L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > MASERATI > GHIBLI






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

MASERATI GHIBLI (1967 - 1973)

maserati ghibli
© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (15/06/2011)

AVIS DE TEMPETE

Les années 60 marquèrent le début de l’affrontement entre Ferrari et Lamborghini. Maserati n’était pas en reste, tout en proposant une recette différente. Préférant s’orienter du côté des GT ultra-performantes avec la Ghibli, le Trident se distinguait surtout par ses V8 venus de la course face aux douze cylindres de ses rivaux. Un mal pour un bien ?...

Texte: Maxime JOLY - Photos: Étienne ROVILLÉ

Ghibli. Derrière ce nom bizarre se cache un mythe qui assura définitivement la renommée de Giugiaro. Lamborghini avait présenté la cataclysmique Miura et Ferrari préparait la riposte avec sa Daytona. Maserati ne pouvait décemment pas rester sans rien faire. L’alternative Ghibli allait naître…

pharesinterieur ghibli

CARACTERISTIQUES


MASERATI GHIBLI 4.7 / 4.9 SS
moteur
MOTEUR
Type : 8 cylindres en V à 90°, 16 soupapes
Position : longitudinal AV
Alimentation : 4 carburateurs Weber 40 DCNF5 / 42 DCNF11
Cylindrée (cm3) : 4719 / 4930
Alésage x course (mm) : 93.9 x 85 / 93.9 x 89
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 310 à 6000 / 335 à 5500
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 390 à 3500 / 480 à 4000
TRANSMISSION
AR
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (5)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1600 / 1650
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 5,2 / 4,9
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm) : Disques ventilés Girling (294-272)
Pneus Av-Ar : 205x15 - 205x16 / 215 x 15 VR70
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 248 / 278
400 m DA : ND
1000 m DA : ND
0 à 96 km/h : 6"9
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km) : 20
COTE (2011) : 60.000 €
PUISSANCE FISCALE : 27 CV

PRESENTATION

Après un bond en arrière de 45 ans, nous voici en 1966 au Salon de Turin. Le carrossier Ghia y présente deux modèles. La Maserati qui nous intéresse ici-même et la De Tomaso Mangusta. La vie n’étant qu’une succession de coïncidences, ces deux marques feront plus que simplement partager un stand durant la décennie suivante. Mais ça, c’est une autre histoire… Cette œuvre d’art est signée de la main de Giorgetto Giugiaro qui avait récemment quitté Bertone pour rejoindre Ghia. C’est Omer Orsi qui passa commande auprès du jeune designer, après avoir été sous le charme d’un concept de coupé qu’il avait présenté en 1964 à Turin. Comme cela avait été le cas avec la Mistral, la Tipo 115M – connaître le type d’un modèle est obligatoire pour ne pas passer pour un plouc auprès d’autres maseratistes – reçoit le nom d’un vent, sévissant cette fois entre l’Egypte et la Lybie. Décidément, l’histoire nous joue de drôles de tours en ce moment…
Sa ligne spectaculaire et sa faible hauteur de caisse sont les principales caractéristiques de la Ghibli. Pas de miracle concernant le Cx. Comme souvent sur les réalisations de l’époque, il est médiocre. Forcément, cela a une incidence dont nous parlerons plus tard. Au bout du long capot qui abrite la bouillonnante mécanique est placée une grille, ne laissant apparaître que le trident. On n’aperçoit que subrepticement les doubles optiques (escamotables), prêts à se dévoiler totalement par simple pression du bouton prévu à cet effet dans l’habitacle. L’insigne Ghia est rappelée sur les ailes avant, à côté des ouies d’aération, les jantes de 15 pouces et la double sortie d’échappement parachevant le travail. De nombreuses stars possédèrent une Ghibli, les plus connus ayant été Claude François, Jean-Paul Belmondo et Peter Sellers.

HABITACLE

Raffinement et luxe sont les deux mots qui désignent le mieux l’intérieur de la Ghibli. Les Maserati surclassaient largement les Ferrari et Lamborghini dans le domaine. La planche de bord est recouverte de daim noir. 30 m² de cuir ont été nécessaires à l’aménagement de cet habitacle, malheureusement peu pratique à vivre. Le design a pris le pas sur le côté pratique et la moindre barrière se transforme en une immense galère.
L’important, c’est qu’en roulant, on ne manque de rien. Les américains faisant de l’air conditionné un gadget indispensable sur une GT, c’est tout naturellement que la climatisation fut offerte en série. Température d’eau, d’huile, horloge, tout est là, à portée de vue des deux occupants. Pas de jaloux. Et oui, malgré ses dimensions imposantes, ce n’est qu’une stricte deux places, l’espace à l’arrière étant réservé aux bagages. La lunette arrière possède une ouverture indépendante pour faciliter leur stockage.

MOTEUR

Du côté de Maranello, il a longtemps été inconcevable d’avoir autre chose qu’un V12. Ferrucio Lamborghini, dans son esprit de compétition avec Enzo Ferrari, alla affronter le Commendatore sur son propre terrain. Chez Maserati, leur vision des choses était toute autre. Moins de noblesse mais une véritable légitimité puisque les moteurs de Modène venaient directement de la course. Partant de celui de la Tipo 450S de compétition, le V8 en aluminium à quatre arbres à came de la Ghibli fut lancé en 1966 sur la Quattroporte et la Mexico dans une version nettement plus civilisée. Cubant 4719 cm³, il développait sur ces deux modèles 290 chevaux. Pour plus de prestige, la Ghibli s’octroya une version améliorée gagnant 20 ch grâce aux quatre nouveaux carburateurs verticaux Weber 40 DCNF/5. C’est à cause des soucis rencontrés sur certains précédents modèles que Giulio Alfieri délaissa l’injection indirecte Lucas.
A partir de 1969, ils furent remplacés par d’autres Weber, les 42 DCNF/5 et 42 DCNF/9. L’importante cylindrée profita à la débauche de couple (390 Nm !) et assure à cette mécanique une autre philosophie que celle de ses voisins italiens. Plutôt que d’être nécessairement cravachée pour se dévoiler entièrement, elle propose une souplesse d’utilisation exceptionnelle et préfère relancer vivement à n’importe quel régime pour faire parler la poudre. Moins frénétique mais pas moins efficace. Reculé au maximum pour une meilleure répartition des masses, le bloc, équipé de chambres de combustion hémisphériques et dont l’ordre d’allumage est 1-8-4-2-7-3-6-5, est en position centrale avant. Autre particularité héritée de la compétition, le centre de gravité est abaissé grâce à la lubrification par carter sec. L’alliage léger est omniprésent, à la fois sur le collecteur d’admission et sur la culasse qui dispose de soupapes en tête et de sièges de soupapes rapportés. Le vilebrequin est à équilibrage dynamique et statique, sur cinq paliers à coussinets. Le moteur est décentré d'un centimètre par rapport à la ligne médiane du châssis et supporté par quatre silentblocs (deux sur le moteur et deux sur la boîte de vitesse). Autant dire que malgré ses quatre pistons que moins, la Ghibli n’avait absolument pas à rougir de la concurrence transalpine.
Question transmission, le client avait le choix entre la boîte mécanique ZF S 5-325 à cinq vitesses ou une automatique à trois rapports d’origine Borg-Warner. Cette dernière fut surtout vendue aux Etats-Unis, marché important pour Maserati. D’ailleurs, dès 1970 et à cause des normes anti-pollution propres à ce territoire, l’alimentation passa à quatre 42 carbus DCNF/10. Simple comme bonjour…

SUR LA ROUTE

essai maserati ghibli

Le châssis tubulaire de la Maserati ghibli est une version raccourcie et rigidifié de celui utilisé dans les 3500 GT et Mexico. Les roues avant sont indépendantes et la suspension avant reçoit des ressorts hélicoïdaux. A l’arrière par contre, c’est nettement plus rustique avec un essieu rigide à ressorts elliptiques. Les concurrentes européennes apparaissent plus modernes dans le domaine et il faudra attendre que Citroën rachète Maserati qu’elle profite des innovations françaises.
Plus GT dans l’âme que purement sportive, et ce malgré son différentiel Salisbury, c’est sur les grands axes que la Ghibli est le plus à son aise, profitant des relances sans fin de son V8. Le manque d’agilité dû à son gabarit imposant se fait ressentir sur petites routes, tout comme son poids en ordre de marche qui atteint les 1600 kg. Cette surcharge pondérale causa d’ailleurs quelques soucis de freinage sur les premiers exemplaires, résolus par l’adoption de freins ventilés Girling de 294 mm à l’avant et 272 à l’arrière. La direction assistée était en option et se montrait indispensable à moins d’être un champion d’haltérophilie. Avec le poids du V8 cela rend les manoeuvres compliquées...
Dommage, car a contrario, elle est parfaitement calibrée sur route et retranscrit à merveille les informations. Le confort est également de tout premier ordre faisant de cette grande GT une formidable dévoreuse de kilomètres à défaut d’être une arme fatale sur circuit…

EVOLUTION

La course à l’armement ne date pas d’aujourd’hui. Elle a toujours été le nerf de la guerre des constructeurs de supercars comme en atteste l’arrivée en 1969 chez Maserati de l’AM 115/49, plus communément appelée Ghibli SS. Derrière ce malheureux patronyme se cache la version la plus désirable du fauve, avec en point d’orgue la greffe du bloc de la 5000 GT. Obtenu grâce à l’allongement de la course (de 85 à 89 mm), la SS se paye le luxe d’en obtenir une version modifiée de 4941 à 4930 cm³. Epaulé par quatre Weber 42 DCNF/11, il est capable d’offrir un peu plus de puissance – 25 chevaux – que la version 4700, mais surtout vraiment beaucoup plus de couple. 90 Nm , rien que ça…
L’autre attrait de cette montée en puissance est la vitesse maximale qui passe à 275 km/h, soit une performance exceptionnelle pour l’époque qui en faisait la Maserati de route la plus rapide jamais produite. Afin de rendre cet exploit possible, la Ghibli SS était équipée de jantes Campagnolo en alliage magnesium chaussées de pneus plus larges. L’intérieur fut aussi un peu retravaillé, en particulier le tableau de bord.

ghibli spider MASERATI GHIBLI SPYDER
A partir de 1969, un Spyder (AM 115/S) complète la gamme Ghibli. Maserati renouvelle ainsi l’expérience précédemment faite avec la Mistral. Une nouvelle fois, la production de cette version décapotée sera ultra confidentielle avec seulement 125 exemplaires vendus. Ce nombre regroupe à la fois les versions 4700 et SS, aux spécificités techniques inchangées par rapport au coupé. Rares étaient les cabriolets capables de revendiquer une vitesse de pointe dépassant les 250 km/h C’est en 73 que le Spyder SS fut commercialisé. Correspondant à la dernière année d’exploitation de la Ghibli, on comprend mieux le collector en puissance que représente cette version. A tel point qu’il existe quelques faux qui ne sont en réalité que des coupés ôtés de leur toit. Alors si en plus vous faites partie d’un des 25 heureux possesseurs de hard top, c’est le jackpot assuré…

ACHETER UNE MASERATI GHIBLI

Avant de passer à l’acte, veillez à scruter l’état de celle qui vous fait les yeux doux. Si bien entretenue, la Ghibli jouit d’une bonne fiabilité, les coûts de restauration sont à eux très importants, surtout si vous ne le faites pas vous-mêmes. La mécanique est à inspecter, vérifiez que la voiture a régulièrement roulé. Pas de courroie de distribution mais il faut contrôler que la chaîne est correctement tendue. Les modèles qui sortent d’une grange ou qui sont récupérés suite à un héritage sans avoir tourné pendant des années sont malheureusement courants. Les V8 sont très costauds et ne souffrent pas d’avaries connues. Le problème constaté vient d’un défaut de conception de la mise en place du carter sec. A très grande vitesse, une désynchronisation des deux pompes pouvait arriver. Moins sujette à la rouille que d’autres italiennes de l’époque, c’est surtout l’état de l’intérieur qui demande également une attention particulière. Comptez 10.000 € pour le refaire entièrement. Le différentiel est à vidanger tous les 20.000 km et un nettoyage des carburateurs doit être effectué tous les 25.000.
La disponibilité des pièces pose problème en France et elles coûtent excessivement chères en Italie. Le mieux est d’aller se fournir chez les américains. En effet, ils sont particulièrement actifs et quelques sites internet méritent qu’on aille y faire nos emplettes.
C’est toujours pareil, difficile de mettre une cote sur un modèle comme celui-là. Tellement de choses entrent en considération… Disons qu’un bel exemplaire ne se négocie pas à moins de 60.000 € pour les versions 4700. Si ce n’est pas dans votre budget, il y a d’autres modèles tels que l’Indy qui se trouvent encore à des prix raisonnables mais dont la cote grimpera certainement elle aussi dans quelques années.

PRODUCTION MASERATi GHIBLI Coupés (4700 et SS) : 1170 exemplaires / Spyder : 100 exemplaires + 25 Spyder SS

CONCLUSION

:-)
V8 hérités de la course
Performances pour l’époque
Lubrification par carter sec
Distribution par chaîne
Mythe
Ligne spectaculaire
Finition
:-(
Conception rustique
Poids
Habitacle peu pratique
Coûts des pièces

Pièce maîtresse de l’histoire de Maserati, la Ghibli est encore dans le coup. Aussi spectaculaire que performante, elle fascine toujours autant à l’approche de ses 45 ans. Une œuvre intemporelle merveilleusement complétée par des V8 charismatiques. Les plus fortunés d’entre vous se tourneront vers la SS ou les Spyders dont le défaut est d’être à présent inabordables...

Nous remercions Lorenzo, membre du Club Maserati France, pour les informations fournies sur sa splendide Ghibli. Remerciements également au site maseratitude.com et au Garage du Trident.

maserati_ghibli_01.jpg
maserati_ghibli_02.jpg
maserati_ghibli_03.jpg
maserati_ghibli_04.jpg
maserati_ghibli_05.jpg
maserati_ghibli_06.jpg

>Voir la galerie photos MASERATI GHIBLI



Devis d'assurance pour une MASERATI GHIBLI

AVIS

Vous possédez une GHIBLI ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
videos
Forum
>Sujets MASERATI sur le forum :
Forum
RECHERCHE