L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > VOLKSWAGEN > GOLF (5) GT TSI






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (15-01-2007)

VOLKSWAGEN
GOLF
(5) GT TSI
(2006-)

25 500 euros (01/01/2007)
10 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES VOLKSWAGEN GOLF (5) GT TSI
MOTEUR
Type: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes, 2 arbres à cames en tête + admission à calage variable
Position: transversal AV
Alimentation: Gestion intégrale Bosch Motronic injection directe + compresseur volumétrique Eaton + turbocompresseur Borg Warner K03 (Ø 1,53 bars) + échangeur air/air.
Cylindrée en cm3: 1 390
Alésage x course : 76,5 x 75,6
Puissance ch DIN à tr/mn: 170 à 6 000.
Puissance au litre en ch DIN : 122,30
Couple maxi en mkg à tr/mn: 24,5 à 1 750
Couple au litre en mkg : 17,62
TRANSMISSION
AV + ESP (déconnectable) + ASC/EDS.
Boîte de vitesses (rapports): Manuelle 6 rapports.
POIDS
Données constructeur en kg: 1 362
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 8,01.
ROUES
Freins : 2 disques ventilés AV (Ø 312 mm) et 2 disques pleins AR (Ø 286 mm) + ABS + BAS.
Pneus : AV et AR Bridgestone Potenza RE050 225/45 R17.
PERFORMANCES
Vitesse maxi en km/h: 215
400 m DA en secondes: 15,9
1 000 m DA en secondes: 28,7
0 à 100 km/h : 7,8
0 à 200 km/h : ND
Consommation moyenne : 9 L/100 Km.


Un habitacle certes triste, mais sérieux, bien fini sauf pour les plastiques durs de bas de tableau de bord. Et quelle position de conduite... au top !


Le petit manomètre de suralimentation qui a malheureusement souvent disparu aujourd'hui sur les autos actuelles...


Les jantes alu sont généreusement chaussées de pneus Bridgestone Potenza RE050 en 225/45 R17.


Petit mais costaud ! Avec 170 ch pour 1,4 litres de cylindrée, ce petit moteur à double suralimentation étonne et affiche une belle santé !


La Golf GT reste discrète extérieurement. Elle cache bien son jeu...


Dommage que le châssis ne soit pas un poil plus vif et que l'amortissement soit encore perfectible, bien qu'en progrès. Car pour le reste c'est tout bon !

BIEN :-)
Technique mécanique intéressante
Moteur !
Performances/cylindrée !
Présentation
Position de conduite
Châssis équilibré
Polyvalence
Freinage
PAS BIEN :-(
Poids !
Mariage amortissement/pneus à profils sportifs
Prix conséquent
Quelques détails de finition
Consommation ?

- Offre partenaire -

© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (15/01/2007)

LA NOUVELLE VAGUE
Le groupe VAG innove tout azimut ! Que cela soit à travers des gammes variées et riches au travers de ses marques, ou bien par ses techniques désormais avancées. Avec sa dernière Golf GT TSI, Volkswagen comble le trou qui existait dans sa gamme entre la plus haute motorisation essence et la Golf GTI. Mais en y mettant la manière avec une mécanique raffinée technologiquement qui est dotée et d'un compresseur Eaton et d'un turbocompresseur. Résultat ? 170 ch pour un " petit " quatre cylindres de 1,4 litres...

Texte : Gabriel LESSARD
Photos : D.R.

Les mécaniques diesel modernes ont, il faut bien l'avouer, transformé nos habitudes de conduite et donc nos attentes. Le poids également sans cesse croissant des autos, même dans les catégories petites et compactes, impose des mécaniques disponibles dès les plus bas régime sous peine de devenir des chicanes mobiles sur la route. Alors Volkswagen et le groupe VAG, bien qu'un des leaders sur le marché du diesel, et victorieux aux dernières 24 Heures du Mans, n'oublie pas pour autant les amateurs de mécaniques essence. Après le 2 litres TFSI de 200 ch de la Golf GTI, monté également sous les capots d'autres autos du groupe VAG (Leon FR, Audi TT, Eos…), Volkswagen poursuit son développement mécanique en combinant deux techniques de suralimentation à même de compenser une cylindrée réduite tout en préservant de la disponibilité dès les plus bas régime. La Volkswagen Golf GT TSI de 170 ch est donc équipée et jette un pavé dans la marre des compactes musclées mais polyvalentes. Et si la Golf GT TSI était la vraie alternative ?

DESIGN
Disponible en 3 ou 5 portes, la Golf GT TSI ne sera reconnue que par des initiés. Rien de très frappant ne peut indiquer en effet que nous sommes face à une GT avec son petit moteur performant et raffiné. L'amateur remarquera tout de même les logos " GT " sur la calandre et sur le hayon arrière. De même, l'assiette de l'auto semble tout de même plus basse qu'une simple Golf " standard " et les roues de 17 pouces chaussées de pneus taille basse remplissent les ailes correctement. Calandre et bouclier avant aérés de grilles en plastique noir, avec un bouclier arrière au bas noir, inspiré de celui de la Golf GTI contrastent subtilement avec la teinte gris clair métallisée de notre modèle d'essai. Quoiqu'en carrosserie 5 portes, elle dégage une subtile évocation sportive qui sied à merveille à l'amateur de mécaniques et de performances toutefois avide de discrétion. L'habitacle ne se diffère pas réellement des autres modèles de la gamme, et c'est tant mieux tant on retrouve certains points forts des Golf : sa position de conduite réglable qui permet enfin dans une compacte de trouver une position de conduite sportive. On peut régler le siège le plus bas possible sans avoir l'impression d'être assis dans un monospace. Ce qui pourrait sembler être normal ou un détail doit ici être salué des deux mains puisque ce choix est clairement en voie de disparition dans les compactes concurrentes. Une position de conduite idéale donc avec sièges et volant réglables en hauteur et profondeur. Toutes les commandes tombent idéalement sous la main. La finition est correcte dans le segment des compactes, mais néanmoins un ton en dessous de la Golf 4 précédente. Toutes les parties basses du tableau de bord, souvent peu regardées, ont notamment recours à des plastiques durs. L'équipement de série est complet même si on regrette une instrumentation un peu pauvre. En revanche un petit manomètre de pression de suralimentation vous permet de mieux observer l'intervention des deux systèmes.

MOTEUR
Le grand intérêt de cette Golf GT se retrouve évidemment devant le pare-brise, plus exactement sous le capot. Volkswagen a pratiqué la méthode du "petit mais costaud !" En effet, malgré la puissance flatteuse de 170 ch à 6000 tr/mn et des performances dignes de certaines GTI actuelles (moins de 29 secondes au Km DA et moins de 8 secondes au 0 à 100 km/h !), la Golf TSI n'est équipée que d'un quatre cylindres de… 1,4 litres ! Une telle performance qui est à mettre au crédit des ingénieurs de Volkswagen qui ont eut recours à une méthode de double suralimentation, certes pas nouvelle, mais couplée en prime avec une injection directe d'essence. Et comme en matière de suralimentation entre compresseur et turbo les avantages sont partagés, ce sont les deux systèmes qui ont été mariés. Ainsi, dès les plus bas régimes, c'est le compresseur Eaton entraîné par une courroie qui se charge de souffler sa charge au moteur, puis une fois passé un certain régime moteur, c'est le turbocompresseur Borg Warner qui souffle à 1,53 bars (La pression maximale de suralimentation du « Twincharger » est d'environ 2,5 bars à 1 500 tr/mn, le turbocompresseur et le compresseur mécanique fonctionnant alors à un rapport des pressions à peu près égal -environ 1,53-) en étant entraîné par les gaz d'échappement. L'intérêt de cette double suralimentation permet de ne profiter que des avantages de fonctionnement de chaque système. Si cela n'est pas une réelle nouveauté technique proprement parler, sur un véhicule de série destiné au grand public c'est déjà plus innovant. Malgré sa petite cylindrée, ce moteur offre en outre un couple appréciable et une hargne mécanique dès 1 750 tr/mn avec près de 25 mkg. Chapeau ! On retrouve presque tout le caractère du 2 litres TFSI, la cylindrée en moins. Mais alors, où est l'intérêt de cette astuce ? La pollution et la consommation évidemment avec un besoin moindre en quantité de carburant par combustion interne, et donc par conséquent moins de rejet de gaz. Si cela est vrai en conduite usuelle, cela est déjà nettement moins probant en conduite musclée. Sur tout notre essai notre consommation moyenne a tourné autour des 10 litres/100 km. Alors face aux mécaniques diesel, ce moteur TSI de 170 ch présente de nombreux arguments, excepté la consommation et le budget carburant : disponibilité dès les plus bas régimes comme un diesel, rotation du moteur jusqu'à 6000 tr/mn et surtout sonorité nettement plus gratifiante pour l'amateur de belles mécaniques. Et c'est bien ce qu'il faut retenir de cette mécanique, c'est sa polyvalence d'usage et son agrément mécanique qui est supérieure aux diesels modernes (sans même parler de cylindrées équivalentes !) tant en conduite tranquille qu'à l'attaque. Rien que pour cette volonté affichée de Volkswagen de continuer à développer des mécaniques essence modernes et évoluées, nous applaudissons des deux mains ! Surtout après avoir goûté aux reprises vigoureuses de ce moteur TSI. Et on ne perçoit même pas le changement de suralimentation en ordre de marche… On ne comprend d'ailleurs pas pourquoi, à part pour des raisons de priorité marketing et soutenir les ventes de la Golf 5, pourquoi ce moteur n'est pas sous le capot de la dernière Polo GTI ?

CHASSIS
Une position de conduite qui peut être réglée pour être " sportive ", un moteur qui en veut et nous rappelle les GTI de la belle époque par sa vigueur, malgré le poids de plus de 1,3 tonnes, restent les liaisons au sol ? Volkswagen a raffermi et rabaissé la caisse et a surtout chaussé de série sa Golf GT de roues de 17 pouces montées avec des pneus Bridgestone Potenza RE050 en 225/45 R17. Une monte taille basse avec des pneus assez accrocheurs qui offrent une belle adhérence à la Golf GT et lui autorise des passages en courbes rapides souverains. Si le temps des amortissements VAG perfectibles semble du passé, nous ne sommes pas encore toutefois au niveau des ténors de la catégorie et les amortisseurs de la Golf GT restent encore le poids faible. Avec ses pneus taille basse, cela est d'autant plus mis en exergue. Rassurez-vous cependant, on ne peut parler de défaut majeur, mais c'est plus lorsque l'on sort la grosse attaque on aurait aimé un amortissement plus contenu. Evidemment, cette Golf ne s'adresse pas spécifiquement aux "sportifs purs et durs" donc le choix de Volkswagen peut s'avérer logique, mais malgré tout l'amortissement mériterait un petit plus. Ne serait-ce pour essayer de conserver à la Golf son équilibre sur chaussées au revêtement dégradé lors des phases de freinage pour le transfert des masses. La direction est douce et précise et les freins (2 disques ventilés AV (Ø 312 mm) et 2 disques pleins AR (Ø 286 mm)) ne souffrent pas la critique même si on aimerait une attaque un peu plus franche. La motricité peut parfois être mise en défaut, mais globalement c'est très positif !

:: CONCLUSION
Peut-on qualifier cette Golf GT de " GTI " ? Nous répondrons non en raison d'une discrétion de style trop policée et d'un châssis qui mériterait plus de rigueur sur son amortissement et plus de vivacité. En revanche, pour ceux qui souhaitent rester à la lisière des GTI compactes actuelles, trop puissantes ou tape-à-l'œil, tout en conservant un plaisir mécanique essence devenu trop rare aujourd'hui sur les compactes " standard " et faire un pied de nez à ses voisins qui jurent que TDI = performances et agrément, la Golf GT est là pour eux ! Une offre sur le marché d'ailleurs unique ou presque, la Golf GT n'ayant en réalité pas de concurrentes directes. Seul son prix coquet, surtout par rapport à sa cylindrée peut rebuter car pour 1700 euros de plus on peut opter pour une Mégane RS "simple". Une alternative à méditer...

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"Si, en tant que sportive pure et dure, la Golf GT TSi peut décevoir les conducteurs les plus exigeants, elle n'en demeure pas moins une auto très intéressante pour une utilisation au quotidien. Souple et toujours disponible, sa mécanique fait sans cesse preuve d'une polyvalence appréciable."
Echappement - Août 2006 - VW Golf GT TSI 170 ch.

"Mieux que de réhabiliter le moteur essence face au diesel, la Golf TSI restitue l'âme des vraies GTI. Celle d'une petite bombe de faible cylindrée, qui tourne rond comme un gros moteur aux allures usuelles, musicale et enjouée aux régimes rapides, toujours bien secondée par une boîte à rapports rapprochés et, somme toute, assez frugale en carburant."
Le Moniteur Automobile - 11 janvier 2007 - VW Golf GT TSI 170 ch.


Devis d'assurance pour une VOLKSWAGEN GOLF (5) GT TSI

AVIS

Vous possédez une GOLF (5) GT TSI ? Ajoutez votre avis !




VOUS POURRIEZ AIMER

videos
Forum
>Sujets VOLKSWAGEN sur le forum :
Forum
RECHERCHE