicules plus puissants...

Tous nos remerciements à Olivier pour l'essai de son coupé Toyota MR 2.0 GT-i16 Rev 3.

toyota_mr2_gti16_01.jpg
toyota_mr2_gti16_02.jpg
toyota_mr2_gti16_03.jpg
toyota_mr2_gti16_04.jpg
toyota_mr2_gti16_05.jpg
toyota_mr2_gti16_06.jpg

>Voir la galerie photos TOYOTA MR2 GTI16



Devis d'assurance pour une TOYOTA MR GT-i16

AVIS

un vrai coupé qui distille des sensation de conduite une position de conduite proche de la route un très bon freinage (rev2)un moteur souple et rageur une très bonne fiabilité (toyota oblige)un look indémodable. les défaut? sur le mouillé elle ne pardonne aucun erreur la sanction sera un beau 360 si vous chatouillé un peux trop la pédale de droite en pensent entretenir une glisse. tous le reste le t-bar,les phares escamotables le grand tunnel central qui abrite le petit levier de vitesse...
Lire les avis sur la TOYOTA MR GT-i16

Vous possédez une MR GT-i16 ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
videos
Forum
>Sujets TOYOTA sur le forum :
Forum
RECHERCHE