L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > MERCEDES-BENZ > SLK (R171) 200 K






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (17-05-2004)
MERCEDES-BENZ
SLK
(R171) 200 K

37 400 Euros (01/05/2004)
10 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES
MERCEDES-BENZ SLK 200 KOMPRESSOR
Moteur: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes 1 ACT + compesseur volumetrique.
Cylindrée (Alésage x course): 1 796 cm3 (82 x 85 mm)
Puissance: 163 ch à 5 500 tr/min
Rapport ch DIN/litres : 91,31
Couple maximum: 240 Nm à 3 000 tr/min
Transmission: AR, BVM 6 ou BVA 5
Freins Av/Ar: Disques ventilés (ø 288 mm)
Poids à vide (constructeur): 1 315 kg
Rapport kg/ch DIN : 8,06
Pneumatiques Av/Ar: 205/55 VR 16
PERFORMANCES

Vitesse maxi: 230 km/h
400m D.A.: 16"3
1000m D.A.: 29"4
0 à 100 km/h: 7"9
80 à 120 Km/h (4/5/6ème): 6,9/9/12
CONSOMMATION (CEE 93/116)
Urbaine/Extra-urbaine/Mixte: 12,6/6,5/8,7 L/100km


Dès les premières esquisses, les designers avaient pour objectif de donner plus d'agressivité au futur SLK. Objectif atteint pour l'extérieur.


L'ancien SLK pêchait par une finition aléatoire et surtout un habitacle sans originalité. Tout est revenu dans l'ordre avec ce nouveau SLK R171 : beauté du style, finition et qualité sont au RDV avec en plus un équipement de série plutôt complet !


Le quatre cylindres compressé offre 163 ch tout de même. Sa sonorité est malheureusement toujours atone, ce qui est dommage lorsque l'on roule toit replié...


La cinématique du toit Vario reprend celle du SL R230 avec la lunette arrière qui s'inverse pour gagner de l'espace dans le coffre.


A conduire, le SLK 200K vous donne la sensation d'être un pilote tant il se montre efficace et facile. Toutefois l'électronique veille et corrige tous vos écarts de trajectoire. Dommage pour les sportifs initiés...


On ne se lasse pas de voir le toit Vario en action. Cela reste une attraction lorsqu'il est en action. Succès garanti avec les enfants...

BIEN :-)
Confort
Ligne !!
Finition
Concept CC
Châssis efficace...

PAS BIEN :-(
...mais trop peu sportif
Moteur trop discret
Performances justes


© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (17/05/2004)

LOOK D'ENFER !
Avec son premier SLK (R170), Mercedes a prouvé qu'il était possible de créer de nouvelles niches de marché avec des volumes conséquents. Fort de ce premier succès, Mercedes renouvelle son roadster à succès en ayant tiré les leçons des demandes des clients, tout en y ajoutant sa technologie et sa patte stylistique personnelle. Une réussite à première vue, si l'on s'attarde sur son design très largement inspiré du SLR et des McLaren de Formule 1...

Texte: Gabriel LESSARD - Photos: D.R.

Lorsqu'en 1996 Mercedes dévoile son SLK (R170), le succès est immédiat. Pari réussi pour la marque de Stuttgart qui a une stratégie volontairement offensive. Deux axes sont explorés : l'image de marque à entretenir et une progression des volumes. Justement, le SLK (R170) a tout de même été commercialisé à près de 308 000 exemplaires. Preuve s'il en est de la justesse des choix de Mercedes. La force et l'avantage principal du SLK comparé à ses rivales d'alors (BMW Z3, Honda S2000 et Porsche Boxster) est son toit vario en dur qui se replie électriquement dans le coffre. Coupé ou cabriolet selon votre humeur et les caprices du temps. Depuis, Peugeot, qui avait pourtant déjà utilisé un toit en dur escamotable électriquement avec son Eclipse dans les années 30, a suivi la même voie pour ses 206 et 307 CC. S'il reste un marché pour les roadsters à capote en toile, le segment du coupé-cabriolet s'est enrichi de nombreuses versions et offre de multiples avantages. Fini les bruits d'air trop envahissants à vive allure (130 km/h maxi sur autoroute !...) et les coups de couteau dans les capotes. L'hiver n'est plus qu'un lointain souvenir, grâce au confort d'un toit en dur. Pour renouveller son SLK à succès, Mercedes n'ayant plus l'avantage de la nouveauté du concept s'est donc efforcé de frapper un grand coup sur d'autres thèmes...

DESIGN
Avec son SLK type R171 dans la nommenclature interne de Mercedes-Benz, les stylistes ont eu tout loisir de s'inspirer des McLaren Formule 1 et du SLR. Avec son capot plongeant et son nez enchassant une orgueilleuse étoile à trois branches, le SLK affiche clairement la couleur de l'avant. Agressive, mais de bon goût, c'est une pure réussite qui ne cesse de rencontrer les faveurs des passants. Comparé à l'ancien SLK, les stylistes ont réussi à donner un bel équilibre de profil au SLK avec ou sans son toit. Cela mérite un coup de chapeau tant l'exercice est difficile sur des autos au format aussi court. L'arrière est plus traditionnel et doit s'accomoder d'une hideuse antenne. Les ingénieurs de l'usine nous ont indiqué qu'elle était indispensable puisque tout passe par elle : fermeture centralisée, radio... Ce SLK nouvelle mouture voit son gabarit progresser avec +7,2 cm en longueur, +6,5 cm de large et +3 cm d'empattement. Cela donne ainsi une meilleure assise tant statique que sur la route, on le verra après. A l'intérieur, cett augmentation générale de la taille du SLK se remarque également. L'espace intérieur offre un habitacle moins exigu que pour le précédent SLK. Le dessin de la planche de bord est nettement plus jeune et sympa que sur l'ancien. Mais plus que le style, c'est surtout la finition et la qualité des matériaux employés qui a fait un bond considérable. La précision des ajustages des différents éléments de la planche de bord nous paraissent aussi mieux maîtrisés. Le volant trois branche avec les touches multi-fonctions est une réussite et très agréable à prendre en main. Une fois n'est pas coutume chez Mercedes, le SLK 200K offre un équipement de série plutôt complet. Jugez plutôt : ABS, ESP, ASR, climatisation automatique, rétroviseurs et vitres électriques, radio laser, éclairage automatique... Les plus exigeants trouveront leur bonheur dans la liste longue et coûteuse des options, propre aux constructeurs germaniques. La plus intéressante d'entre-elles est certainement l'Airscarf. Ce système inédit envoie de l'air chaud dans la nuque des occupants par des petits orifices aménagés à cet effet dans les appuie-têtes. Bien plus pratiques en réalité que sur le papier, cette option permet de rouler décapoté aux saisons intermédiaires sans avoir froid au visage et à la nuque. Les sièges sont très bien dessinés et offrent un bon maintient. Pour la sellerie cuir, il faudra en revanche passer par la case des options. Les réglages tant en profondeur qu'en longeur sont nombreux et permettent à tous de trouver une position de conduite idéale.

MOTEUR
Pour son modèle d'attaque, Mercedes a doté son SLK 200K du 1,8 litres qui développe 163 ch. Une puissance déjà honorable pour un quatre cylindres de cette cylindrée, mais qui est également le fruit du compresseur volumétrique. Ce quatre cylindres, à défaut d'être sportif et mélodieux est réellement disponible dès les plus bas régimes et offre une onctuosité peu commune pour une quatrre cylindres. C'est le système Twinpulse qui en est une des principale raison. Il se compose de la suralimentation par le compresseur autorisant ainsi un maximum de couple dès les plus bas régimes (240 Nm dès 3 000 tr/mn), un calage continu de l'arbre à cames côté admission et échappement et un équilibrage des masses Lanchester. Disponible avec une boîte mécanique à 6 rapports de série, le SLK 200K peut être doté d'une boîte automatique à 5 rapports. La nouvelle boîte 7G-Tronic à 7 rapports étant réservée pour l'instant exclusivement au SLK 350 et au 55 AMG. Si en soit la boîte mécanique n'est pas nouvelle, elle a été nettement optimisée. Elle se distingue par une précision améliorée aux changements de rapports et des courses de levier de vitesses courtes et rapides. Le changement de rapport ou de position sur le levier de vitesses est transmis à la boîte par une tige (jusqu'à présent une tringle de sélection et câble de sélection). La particularité des boîtes automatiques sur le SLK 200K, outre sa grande douceur de fonctionnement rappelant ainsi la pleine maîtrise de Mercedes dans ce type de transmission, est la possibilité de commander les rapports depuis le volant. Pratique et efficace, même si cela ne donnera jamais les même effets et résultats qu'une vraie boîte séquentielle du type F1 chez ferrari, ou SMG II chez le rival bavarois.

SUR LA ROUTE
Equipée de série de jantes en 16 pouces, le SLK 200K se montre à son aise sur tout type de chaussées. Lorsque son prédécesseur cherchait parfois sa voie sur chaussée bombée et très dégradée, le SLK R171 est impérial. L'emploi de la plate-forme de la Classe C n'est certainement pas étranger à ce résultat. Le confort de roulement pour cette catégorie d'auto est tout bonnement impressionnant. L'essieur avant à trois bras (contre deux auparavant) y est pour quelque chose, et l'essieu arrière multibras à roues indépendante a été choisi en raison des qualités de guidage des roues. Il en résulte ainsi un comportement très sain et efficace. La direction fait appel enfin à une crémaillère et non plus à un boîtier à recirculation à billes. Plus fidèle et fiable sur les sensations transmises au volant, cette nouvelle direction efface de nos souvenirs l'ancienne génération. Il semble ainsi plus facile d'inscrire le SLK 200K dans les courbes. L'ESP, deuxième génération, l'ASR, le BAS (aide au freinage d'urgence) et l'ABS sont également très (trop !) présents. Toute tentative de rentre en force dans une courbe serrée pour faire dériver l'arrière se solde par un échec tant l'électronique veille. Et avec seulement 163 ch pour près d'une 1,4 tonne, il faut vraiment se cracher dans les mains pour la mettre en travers. Preuve s'il en est de son efficacité. Malheureusement, comme tout châssis efficace et trop sous-motorisé comparé à ses capacités, il se montre donc peu sportif. Il manque une sorte de piquant à ce SLK 200K qui avoue ainsi là son vrai visage : une "gueule d'amour" mais un tempérament bien plus policé. Une sorte de GT tranquille qui permet au plus grand nombre de prendre du plaisir sans risquer la sortie de route. Cela nous incite à attendre notre prise en main prochaine du SLK 350 et son V6 qui s'annonce musical et de la tentatrice version 55 AMG et son gros V8.

:: CONCLUSION
Pour tous ceux qui attendent du nouveau SLK des prétentions sportives à la hauteur de son physique athlétique, il faudra attendre les prochaines versions 350 et 55 AMG. Pour les autres qui recherchent une auto dynamique, facile à vivre et néanmoins suffisamment motorisée pour rouler cheveux au vent, le SLK 200K est fait pour eux. Son châssis équilibré et efficace est un pur régal au quotidien et la finition est désormais fidèle à l'image de marque Mercedes-Benz. Et pour une fois, Mercedes a lâché quelques équipements de série...

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Plus efficace que son prédécesseur, le SLK n'en devient pas une authentique voiture de sport pour autant. Il lui faudrait pour cela un différentiel à glissement limité et un ESP vraiment déconnectable. [...] Du côté mécanique, nous avons été agréablement surpris par les prestations du 200K de 163 ch. Les performances proposées n'ont rien de ridicules dans le cadre d'une escapade cheveux au vent, tandis que le bruit entêtant du compresseur sait se faire beaucoup plus discret que précédemment."
LE MONITEUR AUTOMOBILE - Avil 2004 - ESSAI MERCEDES-BENZ SLK 200 K.

"Toute nouvelle, la Mercedes SLK n'a pas pu résister de s'offrir le museau de la flèche d'argent du XXIe siècle, alias SLR-McLaren. Parfaitement finie, avec un intérieur cossu, chaleureux et de bonne qualité, elle place la barre très haut. On y trouve une position idéale, avec le siège et le volant réglables en hauteur comme en profondeur tandis que le toit rigide en place donne effectivement la sensation que l'on est à bord d'un vrai coupé. Très bourgeoise cette SLK, et rassurante lorsque l'on a mis la coquette somme de 37 400 euros dans ce nouveau coupé-cabriolet. Et puis, pour une Mercedes, elle apparaît correctement équipée. ABS, ESP, quatre Airbags, vitres et rétroviseurs à commandes électriques, cela va de soi. Mais la SLK offre également la climatisation automatique, la radio-CD, le régulateur de vitesse, l'allumage automatique des feux et les antibrouillards."
AUTOMOBILE MAGAZINE - Mai 2004 - ESSAI MERCEDES-BENZ SLK 200 K.


Devis d'assurance pour une MERCEDES-BENZ SLK (R171) 200 K

AVIS

la précédente version de la slk m'a fait rêver. j'en pu concrètiser ce rêve avec celle-ci. du pur bonheur à conduire, même si c'est une "petite" voiture de sport. mais même en respectant les limitations de vitesse, il y a vraiment moyen de se faire très plaisir. seul point noir: la voiture est extrêment bien insonorisée, du coup difficile d'entendre correctement le moteur....
Lire les avis sur la MERCEDES-BENZ SLK (R171) 200 K

Vous possédez une SLK (R171) 200 K ? Ajoutez votre avis !

Suggestions

videos
Forum
>Sujets MERCEDES-BENZ sur le forum :
Forum
RECHERCHE