L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > DODGE > VIPER SRT-10 ROADSTER






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

PRESENTATION (23-09-2004)
DODGE
VIPER
SRT-10 ROADSTER
(2003-)
NC Euros
NC CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DODGE VIPER SRT-10 ROADSTER
MOTEUR
Type: V 10 à 90°, 20 soupapes 1 ACT
Position: longitudinal AV
Alimentation: Injection électronique intégrale
Cylindrée (cm3): 8 277
Alésage x course (mm): 102,4 x 100,6
Puissance maxi (ch à tr/mn): 500 à 5 600
Puissance spécifique (ch/L): 60
Couple maxi (Nm à tr/mn): 712 à 4 200
Couple spécifique (Nm/L): 86
TRANSMISSION
AR
Boîte de vitesses (rapports): 6 manuelle
POIDS
Données constructeur (kg): 1 546
Rapport poids/puissance (kg/ch): 3,1
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm): Disques ventilés (355/355)
Pneus Av-Ar: 275/35 ZR 18 - 345/30 ZR 19
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h): 296
1 000 m DA: 22,5"
0 à 100 km/h: 4,8"
0 à 160 km/h: 9,6"
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km): 16,6


L'abandon du massif arceau arrière, caractéristique du précédent roadster RT/10, permet d'offrir à la Viper une vraie capote et un profil inédit.


Les traits de la Dodge Viper sont désormais plus tirés et agressifs mais l'ensemble est finalement un peu moins bestial et sexy.


Les sièges couverts de cuir et daim sont très enveloppants et le pédalier se règle en profondeur électriquement.


On retrouve la batterie de manomètres, disposés verticalement sur la façade de console en plastique un peu cheap, fixée avec des vis apparentes...


Le nouveau moteur est encore plus beau à contempler. Une vraie merveille, digne des plus belles pièces de Maranello, ce qui nous ferait presque oublier ses origines quasiment agricoles.


Le capot, toujours aussi long, se perce de multiples aérations destinées à mieux refroidir le moteur.


Le joli tachymètre gradué jusqu'à 220 miles/h (soit un très optimiste 350 km/h !) met les choses au clair : on est pas là pour rigoler !


Sur la critique des européens notamment, le châssis de la Dodge Viper avait été profondément revu. Plus d'une centaine d'améliorations ont été apportées au modèle, concernant notamment les trains roulants.


En bonne sportive authentique, la Dodge Viper SRT-10 demeure en effet une pure et dure. Au volant, c'est au pilote de savoir ce qu'il fait.


Bonne nouvelle, la Dodge Viper revient serpenter sur nos routes et sera officiellement distribuée dans le réseau Chrysler/Dodge...

BIEN :-)
Enfin chez nous !
Moteur impressionnant
Pure machine à sensations
PAS BIEN :-(
Conduite délicate
Consommation
Finition

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (23/09/2004)

VIPERE AU POINT
La Viper est de retour ! Commercialisée depuis deux ans aux Etats-Unis, la nouvelle Viper, alias SRT-10 est depuis peu de temps disponible en Europe et le sera prochainement en France. Pour environ 100 000 euros, le rêve américain prend la forme d'un roadster dont le moteur est dopé à la créatine ! Le fameux V10 de camion passe à 8,3L et le châssis se montre plus européen que jamais...

Texte : Sébastien DUPUIS
Photos : D.R.

La première génération de Viper est aussi exubérante que rarissime sur nos routes. Distribuée sous la marque Chrysler, on dénombre une cinquantaine d'exemplaires vendus en France. Grâce à ses nombreux succès en Le Mans séries (catégorie FIA GT2) elle est devenue une véritable légende automobile. Forte de ce patrimoine, la nouvelle génération fut présentée sous la forme du concept-car sportif GTS/R (voir encadré ci-dessous) en 2000 à Détroit. Et depuis septembre 2002, le nouveau roadster Dodge, baptisé SRT-10, fait le bonheur de nombreux américains fans de burn-out. L'histoire pourrait s'arrêter là et rendre presque inutile la présentation de la nouvelle Viper si le groupe Daimler-Chrysler n'avait pas décidé de la commercialiser en Europe et prochainement... en France ! Quelle bonne nouvelle pour tous les adorateurs de ce monstre dont l'homologation à titre isolé est pour le moins difficile... La raison tient au fait que la marque Dodge entame son come-back européen et la Viper sera donc disponible sous cette enseigne à partir de 2006, après une période de distribution temporaire par le biais du réseau Chrysler-Jeep. Voilà donc une bonne occasion de faire les présentations avec celle qui demeure l'une des plus extraordinaires et fantasmatiques voitures de sport de sa génération...

VIPER GTS/R CONCEPT CAR
10 ans après le premier concept-car Dodge Viper, le concept GTS-R présenté en 2000 continue la légende de la Viper V10. Osamu Shikado est responsable du style de ce projet aux parfums de compétition qui est à la fois plus bas et plus large que la voiture de série. Shikado s'est en effet inspiré des Viper de course, victorieuses à plusieurs reprises dans les séries de courses d'endurance pour donner plus d'agressivité à la Viper dont on appréciait pourtant les formes rondes et généreuses de la première génération, sculptées avec sensualité à la manière d'une Marylin Monroe. Bien sûr, ce prototype préfigurait les grandes lignes du design de la nouvelle Viper de série, commercialisée depuis 2003 aux USA. A voir cela, on a hâte de découvrir le futur coupé GTS et de retrouver la belle américaine aux prochaines 24h du Mans avec son V10 grondant comme un orage dans les Hunaudières !

DESIGN
Sous un air de famille évident, la mue du reptile venimeux s'est opérée sous forme de mutation. En effet, lors de son changement de peau orchestré par le designer Osamu Shikado, la Dodge Viper a perdu beaucoup de ses rondeurs caractéristiques. Ses traits sont désormais plus tirés et agressifs mais l'ensemble est finalement un peu moins bestial et sexy. La faute en revient peut-être à l'abandon du massif arceau arrière qui était caractéristique du précédent roadster RT/10. Cela a cependant pour avantage d'offrir à la Viper une vraie capote, manuelle, parfaitement digne de ce nom et capable de dépasser les 100 km/h sans s'envoler. Le serpent change aussi de classification et il faut désormais l'appeler SRT-10. SRT pour "Street and Racing Technology", blason officiel des modèles spéciaux et hautes performances de la firme de Détroit. Toutes les pièces de carrosserie, en matériaux composites, sont donc nouvelles, ce qui nous vaut un profil inédit. Le capot, toujours aussi long, se perce de multiples aérations destinées à mieux refroidir le bouilleur à 10 bougies qui grogne dessous. Les évacuations latérales donnent naissance à de nouvelles ailes avant et arrière, plus aérodynamiques. Fini les imposantes tuyères d'échappement latérales, par ailleurs inutilisées sur les versions européennes. Si les versions US conservent juste la sortie d'échappement sur chaque flanc, les version européennes auront droit à deux doubles sortie séparées, implantées dans le bas du nouveau bouclier arrière à effet de sol. Physiquement, la nouvelle Viper se distingue aussi à ses jantes chromées d'un nouveau dessin et d'une largeur encore peu commune : 19" à l'arrière ! Enfin, on pourra remarquer la malle arrière intégrant un léger aileron sensé augmenter l'appui à grande vitesse et rendre la Viper un peu plus contrôlable... Les deux places assises, aux premières loges pour apprécier la mélodie du V10, ont été largement repensées dans leur ergonomie. Les sièges couverts de cuir et daim sont très enveloppants et le pédalier se règle en profondeur électriquement, tout comme le volant, ce qui permet de trouver une position de conduite idéale. Toute la console et la planche de bord changent, ainsi que le volant. A côté de celui-ci, on retrouve la batterie de manomètres, disposés verticalement sur la façade de console en plastique un peu cheap, fixée avec des vis apparentes... ça fait course mais les amateurs de GT allemandes pourront s'offusquer d'un niveau de finition digne d'une petite berline française. Heureusement, le tunnel central imposant permet de toujours avoir le petit levier de vitesse en main et le joli tachymètre gradué jusqu'à 220 miles/h (soit un très optimiste 350 km/h !) met les choses au clair : on est pas là pour rigoler ! Car malgré ces nombreux changements, rassurez-vous, la Dodge Viper conserve intact l'esprit de la première génération, à savoir un roadster offrant deux places pour le paradis mécanique. Pour y monter, il suffit d'appuyer sur "start".

MOTEUR
Le V10 de la première Dodge Viper fait figure de monument historique au sein de la production mondiale. Tout d'abord, son architecture alors peu répandue a depuis fait des émules, d'autres part, sa cylindrée gargantuesque demeure inégalée. Un record que la nouvelle Viper SRT-10 se devait de défendre âprement. C'est chose faite. La solution ? Augmenter encore la taille pardis ! Par augmentation de la course (100,6 au lieu de 98,6) et de l'alésage (102,4 au lieu de 101,6) dans chaque cylindre, Dodge a gagné 287 cm3. Ce qui nous fait un total exubérant de 8 277 cm3... oui, vous avez bien lu, 8L3 ! De plus, ce nouveau moteur est encore plus beau à contempler. Une vraie merveille, digne des plus belles pièces de Maranello, ce qui nous ferait presque oublier ses origines quasiment agricoles. Avec sa distribution à arbre à cames central et ses 20 soupapes, le V10 de la Viper pourrait passer pour une pièce de musée malgré sa construction en aluminium et ses récentes améliorations destinées à le rendre plus "propre" et plus puissant. Les conduits d'admission et d'échappement ont ainsi été retravaillés et le volant moteur est plus léger. On remercie toutefois les responsables de la marque, d'avoir prolongé le sursis de cette mécanique d'une autre époque, tant elle possède un tempérament qui se fait de plus en plus rare. Certes, ce V10 n'a pas les envolées lyriques d'un huit ou douze cylindres Ferrari. Normal, il délivre sa puissance maxi à 5 600 tr/mn. Mais ce V-10 505 (pour 505 cubic inch, son petit nom inscrit sur la boîte à air) délivre un demi-millier de chevaux tout de même. Purs sangs ou percherons, un tel chiffre force le respect. Ceux de la Viper sont plutôt de la deuxième famille. Capable de tracter n'importe quoi, même si ce n'est pas la vocation première de l'auto, les 10 cylindres fournissent un couple titanesque de 72,6 Mkg à 4 200 tr/mn. Personne ne fait mieux sans avoir recours à la suralimentation. Une force exceptionnelle qui permet à la Viper de s'accommoder d'une transmission manuelle (Tremec T-56) à six rapports dont l'étagement trop long permettrait, en théorie, de dépasser la vitesse maximum inscrite au compteur... La réalité est autre puisque la Dodge Viper ne dépasse pas les 300 km/h, 296 exactement. On s'en contente aisément, d'autant plus que les accélérations de dragster tiennent à l'écart la plupart de ses rivales. En dosant subtilement sur la pédale de droite, pour éviter de rester sur place en fumant un train de pneus, on peut s'affranchir du 0 à 100 km/h en 4"8 et du 1000 m DA en 22"5. A bord, cela se traduit par une poussée oppressante dans le dos accompagnée d'un râle caverneux. Intimidant mais tellement bon ! Seulement, le plaisir est de relativement courte durée car les 70 Litres de venin (sans plomb 95) du réservoir sont engloutis avec une indécente rapidité.

CHASSIS
Car il faut préciser que la Dodge Viper n'est pas vraiment du genre "animal de compagnie". Si vous ne lui imposez pas votre conduite, elle vous emmène où bon lui semble... La faute à ses pneumatiques Michelin surdimensionnés 345/30 ZR 19 à l'arrière et 275/35 ZR 18 devant, ainsi qu'à une direction vive et un amortissement encore un peu inadapté à certaines de nos routes. Sur la critique des européens notamment, le châssis de la Viper avait été profondément revu lors du restylage de 1997 et de la sortie du coupé GTS. La Dodge Viper SRT-10 conserve cette même architecture mais plus d'une centaine d'améliorations ont été apportées au modèle, concernant notamment les trains roulants. Les éléments de renforts sont plus nombreux, ce qui permet de conserver une bonne rigidité malgré la suppression de l'arceau central. L'amortissement triangulé à quatre roues indépendantes a été revu et utilise de nouveaux éléments en aluminium. Les roues sont également en taille XXL, avec de monstrueux 275/35 ZR 18 à l'avant et du 345/30 en 19" pour passer la puissance aux roues arrière ! Sur le sec, ce grip extraordinaire permet de passer fort sans que la voiture ne bronche. Mais attention à ne pas dépasser la limite. Celle-ci apparaît peu progressivement et aucune aide électronique n'est là pour vous reprendre en main si la situation s'avère désespérée. En bonne sportive authentique, la Dodge Viper SRT-10 demeure en effet une pure et dure. Au volant, c'est au pilote de savoir ce qu'il fait. Inutile dans ce cas d'espérer qu'elle vous pardonne la moindre erreur d'attention ou excès d'optimisme. L'ABS, apparu en 2000 sur l'ancien modèle, est en effet l'unique béquille électronique. Le freinage a fort heureusement été renforcé avec un système Brembo à quatre disques ventilés de 355 mm et étrier à quatre pistons. Mais il ne démontre pas autant de résistance à l'usage qu'un freinage Porsche ou Ferrari. A utiliser... avec modération. La Viper vous rappelle rapidement à l'ordre car en dépit d'un allégement notable, on ne stoppe toujours pas si facilement les élans de ce reptile pesant une bonne tonne et demi à vide.

:: CONCLUSION
Réjouissons-nous que le groupe Daimler-Chrysler organise le retour de Dodge sur le vieux continent ! En effet, d'ici la fin de l'année, la nouvelle Dodge Viper SRT-10, elle ne sera en effet plus étiquetée Chrysler, pourra être commercialisée en France, via le réseau Chrysler tout d'abord, puis directement sous l'enseigne Dodge. Vous n'aurez donc plus d'excuses pour ne pas goûter et apprécier le charme exotique, extrémiste et décalé de ce roadster taille XXL. Et croyez-nous, pour 100 000 euros environ, bien peu d'automobiles, Porsche et Ferrari y compris, sont capables de donner le frisson comme le fait cette Vipère. Elle vous injecte en effet un venin, non mortel, dont on ne se guérit jamais !

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Pas d'antipatinage, pas de contrôleurs de trajectoire ni d'assistance au freinage d'urgence; la Viper SRT-10 et la 911 GT2 résistent à l'envahisseur. Ici, le seul ESP, c'est votre gros orteil droit. Et de l'autre côté de l'accélérateur, il y a deux barils de TNT : un V10 atmo de 500 ch et un flat-6 biturbo de 483 ch. De quoi faire péter la baraque, si vous me passez l'expression. Ces deux icônes automobiles présentent, chacune, sa propre vision de la performance. La démesure d'une part, avec la Viper 2 qui revient à la charge en offrant tout ce que l'Amérique compte de plus décalé et d'exubérant."
SPORT AUTO - Septembre 2004 - MATCH DODGE VIPER/PORSCHE 911 GT2.


Devis d'assurance pour une DODGE VIPER SRT-10 ROADSTER

AVIS

enfin une voiture qui ne masque pas ses réactions grace à l'éléctronique et qui roule agréablement (au moins celle la on sait la mettre en travers) sans pousser sur le bouton .pour avoir essayer la version rt-10 de 95 et la gts de 98 je peux vous dire que ca doit déménager et je suis impatient de rouler avec celle la en 2005....
Lire tous les avis sur la DODGE VIPER SRT-10 ROADSTER

Vous possédez une VIPER SRT-10 ROADSTER ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets DODGE sur le forum :
Forum
RECHERCHE