L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > CADILLAC > XLR






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (29-04-2004)
CADILLAC
XLR
94 500 Euros (01/04/2004)
22 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES
CADILLAC XLR

Moteur: 8 cylindres en V, 32 soupapes 4 ACT
Cylindrée en cm3: 4 565
Puissance: 326 ch à 6 400 tr/min
Rapport ch DIN/litre : 70,09
Couple maximum en Nm : 420 à 4 400 tr/min
Transmission: AR, BVA 5
Freins: Av/Ar disques ventilés
Poids à vide (constructeur): 1 653 kg
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 5,16
Pneumatiques: AV et AR 235/50 ZR 18
PERFORMANCES
Vitesse maxi: 250 km/h
1000m D.A. en sec: ND
0 à 100 km/h en sec: 5,9

Tous les détails de l'auto sont traités dans le même style anguleux à l'image des feux avant.


Avec son toit en dur replié, le Cadillac XLR se donne des airs de GT. La capacité du coffre n'incite hélas pas au voyage...


Une présentation chaleureuse et une qualité de finition intérieur en net progrès caractérisent le XLR. L'équipement de série est pléthorique et innonvant comme l'affichage tête haute (projection holographique sur le parebrise !!).


La cinématique du toit repliable du XLR est différente de celle du SL500 de Mercedes. C'est la société Top System GmbH qui a développé et conçu le toit pour le XLR.


Fini les bons vieux V8 culbutés. Ce sont désormais 32 soupapes actionnées par 4 arbres à cames en têtes qui se charge de la distribution avec un système additionnel variable en continu. Près de 330 ch et 420 Nm de couple sortent de ce V8 de la famille Northstar.


C'est nouveau par rapport à l'Allante, le Cadillac XLR est devenu agréable à conduire et presque sportif. Son châssis supporte surtout aisément la puissance et le couple..

BIEN :-)
Look
Comportement routier
Poids réduit pour le segment
Prix/équipement/prestige/exotisme

PAS BIEN :-(
Encore quelques détails de finition
Coffre indigne
Direction un poil lourde
Réseau sporadique en Europe


©L'AUTOMOBILE SPORTIVE / 29-04-2004

CÔTE OUEST
La précédente Cadillac roadster, l'Allante, avait beau avoir été dessinée par Pininfarina, elle n'a pas rencontré le succès escompté par Cadillac. La suprématie dans ce segment par la Mercedes SL n'a pas été inquiétée par l'Allante, trop exotique pour convaincre les amateurs de luxe en-dehors des régions du centre des USA. Avec la nouvelle XLR, Cadillac a remis les pendules à l'heure, en s'inspirant très largement des ingrédients faisant le succès du roadster de Stuttgart, avec notamment un toit en dur repliable...

Texte: Gabriel LESSARD - Photos: D.R.

PRESENTATION
Cadillac est en position de faiblesse. Attaqué de toute part par les constructeurs Japonais (Lexus, Infinity, Acura) et Allemands (Audi, BMW et Mercedes-Benz), GM ne parvient pas à imposer ses productions en dehors des USA et perd des parts de marché sur son marché intérieur. Alors tout est remis en question avec deux priorités : un design plus excitant et innovant et des intérieurs plus en phase avec l'attente des acheteurs potentiels. Le renouveau du style Cadillac a été présenté pour la première fois en 1999 avec notamment le prototype Evoq qui a démontré des lignes totalement inédites : traits tendus, formes étirées. Fini le temps des Cadillac opulentes et au style quelconque. Ce ne sont plus les accessoires (chromes, feux..) qui doivent faire le style Cadillac, mais bien un design général à part entière. La Cadillac XLR présente des dimensions particulièrement compactes avec seulement 4,50 mètres de long et des voies très larges. Avec sa hauteur réduite à 1,28 mètres, cela confère à la Cadillac une allure imposante qui sont accentuées par les lignes tendues et anguleuses et les grosses jantes de 18 pouces. L'intérieur reprend les dernières tendances du design Cadillac avec une ambiance très chaleureuse. Si la console centrale est toujours très massive, l'ensemble est plaisant et la finition en réel progrès par rapport à l'Allante. L'équipement de série est pléthorique, à tel point qu'il n'y a qu'une seule option au catalogue : la peinture métallisée. Pour le reste c'est l'orgie avec pèle-mêle : sellerie cuir chauffante et électrique, régulateur de vitesse avec contrôle de distance, écran couleur 7 pouces pour le GPS, les DVD, audio Bose, démarrage sans clé et surtout affichage tête haute. Ce dernier équipement est présenté comme une première chez BMW, mais c'est en réalité Cadillac qui l'a commercialisé en premier. C'est la projection holographique sous les yeux du conducteur sur le pare-brise des principales informations.

CHASSIS
Pour le châssis, le Cadillac XLR partage son châssis avec la nouvelle Corvette C6. Le monteur est donc installé de manière longitudinal en arrière de l'essieu avant. Pour une répartition des masses idéales, Cadillac a repris le principe des Porsche à moteur avant avec un système transaxle. La boîte a donc été reportée à côté du différentiel arrière. Les différents aciers utilisés pour la construction du XLR lui permettent de contenir son poids et d'être réellement moins lourde que ses rivales directes : Mercedes-Benz SL500, Lexus SC430 et Jaguar XK8. Cela a bien entendu une incidence positive sur le comportement routier. L'avant et l'arrière fait appel à des suspensions à double triangulation, avec une lame de ressort en matériau composite jouant également le rôle de barre antiroulis. Les amortisseurs sont dotés d'un dispositif de pilotage électronique d'un nouveau type MRC (Magnetic Ride Control). En utilisant les propriétés magnétiques du fer, il permet un amortissement variable en fonction de différents paramètres. Un contrôle de stabilité baptisé StabiliTrack, notre ESP local est chargé de veiller au grain. Ainsi armé, le Cadillac XLR revendique une tenue de route saine et efficace. Les débordements du train arrière et la suspension souple à souhait semblent être de l'histoire ancienne...

MOTEUR
Pour animer son dernier roadster, Cadillac est allé puiser dans la banque d'organe de la Général Motors. C'est donc dans la famille Northstar, avec le V8 à 90° de la Chevrolet Corvette, que Cadillac a trouvé son bonheur. Pour une fois cela change des vieilles habitudes maison des moteurs antiques et culbutés. L'Amérique a changé et l'Europe n'a plus qu'à bien se tenir, car lorsque l'on lit la fiche technique de ce V8, ce big bloc n'a pas à rougir de son pedigree. Presque totalement réalisé en aluminium, il compte 4 arbre à cames en tête à distribution variable en continu agissant sur 32 soupapes. Cela donne donc une puissance de 326 ch à 6 400 tr/mn et un couple fort respectable de 420 Nm à 4 400 tr/mn. Ce V8 transmet sa puissance aux roues arrière, allant ainsi à contre-courant de l'évolution globale technique de Cadillac qui passe progressivement à la traction AV. Une boîte automatique intelligente à 5 rapports se charge d'animer le V8 Northstar et le conducteur peut soit la laisser gérer tout, ou passer les rapports avec le levier de vitesse.

SUR LA ROUTE
Quelle ligne ! Assurément, le Cadillac XLR innove réellement dans son design et bouscule quelque peu les valeurs établies du segment, souvent enfermées dans un style consensuel. Toit replié, le XLR fait penser à une GT à moteur avant digne des années 60. Ces traits droits et anguleux jouent avec la lumière mettant mieux en valeur encore le travail des stylistes. Bien que cela s'apparente au départ à un pur gadget, pouvoir entrer dans une telle auto et la démarrer sans sortir la clé de sa poche est très agréable. Bien confortablement installé dans les sièges en cuir, l'ensemble de l'habitacle est plaisant à l'oeil et change un peu des intérieurs austères de certaines productions japonaises ou européennes. La finition a fait un bond en avant, mais certains détails trahissent encore le XLR. Pour démarrer, il suffit d'appuyer sur le bouton poussoir et... Rien ou presque ! Je m'attendais à un gros grognement propre aux V8 US, mais il n'en est rien. Juste un feulement discret, à l'instar des V8 germaniques. Passé cette première surprise, boîte auto sur Drive et la Cadillac file sur le ruban bleu. Le temps de prendre ses marques, et de noter que l'équipement de série est réellement très riche et impressionnant. Pour ma part, je ne me suis toujours pas remis de l'affichage tête haute, que j'ai trouvé réellement nouveau et très performant. Une pression forte sur l'accélérateur permet de me rappeler que les 420 NM de couple et les 326 ch ne sont pas la que pour les fiches techniques. Les poussées sont très vigoureuses (moins de 6 secondes pour atteindre les 100 km/h !) et la caisse hyper rigide ne montre aucun signe de torsion apparente. Bon les lignes droites c'est bien joli, mais un trajet sur des lacets de montagnes va nous permettre de juger plus profondément ce Cadillac XLR. Que cela toit replié ou non, le XLR vire à plat en toute circonstance, bien aidé par son poids contenu, sa suspension active et ses assistances électroniques. Le seul reproche vient de la gestion de la boîte automatique qui lorsqu'elle est en mode totalement automatique, ne rétrograde pas assez rapidement avant les virages après un lever de pied et un coup de frein pour placer l'auto en entrée de courbe. Il faut donc recourir au sélecteur pour rétrograder. Quel changement par rapport à l'Allante, qui n'aurait pas accepté d'être brusquée comme nous venons de le faire avec le XLR. Presque joueur, mais sérieux, le Cadillac XLR offre un plaisir de conduite nouveau chez Cadillac ce qui nous confirme le retour gagnant de la marque dans le segment des autos de luxe.

:: CONCLUSION
Avec une telle fiche technique et une ligne à tomber par terre, le Cadillac XLR ne pouvait pas se passer d'un châssis efficace. Pari réussi, puisque le comportement routier sain et efficace permet même de conduire sportivement, dans les limites de la boîte auto et de son poids tout de même. Seuls 200 exemplaires sont prévus pour l'Europe en 2004, mais il faut garder à l'esprit que son coffre lilliputien empêchera tout grand voyage. Un roadster réussi, mais surtout pour la côte ouest...

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"La Cadillac XLR s'apparente à la plus confortable et la plus luxueuse version de la prochaine Corvette Convertible avec laquelle elle partage son châssis mais pas mécanique. Vu le nombre limité que GM prévoit pour l'Europe, on peut en tout cas déjà affirmer qu'il s'agit là d'une voiture exclusive. Il suffit d'ailleurs de voir le regard intéressé des passants et des carabinieri pour s'en convaincre. En résumé, si vous voulez faire la différence sur le marché des roadsters de luxe, le XLR est la voiture idéale."
LE MONITEUR AUTOMOBILE - 8 avril 2004.

"Equilibrée, la XLR ne manque ni de caractère, ni d'originalité, et se montre effectivement apte à concurrencer la Mercedes SL500 (306 ch), un peu mieux dotée, mais plus chère de 11 400 euros. La Cadillac reste cependant plus onéreuse qu'une Lexus SC430 (74 550 euros de 281 ch) ou une Porsche 911 cabriolet (87 731 euros de 320 ch), et moins méchante qu'une Jaguar XKR cabriolet (99 900 euros de 406 ch) ou une Maserati Spyder GT (94 500 euros de 390 ch). Certes quand on aime on ne compte pas, mais cela amène à réfléchir."
L'AUTOMOBILE MAGAZINE - mai 2004.


Devis d'assurance pour une CADILLAC XLR

AVIS

Vous possédez une XLR ? Ajoutez votre avis !

Suggestions

Forum
>Sujets CADILLAC sur le forum :
Newsletter
Forum
RECHERCHE