L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > PEUGEOT > 307-CC 2.0 16V 180






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (19-04-2004)
PEUGEOT
307-CC
2.0 16V 180
28 300 Euros (01/08/03)
11 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES PEUGEOT 307 CC 2.0 16V 180
Moteur: 4 cyl. en ligne, 16s + admission variable
Cylindrée (Alésage x course): 1 997 cm3 ( 85 x 88mm)
Puissance maxi (ch à tr/min): 177 à 7 000
Couple maxi (mkg à tr/min): 20,6 à 4 750
Transmission: Traction AV, BVM 5 Rapports
Freins av/ar (mm): Disques ventilés / pleins + ABS
Direction: Crémaillère, assistance variable
Pneumatiques: 205/40 WR 17
Poids constructeur: 1 490 Kg
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h): 225
De 0 à 100 km/h: 9"9
De 0 à 1000 m: 30"
CONSOMMATION
Urbaine / Extra U. / Mixte: 11,8/6,7/8,8 (l/100 km)


Les lignes du Coupé-Cabriolet Peugeot 307 ne vous sont certainement pas totalement inconnues puisqu'en octobre 2002, Peugeot le dévoilait à Paris sous la forme d'un concept-car très proche du modèle définitif.


On s'en doute, les designers ont été confrontés à un problème de taille lorsqu'il a fallu trouver un moyen élégant de camoufler le toit tout en préservant un volume de coffre intéressant !


L'option "cuir intégral" proposée en quatre teintes porte bien son nom puisque même le tableau de bord se trouve couvert de peaux. Sublime !


La motorisation 2.0 développant 177 ch à 7000 tr/mn disponible sur la Peugeot 307 CC n'est autre que celle qui équipe déjà la plus virulente bombinette de Sochaux, la 206 RC.


Peugeot ayant une réputation à défendre en matière de comportement routier, la marque de Sochaux semble ici avoir placé la barre plus haut que le potentiel mécanique ne l'exigeait.


Les règlages des suspensions et de la direction affichent clairement une orientation qui privilégie le confort et l'efficacité au détriment d'un tempérament sportif.


Même à l'arrêt, la 307 CC est une invitation au voyage, que l'on veuille le faire cheveux au vent ou non.

BIEN :-)
Voiture agréable
Qualité de fabrication
Equipement
Moteur sportif
PAS BIEN :-(
Moteur peu coupleux
Places arrières étriquées
Poids élevé
Consommation
Sportivité ?


© L'AUTOMOBILE SPORTIVE (19/04/2004)

LA FAMILLE AU GRAND AIR
Le concept du coupé-cabriolet gagne petit à petit la plupart des constructeurs et s'étend à d'autres segments que le simple roadster dont le SLK de Mercedes fut l'initiateur. Peugeot, fort de son expérience avec la 206 CC, tente de rééditer le "coup de coeur" sur base de 307, avec cette fois, 4 vraies places...

Texte : Sébastien DUPUIS
Photos : D.R.

Vous rêviez d’une voiture capable de transporter toute votre petite famille mais les monospaces n'ont jamais fait vibrer votre coeur ? Réjouissez-vous, les constructeurs ne sont pas restés sourds à votre appel et à celui de nombreuses autres personnes. En effet, aujourd'hui, les mots coupé ou cabriolet ne riment plus avec célibat ! Peugeot propose même une voiture à la fois élégante, capable de bonnes performances et ayant la possibilité d’être selon vos envies, un coupé ou un cabriolet avec un zeste de sportivité, et qui plus est, pour quatre personnes ! La voiture idéale ?

DESIGN
Les lignes du Coupé-Cabriolet Peugeot 307 ne vous sont certainement pas totalement inconnues puisqu'en Octobre 2002, Peugeot les dévoilait à Paris sous la forme d'un concept-car très proche du modèle définitif. Disposant d'une imposante malle arrière destinée à y loger le toit "pour quatre", la 307 CC se distingue essentiellement de la berline 307 par des feux arrières inédits à diodes et un bouclier laissant apparaître une sortie d'échappement chromée. Moins élégant en revanche, le porte-à-faux de la malle est plus long de 14 cm que sur la berline. Les roues en alliages de 17" de diamètre, sur cette version équipée du 2.0 de 180 ch, font ce qu'elles peuvent pour alléger une ligne assez massive, bien que joliment dynamisée. On s'en doute, les designers ont été confrontés à un problème de taille, lorsqu'il a fallu trouver un moyen élégant de camoufler le toit, tout en préservant un volume de coffre intéressant en configuration coupé (350 dm3) ou cabriolet (204 dm3). Mais en dépit d'une ligne moins sexy que celle de la 206 CC, la 307 CC se rattrape au niveau de la conception, ayant profité des erreurs et défauts de sa soeur aînée pour se rapprocher de l'irréprochable. Par exemple, au lieu d'une bombe anticrevaison, Peugeot a eu la délicatesse de loger une vraie roue de secours, en alliage s'il vous plaît, au fond de la malle. Toujours dans le lot des améliorations, le toit se déverrouille entièrement automatiquement et il ne faut pas plus de 25 secondes pour transformer le coupé 307 en cabriolet. Au passage, notez que ce n’est plus le Français Heuliez qui fournit les modules toit-coffre, mais l’Allemand CTS (Car Top System) qui travaillait déjà pour Mercedes (SL et SLK).

HABITACLE
Autre témoin d'une conception avancée, qui saute d'ailleurs aux yeux avant de découvrir l'habitacle, lorsque l'on tire sur la poignée pour ouvrir la porte, la vitre de celle-ci s'abaisse automatiquement de quelques centimètres. Stupéfiant ! Ensuite, contrairement à la 206 CC, la Peugeot 307 CC est un cabriolet quatre places (et non un pseudo 2+2), à priori capable d'accueillir des passagers arrière dans un confort plus acceptable sur long parcours. Toutefois, ne vous faites pas trop vite de grandes illusions. Comme dans tout cabriolet, c'est bien devant qu'on est le mieux ! Exposées aux remous et exiguës pour les grands gabarits, les deux places arrières sont globalement peu confortables pour des adultes. Mais le coupé cabriolet 307 se veut aussi plus cossu et luxueux. Le tableau de bord reprend le dessin de celui de la berline 307, avec seulement quelques légères modifications comme les cadrans sur fond blanc qui accompagnent, pour la note sportive, les pédales ajourées et le levier de vitesses à pommeau chromé. Enfin, trois inserts façon alu égayent les trois branches du volant cuir. Plus remarquable, la sellerie (cuir et de tissu de série), s'habille en option du "cuir intégral" proposé en quatre teintes, qui porte bien son nom puisque même le tableau de bord se trouve couvert de peau. Sublime ! Ces éléments renforcent l'ambiance cossue et sportive du modèle, confirmant bien sa vocation. L'équipement est d'ailleurs à la hauteur des ambitions de la 307 CC et cela, dès l'entrée de gamme. La finition haut de gamme (180 ch) reçoit un nombre important d'équipements haut de gamme comme le radar de recul, une alarme avec supercondamnation, les rétros rabattables électriquement, l'aide au freinage d'urgence, 4 airbags, le correcteur de trajectoire électronique ESP, la climatisation automatique, l'ordinateur de bord, le régulateur de vitesse, l'allumage automatique des phares, la radio CD… Au niveau de la sécurité, soulignons que Peugeot ne lésine pas non plus, avec des arceaux déployables automatiquement en cas de retournement. Dès la prise de contact, les choses sont claires. Même à l'arrêt, la 307 CC est une invitation au voyage plus qu'au pilotage, que l'on veuille le faire cheveux au vent ou non.

MOTEUR
En entrée de gamme, la Peugeot 307 CC est animée par le 2.0 16V 137 ch de la berline XSI. Jugeant ce moteur un peu trop juste vu le poids conséquent de la voiture, nous lui avons préféré, pour notre essai, la seconde motorisation disponible qui n'est autre que celle équipant déjà la plus virulente bombinette de Sochaux, la 206 RC. Dérivé du quatre cylindres 2 litres à 16 soupapes type EW10, l'EW10J4S a été développé en partenariat avec Lotus Engineering, spécialiste des préparations moteur pour la compétition. Pour offrir plus de puissance et plus de couple, les principales modifications ont porté sur le haut moteur avec notamment une nouvelle culasse dont l'usinage est confié à Mécachrome, société ayant largement fait ses preuves en compétition. L'arbre à cames d'admission est équipé d'un système à calage variable continu (type VVC) qui favorise le remplissage des cylindres quel que soit le régime du moteur. Et effectivement, celui-ci délivre maintenant 177 ch à 7000 tr/mn, soit 40 ch de plus que la version de base ! Le couple maximum de 202 Nm est atteint à 4750 tr/mn, mais 80% de cette valeur sont disponibles dès 2000 tr/mn. L'optimisation du remplissage du moteur à l'admission et de l'échappement dont la ligne spécifique utilise un nouveau collecteur de type 4 en 1 et un silencieux plus volumineux, s'entend dès le ralentit. Plutôt linéaire et moins démonstratif qu'espéré, le 2.0 souffre de l'obésité manifeste de la 307 CC. Alors qu'il transfigure la 206 en redoutable sportive, il se limite à faire de la 307 CC une voiture dynamique. Un peu creux sous les 3000 trs, le 2.0 Peugeot pousse ensuite plus sensiblement et avec une pleine respiration à partir de 4500 l'aiguille monte sans jamais fléchir vers le rupteur fixé à 7300 tr/mn. Comme le moteur, la transmission de la 307 est héritée de la 206 RC. On retrouve donc la boîte manuelle à 5 vitesses dont l'étagement est plutôt court et le premier rapport a été rallongé. Dommage que, comme à l'habitude chez Peugeot, la commande de boîte soit un peu floue dans son guidage et ses verrouillages et que le régime moteur plutôt élevé sur autoroute se montre fatiguant sur long parcours. Du côté du chronomètre, rien de bien excitant, avec 220 km/h en pointe et moins de 9,5 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. Les 1000 m départ arrêté étant effectués en 29,5 secondes. Notons également la gloutonnerie du 2.0L Peugeot qui se contentera jamais de moins de 10 L de Super sans plomb par 100 km en moyenne, accusant là encore l'embonpoint de la caisse qui s'établit à 1511 Kg, soit 400 de plus que la 206 RC !

SUR LA ROUTE
Contact, démarreur, le 2.0L Franco-Anglais de la 307 s'éveille en émettant une sonorité rauque et métallique bien agréable. Des signes de bonne augure qui nous donnent déjà envie de tirer le maximum du châssis, bien que la vocation de la voiture soit plus tranquille... Peugeot ayant une réputation à défendre en matière de comportement routier, la marque de Sochaux semble ici avoir placé la barre bien plus haut que le potentiel mécanique ne l'exigeait. Le châssis, garant d'une tenue de route exceptionnelle sur l'ensemble de la gamme 307, est spécialement rigidifié sur la CC. Un ensemble de renforts en tous genres qui justifie en grande partie la hausse de poids. A la différence de la 206 CC, la 307 du même nom se distingue dès les premiers kilomètres par l'absence de bruits parasites. Avec le toit fermé, on a réellement l'impression de roulerà bord d'un véritable coupé, même lorsque la route est dégradée. Dès progrès impressionnants qu'il convient de saluer ! Même en cabriolet, la rigidité est étonnante et comparable à celle de cabriolets 4 places bien plus hauts de gamme. Suspendue à l'avant par une barre anti-dévers tandis que le train arrière bénéficie de barres de torsion, la 307 CC se comporte sur la route comme la berline 307. Procurant un sentiment de sécurité élevé, ce cabriolet abandonne ainsi l'ancienne école de Sochaux qui prônait pour des châssis agiles et "à tendance" survireuse dont la 206 semble être le dernier élève. L'avant comme l'arrière reçoivent des amortisseurs hydrauliques maison. Les réglages des suspensions et de la direction, très assistée, affichent clairement une orientation qui privilégie le confort et l'efficacité au détriment d'un excellent feeling. Au-delà de la performance pure, la précision du comportement demeure véritablement époustouflante pour la catégorie. La motricité et l'adhérence sont excellentes, merci aux grandes roues de 17’’ chaussées de pneus Pirelli P7000 en 205/50 contribuant efficacement au résultat obtenu. Directe, agile, précise et stable, la 307 CC démontre pleinement des aptitudes dynamiques à défaut d'être réellement sportives. Le travail des freins à disques (ventilés à l'avant) est sans surprise, il se montre efficace et résistant. L’ESP, qui se connecte automatiquement au-dessus de 50 Km/h, cumule les fonctions antipatinage et contrôle de lacet. Les bruits aérodynamiques sont assez présents à grande vitesse tout comme le grondement de la mécanique, sympa les premiers kilomètres mais qui devient vite envahissant. A 90 Km/H, c'est tout à fait correct, mais sur autoroute... Enfin, les sièges assez fermes maintiennent très bien le corps et la position de conduite, un peu haute, n'est pas fatiguante.

:: CONCLUSION
La 307 CC est une auto qui peut paraître paradoxale à beaucoup. Son moteur 2.0 16V plutôt sportif manque de couple pour faire face au poids élevé et un V6 aurait donné un mariage plus idéal à ce cabriolet dont la vocation n'est pas pas d'aller taper des chronos. Néanmoins, le moteur se montre vivant et le châssis irréprochable. Pour couronner le tout, la qualité de fabrication est vraiment remarquable pour une française. Alors, franchement, laissez-vous séduire, vous ne le regretterez pas !

CE QU'ILS EN ONT PENSE :
"La Peugeot 307 se montre beaucoup plus vivante à l'usage. Son comportement sans faille et sa mécanique pétillante, inhabituelle pour ce type d'auto, n'engendrent pas l'ennui. Elle remporte la confrontation."
SPORT AUTO - N°501 - MATCH PEUGEOT 307 CC/RENAULT MEGANE Coupé-Cabriolet.


Devis d'assurance pour une PEUGEOT 307-CC 2.0 16V 180

AVIS

bonjour, j'ai une 307 cc depuis aout 2007 et je n'en suis absolument pas satisfaite. je suis allée 10 fois au garage pour un problème de vibration de volant et ils sont incapables de la réparer. ...
Lire tous les avis sur la PEUGEOT 307-CC 2.0 16V 180

Vous possédez une 307-CC 2.0 16V 180 ? Ajoutez votre avis !

Suggestions

videos
Forum
>Sujets PEUGEOT sur le forum :
Forum
RECHERCHE