stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

L'AUTOMOBILE SPORTIVE > PASSION > AVENTURE WM
wm p88 artcurial
© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (01/01/1970)

L'AVENTURE WM

Parmi les nombreux petits constructeurs français qui ont existé, la grande majorité n'a pas survécu à la seconde guerre mondiale. Mais dans la seconde moitié du 20ème siècle, de multiples initiatives virent également le jour, notamment durant la période des années 60 et 70 où le sport automobile était en plein essort. WM est l'un de ces constructeurs, né de la rencontre de deux hommes passionnés d'automobile, Gérard Welter et Michel Meunier...

Texte : Sébastien DUPUIS - Photos : D.R.

La première rencontre entre Welter et Meunier remonte à 1967, alors qu'ils travaillent tous les deux au centre d'études de Peugeot. Les deux hommes vouent une passion totale à la course automobile et notamment à l'une de ses épreuves phares, les 24 Heures du Mans. Ils regrettent bien entendu le manque d'engagement sportif de la marque au lion, notamment face à Renault et Citroën qui sont déjà présents dans les plus grandes compétitions. A force d'en discuter, les deux amis finissent par sauter le pas et la décision est prise : ils construiront leur propre voiture de course pour participer au Mans !

 

P69 : LES DEBUTS

wm p69Mais avant d'en arriver là, tout reste à faire. Les deux hommes mettent assez rapidement sur roues un premier prototype, baptisé WM P69, bâtit sur la base d'un châssis de 204 cabriolet dont il reprend également la mécanique 1130 cm3, poussée à environ 100 ch. Le châssis est habillé d'une carrosserie fermée en  stratifié (verre et résines epoxydes araldite) avec un original arrière de type fasback en forme de verrière.

Meunier et Xavier Mathiot se succèdent à son volant. Avec un poids à vide de 625 kg, les performances ne sont pas ridicules, mais loin de pouvoir briguer la victoire face aux puissantes Ford GT40 Mk I et Porsche 908 qui se livrent une lutte féroce.

Plus tard, une société installée à Thorigny sur Marne, près de Meaux en Seine et Marne, scelle officiellement la naissance de WM en tant que constructeur automobile.

 

WM P70 : PREMIERE PIERRE

wm p70En 1970, après 11 mois de travail, c'est au tour de la WM P70 de voir le jour. Elle est cette fois construite comme une vraie voiture de course, sur un châssis monocoque en acier sur lequel la carrosserie est moulée dans un sandwich de mousse polystyrène armé de stratifié.

Elle est motorisée par le moteur 1288 cm3 de la Peugeot 304 mais cette fois il est installé en position centrale (et transversale) arrière ! Avec son poids de 505 kg et sa ligne très basse, elle affiche des performances remarquables avec une vitesse de pointe de 225 km/h, soit les performances d’une Porsche 911 S de l'époque.

La WM P70 sera présente aux essais préliminaires des 24H du Mans en avril 71. Engagée à la course des 3H du Mans, elle se qualifiera avec un temps de 4'49"4 (équipage Cassegrain-De Souza) mais devra déclarer forfait en raison d'une casse d'embrayage.

 

1976 : OBJECTIF LE MANS

wm p76Il faut attendre 1976 pour revoir une WM au Mans. Cette année là, pour sa première participation à la course, WM a mis au point une toute nouvelle voiture baptisée P76. Celle-ci a beaucoup gagné en puissance en empruntant le moteur V6 PRV 2.7L de la Peugeot 604. Pilotée par Ballot-Lena, Chasseuil et Mathiot, elle se distingue notamment par sa décoration très "flashie" aux couleurs des "batteries TS". Malheureusement, elle abandonnera à la 16ème heure en raison d'une fuite sur le réservoir d’essence.

En 1977, WM est de retour au Mans avec deux voitures. La P76, qui va terminer classera 15ème au général et 2ème de la catégorie GTP, et la P77, dont la principale évolution concerne l'adjonction d’un turbo sur le V6 PRV mais qui sera malheureusement mise hors course à la 15ème Heure pour distance parcourue insuffisante.

En 1978, les ambitions sont toujours grandissantes, avec 3 voitures au départ. La victoire en GTP est l’objectif prioritaire. La nouvelle P78 Turbo pilotée par Christian Debias est victime à la 18ème heure d’un grave accident dans les Hunaudières. La P77 Turbo, victime de son embrayage, abandonne à la 7ème heure tandis que la P76, équipée du nouveau V6 PRV 2850 cm3, abandonnera à la 19ème heure sur joint de culasse... Il faut attendre l'édition suivante pour retrouver une WM à l'arrivée, en l'occurrence l’une des trois P79 Turbo engagées, qui remporte la catégorie GTP et termine à la 14ème place du classement général.

 

LE SOUTIEN DE PEUGEOT

wm p82L'année 1980 marque un tournant important pour WM avec le soutien affiché du constructeur Peugeot sur les trois P79/P80. L’une d’elle termine 2ème des GTP mais surtout, 4ème au général ! Cela restera l'un des plus beaux classements d'une WM au Mans.

L'année suivante, en 1981, Peugeot s’affiche de plus en plus derrière WM et quatre voitures (2 Groupe C et deux IMSA-GTP) prennent le départ sous une décoration "bleu blanc rouge". Une seule rejoindra malheureusement l'arrivée avec l'équipage Mendez, Mathiot et Morin. L'équipe aura été soumise à rude épreuve avec le grave accident de Thierry Boutsen dans les Hunaudières, dès la 3ème heure, qui coûta la vie à un commissaire. Pour la première fois au Mans, un Pace-car sera mis en piste.

De 1982 à 1986, les WM ne brillent guère au Mans. Malgré le nouveau V6 2.8L turbo et quelques faits d'armes (en 1984 Roger Dorchy prendra par deux fois la tête de la course), les abandons sont encore trop fréquents. En 1985 c'est l'ancien ennemi manceau, Jean Rondeau, qui prend le volant d'une WM pour sa dernière course à l'invitation de Gérard Welter. Il terminera à la 17ème place.

 

PROJET 400 : UNE FIN EN APOTHEOSE

wm p871987, WM nourrit de nouveaux espoirs avec une voiture très rapide. Les vitesses atteintes dans les Hunaudières par la nouvelle WM P87 à moteur V6 turbo sont impressionnantes. La P87 sera enregistrée à 379 km/h dans la ligne droite, encore dépourvue de chicanes à l'époque. Malheureusement, la fiabilité du V6 français est mise à mal et la voiture abandonne.

En 1988, la P87 est accompagnée de la nouvelle P88 sur la grille de départ. Pour la première fois, l'objectif n'est ni de gagner, ni de terminer la course, mais de marquer les esprits ! L'opération est baptisée "projet 400" et vise à faire tomber le record de vitesse officiel de 391 km/h jusque là détenu par Porsche. Pour cela, Gérard Welter a fait appel à des spécialistes de l'aérodynamique. Sponsor depuis 1980, Heuliez, par l'intermédiaire de son centre de recherche France Design, fût pour la première fois impliqué dans la conception. Pour limiter la résistance, on retravailla les entrées d'air, réduites au minimum avec une optimisation des flux internes pour préserver le moteur. L'air était évacué par le biais d'un extracteur installé sur le toit et l'effet de sol était particulièrement travaillé. La soufflerie Jules Verne du CSTB de Nantes permis de tester les solutions techniques sur diverses maquettes afin de retenir les meilleures. Sous le capot, un V6 PRV 3.0L 24V biturbo est poussé à 910 ch à 8300 tr/mn et un couple phénoménal de 1020 Nm !

Au volant de la WM P88, le 11 juin 1988, à 20h46, Roger Dorchy va atteindre la vitesse de 405 km/h sur les Hunaudières, vitesse officiellement validée par le radar du circuit ! Un record qui restera sans doute à jamais inégalé, puisque suite à l'augmentation des vitesses  la direction de la course décidera de réduire la prise de risque en ajoutant des chicanes toujours présentes depuis 1990. En dehors de ce coup médiatique, WM abandonnera une nouvelle fois avant la fin de la course. Gérard Welter met finalement un terme (provisoire) à ses activités à la fin de la saison 1989, après un nouvel échec au Mans. Probablement pour mieux se consacrer à l'arrivée officielle de Peugeot au Mans avec la 905...

Crédits photos : WM P69/P70 (gtfrance.free.fr) - WM P76 (vs-design.tumblr.com) - WM P82 (leroux.andre.free.fr) - WM P88 (Artcurial).