L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > FIAT > BARCHETTA PHASE 2






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (18-03-2004)
FIAT
BARCHETTA
PHASE 2
20 225 Euros (01/03/2004)
8 CV FISCAUX

CARACTERISTIQUES
Fiat Barchetta Phase 2 1.8 16V

Moteur: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes 2 x 1 ACT
Cylindrée en cm3 : 1 747
Puissance en ch DIN : 130 à 6 300 tr/min
Rapport Puissance/litre en ch DIN : 74,41
Couple maximum en Nm : 158 à 4 300 tr/min
Transmission: AV, BVM5
Freins: Av/Ar disques (ventilés à l'AV)
Pneumatiques: AV/AR 195/55 R 15
Poids: 1 060 kg
Rapport poids/puissance en ch DIN : 8,15
PERFORMANCES
Vitesse maxi: 200 km/h
1000m D.A. en sec.: 29.9
0/100 km/h en sec. : 8,9
CONSOMMATION
Ville/route/mixte: 11,6/6,5/8,4 L 100km


L'habitacle ne progresse pas par rapport aux modèles de 1995. C'est dommage car entretemps la concurrence s'est activée, et ce ne sont pas les parements imitation alu et l'intérieur bicolore qui vont changer les choses.


Le point fort de la Barchetta, aujourd'hui encore est son châssis efficace allié à un 1.8 litres pétillant et sonore. En plus, à allure coulée, la Barchetta Phase 2 a un appétit d'oiseau en carburant..


C'est ainsi que la Fiat Barchetta se présente sous son meilleur jour : au soleil au bord de la mer. Un vrai plaisir alors d eflâner à son volant avec les Ray Ban sur le nez et les cheveux dans le vent...

BIEN :-)
Moteur enjoué et pétillant
Châssis efficace
Consommation
Restylage réussi...

PAS BIEN :-(
...mais timide
Qualité de finition
Prix élevé
Image ?

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (18/03/2004)

LIFTING DE PRINTEMPS
Malgré un capital sympathie conséquent, la Fiat Barchetta présente sur le marché des roadsters depuis quelques années déjà, s'est offert une petite cure cosmétique pour mieux résister aux assauts répétés de la concurrence. Revue de détails...

Texte : Gabriel LESSARD
Photos : D.R.

Depuis le début des années 90, seul Mazda est présent sur le segment des petits roadsters 2 places à prix abordables. C'est un véritable tour de force, car ce roadster japonais à la très forte inspiration anglaise (notamment une célèbre Lotus) a réussi à remettre en selle ce concept sur le marché. Depuis la disparition des Triumph et des MG, le segment des petits roadsters ludiques était en effet bien vide, et les passionnés de cabriolets accessibles au plus grand nombre devaient alors se tourner vers des berlines "découpées". En 1995, Fiat est l'un des premiers à riposter avec son roadster Barchetta. Le groupe Fiat a alors le vent en poupe avec la Punto qui se vend partout en Europe dans des volumes importants, et de nouveaux produits de niche voient le jour comme le coupé Fiat. Elégante et charmeuse, la Barchetta première génération se caractérisait alors par un train avant réussi qui passait au sol sans problème la santé du pétillant 4 cylindres qui l'anime. L'habitacle est plutôt terne dans sa présentation et si la qualité a fait des progrès, il reste encore du chemin à parcourir.

PRESENTATION
Depuis, le marché des roadsters est devenu particulièrement encombré avec des offres alléchantes, tant en tarifs, mais aussi et surtout en produit : Ford StreetKa, Peugeot 206 CC, smart Roadster, MG F, Mazda MX-5 MkII... Bien entendu, Peugeot, prophète en son pays, truste depuis la commercialisation de la Peugeot 206 CC la première place du hit parade des ventes des petits roadsters, en raison de sa ligne, de sa marque nationale mais surtout de sa polyvalence que lui offre son toit dur repliable. Face à de tels ténors, la Fiat Barchetta accuse le coup. Au printemps 2003, Fiat s'est donc penché sur sa favorite et lui a offert un petit lifting de printemps. C'est en réalité la seule face avant qui a été retouchée. Tout le bouclier avant présente un dessin différent avec des ouvertures plus grandes, moins pour améliorer le refroidissement mécanique du moteur, que pour lui donner un faciès plus agressif. Cela atténue ainsi quelque peu cet effet voiture pour fille. La plaque d'immatriculation vient se fixer sur un support peint en noir pour laisser l'illusion d'une aération béante. En réalité, si l'on s'approche, on aperçoit le support de plaque. Effet d'optique réussi à faible coût. Les jantes alu sont toujours en 15 pouces de diamètre mais leur dessin est inédit. Cette virilisation de la ligne de la Barchetta phase 2 fait son effet et redynamise son image. Pour couronner cette phase 2, Fiat a eu la bonne idée (marketing !) de ressortir des placards l'appellation Spider Europa. Rappelez-vous du Spider Europa dans les années 80 ! C'était en réalité le Spider 124, emplâtré de pare-chocs en plastique pour les normes US et produit et commercialisé par Pininfarina. Ce modèle avait alors été présenté et commercialisé après quelques années d'arrêt du Spider 124... La nouvelle Barchetta Spider Europa propose de série en plus une climatisation manuelle, des jantes alu 16 pouces, une sellerie cuir et un hard top couleur carrosserie. Mais dès le modèle de base l'équipement est suffisament riche pour l'amateur, car sont montés d'office les Airbags frontaux, la direction assistée, l'ABS, les vitres et rétros électriques, le verrouillage centralisé, un volant cuir réglable en hauteur, une radio CD avec antenne électrique et des antibrouillards. Le tout pour 20 225 euros, tandis qu'il faut rajouter 3 460 euros pour la version Spider Europa. L'habitacle ne change pas, et si la présentation est légèrement égayée par un bas de tableau de bord couleur caisse, un parement en imitation alu recouvre la console centrale. Malheureusement, la qualité des matériaux employés et les assemblages nous rappellent que les réalisations transalpines souffrent toujours d'un retard chronique. Dommage de n'avoir pas profité de ce lifting pour intégrer une nouvelle planche de bord dotée d'une meilleure finition, car à plus de 20 000 euros tout de même, cela peut choquer.

SUR LA ROUTE
Au démarrage, surtout capot repliée, le petit 1.8 litres 16 soupapes sonne bien et réveille vos tympans endormis. La boîte accroche un peu mais dispose d'un bon étagement. Si la Barchetta phase 2 ne dispose toujours que d'une seule motorisation, elle nous semble cependant très adaptée au caractère du modèle. Pétillant, vif et donnant presque le sentiment d'avoir plus de 130 ch sous le pied, il nous rappelle que l'Italie est la patrie de la Machina, là où des motoristes célèbres signent de véritables œuvres d'art. Les accélérations sont franches et linéaires, et le châssis, déjà loué lors du lancement de la Barchetta en 1995 n'a pas pris une ride. Son train avant est rigoureux et précis et participe grandement au plaisir de conduite. La consommation à l'usage reste raisonnable, certainement en raison du moteur mais également du faible poids de la Barchetta. C'est au moins l'un des avantages d'habitacles anciens aux plastiques durs.

:: CONCLUSION
Ce lifting sur la Barchetta est plutôt heureux. Il parvient déjà à remplir son objectif premier : rappeler à tous que la Fiat Barchetta est toujours commercialisée et qu'elle se pose en alternative à tous les roadsters actuels à la mode. Toutefois, son tarif, plus élevé que lors de son lancement et le peu de changements opérés la confine toujours dans un rôle de roadster timide. Dommage, son châssis et sa mécanique valent bien mieux que cela..

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"De plus, le comportement routier est au diapason. Incisive, la Barchetta n'hésite pas à enrouler les virages et profite d'un train arrière mobile, mais stable. En revanche, côté confort, le roadster Fiat souffre de suspensions trépidantes sur chaussées dégradée. Autres regrets, les consommations sont un peu élevées et la boîte un peu accrocheuse gâche le plaisir de conduite. Mais pour un beau jouet, il faut savoir faire quelques sacrifices.."
L'AUTOMOBILE MAGAZINE - HS TOUS LES ESSAIS 2004.

"Ramassé sur un empattement court, près du sol, rigide, incisif et agile, ce petit roadster fait le sans-faute. Ses suspensions, ses freins, sa commande de boîte et sa direction sont d'une efficacité exaltante. Sur route sinueuse, il se révèle pétulant, équilibré et procure en définitive beaucoup de plaisir. Avec ou sans toit, hiver comme été, puisqu'ayant prévu un hard top facile à installer ou déposer. Mais pas à stocker. Or... Aujourd'hui, la catégorie est écrasée par la coupé-cabriolet 206, qui transporte son hard top, et pour cause, tout en l'incluant dans son prix!"
LE MONITEUR AUTOMOBILE - HS GUIDE D'ACHAT 2003-2004.


Devis d'assurance pour une FIAT BARCHETTA PHASE 2

AVIS

réussite fiat propriataire d un modèle 1999 je vais me pencher sur la question de son remplacement...
Lire tous les avis sur la FIAT BARCHETTA PHASE 2

Vous possédez une BARCHETTA PHASE 2 ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets FIAT sur le forum :
Forum
RECHERCHE