L'AUTOMOBILE SPORTIVE, le portail des voitures de sport
VIDEOS






Nos Stages de pilotage :
Stage Porsche
Stage Ferrari
Stage Lamborghini
Stage Subaru
Stage Aston Martin
Stage 4 voitures
Stage Rallye
Cours pilotage
Stage Drift
Essais routiers
Journées circuit
Stage incentive

24H DU MANS 2013 LIVE WEB TV


Vivez la course des 24H du Mans en DIRECT (streaming Vidéo en live) sur notre WEB TV !
Suivez sur cette page en intégralité et en LIVE les 24 Heures du Mans 2013 grâce au streaming Vidéo de la Web TV Dailymotion-ACO et au flux Twitter officiel Circuit des 24h du Mans (hashtag #24LM).

Liste des actualités du site lemanslive.com

WEC, Silverstone : Toyota mène à mi-course

Le ciel est gris depuis ce matin sur le Northamptonshire (11°C) et à ¼ du départ, le directeur de course a déclaré la piste mouillée. Les concurrents ont néanmoins conservé leurs pneus slicks pour le départ donné à midi devant de très nombreux spectateurs.

Parti en pole, Alex Wurz (Toyota N°7) est parvenu à maintenir sa position alors que son équipier Sébastien Buemi (Toyota N°8) a gagné trois places dans le 1er tour pour passer 2e. Mauvais départ en revanche pour Neel Jani (Porsche N°14). Pas de changements de positions majeurs en LM GTE et LM P2.

Dans le 14e tour, André Lotterer (Audi 2) a pris les rênes de la course en doublant Wurz dans le trafic. Puis le pilote Audi a signé le meilleur tour (1min44s217). La pluie a fait son apparition après 36 minutes de course. La Toyota 8 et les Porsche 20 et 14 sont entrées au stand pour chausser des pneus intermédiaires, la Toyota 7 a chaussé des pneus pluie.

Au 24e tour, Lucas di Grassi (Audi 1), toujours en slicks, est parti à la faute au Turn 8. Le Brésilien est parvenu à regagner les stands, mais le châssis était endommagé, abandon. Au même moment, la Porsche N°14 (Jani) a perdu sa roue avant gauche. Porsche Team a changé le demi-train avant en 16 minutes.

En difficulté avec ses pneus slicks (ceux du départ) sur une piste mouillée, l'Audi N°2 n'a pu résister à la Toyota N°8 (Buemi) et à la N°7 (Wurz) qui ont repris les avant-postes. Pire: Lotterer n'a pu éviter un passage dans le bac à gravier (34e tour), avant de rentrer au stand pour chausser à son tour les pneus Michelin intermédiaires. Les conditions sont difficiles et la Toyota N°7 (Wurz) a effectué deux tête-à-queue.

A mi-course, la Toyota TS040 Hybrid N°8 (Lapierre/Davidson/Buemi) est leader devant la Toyota N°7 (Nakajima/Wurz/Sarrazin, + 46s) et la Porsche N°20 (Hartley/Bernhard/Webber, +2T). L'Audi e-tron quattro N°2 (Tréluyer/Lotterer/Fässler) a pris la 4e place aux dépens de la Lola-Toyota Rebellion N°12. La N°13 a abandonné (boîte de vitesses).

En LM GTE Pro, Gimmi Bruni a pris le meilleur départ sur la Ferrari AF Corse N°51, mais n'a résisté qu'une vingtaine de minutes aux Porsche N°91 (Tandy) et N°92 (Makowiecki). Mako a pris l'avantage sur son équipier au 27e tour, la Ferrari N°51 a passé à son tour la Porsche N°91 pour la 2e place. Après le 2e ravitaillement, la N°91 (Pilet) s'est de nouveau retrouvée en tête devant la N°51 (Vilander) et la Porsche N°92 (Mako). Puis la Porsche N°91 et la Ferrari N°51 ont reçu un stop&go (dépassement sous drapeau jaune). La Porsche N°92 (Makowiecki/Holzer/Lietz) est donc leader à mi-course, avec 3s2 d'avance sur la N°91,15s sur la N°51 et 26s sur l'Aston Martin N°97.

En LM GTE Am, la Ferrari AF Corse N°81 a pris le meilleur envol avec le poleman Sam Bird, puis l'Aston Martin N°98 (Lamy) a pris la tête à l'heure de course. Malheureusement, la portière de l'Aston Martin ne fermait plus lors du pit-stop. Et la Ferrari Ram Racing N°53 en a profité pour se hisser en tête devant la Ferrari AF Corse N°61. L'Aston Martin N°98 (Lamy/Dalla Lana/Nygaard) vient de reprendre la tête à mi-course.

C'est aussi un incident mécanique (changement capot avant) qui a retardé la voiture de tête en LM P2, en l'occurrence la Morgan-Nissan G-Drive N°26. L'Oreca-Nissan KCMG N°47 (Howson/Bradley/Matsuda) est leader, alors que les Oreca-Nissan SMP Racing N°27 (pb électriques) et N°37 (arrêtée en bord de piste) ont connu un début de course difficile.

Ecrit le 01/01 01:00
Vidéo : le départ des 6 Heures de Silverstone
Ecrit le 01/01 01:00
Répétition générale pour Michelin

Silverstone accueille deux courses d'Endurance ce week-end- ELMS et WEC

Ecrit le 01/01 01:00
Art et sport auto

Ian Cook a trouvé une façon unique de combiner sa passion pour le sport auto et ses talents d'artiste. A la place des pinceaux, le peintre de Birmingham utilise les pneus de modèles réduits radiocommandés pour dessiner. Fou? Un peu, oui, mais bigrement efficace car le résultat offre une incroyable sensation de vitesse.

Mais d'où lui est venue cette idée? «Mon ancienne petite-amie m'avait offert une voiture radiocommandée pour Noël. Et elle m'avait dit de ne pas la descendre dans mon studio et de ne pas peindre dessus. J'ai eu le déclic et j'ai tout de suite vu le potentiel.»

La technique est simple. Ian commence par créer une esquisse de la voiture qu'il souhaite peindre sur une grande feuille de papier ou sur un tableau en bois. Puis il pose des plots de peinture acrylique à base d'eau en différents endroits stratégiques dans lesquels il fait passer sa voiture électrique et il commence à dessiner.

192557_10151429067097990_624508083_o

Ce week-end, il travaille en live devant le public de Silverstone dans le village, au milieu d'innombrables pots de peintures et d'une quarantaine de voitures radiocommandées (Audi Q7, R8, TT

Ecrit le 01/01 01:00
« Full Course Yellow » mode d'emploi

Combien de fois les résultats des 24 Heures du Mans ou d'une manche WEC ont été tronqués par les entrées en piste du Safety-Car? Ces périodes sous SC réduisaient artificiellement les écarts creusés et créaient de longues processions pouvant durer très longtemps

Ecrit le 01/01 01:00
ELMS, Silverstone : Victoire de Thiriet by TDS Racing

Les 4 Heures de Silverstone 2014 ont basculé à 50 minutes du drapeau à damier quand le leader, Simon Dolan (Zytek-Nissan Jota Sport N°38) a percuté violemment un muret à la sortie de Chapel Curv après avoir été «tassé» à l'extérieur, dans l'herbe, par une GT, puis avoir harponné la Morgan-Nissan N°50 au passage. Le pilote, conscient, a été évacué au centre médical et le Safety-Car fut déployé.

Au restart, à moins d'une demi-heure de l'arrivée, l'Oreca-Nissan N°34 Race Performance (Frey/Mailleux) est parvenue à maintenir sa 1ère position devant la Morgan-Nissan N°46 (Gommendy/Badey/Thiriet) jusqu'à 5 minutes du drapeau à damier où Tristan Gommendy a trouvé l'ouverture sur Michel Frey dans le trafic. Frey et Gary Hirsch (Morgan-Judd N°43) se sont alors disputés la 2e place, mais l'Oreca-Nissan N°34 a gardé l'avantage.

Thiriet by TDS Racing, Race Performance et Newblood by Morand Racing ont terminé cette 1ère manche 2014 dans cet ordre devant la Zytek-Nissan N°41 (Kimber-Smith/Dyson/McMurry) et l'Alpine N°36 (Panciatici/Webb/Chatin).

La Zytek-Nissan N°28 Greaves Motorsport pointait en tête après une heure de course, pour finalement conclure à la 6e place devant l'Oreca-Nissan N°24 Sébastien Loeb Racing (Capillaire/Charouz). L'Oreca-Nissan N°48 Murphy Prototypes a reçu un stop&go en début de course (départ volé) avant une crevaison.

En LM GTE, les Ferrari SMP Racing N°72 et AF Corse N°55 ont animé la course, et en particulier les dernières minutes avec Michele Rugolo et Andrea Bertolini au volant. La victoire est revenue à la Ferrari/Michelin N°55 (Cameron/Griffin/Rugolo). Dans un dernier effort, la Porsche N°76 Imsa-Performance (Narac/Armindo/Hallyday) à arracher la 3e place. La Ferrari N°54 était leader en début de course et la Ferrari N°58 Sofrev-ASP s'est maintenue dans le tiercé de tête jusqu'à la dernière heure.

En GTC, la Ferrari N°73 SMP Racing a pris le meilleur départ avant de céder les commandes à la Porsche N°75 Prospeed Compétition. Puis la Ferrari N°96 du Team Ukraine (Kruglyk/Chukanov/Pier Guidi) s'est définitivement installée en tête avant la mi-course. La Ferrari N°73 et la Ferrari N°60 Formula Racing complètent un podium 100 % italien.

Ecrit le 01/01 01:00
Vidéo : pole position des 6 Heures de Silverstone
Ecrit le 01/01 01:00
Toyota en pole à Silverstone

Les premières qualifs LM P de la saison 2014 ont débuté à 12h35 sous un ciel nuageux au-dessus de Silverstone, après une dernière séance d'essais libres dominée par les Porsche 919 Hybrid.

Rappelons que le classement des qualifs FIA WEC est donné par la moyenne des quatre meilleurs tours effectués par deux pilotes (sauf au Mans) sur chaque voiture. La séance dure 25 minutes. Pour les LM P1, il est interdit de dépasser la quantité de carburant allouée par tour.

Pour le 1er run, Benoît Tréluyer et Tom Kristensen étaient au volant des Audi R18 e-tron quattro, Alex Wurz et Anthony Davidson sur les Toyota TS040 Hybrid, Romain Dumas et Mark Webber sur les Porsche 919 Hybrid et Nick Heidfeld et Fabio Leimer sur les Lola Rebellion.

Le nonuple vainqueur au Mans Tom Kristensen a signé 1min42s4 dès son 1er tour rapide, ce qui lui a permis de placer l'Audi N°1 en tête à l'issue de la 1ère session devant la Porsche N°14 de Dumas et la Toyota N°8 de Davidson. Les pilotes Porsche ont bouclé un tour de plus que les Audi et les Toyota, mais n'ont pas amélioré leurs positions.

Loïc Duval, Neel Jani, Nicolas Lapierre, Timo Bernhard, Kazuki Nakajima et André Lotterer étaient piste pour le second run. Duval est parvenu à maintenir l'Audi N°1 en pole provisoire devant la Porsche N°14 et la Toyota N°8, alors que l'Audi N°2 était passée 4e grâce à André Lotterer.

Puis, dans son 3e et dernier tour rapide, Kazuki Nakajima a réalisé 1min42s9, suffisant pour placer la Toyota TS040 Hybrid N°7 en pole position des 6 Heures de Silverstone 2014 pour 5/1000e de seconde! L'Audi N°1 partira à ses côtés en 1ère ligne, devant la Porsche N°14 et l'Audi N°2. A noter que les six prototypes LM P1-H se tiennent en moins de 5/10e de seconde!

En LM P1-L, la Lola-Toyota N°13 des «rookies» (Kraihamer/Leimer) a devancé la N°12 de Heidfeld/Beche après un tête-à-queue de Mathias Beche dans son 1er tour rapide.

En LM P2, la Morgan-Nissan G-Drive N°26 a confirmé sa bonne forme entrevue aux essais libres. Olivier Pla et Roman Rusinov ont signé la pole devant l'Oreca-Nissan N°47 KCMG et les deux Oreca-Nissan SMP Racing.

Ecrit le 01/01 01:00
Avantage Ferrari en qualifs LM GTE

On s'attendait à une nouvelle bataille en LM GTE entre trois marques, Ferrari, Porsche et Aston Martin et des voitures très proches en performances. Les résultats de la séance d'essais qualificatifs ont confirmé tout ceci. Ca s'annonce très, très serré en 2014.

Ce sont les LM GTE qui ont débuté les qualifs ce week-end dans des conditions sèches et froides. Comme en 2013, deux pilotes sont chargés de qualifier la voiture. Le classement est donné par la moyenne des quatre meilleurs tours (deux par pilote). Aux temps cumulés, les cinq 1ères LM GTE Pro ont terminé dans la même seconde.

C'est la Ferrari AF Corse N°51 qui a été créditée de la meilleure moyenne (1min59s125) après les quatre meilleurs tours effectués par Gimmi Bruni et Toni Vilander. Mais le meilleur chrono absolu a été réalisé par Nick Tandy (1min58s4) sur la Porsche 911 RSR N°91 qui a terminé en 2e position (+0s255) devant l'autre Porsche du Team Manthey (+0s592).

«Porsche a l'air très fort» a reconnu Bruni après la séance, « mais Toni et moi avons fait du bon boulot.»

81

De son côté, la Ferrari AF Corse N°81 a signé la pole en LM GTE Am grâce à Sam Bird et Michele Rugolo. C'est le pilote britannique qui a bouclé le tour le plus rapide en 1min59s, soit le 3e chrono toutes LM GTE confondues derrière Tandy et Bruni! L'Aston Martin N°98 (+0s991) et la Ferrari N°61 (+1s039) ont pris les 2e et 3e place sur la grille.

«On a réussi à faire un gros écart d'entrée avec nos rivaux, la voiture est très bien équilibrée», commentait Michele Rugolo. «Mais s'il pleut demain, on a devoir revoir tous nos réglages».

Ecrit le 01/01 01:00
Quoi, un « Briton » chez Alpine ?

Certes, il n'a pas encore remporté de titres majeurs, mais ce pilote né à Manchester il y a 23 ans est très bien coté dans le monde de la monoplace après ses campagnes en Formula 3, Formula Renault 2.0, Indy Lights et Formula Renault 3.5.

Même si un peu de sang français coule dans ses veines, il sera le 4e pilote étranger à piloter pour la marque Alpine aux 24 Heures du Mans en juin prochain. Avant-lui, seuls Pauli Toivonen, l'italo-belge Lucien Bianchi et son frère Mauro avaient eu ce privilège.

«Ma mère vient du sud de la France», nous a dit Webb. «J'ai encore de la famille là-bas, et aussi en Belgique. On va dire que je suis entre ¼ et 1/3 Français!»

Oliver Webb parle un français impeccable et cela lui a sans doute permis de trouver rapidement ses marques chez Alpine. «Je suis le seul étranger du team et je mets un point d'honneur à parler français. En briefing, on commence généralement dans la langue de Molière avant de passer à l'anglais pour les termes techniques, quand j'ai du mal à suivre. Ca ne pose pas de problèmes. Si je reste chez Alpine, je vais devenir parfaitement bilingue.»

10153834_10152173118548387_1932846920966704483_n

L'idée d'un long-terme chez Alpine fait son chemin, après une enfance passée en monoplace. «Jusque-là, je vivais au jour-le-jour en fonction des opportunités et des budgets. Ici, c'est un peu comme une famille et c'est très confortable. L'Endurance est une des dernières formes de sport auto où l'on peut représenter une marque, et faire partie du projet Alpine est très intéressant.»

Le Britannique fait ses débuts avec Alpine chez lui ce week-end à Silverstone, mais ce ne sera pas forcément un avantage cet après-midi pour la course d'ELMS. «La dernière fois que j'ai piloté ici, c'était en 2011. C'était la première course organisée sur le nouveau tracé, juste avant le GP de F1. Le circuit était boueux et détrempé, avec d'énormes flaques d'eau, pas vraiment l'idéal pour apprendre.»

Après un passé en monoplace, son programme d'Endurance s'est étoffé ces derniers temps avec quatre courses de 24 heures disputées depuis mi-2013: «j'ai participé à une course de karting de 24 heures, puis aux 24 Heures de Dubaï et de Spa. Cette année, j'étais aux 24 Heures de Daytona (8e) avec OAK Racing.»

En juin prochain, Le Mans sera une toute nouvelle expérience: «Je n'y suis jamais allé en spectateur, mais j'ai déjà roulé sur le circuit Bugatti. Mes parents connaissentLe Mans, eux !»

Ecrit le 01/01 01:00