L'AUTOMOBILE SPORTIVE > GUIDE D'ACHAT > AUDI > S4 (B8) V6T






Assurland.com

stages de pilotage f1 et gt
Découvrez nos Stages de pilotage F1 et GT !

ESSAI (27-07-2009)

AUDI
S4
(B8) V6T
(2009 - )

57 600 Euros (01/02/2009)
23 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES AUDI S4 (B8) V6T
MOTEUR
Type: 6 cylindres en V à 90°, 24 soupapes
Position: longitudinal AV
Alimentation: Injection directe + compresseur (0,8 bar), gestion électronique SIMOS 8
Cylindrée (cm3): 2995
Alésage x course (mm): 84.5 x 89.1
Puissance maxi (ch à tr/mn): 333 de 5500 à 7000
Puissance spécifique (ch/L): 111,2
Couple maxi (Nm à tr/mn): 440 de 2900 à 5300
Couple spécifique (Nm/L): 146,9
TRANSMISSION
Intégrale permanente
Boîte de vitesses (rapports): manuelle (6) ou S tronic (7)
POIDS
Données constructeur (kg): 1650
Rapport poids/puissance (kg/ch): 4,9
ROUES
Freins Av-Ar (ø mm): Disques ventilés
Pneus Av-Ar: 245/40 R 18
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h): 250
400 m DA: ND
1 000 m DA: ND
0 à 100 km/h: 5"1
0 à 200 km/h: ND
CONSOMMATION
Moyenne (L/100 Km): 9,7


L'Audi S4 se distingue des versions classiques sans tomber dans l’ostentatoire. C'est l'une des qualités les plus appréciées de la clientèle.


Cette nouvelle génération de S4 a grandi par rapport à la précédente, pour se rapprocher des standards de la gamme supérieure.


La finition, toujours de très de haut niveau, est accentuée par le mélange de cuir et de carbone qui marque les prétentions sportive et luxueuse de la bête.


Du dowsizing à ce niveau, c'est assez rare ! La S4 troque son V8 pour un V6 "Kompressor"...


Audi met ainsi un terme à la course à la puissance qui fait rage avec ses deux principaux rivaux, Bmw et Mercedes. Le couple dépasse néanmoins celui de l'ancien V8 atmo. Performances et consommation progressent dans le bon sens : le beurre et l'argent du beurre !


L’atout majeur de l'Audi S4 reste sa grande polyvalence. Capable d’être une sage autoroutière fournissant un confort royal à ses occupants, ou au contraire d'offrir un tempérament sportif sur route sinueuse, elle confirme qu'Audi est devenu l'égal de Bmw et Mercedes.

BIEN :-)
Performances
Moteur plein, tout le temps !
Système Quattro dernier cri
Prix en baisse par rapport à la précédente génération
Poids en baisse par rapport à la précédente génération…
PAS BIEN :-(
…mais poids toujours élevé
Consommation annoncée absurde
Liste d’options infinie
Trop de sécurité ?


©L'AUTOMOBILE SPORTIVE / 27-07-2009

S4 DE CRISE ET DE RAISON
Nous étions habitués à la course à l’armement chez les constructeurs allemands, c’est donc avec un certain étonnement que nous découvrons cette nouvelle génération de la S4. Pourtant, c’est BMW qui avait lancé les hostilités avec sa 335i. Exit le V8, et retour au V6 suralimenté....

Texte: Sébastien DUPUIS - Photos: D.R.

Avec sa S4, Audi a démontré qu'il savait transformer une berline de qualité mais un peu terne, en un salon roulant performant, confortable et très sûr. C'est ainsi qu'est née la première S4 "C4" en 1991, avec le fameux 5 cylindres en ligne 20 soupapes turbocompressé. Avec seulement 230 ch pour 1600 kg, il offrait déjà de bonnes performances dans sa catégorie, mais pas encore de quoi affoler les stars du segment chez Mercedes ou BMW. Pour ce faire, Audi dégaine en 1995 avec son cousin Porsche une sulfureuse RS2 qui jette le trouble parmi la concurrence. Associé à la transmission intégrale Quattro avec Torsen, cette S4 pose cependant les bases de ce qui est devenu en 20 ans un grand classique de la maison Audi, la gamme "S". En 1998, Audi revient à la charge avec la S4 type B5 et cette fois un V6 Bi-Turbo de 265 ch sous le capot. Plus petite que sa devancière, cette S4 se rapproche désormais de la BMW série 3, qui reste cependant intouchable en version M3 e36 forte de 321 ch. Une situation à laquelle Audi met un terme en 2000 avec la RS4, première du nom, dotée du même V6 biturbo mais poussé à 380 ch ! Cette fois les hostilités sont clairement déclarées ! La S4 n'est plus la version extrême de la gamme A4 mais l'escalade continue néanmoins. En 2003, la S4 type B6 inaugure le V8 (4.2 de 344 ch) sous le capot de l'A4, obligeant Bmw à riposter avec un V8 dans sa M3 et un 6 cylindres en ligne biturbo dans la 335i. Et puis la crise passe par là, avec un nouveau choc pétrolier. Audi, pionnier du dowsizing avec ses moteurs TFSI, transpose aujourd'hui l'idée aux gammes supérieures. La S4 revient donc au V6, mais sans rien renier de la force d'innovation et de qualité qui caractérise la formidable ascension de la marque ces 30 dernières années...

DESIGN
Cette nouvelle génération de S4 a bien grandi par rapport à la précédente, pour se rapprocher des standards de la gamme supérieure dont sa grande sœur A6 fait partie. Cette version S se distingue des versions classiques sans tomber dans l’ostentatoire, c’est une habitude depuis quelques temps chez Audi, certains reprochant d’ailleurs ce trait de caractère. On retrouve sur les côtés le sigle V6T pour annoncer la couleur, les désormais habituelles quatre sorties d’échappement, le logo S4 sur la calandre et les étriers de frein (et le tableau de bord), les jupes spécifiques, les rétros en aluminium, les jantes S-Design 18 pouces et le spoiler arrière. Il reste comme toujours chez le constructeur des options qui ne devraient pas en être comme par exemple les sièges sport avec appuie-têtes intégrés. Comme sur tous les modèles récents, les feux à LED sont de la partie. Effet garanti au niveau du style ! L’offre multimédia n’est pas en reste avec une interface MMI, un système audio Bang & Olufsen avec 14 haut-parleurs, une interface iPod et une installation téléphonique. Le confort n’est pas donc pas mis de côté bien que nous soyons dans une sportive. La finition de haut niveau est accentuée par le mélange de cuir et de carbone qui marque les prétentions sportive et luxueuse de la bête.

MOTEUR
Malgré l’appellation TFSI, ne cherchez pas de turbo sous le capot de cette nouvelle Audi S4. Le T fait ici référence à un compresseur. Chose inhabituelle chez Audi, habitué à nous proposer des moteurs suralimentés par un ou deux turbos, le compresseur étant davantage une spécialité du concurrent siégeant à Stuttgart. Explications : des études poussées auraient démontré la supériorité d’un compresseur mécanique dans les gros moteurs V6. Utilisé conjointement avec une injection directe FSI, il serait "largement plus avantageux" que la solution biturbo, en termes d’encombrement comme de réactivité, tant au démarrage qu’au cours de la conduite. Le « moulin » de la nouvelle S4 est un V6 ouvert à 90° à injection directe épaulé par un compresseur type Roots (soufflant à 0.8 bars) logé dans le V grâce à sa subtile compacité. Le tout développe 333 ch à 5500 tr/min pour un couple de 440 Nm dès 2500 trs et constant jusqu'à 4850 tr/mn ! La plage d’utilisation est tout simplement incroyable, jusqu’au rupteur niché à 7000 tr/min. Ceci nous évite les effets désagréables des récents moteurs turbo au caractère plus typé diesel que sportif. Merci au compresseur, dans ce domaine, sa principale concurrente la 335i avec son pourtant brillant 6 cylindres en ligne 3.0 biturbo ne peut même pas rivaliser. Ce moteur V6T équipera aussi le cabriolet S5 qui abandonne à son tour le V8, mais aussi l’A6 depuis son restylage dans une version « dégonflée », avec cette fois une puissance de 290 ch et un couple de 420 Nm. Le compresseur a des détracteurs dans la « communauté des sportifs » du fait de sa sonorité particulière. Comme toute chose, il a des avantages (dont la robustesse par rapport aux turbos) et des inconvénients, c’est au final une affaire de goût, chacun se faisant sa propre opinion. Par rapport à la précédente génération (B6/B7) équipée du V8 4.2, la puissance est en baisse de 11 ch mais largement compensée par le couple gargantuesque toujours disponible. Au final, cette génération se paye même le luxe de gagner ½ seconde sur le 0-100 ! Le tout, en consommant moins. Ceci a pour nom le « downsizing » qui consiste à diminuer la cylindrée tout en gardant au moins un même niveau de prestation. Un bémol cependant concernant la consommation officielle, qui comme (trop) souvent chez Audi semble irréalisable dans la pratique. L’autre gain se fait sur le rejet de CO2 avec « seulement » 229g/km, belle prouesse. Deux boites de vitesse sont disponibles : une manuelle 6 rapports de série, et en option la boite double embrayage S-Tronic 7, option coûtant tout de même 2500 € ! L’Audi Drive Select permet au conducteur de changer de mode entre les Confort, Auto et Dynamic. Les temps de réponse varient selon le mode choisi.

CHASSIS
Le bien connu système Quattro est bien sûr présent, cette fois dans une toute nouvelle version. La répartition est la suivante : 40% aux roues avant et 60% à l’arrière, ce dernier chiffre pouvant aller de 35 à 85% selon les situations. Audi a eu la bonne idée de ne pas implanter le système Haldex. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi le Quattro Sport (en option !). Sous ce nom barbare se cache un différentiel à vecteur de couple qui a pour rôle de favoriser l’agilité en courbe ou bien sur chaussée glacée/verglacée en influant sur la roue arrière extérieure, le tout en 100 ms. Ce système qui lutte contre toute tendance au sous-virage ou survirage allégera votre porte-monnaie d’un peu plus de 2000 € ! A noter également que le nouveau moteur, plus compact, a pu être reculé de 154 mm par rapport au V8, au bénéfice de l'équilibre de la répartition des masses. Beaucoup d’autres aides sont disponibles, entre autres l’ACC qui maintient une distance de sécurité avec le véhicule vous précédant, le Braking Guard et l’ASC qui indique la présence d’un véhicule dans l’angle mort. Les trains avant (à cinq bras par roue) et arrière (à bras trapézoïdaux) sont très légers grâce à l’utilisation quasi exclusive de l’aluminium. La répartition des masses a été l’objet de toutes les attentions : position reculée du V6, boîtier de direction placé en avant et en position basse et présence du différentiel devant l’embrayage. L’atout majeur de cette S4 est sa polyvalence, capable d’être une sage autoroutière fournissant un confort royal à ses occupants, ou au contraire offrir un tempérament bestial mais sans jamais dénigrer la sécurité (peut-être trop d’ailleurs !)

AUDI S4 V6T AVANT
Le "break sportif", c'est un peu la signature Audi depuis la fameuse RS2. L'Audi Avant ayant réussi le pari impossible de transformer ce qui était jadis un utilitaire, en véritable sortive. C'est donc fort logiquement que la nouvelle S4 perpétue cette "tradition génétique", avec une version Avant qui ne cède presque rien à la berline côté performances et tenue de route, pour un surcoût inférieur à 2000 €. Où comment joindre l'utile et l'agréable...

:: CONCLUSION
Joli tour de force réalisé par Audi. Difficile en effet de formuler des reproches à cette nouvelle S4, hormis les sempiternelles options interminables. On peut aussi regretter que les options mettant en avant la sécurité prennent parfois le pas sur le pilotage. Discours politiquement incorrect mais assumé ! Le gabarit ayant augmenté, les efforts faits sur le poids n’ont permis que de gagner 10 kilos par rapport à la S4 V8, le poids reste donc le principal défaut de cette voiture. Bien qu’à son volant on ne s’en rende pas compte, les diverses usures nous servent de piqûres de rappel. Espérons que ces deux défauts seront corrigés pour la prochaine RS4. Du point de vue technique, on ne peut qu’être en admiration devant une politique de motorisations aussi dynamique !


Devis d'assurance pour une AUDI S4 (B8) V6T

AVIS

utilisateur s 4 v6t depuis pres de deux ans, je ne m'en lasse pas ... je voulais la "gonfler" avec le kit mtm qui rajoute 100 ch pour 2500 euros ttc, à priori, çà doit etre de la balle ! mais elle a dejà tout ce qui faut pour la rendre craquante avec ses 333 ch. un seul bemol, la conso qui peut vite grimper. mais d'un autre coté, çà va avec l'accélération qu'on lui impose, et si on regarde dans le retro les autres autos qui s'eloignent, elles s'enfuient par l'arrière assez vite en fait, et pour ...
Lire les avis sur la AUDI S4 (B8) V6T

Vous possédez une S4 (B8) V6T ? Ajoutez votre avis !

Suggestions
Forum
>Sujets AUDI sur le forum :
Newsletter
Forum
RECHERCHE