L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > FIAT > PUNTO-EVO ABARTH 1.4 MultiAir






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

FIAT PUNTO-EVO ABARTH 1.4 MultiAir (2010 - )

abart punto evo
© L'AUTOMOBILE SPORTIVE 07-10-2010

EVO MIEUX TARD QUE JAMAIS

La Grande Punto est devenue Punto Evo. C’est donc fort logiquement qu’Abarth dévoile sa vision sportive de cette citadine. Pour l’occasion, le constructeur italien a même l’honneur de profiter du récent bloc MultiAir de Fiat. Cela sera-t-il suffisant pour se faire une place dans un segment déjà bien fourni ?

Texte: Maxime JOLY - Photos: Sébastien DUPUIS

Derrière le nom Abarth se cache un homme : Karl, l’autrichien, devenu Carlo l’italien. Né en novembre, il est donc frappé du signe du scorpion, emblème qu’il choisira pour sa société. Preuve que ce choix fut le bon, le destin voulut que ce soit encore sous le signe du scorpion qu’il trouva la mort. En 1981, Abarth fut totalement absorbée par Fiat et il aura fallu attendre près de 27 ans pour qu’elle redevienne une société à part entière, avec un catalogue de modèles frappés du mythique blason et non du logo Fiat. Pour autant, les nouvelles Abarth 500 et Grande Punto n'en restent pas moins des Fiat ostensiblement "tunées". Sortie dans l'ombre de la très charismatique 500, la Grande Punto Abarth nous est apparue comme un brouillon fini à la hâte et pas complètement abouti, y compris dans sa version esse esse, loin d'être à niveau face aux références du moment. Quoiqu'il en soit, Fiat ne s'en est pas laissé compter et a remis ses ingénieurs à l'ouvrage, partant cette fois de la base sérieusement remise à niveau de la Grande Punto : la Punto Evo.

fiat punto abarthinterieur punto evo abarth

CARACTERISTIQUES


FIAT PUNTO-EVO ABARTH 1.4 MultiAir
abarth
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Position : transversal AV
Alimentation : Gestion électronique intégrale i + admission MultiAir + turbo Garrett GT 1446 + système Start&Stop
Cylindrée (cm3) : 1368
Alésage x course ( mm) : 72 x 84
Puissance (ch DIN à tr/mn) : 165 à 5500
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 250 à 2250
TRANSMISSION
AV + ESP (non déconnectable) + ASR (déconnectable) + TTC (Torque Transfer Control)
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (6)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1185
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 7,2
ROUES
Freins AV-AR : disques ventilés (Ø 305 mm) + étriers Bembo 4 pistons - disques (Ø 264 mm) + étriers flottants 1 piston + ABS + AFU + EBD
Pneus : 215/45 R17 Bridgestone Potenza RE050A
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 213
400 m DA : 15"6
1 000 m DA : 28"6
0 à 100 km/h : 7"9
0 à 180 km/h : 28"
CONSOMMATION
Moyenne mixte constructeur (L/100 km) : 6
Moyenne de l'essai (L/100 km) : 9
CO2 (g/km) : 142
PRIX NEUF(10/2010) : 19.400 €
PUISSANCE FISCALE : 9 CV

PRESENTATION

Dès que l’on pose les yeux sur cette Fiat Punto Abarth, pardon, l’Abarth Punto Evo, on se rend compte qu’elle ne cible pas la même la clientèle que sa cousine Alfa Romeo MiTo QV. En effet, là où l’Alfa joue la carte de la sobriété difficilement différentiable de la première JTD venue, Abarth préfère jouer l’exubérance, plus appréciée du public jeune. Vitres arrière et lunette arrière teintées, gros échappement à double sortie, simili-extracteur d’air et jupes latérales distinguent cette Evo du reste de ses petites sœurs estampillées Fiat. Mais c’est surtout le « kit esthétique » avec ses stickers Abarth sur les portières, vendu 400 €, qui attire les regards des passants. Frimeurs dans l’âme, cette option est faite pour vous. Les plus discrets préféreront sans doute s’en passer... Le récent restylage extérieur de la Fiat Punto comprend une nouvelle face avant, pas forcément plus réussie que la précédente avec ses plastiques noirs disgracieux. Les optiques avant « à la Maserati », en référence à ceux de la 3200 GT, étaient très appréciés. C’est donc tout naturellement qu’ils ont été reconduits pour ce facelift. Ce qui n’empêche pas l’italienne de profiter d’autres nouveautés qui regroupent un nouveau spoiler arrière rallongé, la peinture pastel blanche « bianco 1949 » (à condition de débourser les 200 € requis) et les jantes alliage Abarth 17 pouces. A propos des jantes, il est également possible d’opter pour celles à six branches de notre Punto Evo d'essai.

HABITACLE

L’intérieur de la Fiat Punto Abarth fait lui aussi peau neuve. Nouvelle console centrale divisée en deux parties, nouveaux sièges baquet, la tendance de l’habitacle est aux couleurs foncées. Un peu trop sans doute pour une italienne qui aurait mérité plus de piment. Pourtant oui, le volant sport, le cadran Jaeger, le pédalier alu et les surpiqûres rouges et jaunes en rappel des couleurs d’Abarth égayent un peu cet intérieur, qui n’en demeure pas moins tristounet. Pour apporter de la luminosité, choisissez le toit ouvrant panoramique (850 €). Celui-ci apporte un net gain de clarté. La qualité de fabrication est en rapport avec le prix, c’est-à-dire assez rudimentaire. Il faudra pardonner certaines approximations et des choix parfois douteux tel que le soufflet en "cuir synthétique" servant à masquer l'espace entre la colonne de direction et les compteurs… Le GPS portatif s’avère pratique mais n’est malheureusement pas du tout intégré à la planche de bord et ressemble à un accessoire rajouté. L’accoudoir central (option) n’est pas non plus ergonomique, si bien qu’il vaut mieux s'en passer… La climatisation automatique bi-zone est offerte de série, tout comme l’autoradio MP3 avec commandes au volant et prise USB. Pour 400 € supplémentaires, vous aurez droit à un fantastique système audio avec caisson de basse placé dans le coffre. Un must pour les amateurs de gros son ! Pour quiconque les sièges sport ne suffiraient pas, il leur est possible pour 1300 € de profiter des joies du cuir Abarth. Si la contenance du coffre n’a rien à envier à la concurrence, il n’y a pas de miracle concernant l’espace à l’arrière. Impossible d’y installer confortablement des personnes mesurant plus d’1m70.

MOTEUR

Politique de groupe oblige, la Fiat Punto Evo Abarth reçoit le 1.4 Turbo Multiair de la MiTo Quadriflogio Verde, développé par Fiat Powertrain. Le couple de 250 Nm disponible à 2250 tr/mn reste inchangé tandis que la puissance passe de 170 à 165 chevaux, sans doute par une sombre manipulation marketing. Cette mécanique a été plébiscitée par bon nombre de nos confrères, en particulier grâce à sa consommation relativement contenue et ses faibles rejets de CO2 permettant d’éviter tout malus écologique. Economie qu’il est toujours bon à prendre dans la gamme des « petites » sportives dans la mesure où s'agit d'une taxe supplémentaire ! Nos amis italiens annoncent un très optimiste 6 l/100 km de consommation moyenne mais ne rêvez pas, jamais vous n’atteindrez un tel chiffre. A moins peut-être de ne pas toucher le Manettino et de le laisser sur la position N (Normal) et de ne surtout pas goûter au mode Dynamic. Mais si c’est le cas, ce n’est pas une Abarth que vous auriez dû vous offrir ! Les 40 Nm sacrifiés et la réponse modifiée de l’accélérateur et de la direction transformeront votre nouvelle idylle en cauchemar… Vous l’aurez compris, si vous voulez vous amuser et prendre du plaisir, c’est avec le mode sport et rien d’autre. La consommation relevée sur la durée de notre essai s’établit à 9 litres, valeur similaire à celle relevée sur la MiTo. Sachant que même si ces valeurs retranscrites lors d’essais relativement soutenus sont à relativiser par rapport à des trajets classiques, on aurait pu espérer une consommation moindre sur autoroute. Il n’y a pas été possible de descendre sous les 7,5 litres, et ce même en respectant scrupuleusement les limitations de vitesse. Si vous désirez vous donner bonne conscience, le système Stop & Start (déconnectable) est livré en série. Il peut surprendre au début quand on n’y est pas habitué (on a l'impression de caler à tout bout de champ) mais il faut bien admettre qu’il apporte un certain confort sonore en ville, loin d’être désagréable.
Pas désagréable non plus le son rauque du petit mais tonique 4 cylindres qui n’hésite pas à se faire entendre, aussi bien dans l’habitacle de la Punto Abarth qu’à l’extérieur. Et pour en profiter encore plus, n’hésitez pas à vous servir du toit ouvrant, il est aussi là pour ça ! La transmission se fait à l’aide d’une nouvelle boîte mécanique à six vitesses, héritée elle aussi de la MiTo où elle nous avait d'ailleurs déçus. Il semble que nous n’ayons pas été les seuls si l’on en croit la différence de prise en main entre les deux véhicules. Car même si la boîte d’origine Fiat manque toujours de précision, il en est fini des accroches désagréables lors des changements de rapports.
Les performances globales de la voiture sont plutôt bonnes, eu égard à sa puissance modeste, avec la barre des 100 km/h atteinte en 7,9 secondes et une vitesse maximale de 213 km/h. Voilà de quoi dépasser sereinement les autres automobilistes, mais aussi les vitesses autorisées sur nos routes. Le turbocompresseur Garrett GT 1146 ne répondant pas sous les 2000 tours/min, c’est dans cette zone que la faible cylindrée du bloc se paye en agrément. Malgré une valeur de couple très élevée, il manque tout de même à ce moteur une souplesse d’utilisation qui fait que l’on est souvent amené à jouer du levier de vitesse. Par ailleurs, la gestion moteur se montre trop timide une fois passé le régime de puissance maxi et on aimerait un peu plus d'allonge à haut régime. Autre reproche, le déficit de puissance évident par rapport aux stars du segment, Renault Clio 3 RS en tête, se fait rapidement ressentir. A voir si les 15 chevaux qu’offrira le kit Esse-esse fin 2010 réduiront l’écart...

SUR LA ROUTE

essai abrth punto evo

Le plaisir de conduite semble avoir été placé au centre des attentions d’Abarth. Pas toujours épargné par les critiques dans le passé, le constructeur transalpin a revu sa copie et, ce n’est pas la peine de s’en cacher, propose une alternative de choix à ce qui se trouve sur le reste du marché. La Punto Evo Abarth aime s’aventurer sur les petites routes, où son train arrière mobile est le plus à même de ravir les pilotes en herbe. Pas de panique, le TTC (contrôle de transfert du couple) associé à l’ESP garantissent un niveau de sécurité impérial qu’il semble difficile à prendre en défaut. D’autant que le correcteur de trajectoire n’est pas déconnectable… Cette italienne est donc joueuse, mais pas téméraire, ce qui colle parfaitement avec la clientèle visée.
Gros défaut du précédent modèle, le train avant place désormais la voiture à l’endroit choisi par le conducteur, bien aidé par une direction plus précise, pas trop assistée ni démultipliée à outrance. Le feeling reste perfectible et en cas d’accélération brutale, quelques retours de couple se font ressentir, mais Fiat a beaucoup progressé sur ce point qui influe directement sur le plaisir de conduite. En conduite vive, on constate aussi un choix de suspension un peu trop souple qui pénalise la tenue de cap de l’auto sur chaussée imparfaite mais rien de réellement gênant tant la motricité demeure satisfaisante. Les suspensions avant de type McPherson sont accouplées à une barre anti-roulis, agrandie par rapport aux autres Punto Evo, tandis que l’arrière se voit doté de roues semi-indépendantes et d’un essieu de torsion.
Autre bonne nouvelle, la rigidité de la caisse est elle aussi nettement améliorée. La Fiat Punto Evo Abarth présente donc de nouvelles dispositions sportives mais encore faut-il qu’elle soit en mesure de s’arrêter sur des distances raisonnables. Les quatre disques ventilés avec étriers à double piston à l’avant stoppent cette Abarth avec énergie, même un peu trop si on a le malheur d’avoir le pied lourd sur la pédale du milieu. La faute à l’assistance au freinage trop intrusive… Les sièges apportent un maintien fabuleux et conviennent à toutes les morphologies. Et pour ne rien gâcher, ils sont plutôt confortables. Mais que vaut-elle par rapport à la référence qui n’est autre que la Renault Clio RS ? Il n’y a pas à tergiverser, la française conserve sa suprématie. D’abord grâce à un châssis intouchable sublimé par un freinage inépuisable, les aides à la conduite déconnectables et un moteur rageur nettement plus puissant. Mais elle est aussi nettement plus chère… ce qui laisse sa chance à la Punto Evo Abarth !

CONCLUSION

:-)
Vraie personnalité
Ticket d'entrée à moins de 20 000 €
Sonorité agréable
Comportement routier amusant
Freinage
Kit Esse-esse pour les plus gourmands
:-(
Amortissement ferme
Facelift discutable
Finition moyenne
Mode normal sans intérêt, manettino inutile

Amusante ! Tel est l’adjectif qui colle le mieux à cette italienne qui s'offre une belle remise à niveau. Plus rigoureuse et efficace, elle ne manque pour autant pas de piquant malgré une puissance modeste et saura se montrer réellement plaisante au quotidien. Elle a par ailleurs le mérite d’assumer sa sportivité et sa personnalisation avec un kit carrosserie absolument pas discret ! Avec un prix d’appel très bien placé, l’Abarth Punto Evo s’affiche donc comme étant une alternative de choix face aux ténors de la catégorie. Carlo Abarth pourrait être fier d’elle...


Devis d'assurance pour une FIAT PUNTO-EVO ABARTH 1.4 MultiAir

AVIS

je possede une punto evo abarth je n'ai rien a dire sur ce qui est de la fiabilité de l'auto je n'ai encore que 24 000 km mais pour l'instant nikel sa consomme un peu quand meme meme a vitesse stable 8l/100km à 120kmh mais bon c'est le prix à payer pour rouler en (fiat de course ) je ne sais pas pour vous mais mon par choc av la peinture commence à sécailler et se barre voila à part sa chouette voiture au quotidien...
Lire les avis sur la FIAT PUNTO-EVO ABARTH 1.4 MultiAir

Vous possédez une PUNTO-EVO ABARTH 1.4 MultiAir ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
Forum
>Sujets FIAT sur le forum :
Newsletter
Forum
RECHERCHE